Articles de l'éditeur Seuil - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Seuil


courriels
415 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
... | 220 | 240 | 260 | 280 | 300 | 320 | 340 | 360 | 380 | 400

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 185 p. Les usurpateurs
Comment les entreprises transnationales prennent le pouvoir
T
George Susan essai mondialisation 2014 23/10/14 9782021093261 Seuil Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA
Sur quoi repose la légitimité de nos démocraties ? Sur le vote des citoyens, et la délégation de pouvoir qui en résulte. Dès lors, sur quoi repose la légitimité des prétendus experts, consultants, avocats d’affaires, lobbyistes, cadres et hauts dirigeants des entreprises transnationales qui, dans l’ombre, oeuvrent notamment à l’établissement des accords commerciaux internationaux (type Traité transatlantique) ? Sur rien de légitime.
Ces hommes ne travaillent qu’à enrichir leurs employeurs ou eux-mêmes. Ils tournent radicalement le dos à l’idée même de bien public. Ils se moquent des frontières comme des populations. Ils foulent aux pieds nos institutions, et celles-ci, aujourd’hui si faibles, leur abandonnent la gouvernance de nos vies, de nos emplois, de notre santé. En s’enrichissant, ils nous appauvrissent, et sont les premiers responsables de l’apocalypse écologique qui nous menace.
Au terme de ce brillant réquisitoire, Susan George nous convainc que, s’il reste un combat à mener d’urgence, c’est bien celui qui mettra à bas ce pouvoir illégitime pour le redonner aux peuples.
x 14,5 22 256 p. Utopies réalistes T Bregman Rutger essai utopie 2017 24/08/17 9782021361872 Seuil Sciences humaines Politique et société -alternatives 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA
L’historien et journaliste propose un essai où il explique comment construire un monde idéal et ne pas céder au déclinisme, grâce à plusieurs utopies : éliminer la pauvreté, créer la semaine de quinze heures, réduire les inégalités ou encore ouvrir les frontières. Selon lui, avoir le courage de l’utopie est l’unique moyen de construire un monde meilleur.
x 19 27 32 p. Le ver de terre
Les sciences naturelles de Tatsu Nagata
T
Nagata Tatsu jeunesse nature, animaux 2010 26/08/10 9782021031218 Seuil Creation Jeunesse Jeunesse -nature 9,90 € 9.90 actuellement indisponible
AA AA
À l’attention des enfants de maternelle, ces petits ouvrages, loin des documentaires rébarbatifs, font découvrir les choses de la nature avec le souci du fait scientifique, mais aussi avec décalage et humour.
x 14 20,5 103 p. Vers une démocratie écologique
Le citoyen, le savant et le politique
T
Bourg Dominique et Whiteside Kerry essai écologie, politique 2010 07/10/10 9782021022988 Seuil La république des idées Politique et société -écologie 11,80 € 11.80 présent à Plume(s)
AA AA

Les dégradations que nous infligeons à la planète menacent l’avenir et la survie de l’humanité.

Or l’urgence de la situation ne débouche pas sur des décisions fermes et concrètes. Jusqu’à quand ? Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cet attentisme s’explique d’abord par une inaptitude politique : la démocratie représentative n’est pas en mesure de répondre aux problèmes écologiques contemporains. Ce livre propose des solutions, tant institutionnelles que délibératives, pour relever le défi et refonder notre sens du bien commun.

Sauvegarder la biosphère exige de repenser la démocratie elle-même.

x 24 24 240 p. Vert - Histoire d’une couleur T Pastoureau Michel 2013 17/10/13 9782021093254 Seuil Beaux Livres Relies Divers 39,00 € 39.00 sur commande ?
AA AA

Aimez-vous le vert ? À cette question les réponses sont partagées. En Europe, une personne sur six environ a le vert pour couleur préférée ; mais il s’en trouve presque autant pour détester le vert, tant chez les hommes que chez les femmes. Le vert est une couleur ambivalente, sinon ambiguë : symbole de vie, de sève, de chance et d’espérance d’un côté, il est de l’autre associé au poison, au malheur, au Diable et à ses créatures.

Le livre de Michel Pastoureau retrace la longue histoire sociale, artistique et symbolique du vert dans les sociétés européennes, de la Grèce antique jusqu’à nos jours. Il souligne combien cette couleur qui a longtemps été difficile à fabriquer, et plus encore à fixer, n’est pas seulement celle de la végétation, mais aussi et surtout celle du Destin. Chimiquement instable, le vert a symboliquement été associé à tout ce qui était instable : l’enfance, l’amour, la chance, le jeu, le hasard, l’argent.

