Livres de l'éditeur Les Points sur les i - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.

Les Points sur les i


31 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 15 21 68 p. 18 voix pour 1 regard T droits de l'homme, pacifisme 2008 30/04/08 9782915640649 Les Points sur les i Politique et société -pacifisme 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA

Le 28 novembre 2007, dix huit élèves d’une classe de première du lycée Jean Macé de Vitry sur Seine se sont rendus à Auschwitz Birkenau en compagnie d’anciennes déportées. Ce voyage, qui s’inscrivait dans un projet pédagogique en partenariat avec le Mémorial de la Shoah et la Région Ile de France, se présentait comme l’aboutissement d’un travail de réflexion mené dans un cadre scolaire. Il sera en réalité, pour ces jeunes gens, un point de départ. Le journal individuel qu’il leur a été demandé d’écrire témoigne du mouvement d’une pensée et d’une prise de conscience de la fragilité de l’humanité. Dix huit journaux ont ainsi vu le jour, dix huit visions, dix huit voix pour passer le témoin, relayer celles et ceux meurtris à jamais dans leur chair et leur esprit et qui ne seront plus là demain pour nous dire : attention, que le monstre ne se réveille jamais.

Les dix huit se sont fondus en un après le voyage, une fois le regard porté en ces lieux qu’une peine incommensurable enveloppe dans le manteau de l’irrationnel. Dix huit voix pour un regard, un regard jeune qui sait désormais qu’il ne faut pas laisser au temps le soin de nous jouer un mauvais tour.

Nous sommes heureux de vous annoncer que nous allons publier ce recueil, un témoignage rare, bouleversant, authentique ! Dans nos banlieues, il s’y passe de belles choses ! Merci à mon excellent ami Gilbert Moreau et à ses élèves...

* 4° de couverture

Du fond de son image
Le déporté parlera encore
Que jamais ne s’éteigne
La lumière de sa mort
Que toujours elle renvoie
A la pensée collective
La monstruosité de la peur
Au pouvoir politique

Gilbert Moreau**

**Mémoire des mots abandonnés Edt Les Points sur les i 2004

x 15 21 184 p. Les fleurs du bien T Guillo Alain essai féminisme 2009 01/03/09 9782915640885 Les Points sur les i Politique et société -femmes 14,90 € 14.90 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
« L’égalité de participation aux prises de décisions n’est pas seulement une simple question de justice et de démocratie ; on peut y voir aussi une condition nécessaire pour que les intérêts des femmes soient pris en considération. Sans une participation active des femmes et la prise en compte de leurs points de vue à tous les niveaux de la prise de décisions, les objectifs d’égalité, de développement et de paix sont impossibles à réaliser. »
x 15 21 162 p. Je voudrais être Lénine T Thouet Martine témoignage politique 2009 31/12/08 9782915640830 Les Points sur les i Politique et société 15,00 € 15.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Une histoire qui aurait pu être ordinaire autour d’une grand-mère qui était de l’autre siècle, laveuse et courageuse avec un cœur gros comme ça et qui lui a montré le chemin.

Née dans la terre d’Anjou elle a eu 15 ans en mai 1968, un militant de père qui déserte son foyer pour occuper l’hôpital où il travaille et un prof qui lui fait découvrir la pensée de Marx et de Lénine.

Alors c’est une nouvelle naissance de l’auteur, avec pour maître spirituel le père de la révolution bolchévique, Lénine, avec pour raison d’être un militantisme de tous les instants et une ambition d’apporter aux plus démunis la justice et le bonheur que la société leur refuse.

Du plateau du Larzac aux plaines de Bulgarie en passant par la place Rouge, du carcan de la fonction de cadre dans l’administration française et européenne dont elle s’est toujours moquée, à un costume de tenancière du Lenincafé, elle nous retrace une épopée tendre, nostalgique, drôle, parfois sombre, d’une écorchée vive, d’une révoltée qui a décidé de ne jamais mettre son drapeau dans sa poche.

Elle raconte la vie d’une femme de cœur et de convictions qui, aujourd’hui encore, est de tous les combats pour le genre humain.

x 14 20 90 p. La rose blanche
le complot de l’intelligence !
T
Van der Motte Franz récit 39-45, résistance 2009 10/02/09 9782915640878 Les Points sur les i Politique et société -histoire 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA

« Courageux, magnifiques jeunes gens ! Vous ne serez pas morts en vain, vous ne serez pas oubliés. Les nazis ont élevé des monuments à de solides apaches, à de vulgaires tueurs ; la révolution allemande, la vraie, les détruira et à leur place, elle immortalisera vos noms, vous qui saviez et qui proclamiez, alors que la nuit couvrait l’Allemagne et l’Europe, qu’il naissait une foi nouvelle, la foi en l’honneur et en la liberté. »

Extrait de « L’hommage à la Rose Blanche » par Thomas Mann le 27 Juin 1943.

