Livres de l'éditeur Grasset & Fasquelle - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.

Grasset & Fasquelle


108 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 20,5 300 p. Printemps T Boudjedra Rachid roman 2014 09/04/14 9782246806929 Grasset & Fasquelle Littérature 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Teldj a trente ans, ancienne championne olympique, elle enseigne la littérature érotique arabe à l’université, sans cacher pour cela son attirance pour les femmes. Traumatisée par un viol subi enfant et peu de temps après par l’assassinat de sa mère pendant la décennie noire à la fin du siècle dernier, Teldj assiste lucide et horrifiée à l’émergence de l’obscurantisme et de la sauvagerie islamistes dans tout le Moyen-Orient à la faveur du prétendu printemps arabe. Elle établit un parallèle entre les émeutes de 1988 qui ont mené l’Algérie à la guerre civile, et les révoltes arabes de 2011, dont l’échec flagrant a remis le pouvoir aux intégristes face à l’incompréhension et à l’impuissance des Occidentaux : un mauvais remake du scénario algérien des années 90.

A travers ce roman puissant et âpre, plein de remous et de fureurs, c’est tout un siècle dévasté par les guerres et malmené par le progrès (1914-2014) que Teldj passe au fil de l’Histoire et de sa falsification ; avec beaucoup d’exaltation et de chagrin, Rachid Boudjedra pousse un cri d’alarme et de révolte.

x 14 21 384 p. Silence, on cogne
enquête sur les violences conjugales subies par des femmes de gendarmes et de policiers
T
Bernard Alizé et Boutboul Sophie enquête violences conjugales novembre 2019 20/11/19 9782246818816 Grasset & Fasquelle Documents Français Politique et société 22,00 € 22.00 présent à Plume(s)
AA AA

Alizé Bernard a été victime de violences conjugales. Si elle savait les difficultés qu’ont les femmes à parler et à se faire entendre, elle n’imaginait pas combien le statut de son conjoint rendrait son combat pour s’en sortir plus difficile encore. Car ce dernier était gendarme. Or comment faire quand celui qui vous bat se sert de son statut, représentant de l’ordre, de sa place dans l’institution policière, de sa connaissance des procédures et des liens supposés de solidarité avec ses collègues, pour vous intimider, vous dissuader de vous défendre et faire valoir vos droits ? A Sophie Boutboul, journaliste travaillant sur les violences faites aux femmes, elle a accepté de raconter son histoire ; les mois de silence, isolée en caserne, persuadée que nul n’accepterait de la croire, la peur démultipliée devant un homme incarnant la loi et disposant d’une arme de service, puis les années de luttes, seule, pour faire valoir ses droits malgré les obstacles qu’elle dénonce  ; les tentatives de dissuasion de certains gendarmes, les procédures non respectées, l’absence de sanction hiérarchique, l’indulgence de certains juges. L’impression de se battre contre un système.

Au récit de son combat étape par étape, répond, en alternance, l’enquête qu’a menée Sophie Boutboul. Car le cas d’Alizé n’est pas isolé. Chaque année, des femmes meurent sous les coups et les balles de leur conjoint policier ou gendarme. Pendant un an et demi, elle a sillonné le pays pour recueillir le témoignage de femmes ayant connu le même chemin de croix  : les tentatives de dissuasion, les menaces, les procédures caduques, la protection, voire l’impunité, dont certains ont joui du fait de leur statut. Pour en comprendre les raisons, elle a rencontré des avocats, juges, magistrats, les membres d’associations aidant des femmes dans le même cas, les familles des victimes, mais aussi des policiers et des gendarmes reconnaissant les conséquences de leur métier sur leur vie personnelle et l’absence de mesures pour les prévenir, et les hauts placés de l’IGPN et de l’IGGN, les instances d’inspection de la police et de la gendarmerie. Elle expose les failles d’un système qui ne pense pas la place des femmes auprès d’hommes exposés à la violence et les risques que cela implique. C’est un texte engagé qu’Alizé Bernard et Sophie Boutboul signent là. Pour permettre aux femmes victimes de telles violences de savoir qu’elles ne sont pas seules. Ouvrir le débat et proposer des pistes de réflexion, des solutions, pour protéger les victimes de ces violences particulières.

