Articles de l'éditeur Seuil - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Seuil


courriels
415 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
... | 220 | 240 | 260 | 280 | 300 | 320 | 340 | 360 | 380 | 400

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 224 p. L’héritage d’Anna
Une fable sur le climat et l’environnement
T
Gaarder Jostein jeunesse, roman climat 2015 12/02/15 9791023501070 Seuil Jeunesse -littérature 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Anna, jeune norvégienne d’aujourd’hui préoccupée par le sort de la planète, découvre qu’elle peut communiquer, au travers d’étranges rêves très réalistes, avec son arrière petite-fille vivant presque un siècle plus tard. Alertée par cette dernière de l’état dramatique dans lequel se trouve la planète à la fin de ce siècle, Anna n’a plus qu’une obsession : trouver le moyen d’influencer le présent pour garantir à ses descendants un avenir meilleur, et surtout plus vert.
x 19 27 31 p. Bzzz
Une histoire de mouches
T
Colin-Fromont Cécile société 2007 05/04/07 9782020932363 Seuil Jeunesse -nature 10,10 € 10.10 épuisé
AA AA
C’est elle qui a goûté tes coquillettes, qui a osé se poser sur ta fourchette et qui, quelle horreur, a déposé des petites crottes sur la lanière de ta sandalette ! Mais, attends avant de sortir ta tapette : cette petite mouche, es-tu bien sûr de la connaître ? BZZZZ, une histoire de mouches pour tout savoir sur ces insectes à la fois familiers et méconnus qui forment une grande famille : leur vie, leurs habitudes, leurs records, leur place dans la nature.
x 15,5 24 480 p. Sensible Moyen Age
Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval
T
Boquet Damien et Nagy Piroska essai histoire, émotions, moyen-âge 2015 15/10/15 9782020976459 Seuil L’Univers historique Politique et société 25,00 € 25.00 sur commande ?
AA AA

Que peut-on savoir de la vie affective du Moyen Age ? Sur ce sujet longtemps négligé, les sources sont pourtant nombreuses : la littérature profane et spirituelle, l’iconographie, les chroniques, mais aussi la théologie et la médecine nous livrent mille indices sur la place des émotions dans la vie sociale. De la colère d’un puissant à l’indignation du petit peuple, de la honte démonstrative d’une sainte à la crainte de la honte d’un grand, de l’amitié entre moines à la souffrance à l’imitation du Christ, de l’enthousiasme d’un groupe de croisés à la peur d’une ville entière face à la guerre ou à la peste qui approche, les exemples sont multiples.

L’émotion n’est pas l’expression d’une confusion des esprits ni d’un chaos des règles sociales. Tous ces éclats de joie et de douleur, signes d’une humanité entière, produisent du sens qui ne se comprend que dans son contexte. Tout au long du millénaire médiéval, un modèle chrétien d’affectivité, élaboré à petite échelle dans les laboratoires monastiques, se construit, se répand, pénètre la société, tout en interagissant avec d’autres modèles, déjà présents ou en voie de construction parallèle, comme celui de la culture de cour.

D’où qu’on la regarde, on constate que l’émotion au Moyen Age irrigue les relations sociales, dans une diversité d’interprétations et une vitalité culturelle qui impressionnent.

x 15 24 496 p. La contamination du monde
Une histoire des pollutions à l’âge industriel
T
Jarrige François histoire pollution 2017 05/10/17 9782021085761 Seuil Univers Historique Politique et société -écologie 25,00 € 25.00 présent à Plume(s)
AA AA

Autrefois sources de nuisances locales circonscrites, les effets des activités humaines sur l’environnement se sont transformés en pollutions globales. Le climat se réchauffe, les mers s’acidifient, les espèces disparaissent, les corps s’altèrent : en rendre compte d’un point de vue historique permet de ne pas sombrer dans la sidération ni dans le découragement face à un processus qui semble devenu inéluctable. Car le grand mouvement de contamination du monde qui s’ouvre avec l’industrialisation est avant tout un fait social et politique, marqué par des cycles successifs, des rapports de force, des inerties, des transformations culturelles.