Un mémorial est consacré à Sophie et Hans Scholl sur la place de l’Université de Munich, qui porte leur nom.

voir aussi Lettres et carnets de Hans et Sophie Scholl

x 15 20,1 140 p. Putain ! 40 ans déjà ! T Dubailly Franck essai mai 68 2007 15/09/07 9782915640557 Les Points sur les i Politique et société -histoire 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

...L’année 1968 est marquée par une série de révoltes un peu partout dans le monde. En France, comme dans la plupart des pays, c’est au mois de mai que le mouvement fut le plus important. Il aboutira à une grève générale de plusieurs semaines qui paralysera le pays (des camions militaires devront assurer des transports de fortune) et dépassera largement le mouvement étudiant démarré à l’université de Nanterre le 22 mars 1968. L’université de Nanterre se fait remarquer comme le théâtre du développement des groupes d’extrême gauche constitués de militants maoïstes, trotskystes et anarchistes. Elle sera le creuset d’une explosion qui au-delà de ses 11 000 étudiants percutera le monde universitaire et le monde du travail...

...Durant ce mois de mai, la France est en grève, non pas pour ne plus travailler mais pour travailler autrement. Les français remettent en cause un système bloqué, rigide, sourd et veulent vivre dignement. C’est ainsi que tous les secteurs sont touchés ...

A cette époque, la jeunesse prône une liberté individuelle absolue en matière politique et sociale et rejette toute forme d’autorité....

C’était il y a 40 ans ...

x 15 21 170 p. Sarkozy, la grande manipulation
dénonciation d’une imposture
T
Bonnet Olivier essai politique, Sarkozy 2008 16/07/08 9782915640663 Les Points sur les i Politique et société 17,90 € 17.90 présent à Plume(s)
AA AA

Mais bon sang ! Comment a-t-on pu en arriver là ? Nicolas Sarkozy a bâti toute son ascension, du ministère de l’Intérieur en 2002 jusqu’à l’avènement présidentiel de mai 2007, en jouant avec habileté de l’arme de la manipulation. Multipliant coups médiatiques, écrans de fumée et postures marketing, alternant séduction, débauchage, démagogie, populisme, falsification, hypocrisie et mensonge, jouant l’ « opinion » en opposant systématiquement les catégories de populations entre elles : chômeurs contre travailleurs, Français contre étrangers, secteur privé contre fonctionnaires…

Cet ouvrage s’attache à démontrer méthodiquement, avec nombre d’exemples précis, le gouffre entre le discours et les faits, dévoilant ainsi les rouages d’une stratégie de l’imposture permanente.

En observateur impitoyable, le journaliste Olivier Bonnet, corrosive Plume de presse de la blogosphère, brosse un tableau sans concession de la « rupture » sarkoziste. « Je ne vous mentirai pas, je ne vous trahirai pas », avait juré le candidat.

De l’affaire de son appartement de l’Île de la Jatte à la libération des infirmières bulgares, de la falsification de son bilan à ses rapports avec les grands patrons et les médias, en passant par ses démêlés avec la banlieue, l’escroquerie de ses mesures économiques ou encore le constant détournement du sens des mots, opéré pour rendre plus présentable une politique antisociale décomplexée, La grande manipulation dévoile comment Nicolas Sarkozy a érigé le mensonge en véritable système de gouvernement. Et met en garde le lecteur, au-delà des coups d’esbroufe, de l’agitation permanente et des manifestations de mégalomanie galopante, contre la déconstruction sociale méthodique et généralisée que veut imposer le maître de l’Elysée.

"L’écran de fumée créé par l’omniprésente communication présidentielle résiste mal à un travail de vérification journalistique point par point, jour après jour. Olivier Bonnet, auteur de "Plume de presse, le blog sabre-au-clair d’un journaliste engagé", se livre à cette dissection méthodique du discours et des actes, les remet en perspective et les confronte aux faits. Sous une plume acerbe et caustique, son analyse prend alors la forme d’une implacable démonstration : le "sarkozisme" repose avant tout sur une stratégie de l’imposture permanente."