x 15,5 23 472 p. Quand la gauche a du courage
Chroniques résolument progressistes et républicaines
T
Fourest Caroline essai 2012 31/10/12 9782246802723 Grasset & Fasquelle Politique et société 28,40 € 28.40 sur commande ?
AA AA

Peut-on être de gauche, progressiste et même utopiste, sans avoir à choisir entre la lucidité et l’ambition, face aux crises que nous traversons ? Dans notre monde en ébullition, tous les choix ne se valent pas. Intégrismes, racismes, blasphème, laïcité, crise du multiculturalisme, crise financière, écologie, régulation de la finance, Europe politique, nucléaire, conflit israélo-palestinien, printemps démocratique, hivers islamistes, justice sociale et fiscale...

Ce sont ces enjeux que Caroline Fourest a su aborder de front et disséquer dans ses chroniques, qui témoignent d’un regard à la fois progressiste, lucide et courageux. Sur les grandes décisions à prendre, et peut-être plus encore sur les routes hasardeuses qu’il faut absolument éviter...

x 14 22,5 388 p. Inna T Fourest Caroline biographie féminisme 2014 22/01/14 9782246807322 Grasset & Fasquelle Essais Documents Et Biographies Politique et société -femmes 20,90 € 20.90 présent à Plume(s)
AA AA

"Inna Shevchenko, dite Inna, est un personnage qui semble sorti de l’imaginaire de l’un de ces auteurs russes doués pour offrir au monde des destins tourmentés. De son corps, elle a fait une arme. Cour et émotions en sourdine, son goût pour la lutte et la propagande ont fait d’elle une guerrière. Sa silhouette d’Amazone, cheveux au vent et seins à l’air, a déjà marqué l’iconographie de ce siècle. A 23 ans, Inna a vécu plusieurs vies, subi des centaines d’arrestations et de gardes à vue et a même été kidnappée en Biélorussie.

Elle a dû fuir son pays, l’Ukraine, après avoir tronçonné une croix. Elle s’est battue pour sauver Amina des geôles tunisiennes et des foudres salafistes. C’est à Paris, en exil, que nos destins se sont croisés. Ensemble, nous nous sommes dressées face aux patriarches et aux néo-fascistes. Nous nous sommes aussi affrontées lorsque sa fureur marxiste et révolutionnaire heurtait mon aspiration aux lumières tamisées de la laïcité, et peut-être plus encore, à l’art de vivre.

Pasionaria, nihiliste ou fanatique ? Qui est-elle vraiment ? Les journalistes du monde entier tentent de la déshabiller davantage et se heurtent à une porte de plomb. Inna peut enlever le haut mais jamais son armure. J’étais loin de me douter du chemin qu’il faudrait parcourir pour contourner sa méfiance. Avec obstination, j’ai glané le droit d’accéder à son histoire et à son intimité. Non sans avoir dû baisser la garde à maintes reprises".

