Livres de l'éditeur Grasset & Fasquelle - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

Grasset & Fasquelle


106 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 1487 p. De la violence à la divinité T Girard René essai 2007 24/10/07 9782246721116 Grasset & Fasquelle Cahiers Rouges Politique et société 29,50 € 29.50 sur commande ?
AA AA
"Les sujets étudiés dans ces quatre livres sont très différents les uns des autres : les romans modernes d’abord, les religions archaïques ensuite, la Bible et le christianisme enfin. Il y a dans ce recueil une diversité des outils d’analyse auxquels je recours : l’hypothèse du désir mimétique d’une part ; la théorie du bouc émissaire de l’autre ; la révélation destructrice du mécanisme victimaire enfin. Mais au cœur de ces quatre livres rassemblés ici - ce qui me plaît infiniment - l’essentiel est une question encore plus brûlante aujourd’hui qu’à l’époque où je me la suis posée. Il s’agit de la question de la violence dans son rapport avec le religieux."
x 15,5 23,5 934 p. Lève-toi et tue le premier
L’histoire secrète des assassinats ciblés commandités par Israël
T
Bergman Ronen février 2020 05/02/20 9782246821397 Grasset & Fasquelle Essais Etranger International -Moyen Orient 29,00 € 29.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Face à celui qui vient te tuer, lève-toi et tue le premier." C’est par cette citation du Talmud que s’ouvre le livre-événement de Ronen Bergman, le premier ouvrage exhaustif sur les programmes d’assassinats ciblés menés par les services du Mossad, du Shin Bet et de l’armée israélienne. Depuis les mois qui ont précédé la création de l’Etat jusqu’aux menaces les plus contemporaines, Israël s’est appuyé sur le renseignement et les opérations secrètes pour préserver sa sécurité en exécutant, sur son sol ou à l’étranger, ses ennemis.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les Israéliens ont ainsi éliminé de manière ciblée plus d’individus que n’importe quel autre pays occidental. Il a fallu plusieurs décennies d’enquête à l’auteur pour réunir ces milliers de documents - dont beaucoup sont encore aujourd’hui classifiés - et pour mener des centaines d’entretiens avec des responsables du Mossad, des anciens Premiers Ministres israéliens, ou encore des membres de commandos parfois célèbres, remontant ainsi toute la chaîne depuis les agents exécutants jusqu’aux plus hautes sphères politiques.

Bergman nous fait revivre les grands succès de ces opérations secrètes, certains échecs également, et écrit ainsi une histoire parallèle de l’État hébreu. Une histoire de l’ombre dont on comprend dès les premières pages qu’elle est ancrée dans l’ADN de la nation israélienne. Il s’agit d’un projet extrêmement ambitieux mais aussi d’un fabuleux page-turner qui se dévore, chapitre après chapitre, à l’instar des meilleures séries télévisées.

Et pourtant nous ne sommes pas du côté de la fiction, Bergman nous raconte un monde secret mais bien réel qui continue, encore aujourd’hui, de modeler le Moyen-Orient et les relations internationales.