Sommaire :

  • Avant-propos ([en ligne->http://olivierbonnet.canalblog.com/archives/2008/02/16/7974385.html])
  • Chapitre 1 : Le coup de massue
  • Chapitre 2 : Petit précis de manipulation des chiffres
  • Chapitre 3 : Une politique étrangère… aux droits de l’Homme !
  • Chapitre 4 : De l’île de Malte à celle de la Jatte
  • Chapitre 5 : La loi, c’est moi
  • Chapitre 6 : La constitution en danger
  • Chapitre 7 : Immigration : le racisme d’Etat
  • Chapitre 8 : Lepénisation : les banlieues en feu
  • Chapitre 9 : Un Jaurès pour les gogos
  • Chapitre 10 : Le prestidigitateur du pouvoir d’achat
  • Chapitre 11 : Europe : la haute trahison
  • Chapitre 12 : Allons enfants de la laïcité
  • Chapitre 13 : Sauvons la République !
  • Chapitre 14 : La guerre des mots
x 15 21 140 p. (G)rêves de Femmes T Leterrier Jean-Michel essai féminisme, mai 68 2008 16/07/08 9782915640601 Les Points sur les i Politique et société -histoire 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

40 ans déjà ! Alors que certains souhaitent en finir avec l’héritage de 1968, d’autres s’apprêtent à cultiver leur nostalgie, en republiant pour la 40ème fois les mêmes photos de manifestations, de voitures retournés, de CRS chargeant sur les jeunes, de Sartre figé sur son tonneau. Nous souhaitons montrer une autre image de ce que pudiquement on appelle « les évènements de 68 », en effet, au-delà de l’imagerie d’Epinal et des réelles avancées sociales et économiques, existe une autre conquête dont on parle trop peu : celle de la « dignité » conquise par les femmes.

Par leurs Grèves elles ont rendu possible leurs Rêves. Lorsqu’elles manifestent dans les rues, occupent leurs usines et contestent le pouvoir en place, elles n’ont le droit à la contraception, l’avortement est interdit, elles ne peuvent pas ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari, qui a le statut de chef de famille et dispose, seul, de l’autorité parentale…..

En quelques années, à partir de 1968, année ou le mot « contraception » fait son entrée dans le dictionnaire de l’académie française, les femmes vont obtenir le droit à la contraception, puis à celui de l’avortement, le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’accord de leur mari….

Même si leur place dans les manuels d’histoire et les livres, concernant ce printemps 68 est des plus réduite, les femmes sont les grandes gagnantes de ce puissant mouvement social. Pour elles il s’agit d’une véritable révolution ! Disposer de son corps, de sa sexualité, s’affranchir du pouvoir des hommes, pères ou maris, vivre enfin en femmes libres. Bien des chaînes qui les asservissaient se sont brisées en quelques années, même si beaucoup reste à faire concernant l’égalité des sexes, en matière de salaire, de déroulement de carrière, de partage des taches domestiques, évoquer cette page importante, c’est précisément mesurer ce qui reste à conquérir.

Ce livre évoque les combats menés par ces femmes pour leur dignité et leur liberté, des portraits de femmes connues, y croisent des textes écrits dans le feu de l’action. Des témoignages de militantes, de syndiquées, se mêlent à ceux de sportives. Colette Besson, championne olympique en cette année 1968, dialogue, par les vertus de la fiction et du collage, avec l’avocate Bette Klarsfeld, Régine Deforges poursuivie pour outrage aux bonnes mœurs le 22 mars 1968, rencontre Corinne, étudiante en droit, qui ce même jour investi la fac de Nanterre, déclenchant le mouvement du 22 mars, point de départ des « Evénements de 68 »….

x 14,8 21 158 p. Tomorrow England ! T Domenjoud Cédric témoignage droits de l'homme, immigration 2008 01/01/08 9782915640618 Les Points sur les i Politique et société -immigration et précarité 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

Pierre Henry, Directeur Général de France Terre d’Asile, signe la préface du livre de Cédric Domenjoud : Tomorrow England - La situation des migrants 5 ans après Sangatte.

Il y a cinq ans fermait Sangatte et depuis presque rien n’a changé. Cinq ans d’humiliation et de traque, cinq ans de peine, cinq ans de violation des droits humains. Les habitants appellent toujours les migrants "kosovars", tandis que la police perpétue ses incessantes rafles du matin au soir.