x 14 20,5 265 p. Insoumise T Batho Delphine témoignage politique 2014 15/10/14 9782246811800 Grasset & Fasquelle Documents Français Politique et société 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA
Pendant 1 an, 1 mois et 17 jours, Delphine Batho a été ministre de François Hollande, avant d’être brutalement limogée. Elle a eu le courage de dénoncer, avant tout le monde, l’échec actuel. Observatrice et actrice du fonctionnement de l’Etat, elle livre un récit inédit, vif et saisissant, de son expérience de Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie entre juin 2012 et juillet 2013.
Elle établit un diagnostic de la façon dont l’énarchie et la bureaucratie ont vite envahi tous les mécanismes du pouvoir et dont, dès le début, la gauche a été confrontée aux forces qui empêchent le changement. Elle raconte comment, au sommet de l’Etat, règne ouvertement la connivence avec les lobbies et les puissances financières que la gauche était supposée combattre. Au travers de révélations où l’on croise le visage de tel ou tel patron, elle montre comment, pied à pied, les intérêts privés veulent dicter les décisions.
En première ligne, l’écologie est la cible de ces pressions particulièrement féroces sur les gaz de schiste, le nucléaire, et tous les enjeux environnementaux. Se dévoile ainsi le regard d’une femme de conviction sur le quinquennat de François Hollande. Delphine Batho décrit des décideurs dépassés par la crise, par leur époque, par le monde qui les entoure, incapables de comprendre en quoi l’écologie ouvre une nouvelle perspective historique.
Au-delà de l’impitoyable état des lieux, ce témoignage a le mérite de dessiner les contours d’un renouveau politique, incarné par une nouvelle génération de femmes et d’hommes conscients des erreurs du passé, intransigeants quant aux errances du présent, capables d’incarner les exigences du futur.
x 21,5 17 32 p. Lettres à mon cher petit frère qui n’est pas encore né T Kessler Frédéric et Pilon Alain jeunesse nouveau bébé, frères et sœurs 2015 25/02/15 9782246787259 Grasset & Fasquelle Grasset Jeunesse Jeunesse -(petits) tracas 13,90 € 13.90 présent à Plume(s)
AA AA
Les réactions suscitées chez le premier enfant d’une famille à l’annonce de l’arrivée du deuxième sont ici abordées avec beaucoup de justesse, de sensibilité et d’humour.
x 13 20,5 141 p. Et si on aimait la France T Maris Bernard 2015 22/04/15 9782246852193 Grasset & Fasquelle Littérature 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

"Ainsi vous écrivez un livre sur la France ? Oui. - Ah... et sous quel angle ? Le déclin ? L’avenir ? L’universalité ? Le messianisme ? La cuisine ? Les filles ?" C’est vrai, il faut un angle... Alors, disons que je me pose moi aussi des questions de dettes et de créances. Une manière de dresser un bilan, actif, passif, mais surtout de redonner au mot dette tout son sens, celui de faute, de culpabilité.

Un livre pour dire : non, Français, vous n’êtes pas coupables, vous ne devez rien ; le chômage, la catastrophe urbaine, le déclin de la langue, ce n’est pas vous ; le racisme, ce n’est pas vous, contrairement à ce qu’on veut vous faire croire. Vous n’êtes pas coupables. Retrouvez ce sourire qui fit l’envie des voyageurs pendant des siècles, au "pays où Dieu est heureux". Revenant de Rome, ville où je pourrais définitivement vivre, je me sens plein d’optimisme pour la France et songe qu’un petit rien pourrait redonner à ce Paris si triste, si bruyant et qui fut autrefois si gai, son sourire.

Bernard Maris.

x 13 20,5 293 p. L’homme aux statues
Freud et la faute cachée du père
T
Balmary Marie essai psychologie 1997 18/04/97 9782246075127 Grasset & Fasquelle Politique et société -philosophie 16,80 € 16.80 sur commande ?
AA AA

« Rébecca, ôte ta robe, tu n’es plus mariée ! » Cette allusion à une anecdote juive ponctue, en 1897, l’abandon par Freud de sa première théorie des névroses, la théorie de la séduction.

C’est l’année de la mort de son père Jakob Freud. Bientôt surgira une nouvelle hypothèse, le complexe d’Œdipe, renvoyant le névrosé à ses désirs coupables et garantissant que le père, à l’heure du jugement, ne saurait être châtié comme séducteur.

Qui est Rébecca ? Dans la Bible, la mère de Jacob.

Dans le roman familial, une mystérieuse seconde épouse de Jakob Freud, disparue et dont l’existence demeurera cachée.

Ce drame, Freud le rejouera en collectionnant les statues, comme Don Juan les femmes, allant jusqu’à les convier à sa table comme autant de Commandeurs... Mais en se tournant vers le mythe grec plutôt que vers la transmission biblique de la faute, Freud a-t-il véritablement innocenté le père ?

