Livres et Revues de l'éditeur Syllepse - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.

Syllepse


84 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 10,5 16,5 160 p. Contre la dictature des marchés T Attac libéralisme 1999 01/12/99 9782907993920 Syllepse La Bourse ou la vie Politique et société -économie 5,07 € 5.07 épuisé
AA AA

L’ordre ultralibéral repose sur trois " libertés " qui, dans chaque pays, se révèlent liberticides pour la société et la majorité des citoyens : les " libertés " de circulation des capitaux, de l’investissement et du commerce. En bref sur la toute-puissance de " marchés " dictant leur loi aux élus et aux gouvernements. Cette dépossession repose sur une mystification idéologique, amplement relayée par les médias, à laquelle ce livre entend répondre.

D’abord par la mise à plat d’un système dont il n’est nul besoin d’être un " expert " pour en comprendre les rouages. Ensuite par des propositions alternatives autour desquelles peuvent se fédérer des luttes nationales, européennes et internationales.
Des mécanismes de la spéculation aux paradis fiscaux, de la faisabilité de la taxe Tobin à la dénonciation des mots piégés du libéralisme, du rôle de l’Euro à la refondation du mouvement syndical, de la dette du tiers-monde aux prédations des fonds de pension, des combats victorieux contre l’AMI à ceux à mener contre l’OMC, les universitaires, chercheurs et syndicalistes réunis par Attac donnent ici des outils de réflexion et d’action à tous ceux, innombrables, convaincus qu’un autre monde est possible.

x 10,5 16,5 158 p. Contre les violences faites aux femmes
une loi-cadre !
T
Collectif national pour le droit des femmes essai féminisme 2006 27/11/06 9782849501153 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société -femmes 7,10 € 7.10 épuisé
AA AA

Les violences faites aux femmes participent de la domination masculine, dont elles sont l’expression la plus extrême.

À l’instar de l’Espagne qui s’est dotée d’une « loi organique contre la violence de genre », le Collectif national pour le droit des femmes entend impulser une réflexion sur le caractère systémique de ces violences qui nécessite une prise en compte globale.

Il propose donc un document qui est conçu comme un projet de loi-cadre.

Une telle loi inclut l’ensemble des violences : violences dans la famille et le couple, au travail, dans les lieux publics, violences lesbophobes, prostitution…

Une telle loi organisera l’information, la sensibilisation, la prévention, les sanctions des auteurs, l’accompagnement et la protection des victimes.

La loi-cadre proposée ici rassemble en un seul texte les diverses lois contre les violences faites aux femmes et leur restitue ainsi leur cohérence.

Elle complète les lacunes de la législation française actuelle : non-prise en compte des violences psychologiques, définition inopérante du harcèlement sexuel, absence de moyens de prévention des violences sexistes, barrière étanche entre le civil et le pénal, etc.

Elle prévoit des mesures de sensibilisation et d’intervention dans le domaine éducatif. Elle organise le soutien des victimes : aide à la reconnaissance des droits, assistance juridique gratuite, protection sociale, soutien économique

L’adoption de telle loi démontrerait une réelle volonté politique de l’État de lutter contre les violences faites aux femmes.

x 10,5 16,5 122 p. Les droits sociaux dans une Europe élargie T société 2004 30/04/04 9782849500231 Syllepse Arguments et mouvements International -Europe 7,10 € 7.10 3,50 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
L’Union européenne s’élargit et rétrécit les droits sociaux. C’est le constat sans appel fait par le réseau des Euromarches / Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions. L’entrée de dix nouveaux pays étend le marché et la concurrence au sein d’une vaste zone de libre-échange sans règle sociale : l’Europe se transforme ainsi en zone franche. Le projet de traité constitutionnel consacre la disparition des droits sociaux acquis depuis deux siècles sur le continent, favorisant le dumping social, salarial, terrain de la xénophobie. Seules l’émergence d’un mouvement social européen et la mobilisation massive et active des populations, des salariés, des précaires et des chômeurs permettront de construire un autre futur. La solidarité active entre les mouvements sociaux des Quinze et des Dix devient, avec l’élargissement du 1er mai 2004, une impérieuse nécessité, pour une autre Europe, pour un autre monde.
x 16,5 23 121 p. École libérale, École inégale T Careil Yves éducation 2002 02/07/02 9782913165991 Syllepse Nouveaux regards Politique et société -école 10,00 € 10 6,80 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