Ce n’est qu’à l’époque romantique qu’il est définitivement devenu la couleur de la nature, puis celle de la santé, de l’hygiène et enfin de l’écologie. Aujourd’hui, l’Occident lui confie l’impossible mission de sauver la planète.

x 14,5 22 410 p. Vie et destin de Jésus de Nazareth T Marguerat Daniel biographie religion 2019 28/03/19 9782021280340 Seuil Religion Divers 23,00 € 23 sur commande ?
AA AA
Jésus est à la mode. Historiens, écrivains, cinéastes tentent de percer le mystère : qui était l’homme de Nazareth ? A-t-il eu un père ? Qu’ambitionnait-il de faire ? Pourquoi est-il mort ? Ce livre n’esquive aucune question. Il est l’œuvre d’un historien, théologien, spécialiste de l’Antiquité. Il entraîne le lecteur, la lectrice à examiner les documents, à chercher des preuves, à dépasser les réponses ressassées pour en apercevoir d’autres. On découvre quels soupçons, déjà du temps de Jésus, pesaient sur sa naissance. On fait la connaissance de son maître spirituel, Jean dit le Baptiseur. Les diverses facettes de ce juif exceptionnel sont explorées : Jésus le guérisseur, Jésus le poète du Royaume, Jésus le maître de sagesse. Ses amis (hommes et femmes) et ses adversaires sont nommés. Les raisons de sa mort (pourquoi est-il monté à Jérusalem ?) sont analysées. La naissance de la croyance en la résurrection est scrutée. La fabuleuse destinée de Jésus dans les trois grands monothéismes est aussi retracée : christianisme, judaïsme et islam ont construit de lui une image, à chaque fois différente. Le livre est aussi passionnant qu’une enquête policière. Dans un style vif et clair, Daniel Marguerat livre ici le meilleur de la recherche récente, tenant ses lecteurs en haleine jusqu’aux dernières pages.
x 14 20,5 195 p. La vie, quelle entreprise !
Pour une révolution écologique de l’économie
T
Barbault Robert et Weber Jacques essai écologie, économie 2010 09/09/10 9782021030020 Seuil science ouverte Politique et société -économie 19,30 € 19.30 présent à Plume(s)
AA AA

Dans le contexte actuel de crise économique et sociale, parler de la Nature peut passer pour de l’inconscience ou de la provocation.

Pourtant, l’édifice humain tout entier repose sur la Nature, dont la biodiversité est l’un des visages. Et la Vie sur notre planète nous offre l’exemple même d’un développement durable dont nos entreprises pourraient bien s’inspirer. Car ce n’est qu’en prenant en compte l’ensemble de la biosphère que nous pourrons espérer comprendre comment, devant les dangers que court l’humanité de son propre fait, il lui est possible de redresser la barre.

Dans cette perspective, il est nécessaire que l’écologie et l’économie s’allient pour que la première devienne plus réaliste et la seconde plus humaine. A cette fin, ce livre associe les regards et les compétences du naturaliste et de l’anthropologue.

x 23 30 16 p. La ville T Cosneau Olivia jeunesse, coloriage 2010 13/05/10 9782021026702 Seuil dessine et colorie Jeunesse -activités 7,10 € 7.10 épuisé
AA AA
Un album d’activités où l’enfant peut se laisser guider par ce qui est déjà complété par l’artiste tout en laissant une large place à sa créativité.

Sur un système d’illustrations qui fonctionnent en double pages, ce titre propose un tour en ville et un panorama de ses lieux les plus représentatifs.

Sur la page de gauche, une illustration terminée qui montre un lieu. Sur la page de droite, un début d’illustration où il reste énormément de choses à compléter. Les couleurs, mais pas seulement. Il faut faire preuve d’imagination pour terminer les scènes : meubler sa maison, remplir la vitrine de la boulangerie, ou encore dessiner ce qui se passe dans la cour de l’école, pour les situations et les lieux familiers.

Mais aussi des scènes plus citadines : mettre des passagers dans un bus (ou à l’arrêt du bus), ajouter des voitures pour former un énorme bouchon (la ville, c’est aussi ça !), ou terminer le plan du quartier. L’illustration d’Olivia Cosneau est riche en couleurs. Les personnages sont familiers. De quoi donner envie de dessiner. Dans la même série : La Campagne, à dessiner et colorier.

x 13 18,5 144 p. Vivant jusqu’à la mort
suivi de Fragments
T
Ricoeur Paul essai 2007 02/03/07 9782020925983 Seuil La couleur des idées Politique et société -philosophie 14,20 € 14.20 sur commande ?
AA AA

Dans cette très belle méditation, un philosophe se débat avec l’espérance de survivre, tout en se trouvant dans l’impossibilité intellectuelle et spirituelle d’acquiescer à toute vision naïve d’un autre monde qui serait le monde en double, ou la copie, de ce monde-ci.