x 14 22,5 807 p. Ramon T Fernandez Dominique biographie 39-45 2009 14/01/09 9782246739418 Grasset & Fasquelle Littérature 25,25 € 25.25 sur commande ?
AA AA
« Ce livre n’est ni à proprement parler une biographie de Ràmon Fernandez, mon père (1894-1944), ni un essai sur son œuvre, mais une sorte d’enquête sur sa destinée, qui reste en partie énigmatique. Je cherche à m’expliquer, en me mettant moi-même en scène, comment cet homme, un des plus brillants intellectuels de son temps, a pu être socialiste à 31 ans (1925), critique littéraire d’un journal de gauche à 38 ans (1932), communiste à 40 ans (1934), fasciste à 43 ans (1937), enfin collabo à 46 ans (1940). Le livre a trois centres d’intérêt. 1 – Histoire littéraire de la France : Ràmon Fernandez jeune, a été ami intime de Proust et, à la fin de sa vie, de Marguerite Duras. Il a croisé de près tous les grands acteurs de la vie littéraire : Gide, Mauriac, Paulhan, Céline, Bernanos, Saint-Exupéry, Malraux, etc. Lui-même, membre du comité de lecture des éditions Gallimard de 1925 à 1944, et critique attitré de La Nouvelle Revue Française, a été au centre de la vie intellectuelle française. Il est l’auteur d’études devenues classiques (dont Messages, Molière, Proust en Cahiers rouges) et de deux romans (prix Femina 1932). 2 – Histoire politique de la France et de l’Europe, avec les grands événements auxquels Ràmon Fernandez a été mêlé de près : 6 février 34, Front Populaire, guerre d’Ethiopie, guerre d’Espagne, guerre de 40, Occupation. 3 – Histoire d’un couple. Ràmon Fernandez d’origine mexicaine, play-boy, dépensier, coureur, amateur de tango et de Bugatti, épouse en 1926 une brillante sévrienne, fille d’instituteurs pauvres. Ils s’aiment, mais la mésentente culturelle entre les époux fait très vite naufrager leur mariage. Les carnets intimes de ma mère documentent pas à pas ce parcours intime.C’est sans doute ce fiasco conjugal qui a poussé Ràmon Fernandez vers « l’ordre » fasciste. L’interaction du privé, du littéraire et du politique donne au livre la dimension romanesque d’une grande fresque de la France entre les deux guerres et sous l’Occupation. » D.F.
x 15,5 24 758 p. Le déshonneur dans la République
Une histoire de l’indignité, 1791-1958
T
Simonin Anne France 2008 05/11/08 9782246629917 Grasset & Fasquelle Politique et société 27,30 € 27.30 sur commande ?
AA AA
La répression des faits de collaboration est restée dans les mémoires pour l’inégalité et la dureté de ses verdicts. Or, la sanction la plus appliquée à la Libération ne fut pas la peine capitale mais une mort symbolique, la " mort civique " pour crime d’indignité nationale. En concevant ce nouveau crime, les juristes de la Résistance ont rompu avec une logique de guerre civile. Ils ont voulu mettre hors d’état de nuire le " vichyste ", non en lui ôtant la vie ou la liberté, mais en l’enfermant dans un " carcan d’infamie ". Entre la guillotine ou la prison, ils ont opté pour un mode original de répression de l’ennemi public républicain : l’infamie de droit. Au total, c’est 95 000 Françaises et Français qui, convaincus d’indignité nationale, se sont vus déshonorés par la loi pénale et, pour un temps, dégradés au rang de citoyens de seconde classe. Cette sanction d’une exceptionnelle gravité, critiquée pour sa dimension rétroactive, n’est cependant pas neuve : elle a ses racines dans le droit de l’Ancien Régime, et surtout dans la législation révolutionnaire. Si l’indignité, qualifiée de " nationale ", devient le principe avoué de l’ordre public républicain à la Libération, l’indignité est, dès les origines, le socle caché de la morale politique révolutionnaire. L’histoire de cette notion floue, appréhendée ici sur la longue durée et à partir de sources judiciaires inédites, atteste que c’est à l’indignité que la fraternité doit d’être mise en œuvre dans la communauté politique républicaine. Dans cet ouvrage, Anne Simonin mêle l’histoire du droit et la littérature : c’est la voix de ceux qu’indigne l’indignité qu’elle nous donne à entendre, mais aussi la voix des hommes de loi et des citoyens qui, de Robespierre au général de Gaulle, ont cru à une République ayant appris à être sage, et frappant d’indignité celles et ceux qu’elle ne pouvait convaincre d’être fraternels.
x 15,5 23 613 p. Le livre noir des serial killers T Bourgoin Stéphane essai 2004 17/11/04 9782246661917 Grasset & Fasquelle Politique et société 24,35 € 24.35 sur commande ?
AA AA
" J’ai tué mes victimes pour les garder auprès de moi car je ne voulais pas rester seul. J’avais alors un sentiment intense de la fragilité de la vie. Quelques instants auparavant, c’était des hommes, et maintenant, ce n’était plus qu’un tas d’os dans une poubelle. J’ai éprouvé des remords après chacun de mes crimes mais cela ne durait jamais longtemps. " Ainsi s’exprime Jeffrey Dahmer, " le cannibale de Milwaukee ", l’un des sept tueurs en série dont l’histoire est analysée ici. Qu’ils soient buveur de sang comme Peter Kürien, " le vampire de Düsseldorf " ; violeur et étrangleur de femmes à l’image d’Albert De Salvo, " l’étrangleur de Boston " ; meurtrier d’enfants et de prostituées tel Arthur Shawcross, " le monstre de Rochester " ; routards du crime et amants à la façon d’Ottis Toole et Henry Lee Lucas ; nécrophile et cannibale à l’exemple d’Ed Kemper, " l’ogre de Santa Cruz " ; ou assassin de prostituées comme Gary Ridgway, tous démontrent le même appétit de destruction. La même volonté de puissance et de contrôle de la victime, ainsi que l’absence du moindre remords. Loin de l’image stéréotypée de " génie du mal ", véhiculée par des films tels que Seven et Le silence des agneaux, ces criminels expriment leurs souffrances au travers de confessions, mais aussi leurs fantasmes les plus sombres qui en font de redoutables et d’inguérissables machines à tuer.
x 14 22,5 612 p. Le crépuscule d’une idole
L’affabulation freudienne
T
Onfray Michel essai psychanalyse 2010 21/04/10 9782246769316 Grasset & Fasquelle Politique et société -philosophie 22,40 € 22.40 sur commande ?
AA AA