Le destin d’OEdipe et la malédiction des Labdacides sont clairement liés, chez les Tragiques, au forfait de Laïos, père d’OEdipe.

Et la langue grecque permet de renvoyer le symbolique qui réunit au diabolique qui sépare, le sumptoma du malheur au diaptoma de la faute.

Malgré Freud, l’éthique de la psychanalyse peut mener, au lieu d’enfouir la faute, à la porter au jour : Tout ce qui est manifesté est lumière.

Cette hypothèse de l’Homme aux statues, publiée pour la première fois en 1979, a trouvé confirmation dans l’étrange Bible - retrouvée en 1986 - que Jakob Freud donna à son fils avant de mourir ; une Bible coupée et recomposée où Jakob Freud a pu cacher l’aveu de sa vie ; une énigme devenue clé pour Marie Balmary dans cette nouvelle édition.

x 12 19 237 p. La Croisière du hachich T Monfreid (de) Henry roman aventures 2007 03/09/07 9782246027041 Grasset & Fasquelle Littérature -poches 8,80 € 8.80 sur commande ?
AA AA
Henry de Monfreid entend dire que la contrebande du hachich est en Egypte une institution d’État, secrète et jalousement cachée. Il entreprend alors de passer de Grèce à Suez, sur son bateau, un gros chargement de chanvre. C’est le récit de cette entreprise qu’il nous fait, depuis l’achat du hachich dans une ferme grecque jusqu’au retour à Djibouti : un voyage très mouvementé dans le mystérieux milieu des contrebandiers du golfe de Suez.
x 14 20,5 1487 p. De la violence à la divinité T Girard René essai 2007 24/10/07 9782246721116 Grasset & Fasquelle Cahiers Rouges Politique et société 29,50 € 29.50 sur commande ?
AA AA
"Les sujets étudiés dans ces quatre livres sont très différents les uns des autres : les romans modernes d’abord, les religions archaïques ensuite, la Bible et le christianisme enfin. Il y a dans ce recueil une diversité des outils d’analyse auxquels je recours : l’hypothèse du désir mimétique d’une part ; la théorie du bouc émissaire de l’autre ; la révélation destructrice du mécanisme victimaire enfin. Mais au cœur de ces quatre livres rassemblés ici - ce qui me plaît infiniment - l’essentiel est une question encore plus brûlante aujourd’hui qu’à l’époque où je me la suis posée. Il s’agit de la question de la violence dans son rapport avec le religieux."
x 13 20,5 366 p. L’ensauvagement
Le retour de la barbarie au XXIe siècle
T
Delpech Thérèse essai 2005 12/10/05 9782246677413 Grasset & Fasquelle Essais Grasset Politique et société 24,90 € 24.9 sur commande ?
AA AA
En 1900, les progrès sociaux, les avancées technologiques et une première tentative de limiter les guerres entre les Etats semblaient justifier des pronostics optimistes. Cinq ans plus tard pourtant, la guerre russo-japonaise, la première révolution russe et la crise de Tanger entre la France et l’Allemagne annonçaient la Grande Guerre et ses suites que seuls quelques observateurs perspicaces ont vues venir. Au tournant du XXIe siècle, les craintes se concentraient sur un gigantesque crash informatique. Mais en 2005, la scène internationale a profondément changé. Le Moyen-Orient et l’Extrême-Orient sont de bons candidats pour de nouvelles catastrophes historiques. La saga nucléaire iranienne, le chantage nord-coréen, la gravité de la question de Taïwan, l’hostilité sino-japonaise montrent que le terrorisme international est loin d’être le seul ou le principal péril du siècle. Pas davantage qu’en 1905 cependant, l’avenir n’est aujourd’hui écrit. Certes, l’humanité est à nouveau guettée par l’ensauvagement. Elle peut aussi prévenir la combinaison des moyens de destruction dont elle dispose et des penchants nihilistes issus de la détresse contemporaine. Quelles idées méritent encore que nos sociétés post-héroïques prennent des risques pour les défendre ? Telle est la question à laquelle cet ouvrage passionnant apporte des éléments de réponse.
x 12 19 85 p. L’expérience T Bataille Christophe roman nucléaire, bombe 2015 14/01/15 9782246811640 Grasset & Fasquelle Littérature -poches 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Je suis sorti de la tranchée et tout de suite ses yeux m’ont fixé : deux prunelles de cendre. C’était une chèvre, une pauvre chèvre que nous n’avions pas vue, enchaînée sur la plaine, face au pylône et à la bombe. Un chevreau semblait s’abriter derrière elle, sur ses pattes tremblantes. Tous deux étaient comme cuits. J’ai abandonné mon compteur, et la chèvre s’est mise à hurler. Le chevreau était tombé sous elle. Il y avait ce cri, mécanique, sans être, un cri à nous rendre fous. Pour ce cri, j’aurais renoncé à la France."