Les bénévoles eux, sont fatigués, mais continuent ce qu’ils estiment être juste : soutenir, aider, lutter, agir pour les migrants. A midi les exilés de Calais se bousculent autour de la cabina où les associations ont du mal à fournir suffisamment de repas pour tous. Le sixième hiver approche et près de 300 migrants s’apprêtent à dormir ce soir dans les bois de la zone des Dunes et les parcs de la ville.

J’y suis allé, j’ai vécu trois semaines avec eux le jour comme la nuit, et depuis les migrants de Calais sont devenus une partie de moi. Je ne peux plus envisager de voir passer un mois sans aller là-haut regarder ce qui s’y passe. Ce récit, c’est eux, c’est moi, c’est aussi une insulte à notre bonne conscience.


 

x 14,8 21 128 p. Lettre ouverte aux humanistes en général et aux socialistes en particulier
Nous sommes tous des immigrés, il n’y a que le lieu de naissance qui change...
T
Henry Pierre essai immigration, société 2008 22/08/08 9782915640779 Les Points sur les i Politique et société -immigration et précarité 12,90 € 12.90 présent à Plume(s)
AA AA

Dans cette lettre ouverte aux humanistes et aux socialistes, Pierre Henry se livre à un plaidoyer pédagogique, efficace et sans concession en faveur d’une vision de l’immigration qui allie respect, solidarité et responsabilité.

Déserté depuis de nombreuses années par la gauche, le thème de l’immigration est instrumentalisé par la droite avec pour objectifs d’attirer les voix des électeurs du Front national, de conquérir le pouvoir et de le conserver. Dans une France en crise d’identité et de confiance, l’utilisation des peurs s’avère dramatique pour l’équilibre si fragile de notre cohésion sociale. Le vivre ensemble mérite pourtant mieux que quelques mythes simplificateurs. Mais que dire, que proposer face à un discours dominant tellement simpliste qu’il semble devenu évidence ? Le plus souvent désarmée, la gauche n’a pu opposer à ce populisme que son angélisme ou son adhésion aux discours de sélection et de sécurité qui sont autant de fausses pistes.

Cette lettre ouverte déconstruit le discours dominant, explique les termes de l’immigration, relève l’ampleur et la nature des défis qui sont à la source des migrations, indique un chemin. Celui d’un humanisme raisonné, force de proposition, fidèle aux valeurs de respect et de solidarité, sûr de son identité. Tel est le sens du message que Pierre Henry veut transmettre à tous ceux qui partagent ce combat.

Pierre Henry est Directeur général de l’organisation France Terre d’Asile, spécialiste des questions de développement, d’immigration et d’asile.

x 15 21 170 p. Les coulisses du village de l’espoir
et l’exclusion leur sera comptée
T
Gabel Liliane essai droits de l'homme, exclusion 2008 22/08/08 9782915640731 Les Points sur les i Politique et société -immigration et précarité 14,90 € 14.90 7,40 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Comme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l’exclusion m’était contée", celui-ci traite également de la gestion de l’exclusion, sur la base d’une nouvelle expérience passionnante au sein de l’équipe éducative d’un village pas comme les autres.

Le défi est loin d’être raisonnable : prouver l’efficacité rapide de cette structure pilote.

Or, il faut du temps aux plus démunis comme à n’importe qui, pour se poser, pour se reconstruire, pour "renaître".

Mais le temps leur est compté.

Tout est compté : les aides financières, les lois…

Illustrés pas des anecdotes piochées dans la vie quotidienne du village, Liliane présente ici ses constats, ses conclusions et propose des esquisses de solutions, en toute humilité.

Elle s’inspire de lectures traitant du même sujet ainsi que de réflexions de Thomas Mur (déjà cité dans le précédent ouvrage) qui remarque : « Dans le monde, il existe des endroits où l’on trouve moins de travail, moins de richesses, moins de logements mais pourtant... moins d’exclusion ».

L’essentiel de la tâche des travailleurs sociaux est d’amener les personnes qui vivaient à la rue à se reconstruire puis, à tisser à nouveau des liens, à aider au nouvel apprentissage d’une vie sociale ordinaire et quotidienne.