En embrassant l’histoire des pollutions sur trois cents ans, à l’échelle mondiale, François Jarrige et Thomas Le Roux explorent les conflits et l’organisation des pouvoirs à l’âge industriel, mais aussi les dynamiques qui ont modelé la modernité capitaliste et ses imaginaires du progrès.

x 15,5 24 312 p. L’apocalypse joyeuse
Une histoire du risque technologique
T
Fressoz Jean-Baptiste essai technologies 2012 23/02/12 9782021056983 Seuil L’Univers historique Politique et société 23,30 € 23.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pour certains analystes, nous serions entrés, depuis peu, dans une modernité enfin réflexive, succédant à une modernité simple de la révolution scientifique puis de la révolution industrielle qui aurait été aveugles aux risques et aux effets secondaires de la civilisation technicienne sur l’environnement. Mais sommes-nous les premiers à distinguer dans les lumières éblouissantes du progrès technique, l’ombre de ses dangers ? En occultant la réflexivité environnementale des sociétés passées, ce schéma simpliste dépolitise l’histoire longue de la destruction des environnements et altère notre possibilité d’appréhender lucidement la crise environnementale actuelle.

Pour éviter cette amnésie, une histoire politique du risque technologique et de sa régulation sur la longue durée était nécessaire. L’Apocalypse joyeuse expose l’entrée de la France et de la Grande-Bretagne dans la modernité industrielle (fin XVIIIe -XIXe siècle), celle des vaccins, des machines, des usines chimiques et des locomotives. Elle nous plonge au cœur des controverses vives qui surgirent autour des risques et des nuisances de ces innovations, et montre comment les critiques et les contestations furent réduites ou surmontées pour qu’advienne la société industrielle.

L’histoire du risque ici racontée n’est pas celle d’une prise de conscience, mais celle de la construction d’une certaine inconscience modernisatrice.

x 27,5 38,7 40 p. 14-18
Une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux
T
Dedieu Thierry jeunesse 14-18 2014 07/02/14 9791023501544 Seuil Politique et société -histoire 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le concept du livre se résume dans le sous titre : une minute de silence à nos arrières grands-pères courageux. Cette "minute de silence" correspond aux conditions presque réelles de lecture de l’album.

Le livre s’ouvre sur cette confidence :

"Chère Adèle, il n’y a plus de mots pour décrire ce que je vis." S’ensuit une série d’illustrations saisissantes au pastel montrant/dénonçant l’atrocité de la guerre, sa solitude, les peurs et angoisses qu’elle génère, ses dommages, et ses morts.

A la fin de l’ouvrage, une enveloppe est collée sur les gardes. Elle contient une lettre d’Adèle, en réponse aux quelques mots de Gustave. La lettre de la femme du poilu est pleine de mots, profondément intime.

D’un côté, au front, des visions d’horreur et la douleur muette des combattants dans un fracas d’obus.

De l’autre pour les familles, les civils à l’arrière, dans le silence des maisons vidées de leurs hommes, des interrogations, des mots et des manques.

C’est tout cela que dit ce livre poignant, véritable hommage à nos grands-parents et arrières grands-parents, victimes et héros de cette Grande Guerre.

x 13 18,5 208 p. Punir
Une passion contemporaine
T
Fassin Didier essai prison, punition 2017 05/01/17 9782021327083 Seuil Debats Politique et société -répression 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Au cours des dernières décennies, la plupart des sociétés se sont faites plus répressives, leurs lois plus sévères, leurs juges plus inflexibles, et ceci sans lien direct avec l’évolution de la délinquance et de la criminalité. Dans ce livre, qui met en œuvre une approche à la fois généalogique et ethnographique, Didier Fassin s’efforce de saisir les enjeux de ce moment punitif en repartant des fondements mêmes du châtiment.

Qu’est-ce que punir ? Pourquoi punit-on ? Qui punit-on ? A travers ces trois questions, il engage un dialogue critique avec la philosophie morale et la théorie juridique. Puisant ses illustrations dans des contextes historiques et nationaux variés, il montre notamment que la réponse au crime n’a pas toujours été associée à l’infliction d’une souffrance, que le châtiment ne procède pas seulement des logiques rationnelles servant à le légitimer et que l’alourdissement des peines a souvent pour résultat de les différencier socialement, et donc d’accroître les inégalités.