Il existe plusieurs Michel Onfray : celui du Journal Hédoniste, celui de la Contre-Histoire de la philosophie, celui des essais : Sculpture de soi, Politique du rebelle, Théorie des corps amoureux. Mais celui qui signe ce livre imposant et important s’apparente, sans conteste, à l’auteur du Traité d’Athéologie.

Michel Onfray, cohérent avec lui-même, s’en prend ici à une religion qui, bien plus que les monothéismes qu’il pourfendait dans son Traité d’athéologie, semble avoir encore de beaux jours devant elle. Cette religion, c’est la psychanalyse - et, plus particulièrement, le freudisme.

Son idée est simple, radicale, brutale : Freud a voulu bâtir une " science ", et il n’y est pas parvenu. Il a voulu " prouver " que l’inconscient avait ses lois, sa logique intrinsèque, ses protocoles expérimentaux - mais, hélas, il a un peu (beaucoup ?) menti pour se parer des emblèmes de la scientificité. Cela méritait bien une contre-expertise. Tel est l’objet de ce travail.

Avec rigueur, avec une patience d’archiviste, Michel Onfray a donc repris, depuis le début, les textes sacrés de cette nouvelle église. Et, sans redouter l’opprobre qu’il suscitera, les confronte aux témoignages, aux contradictions, aux correspondances. A l’arrivée, le bilan est terrible : la psychanalyse, selon Onfray, ne serait qu’une dépendance de la psychologie, de la littérature, de la philosophie - mais, en aucun cas, la science " dure " à laquelle aspirait son fondateur.

On sera, devant une telle somme, un peu médusé : Freud n’en ressort pas à son avantage. Et encore moins sa postérité - qui aura beau jeu de prétendre que si Michel Onfray conteste si violemment la religiosité en vogue chez les archéologues de l’inconscient, ce serait précisément parce qu’il craindrait de contempler le sien. Une " ouverture " biographique, semblable à celle qui précède chacun de ces essais, devance cette objection en racontant comment et pourquoi Michel Onfray a découvert - en vain - cette " science de l’âme " qui n’en est pas une.