L’objectif de ce livre est de fournir des éclairages et des points de repères :

- sur le changement scolaire en cours et ses enjeux sociaux (fort peu interrogés en l’état actuel des choses) ;

- sur la « crise de sens » que connaît l’école publique et laïque aujourd’hui « massifiée » , mais également cernée par le marché qui s’y infiltre de multiples manières ;

- sur la façon dont se perpétuent désormais les inégalités scolaires, à savoir par l’intégration progressive des inégalités sociales sous toutes leurs formes dans le système éducatif lui-même ;

Le changement scolaire ne peut être compris indépendamment du changement social ; d’où l’approche socio-historique du début de l’ouvrage. L’analyse se fait ensuite plus précise sur le désengagement de l’Etat durant ces dernières décennies et sur ses conséquences : régulations nationales qui ne peuvent plus s’opérer et qui expliquent pour bonne part la diversification croissante de l’offre d’éducation par les établissements ; métier devenu « impossible « pour les enseignants exerçant en « banlieue » ; jeu « libéré » des acteurs sociaux au niveau local, avec comme principale traduction la montée en puissance des « parents d’élèves professionnels » ... L’accent est mis sur les conditions d’accès à cette « professionnalisation parentale » , sur ses deux volets (quête effrénée de la « bonne « filière, du « bon » établissement, de la « bonne « classe / pédagogisation » toujours plus forte de la vie quotidienne), et sur ce qu’elle signifie pour les autres en termes de « couverture tirée à soi ». La compréhension des nouveaux processus ségrégatifs aujourd’hui à l’oeuvre dans le système éducatif oblige certes à s’intéresser de très près aux coulisses de l’univers scolaire : les pratiques consuméristes sont examinées à la loupe (malgré la loi du silence qui les entoure habituellement). Mais cette compréhension oblige aussi à prendre pleinement en compte la manière dont s’articulent désormais dynamiques scolaires et dynamiques urbaines : ce livre analyse de manière approfondie le cercle vicieux du jeu des renforcements mutuels entre ségrégation urbaine et ségrégation scolaire.