A rebours du populisme pénal triomphant, cette enquête propose une salutaire révision des présupposés qui nourrissent la passion de punir et invite à repenser la place du châtiment dans le monde contemporain.

x 14 19 330 p. L’âge des low-tech
Vers une civilisation techniquement soutenable
T
Bihouix Philippe essai techniques 2014 03/04/14 9782021160727 Seuil Anthropocène Politique et société 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

Face aux signaux alarmants de la crise globale ; croissance en berne, tensions sur l’énergie et les matières premières, effondrement de la biodiversité, dégradation et destruction des sols, changement climatique et pollution généralisée, on cherche à nous rassurer. Les technologies "vertes" seraient sur le point de sauver la planète et la croissance grâce à une quatrième révolution industrielle, celle des énergies renouvelables, des réseaux intelligents, de l’économie circulaire, des nano-bio-technologies et des imprimantes 3D.

Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies tant vantées nous conduisent pourtant dans l’impasse. Ce livre démonte un à un les mirages des innovations high tech, et propose de prendre le contre-pied de la course en avant technologique en se tournant vers les low tech, les "basses technologies". Il ne s’agit pas de revenir à la bougie, mais de conserver un niveau de confort et de civilisation agréables tout en évitant les chocs des pénuries à venir.

Si l’auteur met à bas nos dernières illusions, c’est pour mieux explorer les voies possibles vers un système économique et industriel soutenable dans une planète finie.

x 15,5 24 384 p. Le commencement d’un monde
Vers une modernité métisse
T
Guillebaud Jean-Claude essai société 2008 21/08/08 9782020967075 Seuil Politique et société 22,30 € 22.30 sur commande ?
AA AA

Nous sommes au commencement d’un monde. Vécu dans la crainte, ce prodigieux surgissement signe la disparition de l’ancien monde, celui dans lequel nous sommes nés. Pourtant, la sourde inquiétude qui habite nos sociétés doit être dépassée. Le monde « nouveau » qui naît sous nos yeux est sans doute porteur de menaces mais plus encore de promesses. Il correspond à l’émergence d’une modernité radicalement « autre ». Elle ne se confond plus avec l’Occident comme ce fut le cas pendant quatre siècles. Une longue séquence historique s’achève et la stricte hégémonie occidentale prend fin. Nous sommes en marche vers une modernité métisse.

Deux malentendus nous empêchent de prendre la vraie mesure de l’événement. On annonce un « choc » des civilisations, alors même que c’est d’une rencontre progressive qu’il s’agit. On s’inquiète d’une aggravation des différences entre les peuples, quand les influences réciproques n’ont jamais été aussi fortes. Le discours dominant est trompeur. En réalité, au-delà des apparences, les « civilisations » se rapprochent les unes des autres. De l’Afrique à la Chine et de l’Inde à l’Amérique latine, Jean-Claude Guillebaud examine posément l’état des grandes cultures en mouvement, pour décrire l’avènement prometteur – et périlleux - d’une véritable modernité planétaire. Ce rendez-vous pourrait connaître des revers et engendrer des violences. Il est pourtant inéluctable et sans équivalent dans l’histoire humaine.

Jean-Claude Guillebaud, avec ce livre, parachève sa grande « enquête sur le désarroi contemporain », engagée en 1995 et plusieurs fois couronnée par des prix ou récompenses internationales.

x 14,3 22 243 p. Volontaires pour l’usine
Vies d’établis (1967-1977)
T
Linhart Virginie essai 2010 11/05/10 9782021027921 Seuil Histoire Contemporaine Essais Politique et société 18,30 € 18.30 sur commande ?
AA AA

Avant et après Mai 68 ils furent quelques dizaines, puis presque un millier, à quitter leur famille, à abandonner leurs études, pour partir travailler en usine.