x 14 20,5 608 p. Rouge impératrice T Miano Léonora roman août 2019 21/08/19 9782246813606 Grasset & Fasquelle Litterature Francaise Littérature 24,00 € 24 sur commande ?
AA AA
Le lieu : Katiopa, un continent africain prospère et autarcique, presque entièrement unifié, comme de futurs Etats-Unis d’Afrique, où les Sinistrés de la vieille Europe sont venus trouver refuge.
L’époque : un peu plus d’un siècle après le nôtre.
Tout commence par une histoire d’amour entre Boya, qui enseigne à l’université, et Illunga, le chef de l’État. Une histoire interdite, contre-nature, et qui menace de devenir une affaire d’état. Car Boya s’est rapprochée, par ses recherches, des Fulasi, descendants d’immigrés français qui avaient quitté leur pays au cours du XXIème siècle, s’estimant envahis par les migrants. Afin de préserver leur identité européenne, certains s’étaient dirigés vers le pré carré subsaharien où l’on parlait leur langue, où ils étaient encore révérés et où ils pouvaient vivre entre eux. Mais leur descendance ne jouit plus de son pouvoir d’antan : appauvrie et dépassée, elle s’est repliée sur son identité. Le chef de l’État, comme son Ministre de l’intérieur et de la défense, sont partisans d’expulser ces populations inassimilables, auxquelles Boya préconise de tendre la main. La rouge impératrice, ayant ravi le cœur de celui qui fut un des acteurs les plus éminents de la libération, va-t-elle en plus désarmer sa main ? Pour les « durs » du régime, il faut à tout prix séparer ce couple...
x 15,5 24 594 p. Qui écrira notre histoire ?
Les archives secrètes du ghetto de Varsovie
T
Kassow Samuel D. essai Pologne 2011 28/09/11 9782246746911 Grasset & Fasquelle Politique et société -histoire 25,00 € 25.00 sur commande ?
AA AA

En octobre 1939, Emmanuel Ringelblum, historien de formation, avait entrepris de rassembler systématiquement les documents touchant le sort des Juifs de Pologne et consitua autour de lui un groupe de bénévoles pour qui l’injonction à sa souvenir (Zokhar) était une forme élémentaire de résistance et qui se donna pour nom de code "Oyneg Shabes" : "Joie du sabbat", en hébreu.Si Ringelblum et sa famille périrent en mars 1944, comme la majorité des quelque soixante membres de ce réseau — historiens, sociologues, économistes, éducateurs, écrivains, poètes, en sorte qu’aucun domaine de la vie ne soit ignoré —, le groupe réussit à travailler d’arrache-pied jusqu’au printemps 1943, pour écrire la chronique de la disparition de la communauté yiddish.

Sentant l’imminence d’une fin proche, les archivistes réussirent à cacher des milliers de documents dans des bidons de lait ou des boîtes en fer-blanc avant de les enterrer.Servi par un talent de conteur qui n’est pas sans rappeler celui des Disparus, cet ouvrage est sans conteste un des livres les plus importants sur la Shoah à côté de ceux de Hilberg et de Friedländer. Car au-delà de l’histoire magistrale d’une famille, d’un historien et d’un groupe, au-delà d’un tableau de la culture yiddish et de son inscription dans la culture polonaise et russe de l’époque, c’est véritablement l’histoire de l’Holocauste vécue par ses victimes contemporaines qu’offre ce livre.

x 15,5 23 586 p. Serial Krimes
317 serial killers, 193 assassins et plus de 5700 meurtres par le spécialiste mondial des tueurs en série
T
Bourgoin Stéphane enquête 2017 11/01/17 9782246855088 Grasset & Fasquelle Littérature 23,00 € 23.00 sur commande ?
AA AA

"A chaque jour son crime. Ils nous parlent, nous touchent, nous troublent, nous révèlent. J’ai voulu rassembler, sous la forme d’un almanach, ce que je sais, ce que j’ai découvert de 314 tueurs en séries, 193 autres types d’assassins et de plus de 5700 meurtres. Serial Krimes ? Des articles de fond sur des tueurs en série français comme Landru ou Claude Lastennet, une évocation de crimes célèbres qui ont défrayé la chronique à Hollywood, l’histoire de criminels sexuels tels que Léger, Menesclou ou Soleilland, ou encore des enquêtes réalisées par des voyants.