x 11 18 212 p. Epr, l’Impasse nucléaire T Marillier Frédéric essai nucléaire 2008 29/05/08 9782849501603 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société -nucléaire 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA
Les questions d’énergie et de changement climatique prennent une place prépondérante et constituent, à l’échelle du globe, des enjeux cruciaux pour les prochaines décennies. Lancée dans les années 1960, la folle aventure de l’électronucléaire connaît une nouvelle étape avec la construction d’un réacteur nucléaire dit de troisième génération : l’EPR (European Pressurized Reactor). Au carrefour des enjeux énergétiques, industriels et politiques français, l’EPR illustre «  l’autisme  » nucléaire français, bercé par des rêves de grandeur nationale et de technologie triomphante, ignorant la démocratie et les préoccupations environnementales. Ce projet a aussi des implications internationales, avec la volonté affichée de conquérir le marché mondial du nucléaire, notamment en Chine. Technologie obsolète avant même d’être opérationnelle, l’EPR est un projet inutile et dangereux. Il est urgent de stopper cette aberration, avant qu’il ne soit trop tard. Avec cet ouvrage, chacun pourra se faire une opinion à propos de cette nouvelle impasse nucléaire.
x 15 21,5 901 p. La France des années 1968 T Artous Antoine, Epsztajn Didier et Silberstein Patrick histoire 2008 06/03/08 9782849501566 Syllepse Utopie Critique Politique et société -histoire 30,50 € 30.50 présent à Plume(s)
AA AA
En finira-t-on jamais avec Mai 68 ? La droite, toujours prompte à rappeler son souvenir, s’acharne contre ce passé. Quarante ans après, elle en dénonce les traces dans la société française. L’aveu est de taille et, paradoxalement, indique bien l’ampleur et l’intensité de l’événement qui ne peut se circonscrire au seul mois de mai 1968, ni à la France du général de Gaulle. Cet ouvrage en témoigne : la déferlante fut plus large, touchant plusieurs continents, plus longue, se prolongeant jusqu’à la fin des années 1970. Cette « encyclopédie de la contestation » raconte cette fracassante époque et analyse ce soulèvement planétaire.
x 10,5 16,5 172 p. Le front National au travail T Vigilance et initiatives syndicales antifascistes politique 2003 02/05/03 9782847970135 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société 8,11 € 8.11 4,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Le coup de tonnerre du 21 avril avec la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour des élections présidentielles et ses scores importants parmi les chômeurs et les ouvriers ne constitue pas une surprise pour ceux qui ont suivi depuis 1984 la progression du parti fasciste. En effet depuis le début des années 1980, le Front national a mené une politique active sur le terrain social qui a culminé avec la création de syndicats FN mis en échec suite aux poursuites judiciaires menées par la CGT et la CFDT. Après une introduction qui retrace le déploiement du FN sur le terrain social et les réactions du champ syndical progressistes tant au niveau local que national, l’ouvrage est constitué d’une sélection d’informations publiés dans ISA. Une chronique des évènements courants de ce labourage par le FN de la désespérance sociale à l’appui de témoignages et de faits.

Ce livre est téléchargeable ici.

Pour une information plus complète, visitez le site d’Informations syndicales antifascistes

x 10,5 16,5 128 p. Le Medef, un projet de société T Renard Thierry et Cleyre (de) Voltairine essai société 2002 22/01/02 9782913165663 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société 8,11 € 8.11 4,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
La "refondation sociale" du Medef fait couler beaucoup d’encre. Et pourtant, peu de choses ont été dites sur la nouvelle pensée politique du patronat. Du Pare aux retraites, en passant par de nombreux "chantiers", les négociations ont été chroniquées comme de véritables feuilletons. Mais qui se penche aujourd’hui sur la réflexion idéologique du patronat ? Qui a étudié les implications de cette nouvelle "morale du risque" qu’il appelle de ses vœux ? Qui connaît ses modèles : le président mexicain Vicente Fox ou le président du Conseil italien Silvio Berlusconi ? C’est à cette analyse inédite que se sont livrés les deux auteurs de ce pamphlet qui décrypte des écrits relativement peu diffusés des dirigeants patronaux. Pas de doute : derrière la "refondation sociale" voulue par le Medef, s’inscrit bel et bien un projet de société extrêmement travaillé, assumé et cohérent. Un projet qui prend l’allure d’une véritable machine de guerre contre toute forme de solidarité collective.
x 10,5 16,5 196 p. Quels impôts demain ? T Syndicat National Unifié Des Impôts essai économie, société 2007 14/03/07 9782849501290 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société -économie 8,11 € 8.11 présent à Plume(s)
AA AA
Comment financer les mesures proposées ? Les candidats à l’élection présidentielle ne pourront éviter de débattre du système fiscal. Pavé dans la mare des idées reçues, le livre dresse un bilan de notre fiscalité en le replaçant dans le contexte de concurrence fiscale internationale. Les cinq dernières années ont en effet été marquées par une baisse régulière de l’impôt sur le revenu, et de l’importance croissante des niches fiscales, le tout ayant été justifié au nom de la concurrence entre les systèmes fiscaux et sociaux. Le livre passe ainsi en revue les évolutions des différents impôts : impôts d’État et impôts locaux. Il propose enfin une discussion sur les principales pistes de réformes fiscales avancées par les responsables politiques, avant de tracer les pistes d’une réforme fiscale en France mais également en Europe. Un outil aussi pour comprendre. Le livre souhaite rendre accessible au plus grand nombre cette question qui apparaît cantonnée aux spécialistes, mais que les citoyens cernent cependant assez bien dans ses grandes lignes.
x 11,5 19 123 p. Retraites faux problèmes vraies solidarités T Institut de Recherches de la Fsu société 2003 01/01/03 9782847970456 Syllepse Comprendre et agir Politique et société 6,00 € 6.00 épuisé
AA AA