Ils renonçaient à leur statut d’intellectuel, choisissaient de vivre aux côtés des ouvriers, insufflant l’idée révolutionnaire dans les usines. Ils s’inspiraient des recommandations du président Mao Tse Toung qui prônait de " descendre de cheval pour cueillir les fleurs ". On les a appelés " les établis ", un terme mystérieux qui, au fil des années, ne disait quasiment plus rien à personne alors que j’avais passé mon enfance parmi eux.

Lorsque j’ai commencé à partir à la recherche de ceux qui s’étaient établis, j’avais leur âge : celui de leur départ en usine. C’était pour moi la première tentative de réconciliation avec le passé militant de mes parents dont je ne connaissais que les désenchantements. Au fil des récits, au rythme des paroles recueillies, je découvrais les références, les aspirations et les désillusions d’une époque où l’engagement était total.

Je pensais alors que si je parvenais à bien comprendre cette histoire, la mienne ferait sens. J’ignorais encore qu’après les parents il me faudrait aller chercher leurs enfants dans un autre récit, écrit vingt ans plus tard, pour enfin avoir le sentiment que les petits cailloux ramassés en chemin toutes ces années m’avaient permis de trouver ma propre route.

x 14 19 336 p. Une autre fin du monde est possible
Vivre l’effondrement (et pas seulement y survivre)
T
Chapelle Gauthier, Servigne Pablo et Stevens Raphaël essai alternatives 2018 18/10/18 9782021332582 Seuil Anthropocène Politique et société -alternatives 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

La situation critique dans laquelle se trouve la planète n’est plus à démontrer. Des effondrements sont déjà en cours tandis que d’autres s’amorcent, faisant grandir la possibilité d’un emballement global qui signifierait la fin du monde tel que nous le connaissons. Le choix de notre génération est cornélien : soit nous attendons de subir de plein fouet la violence des cataclysmes à venir, soit, pour en éviter certains, nous prenons un virage si serré qu’il déclencherait notre propre fin-du-monde-industriel.

L’horizon se trouve désormais au-delà : imaginer la suite, tout en se préparant à vivre des années de désorganisation et d’incertitude. En toute honnêteté, qui est prêt à cela ? Est-il possible de se remettre d’un déluge de mauvaises nouvelles ? Peut-on simplement se contenter de vouloir survivre ? Comment se projeter au-delà, voir plus grand, et trouver des manières de vivre ces effondrements ? Dans ce deuxième opus, après Comment tout peut s’effondrer, les auteurs montrent qu’un changement de cap ouvrant à de nouveaux horizons passe nécessairement par un cheminement intérieur et par une remise en question radicale de notre vision du monde.

Par-delà optimisme et pessimisme, ce sentier non-balisé part de la collapsologie et mène à ce que l’on pourrait appeler la collapsosophie...

x 14 20,5 319 p. Le passage des sorciers
Voyage initiatique d’une femme vers l’autre réalité
T
Abelar Taisha 1998 26/05/98 9782020219488 Seuil Divers 44,00 € 44.00 épuisé
AA AA

Vers la fin des années 1960, l’auteur, une jeune Américaine, rencontre dans le désert de l’Arizona Clara Grau, une mystérieuse et charismatique Mexicaine qui l’invite à passer quelque temps chez elle dans l’Etat de Sonora au Mexique. Une fois sur place, Taisha Abelar se rend compte qu’elle a été choisie par un groupe de sorciers pour être initiée à la connaissance et au pouvoir qui lui permettront d’atteindre d’autres plans de perception.

Son livre est le récit autobiographique de cette lente, passionnante et exigeante initiation dont le point culminant sera le passage des sorciers, qui consiste en ce que Taisha appelle le vol abstrait, technique permettant le passage du monde ordinaire à une autre réalité.