Vous lirez des reportages tirés de la presse de l’époque et le récit de certaines pratiques judiciaires oubliées. La réalité dépasse souvent la fiction, ce qui n’a pas empêché de nombreux auteurs ou scénaristes de s’inspirer des meurtres atroces que vous vous apprêtez à découvrir".

x 14 22,5 490 p. Françoise T Adler Laure biographie 2011 19/01/11 9782246759218 Grasset & Fasquelle Biographie Littérature 22,40 € 22.40 sur commande ?
AA AA

Et si Françoise Giroud était encore plus grande que sa légende ? Plus riche, plus complexe, plus intéressante que l’image d’Epinal de la jeune femme talentueuse qui devint la première journaliste de son temps ?La trajectoire, on la connaît : engagée par Hélène Lazareff à la création de Elle puis cofondatrice de L’Express, et enfin chroniqueuse au Nouvel Observateur, l’ex script-girl de Jean Renoir avait le sens des phrases assassines : la griffe sous le sourire enjôleur.

Compagne et complice de Jean-Jacques Servan-Schreiber, farouche opposante à la guerre d’Algérie, amie fidèle de Mendès France et de Mitterrand, celle qui "inventa" la Nouvelle Vague et roulait en décapotable fut une grande amoureuse, aimant le plaisir autant que le devoir. Femme politique, cette fille d’immigré turcs ne passa jamais son bac, mais devint Secrétaire d’Etat à la condition féminine sous Giscard d’Estaing.

Travailleuse acharnée, élégante en diable, éprise de liberté, c’était une visionnaire, qui incarna la naissance de la femme moderne.Mais on découvre ici que ce tempérament passionné a aussi ses zones d’ombre - expérience de la trahison, coup de folie passionnelle, tentative de suicide, mort d’un fils... Et si une phrase de sa mère, sur son lit de mort, avait déterminé sa trajectoire et son destin ?A travers le portrait d’une femme d’exception, c ’est une époque de feu que ressuscite ici Laure Adler : un temps, pas si lointain, où l’on savait encore se battre pour des idéaux.

x 15,5 23 472 p. Quand la gauche a du courage
Chroniques résolument progressistes et républicaines
T
Fourest Caroline essai 2012 31/10/12 9782246802723 Grasset & Fasquelle Politique et société 28,40 € 28.40 sur commande ?
AA AA

Peut-on être de gauche, progressiste et même utopiste, sans avoir à choisir entre la lucidité et l’ambition, face aux crises que nous traversons ? Dans notre monde en ébullition, tous les choix ne se valent pas. Intégrismes, racismes, blasphème, laïcité, crise du multiculturalisme, crise financière, écologie, régulation de la finance, Europe politique, nucléaire, conflit israélo-palestinien, printemps démocratique, hivers islamistes, justice sociale et fiscale...

Ce sont ces enjeux que Caroline Fourest a su aborder de front et disséquer dans ses chroniques, qui témoignent d’un regard à la fois progressiste, lucide et courageux. Sur les grandes décisions à prendre, et peut-être plus encore sur les routes hasardeuses qu’il faut absolument éviter...

x 14 22,5 468 p. Les consciences réfractaires
Contre-histoire de la philosophie - Tome 9
T
Onfray Michel essai philosophie 2013 16/01/13 9782246802709 Grasset & Fasquelle Politique et société -philosophie 21,90 € 21.90 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le XXe siècle fut pour les intellectuels celui des fascismes rouge et brun qui ont laissé peu de penseurs indemnes... Nombre de philosophes ont mis leur intelligence au service des deux barbaries. Toutefois, il y eut des consciences réfractaires à ce renoncement à la raison. Alors que le PCF souscrit au Pacte germano-soviétique (23 août 1939-22 juin 1941) et fait de la politique de collaboration avec l’occupant allemand une priorité décidée par Moscou, Georges Politzer, juif et communiste, inaugure la résistance intellectuelle dès 1939, puis la résistance en armes, avant de mourir en 1941 sous les balles d’un peloton d’exécution.