C’était exactement le but de ceux qui s’étaient engagés au service des résidents du Village de l’Espoir...

x 21 29,7 144 p. Mai 1968 - Renault Billancourt T Certano Michel histoire mai 68 2008 22/08/08 9782915640670 Les Points sur les i Politique et société -histoire 20,00 € 20.00 épuisé
AA AA

Voilà 40 ans que cette grève, la plus importante de toute l’histoire du mouvement ouvrier français (9 millions de salariés en grève) est délibérément déformée, caricaturée, minimisée pour en cacher son caractère de classe.

Véritable document historique, ce livre témoignage, réalisé par les acteurs de Mai, ne se limite pas au récit chronologique de la grève de 1968. Etayé par des documents référencés irréfutables, il retrace le bouillonnement revendicatif de cette période qui n’a rien à voir avec une soi-disant spontanéité.

L’entrée dans la grève le 16 Mai des Renault est un évènement considérable. Ce livre décrit au quotidien la conduite démocratique et autogestionnaire de ces cinq semaines de grève, il démontre la clairvoyance des « Renault » sachant déjouer avec l’ensemble de la classe ouvrière tous les pièges et manœuvres politiques de type 3ème voie.

A partir de l’expérience du vécu des luttes antérieures, le moindre faux pas aurait coûté très cher à la classe ouvrière et la lutte n’aurait pas été victorieuse.

Plus qu’une fresque historique, Michel Certano dans ce livre révèle aux jeunes générations la réalité de Mai et fait le bilan des acquis arrachés pendant 15 ans au patronat et au gouvernement. La liste est impressionnante.

C’est là qu’il faut expliquer le silence ou la déformation des acquis considérables qu’il a apportés au monde du travail.

Ce document est réalisé en collaboration avec Aimé HALBEHER jeune Secrétaire Général de la CGT Renault et son adjoint Roger SILVAIN, ces dirigeants sont comme Michel Certano embauchés comme apprentis à l’école d’apprentissage Renault, ils se sont succédés comme premiers dirigeants syndicaux chez Renault et principaux animateurs des luttes sociales dans l’entreprise.

C’est donc comme acteurs de Mai 68 qu’ils témoignent.

Michel Certano se passionne sur l’histoire des luttes sociales et a déjà réalisé un document sur les grèves de 1936 chez Renault.

x 14,8 21 132 p. La mobylette bleue T Bonomo Carmine roman 2008 22/08/08 9782915640700 Les Points sur les i Littérature 14,90 € 14.90 7,40 € épuisé
AA AA

« Au fond de l’Océan sont enfouis les secrets de la terre tout comme au creux de nos cœurs se cachent les silences de nos maux »

Avais-je huit ans, en avais-je neuf ? Qu’importe !

Quand l’adulte réveille les doux souvenirs de son enfance pour puiser des réponses de ce qu’il est aujourd’hui, moi je cherche à les enfouir pour ne pas voir ce que je suis devenu.

Dans ce petit bois qui n’existe plus, que la rocade a bitumé depuis tant et tant d’années déjà, une grande silhouette au regard doux et au verbe gentil s’est approché de moi pour « m’aimer ».Son casque rouge à la sangle noire dénouée et sa mobylette bleue couchée sur les herbes bruissantes d’un été chaud ont donné à ma vie les couleurs d’un arc-en-ciel que la pluie et le soleil ont effacé pour toujours.

L’innocence abusée pour un plaisir tortionnaire, l’enfance meurtrie à l’insu de tous et de soi même sont les leitmotivs qui « caressent » chacun de mes jours et souvent de mes nuits dans le refoulement des profondeurs de mon esprit et de mes entrailles.

Je croyais que le temps effacerait la cicatrice dans ma mémoire. Trente cinq ans se sont écoulés depuis cet été-là et pas un jour ne réussit à échapper à ce souvenir encore trop souvent présent. Ma vie se rythme de bonheurs qui m’entourent et pourtant des gestes s’inscrivent en moi et malgré moi comme des rituels de purification parce qu’on ne guérit jamais du viol.

La mobylette bleue a fait que mon corps s’est noyé un jour dans sa semence qui aujourd’hui encore se fige dans ma mémoire.

x 14 20 137 p. Banlieues : insurrection ou ras le bol ? T Girard Bernard essai société, banlieues, ville 2008 22/08/08 9782915640243 Les Points sur les i Politique et société 17,00 € 17.00 épuisé
AA AA

On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent. Bertolt Brecht

Banlieues, insurrection ou ras le bol ?