L’allongement de l’espérance de vie et donc de la durée des retraites se combine avec d’autres phénomènes tels que les études plus longues, le chômage, la mobilité, la précarité.

Tout cela modifie les termes dans lesquels se pose la question des retraites. Cela doit-il se traduire par une baisse sensible de leur montant, avec pour les plus modestes le risque d’un retour de la pauvreté ? Ou par un allongement de la durée de cotisation ? Ou la société a-t-elle les moyens de financer collectivement ces retraites plus longues, ce nouvel âge de la vie ? Pour le gouvernement, qui n’hésite pas pour cela à opposer le public et le privé, la cause est entendue.

Certes, l’idée de remplacer les systèmes actuels de répartition par la capitalisation a - provisoirement tout au moins - du plomb dans l’aile avec la débâcle boursière. Mais l’objectif demeure, en France comme dans toute l’Union européenne : il faudrait cotiser plus longtemps, c’est-à-dire retarder dans les faits l’âge de la retraite et, dans le même mouvement, accepter de voir le montant de la pension finalement perçue sérieusement rogné.

Pour la FSU, il y a d’autres choix. Trop chers comme on le répète à l’envi ? Le récent rapport du Conseil d’orientation des retraites montre au contraire que l’avenir est maîtrisable. Il en coûtera tout au plus, retour sur les dégradations de cette dernière décennie compris, quelque six ou sept pour cent supplémentaires du produit intérieur brut répartis sur les quarante années qui viennent. Pas plus que ce qui a été fait pour les retraites au cours de période équivalente qui vient de s’écouler.

Comme le montrent les auteurs, l’éventail est en fait très large. Les pressions pour aller vers des reculs sociaux sont diverses et fortes. Mais rien n’est joué. C’est sans doute l’un des défis les plus importants pour le mouvement syndical aujourd’hui.

x 11 16,5 122 p. Service public : La solidarité face au libéralisme T Cours-Salies Pierre, Gerfaut Jean-François et Lefebvre Jérémie libéralisme 2002 08/11/02 9782847970241 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société 5,07 € 5.07 épuisé
AA AA

Défendre les services publics face aux attaques libérales ne peut se limiter à de simples mouvements de résistance.

Ce n’est qu’en posant un regard lucide sur l’état des services publics aujourd’hui, en définissant les transformations indispensables à en faire des instruments de civilisation, que l’on peut s’opposer au projet néolibéral qui, en "marchandisant" nos sociétés, les déshumanise.

Nous nous sommes rassemblés autour de cette conviction, le 25 mai 2002 à Paris ; citoyens, associations d’usagers, fédérations CGT, SUD, CFDT, FSU de secteurs tels que l’énergie, les transports, la santé, l’éducation.

Nous avons débattu pour la première fois ensemble, dessinant les premiers axes d’un mouvement qui, depuis, se développe dans les régions. Conçu à partir des interventions de ce forum, cet ouvrage propose une approche ambitieuse des services publics, dans un esprit de justice sociale, de démocratie, et de solidarité entre les êtres humains.