Contre Bergson qu’il range du côté des bellicistes et de l’occupant, il célèbre un certain Descartes inaugurant la philosophie des Lumières achevée par Marx et le marxisme. Nizan, lui aussi communiste, rechigne au Pacte : il le comprend pour l’URSS qui défend sa survie, mais pas pour le PCF... Marxiste secrètement déçu par l’Union soviétique, Nizan demande à Epicure ce que Marx, le marxisme et la Russie bolchevique ne lui donnent pas : des raisons de vivre en sachant qu’il nous faudra mourir...

Camus, pour sa part, fut communiste le temps que dura le combat du Parti pour la décolonisation ; quand le PCF obéit à Moscou qui décrète nul et non avenu le combat pour la décolonisation afin de mettre en avant le combat antifasciste, en 1937, il quitte le Parti qu’il avait rejoint à l’été 1935. Il s’oppose aux totalitarismes brun et rouge au nom d’un socialisme libertaire étouffé et ridiculisé par la critique sartrienne qui ne connaît du socialisme que sa version césarienne et barbelée.

Simone de Beauvoir, et son compagnon Jean-Paul Sartre, ont construit une légende aux antipodes de leur vécu pendant la guerre : on ne trouve aucune trace de leur résistance partout proclamée, on dispose en revanche d’accablantes preuves du contraire... Beauvoir passe à côté de la Résistance - mais aussi du féminisme qu’elle critique dans Le deuxième sexe. Finalement, le féminisme fera ce livre plus qu’il n’aura été fait par lui.

Le PCF se déchaînera contre cet ouvrage qui, réfractaire en ce sens, déconstruit la domination masculine...

x 14,5 21 454 p. Mécaniques du chaos T Rondeau Daniel roman 2017 16/08/17 9782246688310 Grasset & Fasquelle Littérature francaise Littérature 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA

Et si la fiction était le meilleur moyen pour raconter un monde où l’argent sale et le terrorisme mènent la danse ? Ils s’appellent Grimaud, Habiba, Bruno, Rifat, Rim, Jeannette, Levent, Emma, Sami, Moussa, Harry. Ce sont nos contemporains. Otages du chaos général, comme nous. Dans un pays à bout de souffle, le nôtre, pressé de liquider à la fois le sacré et l’amour, ils se comportent souvent comme s’ils avaient perdu le secret de la vie. Chacun erre dans son existence comme en étrange pays dans son pays lui-même.

Mécaniques du chaos est un roman polyphonique d’une extraordinaire maîtrise qui se lit comme un thriller. Il nous emporte des capitales de l’Orient compliqué aux friches urbaines d’une France déboussolée, des confins du désert libyen au cœur du pouvoir parisien, dans le mouvement d’une Histoire qui ne s’arrête jamais.

x 12 19 448 p. Archaos ou le jardin étincelant T Rochefort Christiane roman 1999 20/01/99 9782246160137 Grasset & Fasquelle Littérature 19,50 € 19.50 présent à Plume(s)
AA AA

Ce roman, rigoureusement extravagant pourrait débuter comme un conte : "Il y avait dans le pays d’Archaos un roi nommé Avatar"...

Tyran grotesque et dévot, Avatar, coupable d’inceste, sera contraint d’abdiquer, laissant sa place à son fils, Govan, fantoche plus sympathique, quoique incapable. Secondé par sa mère, la reine Avanie, le rejeton indigne sabote les bases du régime dictatorial. Les Archaotes découvrent les vertus du désordre. L’on produit moins mais mieux, les corps exultent, les imaginations se libèrent, l’intuition fait loi.