Avril 1961, dans le désert algérien. A trois kilomètres de ce point inconnu, une tour de cinquante mètres porte une bombe atomique. Le jeune soldat qui parle, accompagné d’une petite patrouille, participe à une expérience. Il est un cobaye. C’est cette zone d’intensité extrême que nous livre Christophe Bataille.

Face à l’histoire et à la mort, il reste les mots, les sensations, la douceur du grand départ puis la lumière.

x 13 15 48 p. Les petits jours de Kimi et Shiro T Cortey Anne et Massini Anaïs jeunesse 2015 27/05/15 9782246858294 Grasset & Fasquelle Lecteurs En Herbe Jeunesse -albums 12,00 € 12.00 sur commande ?
AA AA
Jour de neige, jour de chat, jour de feuilles, jour rond. au fil des saisons, deux adorables personnages explorent la nature, les relations à l’autre, leurs émotions. Ce petit format pour les 2-4 ans comprend 4 histoires courtes très illustrées, qui se complètent pour dessiner une amitié enfantine malicieuse et forte.
x 20,5 13 260 p. L’urgence culturelle T Clément Jérôme culture 2016 06/04/16 9782246853893 Grasset & Fasquelle Politique et société 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

"Lorsqu’il entend le mot culture, le tyran sort son revolver..." Le démocrate sort désormais sa calculette, lorsqu’il ne se détourne pas pour bâiller. La France est une nation de culture. C’est ainsi qu’elle a rayonné durant des siècles de par le monde. Nous étions fiers de notre politique culturelle : qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Écrasée par les logiques de l’économie et de la finance, la culture ne doit pas être une variable d’ajustement.

Elle n’a jamais été aussi vitale, aussi vivante, aussi cruciale. Elle seule cimente notre sentiment d’appartenance à une communauté humaine, déjoue la violence des replis identitaires, donne un sens à nos valeurs et à notre civilisation. Elle est en danger. Nous devons réagir. Il y a urgence." Dans ce texte engagé, Jérôme Clément nourrit d’exemples vécus son analyse de l’évolution des politiques culturelles en France, dresse le portrait sans concession de leur délaissement progressif par l’État et propose des solutions concrètes.

x 13 20,5 195 p. Tout paradis n’est pas perdu
Chronique de 2015 à la lumière de 1905
T
Rouaud Jean essai laïcité 2016 06/01/16 9782246860914 Grasset & Fasquelle Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Cette chronique est à cheval sur les années 2014-2015. Le thème m’en a été offert par le Front national qui, aussitôt prises quelques mairies, s’empressa d’imposer le menu unique dans les cantines scolaires. On n’en attendait pas moins de Marine Le Pen, mais ce qui changeait dans son argumentaire, c’était l’alibi de la laïcité. C’était au nom de la loi de 1905 qu’elle pouvait en toute impunité stigmatiser les enfants musulmans.

Grâce à quoi on a vu se joindre à sa voix tous les laïques purs et durs qui au nom d’une stricte lecture de cette loi se retrouvait de facto en comité de soutien du Front national tout en jurant, main sur le cour, être évidemment en désaccord avec son idéologie. Ah bon. On peut donc faire une chose et dire son contraire. Ce qui doit plus ou moins s’appeler de la schizophrénie. Ce qui valait la peine de s’interroger sur les motivations des uns et des autres et de se pencher sur ladite loi de séparation des Eglises et de l’Etat.