Insurrection ou ras-le-bol ? Les deux, bien sûr : "insurrection des jeunes qui n’en peuvent plus du harcèlement policier, de l’échec scolaire et de tout ce qu’ils vivent comme des injustices ?" ras le bol de leurs parents et de leurs « grands frères » qui ne supportent plus les discriminations et le soupçon qui les accompagnent en permanence. Loin des explications qui se contentent de désigner des coupables, Banlieues, insurrection ou ras le bol ? propose une analyse en profondeur des trois semaines d’émeutes qui ont secoué la France en 2005. Partant de l’analyse des faits, voitures brûlées, écoles incendiées, Bernard Girard met en évidence l’impact de la ségrégation spatiale sur les carrières scolaires et professionnelles des habitants des banlieues. Il souligne les défis auxquels sont confrontés des jeunes auxquels on demande en permanence, et dès leur plus jeune âge, de faire les "bons choix". Il analyse les risques que se développe en France une underclass à l’américaine et montre comment une "bourgeoisie" issue de l’immigration a profité des événements pour se faire entendre.

Spécialiste des questions d’immigration et de discrimination, Bernard Girard donne chaque semaine une chronique économique sur Aligre FM. Il a déjà publié, aux Editions Les Points sur les I, Plaidoyers pour l’immigration.

x 14 20 160 p. Chômologie portative ou dictionnaire du cynisme social T Capusa Esteban essai société 2008 22/08/08 9782915640205 Les Points sur les i Politique et société 16,50 € 16.50 épuisé
AA AA

Aucune personne sensée, en ce début du XXIe siècle, n’osera nier que le cynisme a remplacé l’humour, comme la sanction a détruit l’écoute, ou comme le culte du mépris a détrôné la notion archaïque de respect. L’idée même de “tolérance zéro”, dans la bouche d’un politique, n’est-elle pas en soi le comble de cette nouvelle religion fédérative ? Le Dictionnaire du Cynisme Social, avec ses textes annexes fondamentaux en matière de réveil des consciences (n’ayons pas peur de l’écrire), n’a que la modeste prétention de faire voler en éclats de papiers, le carcan trop solide du tabou le plus déprimant de notre histoire économique hexagonale : celui du chômage, et par extension, du travail forcé.

Ce livre est donc conçu pour rendre le sourire aux incompris qui s’apprêtaient à se pendre, pour accentuer le rictus énigmatique de ceux qui fondent leur assise sur une paranoïa collective savamment entretenue, pour provoquer une franche risée chez les accros de la morosité ambiante, et pour teinter d’un jaune opaque le rire narquois des grands prêcheurs de la dégradation d’autrui.

Que l’Agence Nationale Pour l’Exclusion nous pardonne...


Format : Nombre de

x 15 21 256 p. Si l’exclusion m’était contée T Gabel Liliane essai droits de l'homme 2008 22/08/08 9782915640441 Les Points sur les i Politique et société -immigration et précarité 17,90 € 17.90 présent à Plume(s)
AA AA

Refuser la situation inhumaine que vivent certains d’entre nous, « les » sans domicile fixe telle est notre démarche. Nous voulons que soit mis fin à ce scandale, à la honte que cette situation représente pour un pays comme le nôtre.

La Constitution garantit le droit à la dignité, à des moyens convenables d’existence, et nous avons un devoir d’assistance à personne en danger.

Nous n’acceptons plus que les plus fragiles ou les plus pauvres soient laissés au bord de la route.

Il faut rompre avec les solutions provisoires, les logiques d’urgence qui aggravent la précarité et condamnent tant de personnes à une souffrance insupportable, et même parfois à une mort prématurée.

Nous demandons aux pouvoirs publics de mettre en place dès maintenant une politique ambitieuse garantissant l’accès de tous à un vrai logement, afin de garantir la dignité de tous. Ce livre, « Si l’exclusion m’était contée » n’est pas l’histoire des Enfants de Don Quichotte, il est, tout comme nous, une pierre à l’édifice dans la dénonciation des conditions inacceptables de vies des plus défavorisés et les solutions à y apporter.

Liliane, l’auteure, a passé quelques années au Samu Social de Paris et s’engage désormais auprès de l’association « Les enfants de Don Quichotte » avec un dévouement hors du commun, elle est sensible aux autres, et sa pugnacité a redonné de l’espoir à beaucoup d’exclus.

Ce livre se veut aussi l’itinéraire d’une militante aguerrie auprès des sans abri, son apport au Canal Saint-Martin fut considérable, Liliane a toujours le mot juste, elle donne de son temps de son énergie, elles nous offre avec ce livre, le plaidoyer d’une révoltée écrit par une authentique rebelle.