x 12 17 217 p. Sortir de l’impasse. Dette et ajustement T Zacharie Arnaud et Toussaint Eric économie, international 2002 01/09/02 9782847970043 Syllepse La Bourse ou la vie Politique et société -économie 8,11 € 8.11 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Suite à la crise de la dette du Tiers-monde du début des années 1980, les pays en développement ont été tenus de s’ajuster au marché mondial en appliquant les recettes du FMI, de la Banque mondiale et, plus tard, de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Aujourd’hui, l’échec économique et humain de ces recettes, compilées dans le Consensus de Washington, est patent. Le Tiers-monde est victime d’un marché mondial instable et contrôlé par les sociétés transnationales du Nord qui se livrent une course à la compétitivité et aux profits sans limite. Ainsi, les remèdes de choc imposés par les créanciers aboutissent au surendettement, à des crises financières à répétition, à la « recolonisation » économique des pays pauvres et à l’enracinement d’une pauvreté massive. Ce livre propose une analyse critique du Consensus de Washington et lance des pistes alternatives en matière d’architecture institutionnelle et financière internationale, de financement du développement et de garantie universelle des droits fondamentaux. La structure de l’ouvrage découpé en questions-réponses et l’apport d’un lexique détaillé font de ce livre un outil pédagogique indispensable.
x 10,5 16,5 130 p. Supprimer les licenciements T Garrouste Laurent essai société, travail 2006 01/03/06 9782849500828 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 8,11 € 8.11 présent à Plume(s)
AA AA

Les luttes de résistance aux licenciements ne débouchent le plus souvent que sur une négociation défensive des réductions d’effectifs. L’idée même de mettre un terme au fléau des licenciements se heurte toujours à l’opinion dominante selon laquelle la flexibilité des effectifs serait le résultat de lois économiques incontestables.

Avec la mondialisation, les capitaux circulent librement et mettent en concurrence les salariés à travers le monde afin d’obtenir les niveaux de rentabilité très élevés qu’exige la finance. Dans ces conditions d’hyper-concurrence, les restructurations deviennent un processus permanent : redécoupages des firmes et délocalisations se multiplient, exerçant un chantage constant sur les salariés et entraînant à chaque fois leur cortège de licenciements.

Sous prétexte de faciliter les créations d’emplois, les politiques libérales ne font qu’accompagner ce mouvement. La « modération » salariale et les baisses de cotisations employeurs ne servent qu’à augmenter des profits qui ne se réinvestissent pas ; les « réformes » du marché du travail visent à faciliter de nouvelles formes de gestion, en précarisant les emplois et en vidant progressivement le droit du travail de tout contenu. Ce livre propose un changement de perspective en se demandant pourquoi et comment mettre fin aux licenciements. Pourquoi ? Parce qu’il n’est plus possible de se plier à cette logique infernale où l’emploi passe après la rémunération des actionnaires. Comment ? En réfléchissant sur deux principes essentiels : d’abord, le principe de continuité du rapport salarial. Il ne faut plus que les employeurs puissent rompre unilatéralement le contrat de travail en abandonnant les travailleurs à leur sort. Le statut de salarié doit devenir permanent, avec les garanties de droits et de revenu qui l’accompagnent. Dans le même temps, le principe « responsable-payeur » doit assurer un financement mutualisé, couvert par les entreprises, des conséquences sociales de la gestion concurrentielle de la main-d’œuvre. Gestion dont celles-ci sont globalement responsables en économie de marché alors qu’elles en reportent de plus en plus la charge sur la collectivité.

Ces deux principes, combinés avec d’autres orientations de politique économique et sociale, esquissent un projet alternatif global qui permet de donner une nouvelle perspective aux luttes contre les licenciements.

x 10,5 16,5 124 p. Un totalitarisme tranquille T Bellon André et Robert Anne-Cécile essai société 2001 10/03/01 9782913165427 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société 7,00 € 7.00 épuisé
AA AA

Prétendre que notre société génère, et ce de façon paisible, une forme de totalitarisme peut être reçu comme une agression inacceptable.

Et pourtant ! Sommes-nous encore en démocratie ? Certes, on nous en parle à longueur de journée ; des interventions militaires sont même décidées au nom de sa défense. Mais ce n’est pas parce qu’on invoque perpétuellement quelque chose que cette chose existe. L’élection présidentielle américaine vient d’illustrer les incohérences des discours officiels. La démocratie est moribonde ; au-delà des incantations, un travail de sape dépossède le citoyen de tout pouvoir politique et le peuple de toute souveraineté ; la démocratie se vide de son contenu concret, elle est battue en brèche à la fois par les intérêts économiques dominants et par la passivité des esprits.