Mais en fait d’églises il s’agissait de la seule église catholique, les autres faisant de la figuration - l’Islam, qui se trouve à la source de ces querelles sur le menu et le voile, il n’avait pas droit au chapitre, les musulmans d’Algérie n’ayant pas le statut de citoyen. Loi dite de séparation mais plutôt accommodante avec l’Eglise, continuant de chômer les fêtes religieuses, de meubler son calendrier des noms des saints et de servir du poisson le vendredi dans toute les cantines.

C’est au milieu de cette chronique qu’une autre actualité, tragique, s’invita brutalement dans la réflexion. L’exécution de l’équipe de Charlie au nom de l’offense faite au prophète nous rappelait que ce droit à la représentation des figures sacrées avait été pour notre société le fruit d’un long débat qui avait occupé tous les premiers siècles du christianisme. Débat tranché en 843, à Nicée, sous un argument de haute volée : l’image n’était pas une idole mais une médiation pour s’approcher du divin.

Tout notre monde envahi d’images vient de cet arrêté. L’art occidental lui doit tout. Et donc, paradoxalement, la caricature de ces mêmes figures sacrées. "

Jean Rouaud

x 15,5 24 758 p. Le déshonneur dans la République
Une histoire de l’indignité, 1791-1958
T
Simonin Anne France 2008 05/11/08 9782246629917 Grasset & Fasquelle Politique et société 27,30 € 27.30 sur commande ?
AA AA
La répression des faits de collaboration est restée dans les mémoires pour l’inégalité et la dureté de ses verdicts. Or, la sanction la plus appliquée à la Libération ne fut pas la peine capitale mais une mort symbolique, la " mort civique " pour crime d’indignité nationale. En concevant ce nouveau crime, les juristes de la Résistance ont rompu avec une logique de guerre civile. Ils ont voulu mettre hors d’état de nuire le " vichyste ", non en lui ôtant la vie ou la liberté, mais en l’enfermant dans un " carcan d’infamie ". Entre la guillotine ou la prison, ils ont opté pour un mode original de répression de l’ennemi public républicain : l’infamie de droit. Au total, c’est 95 000 Françaises et Français qui, convaincus d’indignité nationale, se sont vus déshonorés par la loi pénale et, pour un temps, dégradés au rang de citoyens de seconde classe. Cette sanction d’une exceptionnelle gravité, critiquée pour sa dimension rétroactive, n’est cependant pas neuve : elle a ses racines dans le droit de l’Ancien Régime, et surtout dans la législation révolutionnaire. Si l’indignité, qualifiée de " nationale ", devient le principe avoué de l’ordre public républicain à la Libération, l’indignité est, dès les origines, le socle caché de la morale politique révolutionnaire. L’histoire de cette notion floue, appréhendée ici sur la longue durée et à partir de sources judiciaires inédites, atteste que c’est à l’indignité que la fraternité doit d’être mise en œuvre dans la communauté politique républicaine. Dans cet ouvrage, Anne Simonin mêle l’histoire du droit et la littérature : c’est la voix de ceux qu’indigne l’indignité qu’elle nous donne à entendre, mais aussi la voix des hommes de loi et des citoyens qui, de Robespierre au général de Gaulle, ont cru à une République ayant appris à être sage, et frappant d’indignité celles et ceux qu’elle ne pouvait convaincre d’être fraternels.
x 22 28,5 96 p. La face crashée de Marine Le Pen T Riss , Malka Richard et Mahrane Said BD, pamphlet 2016 04/10/16 9782246860082 Grasset & Fasquelle BD 14,90 € 14.90 présent à Plume(s)
AA AA

En 2006, sous l’impulsion de Philippe Cohen, nous nous sommes lancés dans une aventure un peu folle. Raconter Nicolas Sarkozy, dans une enquête minutieuse et véritable, en bande dessinée et en essayant de faire rire. La face karchée de Sarkozy était un pari audacieux qui a réussi, grâce au public et aux libraires, bien au-delà de nos espérances. Ce genre a fait de nombreux petits depuis. En 2013, Philippe Cohen nous a quittés et nous pensions que cette page était tournée.