Il faut faire le deuil de toute image, de toute représentation.

C’est en 1996 que Paul Ricoeur, âgé de 83 ans, pose la question : "Que puis-je dire de ma mort ?" Comment "faire le deuil d’un vouloir-exister après la mort " ? Cette longue réflexion sur le mourir, sur le moribond et son rapport à la mort, également sur l’après-vie (la résurrection), passe par deux médiations : des textes de survivants des camps (Semprun, Levi) et une confrontation avec un livre du grand exégète Xavier Léon-Dufour sur la résurrection.

La seconde partie du livre est faire de textes écrits en 2004 et 2005, que le philosophe a lui-même appelés "fragments " (sur le " temps de 1�uvre " et le temps de la vie", sur le hasard d’être né chrétien, sur l’imputation d’être un philosophe chrétien, sur la controverse, sur Derrida, sur le Notre Père...).

Textes courts, rédigés parfois d’une main tremblante, alors qu’il est déjà très fatigué. Le dernier, de Pâques 2005, a été écrit un mois avant sa mort.

x 13 18,5 182 p. Vive la crise !
Ou l’art de répéter (inlassablement) dans les médias qu’il est urgent de réformer (enfin) ce pays de feignants et d’assistés qui vit (vraiment) au-dessus de ses moyens
T
Fontenelle Sébastien essai crise 2012 01/03/12 9782021057713 Seuil Essais Politique et société 14,70 € 14.70 sur commande ?
AA AA

Au début des années 1980, de dévoués clercs de médias, à Libération, au Nouvel Observateur et ailleurs, se sont donnés pour mission de faciliter l’" entrée du capitalisme dans la gauche ".

Et par l’effet d’une assez heureuse coïncidence, cette ambition correspondait très exactement à celles des " socialistes " de gouvernement, qui ambitionnaient, de rompre avec... le socialisme. Cet exigeant reniement requérait un solide travail de " pédagogie ", qui se déploya dans toute inventivité en 1984, dans la confection de la stupéfiante émission " Vive la crise ! ", présenté par l’ancien communiste Yves Montand.

Or, depuis la crise de 2008, l’édifice idéologique qu’ils avaient si patiemment construit n’en finit plus de se disloquer, emportant un à un les piliers où s’ancrait leur dogmatisme libéral. Cette dislocation aurait pu inciter ces obstinés forgerons du consentement à " l’horreur économique " à plus de modestie. Mais les pontifes ont ceci de particulier, qu’ils ne connaissent pas la honte : tout en fustigeant les " dérives " du " capitalisme financier ", ils continuent de répéter (inlassablement) qu’il est urgent de réformer (enfin) ce pays de feignants et d’assistés qui vit (vraiment) au-dessus de ses moyens....

x 23,6 33,8 42 p. Vive la musique chats pelés jeunesse musique 1995 01/09/95 9782020218757 Seuil Jeunesse -apprentissages 15,20 € 15.20 sur commande ?
AA AA
x 14,3 22 243 p. Volontaires pour l’usine
Vies d’établis (1967-1977)
T
Linhart Virginie essai 2010 11/05/10 9782021027921 Seuil Histoire Contemporaine Essais Politique et société 18,30 € 18.30 sur commande ?
AA AA

Avant et après Mai 68 ils furent quelques dizaines, puis presque un millier, à quitter leur famille, à abandonner leurs études, pour partir travailler en usine.

Ils renonçaient à leur statut d’intellectuel, choisissaient de vivre aux côtés des ouvriers, insufflant l’idée révolutionnaire dans les usines. Ils s’inspiraient des recommandations du président Mao Tse Toung qui prônait de " descendre de cheval pour cueillir les fleurs ". On les a appelés " les établis ", un terme mystérieux qui, au fil des années, ne disait quasiment plus rien à personne alors que j’avais passé mon enfance parmi eux.

Lorsque j’ai commencé à partir à la recherche de ceux qui s’étaient établis, j’avais leur âge : celui de leur départ en usine. C’était pour moi la première tentative de réconciliation avec le passé militant de mes parents dont je ne connaissais que les désenchantements. Au fil des récits, au rythme des paroles recueillies, je découvrais les références, les aspirations et les désillusions d’une époque où l’engagement était total.

Je pensais alors que si je parvenais à bien comprendre cette histoire, la mienne ferait sens. J’ignorais encore qu’après les parents il me faudrait aller chercher leurs enfants dans un autre récit, écrit vingt ans plus tard, pour enfin avoir le sentiment que les petits cailloux ramassés en chemin toutes ces années m’avaient permis de trouver ma propre route.

x 14,5 22 378 p. Voyages en France T Dupin Eric reportage France, identité 2011 10/03/11 9782021002744 Seuil Divers 21,30 € 21.30 présent à Plume(s)
AA AA

Dix-sept voyages à travers l’hexagone, dix-sept enquêtes sur la vie quotidienne de nos concitoyens, dix-sept portraits ethnologiques d’une nation plus diverse qu’on ne le croit.