Alors que les intellectuels en vogue, les penseurs officiels et la presse conforme nient ce dépérissement de la liberté, les auteurs forcent la porte cadenassée du débat politique. Face à l’idéologie qui nous entraîne petit à petit, au nom de la modernité et de l’Europe, dans " l’après démocratie ", l’ouvrage montre que les clés d’un renouveau de la démocratie sont à portée de main.

x 10,5 16,5 131 p. Vive la discrimination positive ! T Silberstein Patrick et Le Tréhondat Patrick société 2004 19/10/04 9782849500156 Syllepse Arguments et mouvements Politique et société 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA

Pas plus que la Liberté ou la Fraternité, l’Égalité ne peut être une simple proclamation dont la présence gravée dans la pierre des frontons de nos mairies attesterait de la réalité.

L’Égalité n’est pas un état mais un processus qu’il faut construire, consolider, défendre, approfondir, pour ne pas dire radicaliser. Il s’agit donc d’éclairer le contenu d’une discrimination positive, discrimination " anti-discriminatoire ", et de proposer des mesures démocratiques et égalitaires qui permettraient de sortir des blocages actuels. La discrimination positive est une proposition politique permettant d’allier divers groupes sociaux autour d’un projet qui cristallise la volonté collective de voir la société faire des " efforts " particuliers pour éliminer les discriminations héritées du passé et pour tenter d’empêcher leur reproduction.

En parcourant le monde, des États-Unis à l’Inde, les auteurs dressent un état des lieux des politiques de discrimination positive qui apparaissent, vues de l’Hexagone, comme innovantes dans ce domaine. Enfin, cet ouvrage trace les pistes d’une politique radicalement républicaine. Un point de vue exigeant et sans concession.

x 15 21 240 p. Un zèbre à l’ombre, être instituteur en prison T Blanc Jean-Marie société 2006 01/11/06 9782849501078 Syllepse Nouveaux regards Politique et société -répression 21,00 € 21.00 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis la parution du livre du docteur Vasseur en l’an 2000, et les rapports multiples qui l’ont suivi, nul n’ignore que les droits de l’homme sont bafoués dans les prisons de France, et que la dignité des personnes détenues y est bien souvent piétinée. La prison a fait la preuve de sa contre-productivité. Elle sécrète l’exact contraire de ce qu’elle est censée produire. De ses murs, elle ne libère que des êtres en souffrance, désocialisés, inaptes à l’insertion, n’ayant pas même, bien souvent, les moyens de subvenir légalement à leurs besoins les plus vitaux. La prison, outil de sanction et de préparation au retour à la vie sociale, n’est que « mangeuse d’hommes », finissant d’achever des êtres cabossés par la vie.

L’auteur a travaillé douze années comme enseignant à la maison d’arrêt de Nîmes. Il raconte son expérience et défend une thèse : la « pénitentiarisation » de l’enseignement en milieu carcéral l’écarte de sa mission. En effet, les conditions d’exercice qui lui sont faites rendent de plus en plus périlleuse l’exécution de la mission qui lui est pourtant explicitement assignée. Une mission qui, comme le préconise la circulaire d’orientation signée par les ministères de l’éducation nationale et de la justice, doit se fixer trois objectifs : « soutien à la personne, formation et validation des acquis, ouverture aux différentes formes d’accès au savoir. »

L’auteur s’est basé sur ses observations, sur le journal qu’il a conçu avec ses taulaurds d’élèves, sur ses relations avec ses collègues enseignants et avec le personnel pénitentiaire, sur des mémoires de stages et enfin sur des circulaires et conventions officielles.