C’est l’Age d’or et le début d’un long rêve de béatitude... Avec la complicité fantasque d’une centaine de personnages, Christiane Rochefort réinvente le monde à son image : rebelle, imprévisible, toujours en question.

x 14 20,5 440 p. HHhH T Binet Laurent roman 39-45, nazisme 2010 13/01/10 9782246760016 Grasset & Fasquelle Littérature 21,25 € 21.25 sur commande ?
AA AA

A Prague, en 1942, deux hommes doivent en tuer un troisième.

C’est l’opération " Anthropoïde " : deux parachutistes tchécoslovaques envoyés par Londres sont chargés d’assassiner Reinhard Heydrich, chef de la Gestapo, chef des services secrets nazis, planificateur de la solution finale, " le bourreau de Prague ", " la bête blonde ", " l’homme le plus dangereux du IIIe Reich ".

Heydrich était le chef d’Eichmann et le bras droit d’Himmler, mais chez les SS, on disait : " HHhH " : Himmlers Hirn heisst Heydrich - le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich.

Tous les personnages de ce livre ont existé ou existent encore. Tous les faits relatés sont authentiques. Mais derrière les préparatifs de l’attentat, une autre guerre se fait jour, celle que livre la fiction romanesque à la vérité historique. L’auteur, emporté par son sujet, doit résister à la tentation de romancer. Il faut bien, pourtant, mener l’histoire à son terme.

Prix Goncourt Du Premier Roman 2010

x 14 22,5 425 p. Qui a tué Arlozoroff ? T Nathan Tobie roman 2010 12/05/10 9782246751311 Grasset & Fasquelle Littérature 21,25 € 21.25 sur commande ?
AA AA

Qui se souvient que Magda Goebbels - qui se suicida en mai 1945 dans le bunker d’Hitler après avoir empoisonné ses six enfants - avait été, vingt ans plus tôt, l’ardente maîtresse du dirigeant sioniste Haïm Arlozoroff ? Y aurait-il un lien entre cette liaison improbable et l’assassinat, le 16 juin 1933, sur une plage de Tel-Aviv, de cet homme qui, s’il avait vécu, aurait peut-être été le premier président de l’Etat hébreu ? Tels sont les mystères que ce roman, librement inspiré de personnages qui ont bouleversé leur temps sans épargner le nôtre, tente d’élucider.

De la haute finance allemande aux premières implantations juives de Palestine, du nazisme au sionisme, de la Shoah aux guerres actuelles du Proche-Orient, de l’amour à la haine, Qui a tué Arlozoroff ? retrace, au fil d’un écheveau fascinant, des destins que seule une Histoire tragique sut rassembler. Mais ce roman raconte surtout le parcours échevelé d’une femme qui, par la force de son tempérament diabolique, sut se frayer un chemin entre l’ambition et la folie.

Entre la passion et le Mal.

x 14 20,5 416 p. Wiera Gran l’accusée T Tuszynska Agata roman 39-45, Pologne 2011 12/01/11 9782246730415 Grasset & Fasquelle Littérature 20,80 € 20.80 sur commande ?
AA AA

Wiera Gran était la chanteuse étoile du ghetto de Varsovie.

Cette "Marlène Dietrich née Grynberg", d’une beauté stupéfiante, à la voix chaude, se produit au cœur du Broadway juif d’avril 1941 au printemps 1942, où elle parvient à fuir, laissant derrière elle les siens. Son accompagnateur, Wladislas Szpilman, le "pianiste" du célèbre film de Roman Polanski, passera à la postérité. Elle, non. Pourquoi ? Quelle fut sa faute ? A quel prix peut-on survivre ? Comment savoir ce qui s’est vraiment passé entre les murs du ghetto ? Wiera Gran sera accusée après la guerre d’avoir collaboré avec les nazis, d’avoir chanté devant eux, d’avoir incarné une "Mata-Hari" glamour, une sorte d’agent double.