Les rebelles ne sont décidemment pas assez nombreux. On les appelle souvent travailleurs sociaux, militants, sortes de missionnaires chargés du lourd fardeau d’éducation et d’assistance dont se déleste l’État, transferts tout choisis pour s’innocenter des erreurs et des échecs. Ces rebelles suffiront-ils à entraîner les mentalités dans un changement radical ? Liliane veille et ses nombreux amis des Enfants de Don Quichotte avec elle !

Un récit passionnant écrit par une passionnée !

Augustin Legrand - Fondateur de l’association Les Enfants de Don Quichotte

x 13 18 69 p. Commment ils ont volé l’AerTéTé ? T Leterrier Jean-Michel pamphlet travail 2006 31/08/06 9782915640335 Les Points sur les i Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

L"Aertété" a été volée et le commissaire Martin Bryau est chargé de la retrouver.

Tout ceci étant un prétexte pour l’auteur, qui nous conduit, dans son périple, à la recherche de cette fameuse "Aertété". Il nous emmène dans un monde qu’il connait bien, celui de la littérature, du cinéma, du théâtre, de la musique et des arts plastiques. Ses investigations le mèneront donc de Paris à Marseille, d’Avigon à Béziers, d’Uzeste Musical à Aix en Provence...

Mais aussi dans un certain restaurant, lieu culte où les souvenirs se croisent entre la sortie de livres et la compicité des hôtes de l’estaminet, hélas revendu depuis, notre propriétaire s’étant épris de la femme d’un restaurateur chinois assez jaloux...

Qui a volé l’Aertété ? Et bien, RDV avec ce tout nouveau livre oh combien agréable, sans complaisance et rempli d’anecdotes plus cocasses, les unes que les autres...

Curieusement le Medef et le PMU... (UMP en verlant) ne sont pas loin de l’énigme... Mais comment cela est-il possible ?

Et bien lisez ce livre séance tenante, parole de commissaire Bryau... !


Format Nombre de pages 76

x 14,8 21 236 p. Une guerre contre les femmes ?
Femmes et enfants, même souffrance
T
Mariani Jessica essai féminisme 2008 22/08/08 9782915640410 Les Points sur les i Politique et société -femmes 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le livre événement de 2007 On parle de guerres qui tuent des millions de gens, de catastrophes naturelles qui anéantissent des familles, mais parle t-on de la guerre contre les femmes ? Parle t-on des femmes violées à travers le monde 1 500 000 viols chaque année en Afrique du sud, 1 viol toutes les 6 minutes aux USA plus de 10 500 viols en France, des millions de femmes mutilées, tuées, prostituées, mariées de force, torturées, excisées, victimes de violences conjugales etc.

En prenant connaissance des chiffres concernant toutes ces violences, physiques, sexuelles, psychiques entraînant la mort, on ne peut plus parler de violence, mais d’extermination. Il existe bien une discrimination volontaire dont les femmes et les enfants sont les victimes ; il s’agit donc d’une véritable « guerre ».

Ce livre fait le procès de l’homme-assassin sans aucune demi-mesure quant à sa responsabilité et nous n’ignorons pas qu’il s’agit de la partie visible de l’iceberg.

Cet ouvrage doit permettre aux femmes de sortir de leur silence. Le silence étant la mort. Ce livre se doit d’être salutaire ! Assurément il l’est !

x 12 18 75 p. La laïcité aujourd’hui T Heckly Christophe et Van der Motte Franz essai religion, laïcité 2006 31/10/06 9782915640366 Les Points sur les i Politique et société -laïcité 10,00 € 10.00 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

La laïcité aujourd’hui

La laïcité n’est pas la condamnation de toute religion. Elle n’est pas non plus synonyme d’athéisme. C’est un principe selon lequel la religion, quelle qu’elle soit, ne doit pas interférer dans l’expression et l’action de la vie de l’Etat. La loi de 1905 est devenue le socle durable de l’exercice de tous les cultes en France. Elle a permis d’avoir une situation apaisée par rapport à l’église catholique et à l’ensemble des autres religions.

Grâce à ce texte, les religions notamment protestante et juive ont pris pleinement leur place dans l’environnement républicain. L’apparition et l’expansion de la religion musulmane ne doit pas bouleverser cette situation.