x 13 20 320 p. Changer le monde sans prendre le pouvoir
Le sens de la révolution aujourd’hui
T
Holloway John essai politique 2008 21/08/08 9782849501429 Syllepse Utopie Critique Politique et société 20,50 € 20.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Dans son livre Changer le monde sans prendre le pouvoir, Holloway mène une analyse théorique et politique de ce que portent les mouvements sociaux depuis le milieu des années 1990—impulsés notamment par la révolte zapatiste en 1994. Holloway montre que ces mouvements luttent pour un changement radical, mais dans des termes qui n’ont rien à voir avec la radicalité des luttes antérieures qui visaient la prise du pouvoir d’État. Ils sont plutôt en rupture avec la théorie marxiste classique de la révolution, qui se centre uniquement sur la prise du pouvoir institutionnel. Holloway s’interroge sur la manière de reformuler notre compréhension de la révolution en tant que lutte contre le pouvoir et non pas pour le pouvoir. Après un siècle de tentatives manquées visant à mener des changements radicaux, et ce, autant du côté des révolutionnaires que de celui des réformistes, le concept de révolution est entré en crise.

John Holloway, né en Irlande, est docteur en sciences politiques de l’Université d’Edimbourg. Professeur au département de politique de l’université d’Edimbourg, il est aujourd’hui professeur à l’Institut de sciences sociales et humanités Francisco Velez Pliego de l’Université autonome de Puebla, Mexique. Il est notamment l’auteur de The State and Capital : A Marxist Debate (avec Sol Piccioto) et de Zapatista ! Reinventing Revolution in Mexico (avec Eloina Pelaez).

x 13 21 160 p. Une conquête inachevée : le droit des femmes à disposer de leur corps T Haudiquet Valérie, Surduts Maya et Tenenbaum Nora essai féminisme 2008 21/02/08 9782849501481 Syllepse Utopie Critique Politique et société -femmes 10,14 € 10.14 5,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

En dépit d’indiscutables progrès de la condition des femmes, elles rencontrent des empêchements et des freins à la mise en pratique des droits acquis. Pourquoi ? Ce livre en fait le constat et ambitionne d’apporter des éléments de réponses.

Dans le domaine des mœurs, la société française résiste à la remise en cause des rapports sociaux normatifs et « naturalisés ». De ce fait, les principes de liberté et d’égalité énoncés dans la Constitution et les lois de la République ne sont pas respectés. Le tableau en ce qui concerne la place et les droits des femmes est évidemment contrasté. Si les femmes sont désormais massivement présentes dans le salariat, condition essentielle de leur indépendance, elles sont cependant toujours massivement en bas de l’échelle et assujetties. Au travail comme à la maison, dans leur immense majorité, les femmes restent confrontées à des idées et des pratiques enracinées dans les spécificités françaises du sexisme : l’obsession nataliste et l’idéologie de la famille.

Si le contrôle direct des corps par l’Etat a cédé progressivement sous la pression des luttes des femmes, il a trouvé refuge dans la mise en place de prestations sociales incitant à la procréation et au retour au foyer. Quant à la publicité, elle assigne aux femmes à la fois le rôle de séductrices et celui de reproductrices.

Pourtant, la précarité de l’emploi, le temps partiel imposé, les discriminations sexistes, ne les font pas renoncer à se maintenir sur le marché du travail. Contradictoire, la condition actuelle des femmes ? C’est en tout cas la résultante d’une volonté d’aller de l’avant, continuellement refoulée par les conformismes.

Il s’agit donc de poursuivre la conquête, aujourd’hui inachevée, du droit des femmes à disposer de leur vie. Ce livre en dresse l’inventaire.