Le clan des sorciers Abelar (d’où le pseudonyme de l’auteur) appartient à l’école d’enseignement de Don Juan Matus, l’instructeur de l’anthropologue Carlos Castaneda, dont les romans d’apprentissage ont passionné des millions de lecteurs.

x 14,5 22 360 p. Comprendre la biodiversité
Vrais problèmes et idées fausses
T
Pavé Alain essai biodiversité 2019 14/02/19 9782021341508 Seuil Science Ouverte Politique et société -écologie 21,00 € 21.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La biodiversité est aujourd’hui l’un des maîtres-mots de tout discours environnemental. Après une trentaine d’années de diffusion du terme, un examen attentif fait pourtant apparaître que son succès médiatique s’est accompagné d’un affaiblissement de sa validité scientifique. Ont surgi nombre d’arguments qui s’éloignent des faits avérés ou des analyses sérieuses, conduisant ainsi à un catastrophisme ambiant mal fondé.

Alain Pavé, dont la compétence scientifique dans le domaine est incontestée, propose une analyse critique novatrice et bienvenue, riche d’exemples concrets souvent surprenants, de l’escargot de Quimper à l’ours pas toujours blanc. Loin de prendre le simple contre-pied des idées reçues et d’ouvrir la voie à un quelconque écoscepticisme, l’auteur montre que la prise en compte des réelles menaces qui pèsent sur le vivant demande une compréhension beaucoup plus fine de sa diversité et des mécanismes, évolutifs en particulier, qui la gouvernent et où l’aléatoire joue un rôle déterminant.

Il s’agit ici rien moins que de proposer une refondation du concept de biodiversité, à la mesure de son importance et de l’intérêt qu’on doit y porter. La pensée écologique ne pourra que profiter de ce changement de perspective.

x 11 18 321 p. Les ouvriers dans la société française
XIXème-XXème siècle
T
Noiriel Gérard doc, histoire ouvrier 2002 01/09/02 9782020580243 Seuil Points Histoire Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 9,50 € 9.50 présent à Plume(s)
AA AA
Ce livre met en valeur les caractères originaux du processus de formation de la classe ouvrière au sein de la société française. Ouvriers de l’artisanat urbain et ouvriers-paysans ont pu éviter le déracinement jusqu’à la fin du XIXe siècle, en s’opposant efficacement aux mutations économiques irréversibles. La deuxième vague d’industrialisation a brisé cette logique en assurant le triomphe des grandes usines, des banlieues et des rigidités du rapport salarial. La Première Guerre mondiale, la rationalisation du travail et l’immigration massive ont donné naissance à un nouveau monde ouvrier, sans liens avec le précédent, marginalisé jusqu’au Front populaire, moment de son irruption sur la scène politique et de son intégration dans la société française. Les travailleurs de la grande industrie (le " métallo ") dominent la scène sociale et politique dans les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale. La crise actuelle se traduit par la marginalisation de ce groupe ouvrier et par l’éclatement du monde du travail.
x 11 18 364 p. Essais sur le politique
XIXème-XXème siècles
T
Lefort Claude essai 2001 15/06/01 9782020500975 Seuil points essais Politique et société 9,50 € 9.50 sur commande ?
AA AA

Dans ces Essais sur le politique, Claude Lefort creuse l’interrogation sur la genèse et l’évolution de la démocratie moderne. Livrée à elle-même, vouée à l’émancipation, cette dernière n’est jamais préservée du risque de briser les ressorts de la liberté. Après une évaluation du rôle de l’État-providence et des métaphores de la citoyenneté, il remonte la pente historique en vue d’appréhender les conséquences de la Révolution française.

En témoignent les études consacrées à la Terreur et aux interprétations proposées par les historiens du XIXe et du XXe siècle (Quinet, Michelet, Furet). Comment la vertu démocratique peut-elle éviter d’être corrompue par l’esprit révolutionnaire, se demande Lefort, avant d’évoquer la permanence des liens entre politique et religion et de montrer finalement que la modernité politique est nécessairement paradoxale.

" Tocqueville et Quinet ont trouvé les mêmes mots, ou presque, pour formuler un ultime jugement sur la Révolution. L’un disait qu’elle a inauguré "le culte de l’impossible" : il dénonçait ainsi l’évasion dans l’imaginaire ; l’autre qu’elle a fait naître "la foi en l’impossible" : il entendait que la négation du supposé réel est constitutive de l’histoire de la société moderne. Deux idées, décidément, qu’il faut tenir ensemble."