Folle de chagrin, persuadée qu’on la persécutait, juive errante, exilée chantant dans les cabarets de Caracas ou de Tel-Aviv, comme au Carnegie Hall à New York, elle finit sa vie, seule, dans un petit appartement parisien, reine d’un royaume, des ombres et des secrets de la guerre. Elle meurt le 19 novembre 2007.

A la fois détective et historienne, biographe empathique et enquêtrice d’une mémoire défaillante, Agata Tuszynska ressuscite dans ce livre poignant et fiévreux, traversée du siècle, le destin brisé comme l’honneur perdu de Wiera Gran.

x 14 20,5 400 p. Vernon Subutex T Despentes Virginie roman 2015 07/01/15 9782246713517 Grasset & Fasquelle Littérature Française Littérature 19,90 € 19.90 sur commande ?
AA AA

Vernon Subutex est un ancien disquaire, rescapé d’un monde en voie de disparition. Beaucoup de ses amis proches sont morts, ou ont quitté Paris. Reste Alex Bleach, chanteur populaire, qui est la dernière personne de son entourage à pouvoir l’aider à payer ses factures. Un soir, Alex Bleach se filme, dans l’appartement de Vernon, sous coke. Quelques semaines plus tard, il décède d’une overdose. Vernon est expulsé de l’appartement qu’il occupait depuis dix ans. Il ne lui reste qu’à se faire héberger chez les uns, chez les autres, mais les connaissances qui lui restent ne sont pas toujours en mesure de lui apporter de l’aide.

Chasse au trésor : tout le monde (un producteur, un réalisateur, une biographe, une « privée », une star du X, une jeune fille voilée) cherche ce paumé de Vernon pour mettre la main sur les rushs exclusifs du testament halluciné de Bleach.

Chasse à l’homme : Vernon ignore qu’il est l’objet d’une traque, puisque, fauché, il squatte successivement d’appartements en appartements.

Autant de portes ouvertes sur ce que le temps a fait de ces anciens adeptes de la culture rock, aux destinées plus ou moins heureuses.

Chaque station de croix de ce Christ déjanté présente de nouveaux personnages, convoque un thème, traverse un milieu : Xavier, ou la dérive de l’extrême gauche à l’extrême droite raciste ; Laurent, ou les milieux du cinéma ; la Hyène, ou l’art du lynchage cybernétique ; Sylvie, ou la vengeance de la femme mûre humiliée ; Lydia, ou la nullité des demi-sels de l’édition ; Pamela Kant et Vodka Satana, ou grandeur et décadence des ex-stars du porno ; Daniel, transexuel bien dans sa peau ; la vénéneuse Marcia ; Kiko, ou l’obscénité cynique et folle des traders sous coke ; Patrice, ou l’homme qui ne peut s’empêcher de rouer de coups celle qu’il aime ; Selim, ou l’amertume de la classe moyenne de gauche ; Aïcha, ou la tentation religieuse...

Chaque appartement ouvre une vie, chaque destin emporte le lecteur dans un univers différent. jusqu’à ce que les fils se tissent, se croisent, pour former les motifs d’une immense tapisserie qui fait passer le lecteur, haletant, de l’autre côté du miroir.

Virginie Despentes invente ici le roman picaresque post-moderne.
A suivre...

x 14 20,5 400 p. Vernon Subutex 2 T Despentes Virginie roman 2015 10/06/15 9782246857365 Grasset & Fasquelle Littérature Française Littérature 19,90 € 19.90 sur commande ?
AA AA
Vernon subutex, 2 est la suite du volume publié en janvier 2015, et salué par une presse magnifique.
x 14 21 400 p. Vernon Subutex 3 T Despentes Virginie roman 2017 24/05/17 9782246861263 Grasset & Fasquelle Littérature Française Littérature 19,90 € 19.90 présent à Plume(s)
AA AA
Vous l’attendez depuis deux ans, le voici !
Vernon Subutex 3, le retour de Vernon, suite et fin de la trilogie.