Anne Hidalgo, première adjointe au maire de Paris, chargée de l’égalité femmes/hommes. Nathalie Bajos, socio-démographe à l’Inserm-Ined  ; Michèle Ferrand, sociologue au CNRS. Jeanne Fagnani, chercheuse au CNRS. Marie-Thérèse Letablier, chercheuse au CNRS. Michel Chauvière, chercheur au CNRS. Dominique Memmi, directrice de recherche au CNRS. Maud Gelly, médecin. Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricienne, chef de service de la maternité des Lilas et présidente de l’ANCIC. Paul Cesbron, gynécologue-obstétricien, secrétaire de la société d’histoire de la naissance. Françoise Laurant, présidente du Planning familial. Fatima Lalem, responsable de la commission contraception du Planning familial. Caroline de Haas, secrétaire générale de l’UNEF. Léa Filoche, secrétaire générale adjointe de la Mutuelle des étudiants. Simone Bateman, sociologue, directrice de recherche, CNRS. Hélène Gaumont-Prat, professeure à l’université de Paris 8, membre du Conseil consultatif national d’éthique.

x 16,5 23 214 p. Démocratie participative et transformation sociale T Coulon Patrick essai politique, démocratie 2008 31/08/08 9782849501931 Syllepse Espace Marx Politique et société -alternatives 18,50 € 18.50 présent à Plume(s)
AA AA

Démocratie participative... Beaucoup de monde y fait référence : du mouvement altermondialiste, à des maires « populo-conservateurs » en passant par des présidents socialistes de régions et certains candidats(e) s à la dernière élection présidentielle. Sociologues, politologues, philosophes ne sont pas en reste. Pour leur part, des élus - certains communistes, d’autres non - s’efforcent d’innover. L’expérience vécue lors de la campagne référendaire sur la constitution européenne, a montré un investissement inédit des citoyens. Des formes nouvelles d’appropriation de la politique ont fini par modifier la donne et le résultat annoncé... Mais s’agit-il bien de ces nouvelles pratiques auxquelles se réfère la « démocratie participative » ? Jusqu’où va le bluff dans la bouche de ceux qui parlent, mais n’entendent aucunement remettre en cause leur rapport au pouvoir ? Un travail de clarification et de confrontations autour des expériences, des acquis, des limites de la démocratie participative s’impose. C’e fut l’objet d’un séminaire tenu à l’initiative de l’association Espaces Marx. Cet ouvrage reprend les auditions réalisées ainsi qu’un certain nombre d’articles rédigés pour l’occasion.

Sont ainsi visités des pratiques en cours, des retours d’expériences, les avancées et limites constatées.

Les espaces des lieux de pouvoir sont aussi évoqués : sont ils des obstacles ou des leviers nécessaires pour la transformation sociale, l’émancipation humaine ?

Enfin sont abordées les questions du rôle des élus, politiques ou non (syndicaux, associatifs...) , des partis politiques ainsi que celles des pouvoirs effectifs des citoyens dans les institutions et sur leur lieux de travail.

x 21 29,7 48 p. Dette odieuse T Millet Damien et Chauvreau Frédéric BD économie, tiers-monde, dette 2006 01/05/06 9782849500033 Syllepse La Bourse ou la vie BD -doc 9,13 € 9.13 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Dans de nombreux pays, une dictature a laissé en héritage une dette colossale. Cette dette odieuse, qui a servi à renforcer et à enrichir un régime despotique, n’a pas à être remboursée par les populations meurtries par ce même régime.

A travers 4 pays emblématiques, Frédéric Chauvreau et Damien Millet nous font suivre 4 destins pétris de révolte et d’espoir. Le vieux congolais, la danseuse indonésienne, la mère irakienne, le jeune argentin sont autant de témoins des ravages de la dette odieuse.

Depuis le début des années 1980, le mécanisme de la dette du Tiers Monde permet au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale, aux entreprises multinationales et à quelques grandes puissances d’exercer une domination implacable sur l’économie mondiale, au détriment de milliards d’hommes et de femmes dont les droits fondamentaux sont bafoués. Dès lors, l’annulation totale et inconditionnelle de la dette du Tiers Monde constitue le premier pas indispensable vers la construction d’un monde soucieux d’égalité, de fraternité et de justice.

Pour la première fois, une bande dessinée présente un axe majeur de ce combat : la dette odieuse.