Se consacrant depuis des années à l’analyse politique, le talent journalistique d’Eric Dupin s’est ici risqué à une vaste enquête de terrain. Le récit de ses observations est passionnant. En train, en voiture, à pied, à vélo, le reporter est parti à la rencontre de centaines de personnes de tous âges et de toutes origines, exerçant mille métiers. On approche et découvre des agriculteurs, des ouvriers, des cols bleus et blancs, des artisans, des artistes, des chômeurs, des retraités et des jeunes, des fonctionnaires et des "débrouillards", des citadins, des néo-ruraux et des banlieusards.

Tous parlent de leur quotidien, de leur lieu de vie, de leur travail ou de leurs rêves. Le portrait ainsi brossé de notre pays et de ses habitants est à la fois vivifiant et cruellement contrasté. Mais un trait commun semble dominer chez tous : ce que Dupin appelle la "fatigue de la modernité".

x 15,2 24 407 p. Ward - Ier-IIe siècle T Werst Frédéric roman langues, civilisation 2011 13/01/11 9782021035728 Seuil Fiction & Cie Littérature 22,30 € 22.30 présent à Plume(s)
AA AA

Soit un peuple imaginaire.

Ils s’appelleraient les Wards. Ils parleraient une langue nommée le wardwesân. En des temps anciens, ils auraient habité le continent du nord. Mais après la chute de leur première capitale, ils se seraient peu à peu installés sur le continent du sud. C’est là, vers l’année zéro de leur calendrier, qu’ils auraient fondé un nouveau royaume, l’Aghâr, sous la conduite de leur chef Zaragabal. Poussés par le désir de fixer leurs traditions, leurs croyances, leurs idées et leurs rêves, ils se seraient mis à écrire abondamment.

Alors aurait commencé la période "classique" de leur histoire et de leur littérature. C’est cette littérature que j’ai voulu reconstituer ici, me référant à nos connaissances les plus actuelles sur les Wards. Le présent volume est une anthologie des oeuvres composées par ce peuple aux ter et lie siècles après Zaragabal. C’est un recueil bilingue : les extraits qui le composent y figurent dans leur version originale en wardwesân, accompagnés d’une traduction française.

Le lecteur découvrira ainsi des poètes et des prosateurs, des mythes et des récits, des textes religieux ou philosophiques, des fragments relevant de l’histoire, de la géographie et de quelques autres domaines. Une rapide notice introduit chacun de ces extraits. Un abrégé de la grammaire du wardwesân ainsi qu’un lexique aideront les lecteurs qui le souhaitent à tenter de nouvelles traductions.

x 15,2 24 530 p. Zomia
ou l’art de ne pas être gouverné
T
C. Scott James essai ethnologie 2013 14/02/13 9782021049923 Seuil Politique et société 27,00 € 27.00 remplacé >>(2019)
AA AA

Depuis deux mille ans, les communautés montagneuses d’une vaste région d’Asie du Sud-Est refusent obstinément leur intégration à l’État. Zomia : c’est le nom de cette zone d’insoumission qui n’apparaît sur aucune carte, où les fugitifs – environ 100 millions de personnes –, se sont réfugiés pour échapper au contrôle des gouvernements des plaines. Traités comme des « barbares » par les États qui cherchaient à les soumettre, ces peuples nomades ont mis en place des stratégies de résistance parfois surprenantes pour échapper à l’État, synonyme de travail forcé, d’impôt, de conscription.

Privilégiant des modèles politiques d’auto-organisation comme alternative au Léviathan étatique, certains sont allés jusqu’à choisir d’abandonner l’écriture pour éviter la consignation, synonyme d’appropriation de leur mémoire et de leur identité. Poursuivant les intuitions et travaux de Pierre Clastres et Michel Foucault, l’auteur nous propose une étonnante contre-histoire de la modernité. Car Zomia met au défi les délimitations géographiques traditionnelles et les évidences politiques, et pose des questions essentielles : que signifie la « civilisation » ? Que peut-on apprendre des peuples qui ont voulu y échapper ? Quelle est la nature des relations entre États, territoire, populations, frontières ? Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la disparition de la rebelle Zomia paraît inéluctable.

Mais son histoire nous rappelle que la « civilisation » peut être synonyme d’oppression, et que le sens de l’histoire n’est aussi pas univoque qu’on le croit.