A un moment où la société française a besoin d’unité, elle ne doit pas prendre le risque d’une fragmentation communautaire. Notre histoire a suffisamment véhiculé de tourbillons et d’orages. Ceux-ci nous ont conduit aux constructions juridiques et éthiques actuelles qui apparaissent, depuis un siècle, comme d’excellentes fondations.

x 15 21 172 p. Les flammes de la révolte T WLH essai société 2008 22/08/08 9782915640519 Les Points sur les i Politique et société 18,16 € 18.16 présent à Plume(s)
AA AA

Lorsque l’on pense aux États-unis on pense à Malcolm X, lorsque l’on pense à l’Afrique du sud on pense à Nelson Mandela, lorsque l’on pensera à la France, on pensera, pour sûr, à W.L.H l’Ambassadeur du ghetto….car l’Histoire est ainsi faite !! C’est dit. Ni rappeur, ni slameur, il est radicalement autre : dandy écrivain.Un torrent d’idées choc et de concepts novateurs, le tout agrémenté de citations et autres proverbes pertinents. Un bouleversement, une plume saisissante. Un séisme intellectuel qui brise le scepticisme et qui nous sonne, nous abasourdis, nous interloque.

Pascal Sevran, Doc Gynéco, la tribu Ka, Diabledonné ; en somme, quelques unes des marionnettes du crétinisme sont, au passage, raillées, à des degrés divers, dans une diatribe insolente, impitoyable à l’égard de l’inintelligence.

W.L.H décortique les fondements du ghetto, la souffrance qui lui y est inhérente et y apporte des solutions concrètes. En résumé, il préconise, pour les jeunes du ghetto, la déconstruction de l’identité ghetto qui serait le résultat d’un fait social Durkheimien, pour amener à la reconstruction d’une identité à Soi. Celle-ci permettrait à chacun d’être ce qu’il est et non pas celui que la Rue a voulu qu’il soit. Il baptise cette initiative la Renaissance identitaire !!!

W.L.H persuade que l’on peut transcender le racisme, articulé autour des représentations sociales (stéréotypes, préjugés...), grâce au port sur soi-même de l’idée du Beau, tant physique, intellectuel que moral.

Il en est l’illustration. C’est ce qu’il qualifie de Blackdandysme.

Lorsqu’on le lit, on sait être face à un génie !! La plume incisive, le talent rhétorique, la verve et l’aplomb offerts en prime. L’évidence assomme l’esprit, il est le porte-parole du ghetto. Il en est le véritable Ambassadeur. C’est en sa qualité de diplomate, averti et téméraire mais aussi fort de son casier judiciaire (quatre incarcérations, entres autres), qu’il appelle Nicolas Sarkozy au débat.

Mieux encore, il le convoque. L’idée de ce duel ne me parait pas fantaisiste. W.L.H en a l’envergure et le charisme.

Olivia Nloga


Broché :

x 15 21 191 p. Me(s)tissages culturels T Leterrier Jean-Michel essai culture 2008 22/08/08 9782951687905 Les Points sur les i Politique et société 18,39 € 18.39 présent à Plume(s)
AA AA

Plutôt que de chercher à définir la culture, à l’enfermer dans un carcan, Jean-Michel Leterrier, syndicaliste et docteur en esthétique, en tisse une image au travers de ses propres rencontres avec des artistes, des oeuvres et des lieux. Militant inlassable, il présente un étonnant patchwork d’expériences personnelles à partir duquel il a élaboré une vision stimulante, foncièrement démocratique, de l’action culturelle à quelque niveau qu’elle se situe (entreprises, écoles, municipalités, gouvernement, etc.).

Maniant un humour électrique, l’ouvrage aborde tous les genres : de la littérature au théâtre, en passant par Disney ("argent de la culture ou culture de l’argent"), Pétrarque et Laetitia Casta ! Par cet exercice de style digne de Tardieu, l’auteur est déterminé à faire prendre conscience que les deux sphères d’activité que sont le travail et le loisir ne doivent plus être opposées. En effet, le travail est " une composante à part entière de la culture ". Ce retournement est fondamental : l’enjeu n’est plus l’ "accès" à la culture, mais "le passage, la complémentarité entre des domaines culturels différents".

Jean-Michel Leterrier renouvelle ainsi la vision du travail : les 35 heures revendiquées doivent être "culturellement qualifiantes, c’est-à-dire épanouissantes et pourvoyeuses de sens". Me(s)tissages culturels est d’ailleurs suivi d’une réflexion sur la réduction du temps de travail intitulée : "Qui a volé l’aertété ?".