Avec nos amis de Grasset, nous avons décidé de reprendre le flambeau : " Marine le Pen sera peut-être au second tour et au fond, on ne sait pas qui elle est, c’est un sujet pour vous ". C’était vrai. En tout cas, nous, nous ne savions pas et nous avons eu envie de la révéler dans sa vie quotidienne, son histoire familiale, sa pensée politique, ses amitiés disparates, ses rapports avec Marion Maréchal-Le Pen, l’omniprésence de Philippot, son parricide, sa dédiabolisation.

Saïd Mahrane nous a rejoints, après 12 ans passés à couvrir le Front National pour Le Point, afin d’analyser au plus près ce personnage honni par certains, adulés par d’autres. Nous nous sommes intéressés à cette femme politique au coeur du " système " qu’elle déclare combattre comme à notre ancien président de la République... avec un soupçon de perfidie, une légère malice, une pincée d’irrévérence, un constant souci de vérité.

L’histoire commence le 7 mai 2017, à 6h30...

x 14 20,5 304 p. Le fascisme islamique T Abdel-Samad Hamed essai fascisme, islamisme 9782246812418 Grasset & Fasquelle Politique et société 20,00 € 20.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Avec ce livre, l’intellectuel allemand d’origine égyptienne Hamed Abdel-Samad apporte une contribution majeure au débat qui fait actuellement rage en Occident autour de la question des sources de l’islamisme. Il avance la thèse d’un ancrage de l’idéologie fascisante dans les origines mêmes de l’islam et réfute l’idée d’une radicalisation tardive. En décrivant avec précision le développement de l’islamisme dans son contexte historique, il met en évidence la proximité idéologique et programmatique des Frères musulmans avec les mouvements fascistes des années 1920 et 1930, mais il analyse surtout les principes originels de l’islam politique et l’histoire de son établissement sur la péninsule arabique.

La fin de la tolérance religieuse, la règle de l’obéissance inconditionnelle, l’affirmation de la suprématie morale des musulmans et la volonté de domination jalonnent ce chemin emprunté par l’islam. Abdel-Samad retrace son évolution en nous éclairant à la fois sur la naissance de l’antisémitisme musulman, la notion de djihad et la justification du terrorisme jusqu’à l’apparition de l’islamisme sous sa forme "moderne".

Il démontre que les éléments totalitaires qui s’expriment ainsi relèvent de la structure idéologique du fascisme, et surtout que ces motifs sont présents dès l’origine. Pour Hamed Abdel-Samad, l’islam radical qui nous menace aujourd’hui n’est par conséquent rien d’autre qu’un fascisme islamique.

x 15,5 23 300 p. Mémoire de paix pour temps de guerre T Villepin (de) Dominique essai relations internationales 2016 09/11/16 9782246859710 Grasset & Fasquelle Politique et société 24,00 € 24.00 présent à Plume(s)
AA AA

« Depuis quinze ans, le monde semble emporté dans une folle course à la guerre. Le Moyen Orient est pris dans une spirale suicidaire sans fin, le terrorisme international nous défie, de grands empires entrent en confrontation.

Le virus de la guerre est en nous, rendu plus agressif par les peurs, les humiliations et les colères. La crispation des nations occidentales sur leurs privilèges et sur une vision du monde dépassée ne peut qu’aggraver les maux.

Toute ma vie durant, j’ai voulu mettre le travail de la paix au cœur de mon action. En 2003, auprès de Jacques Chirac, j’ai mené le combat de la paix à l’ONU contre l’intervention américaine en Irak, conscient des dangers de la vision néoconservatrice du monde.

Nous devons apprendre à regarder le monde et à en comprendre les métamorphoses. A nous d’entendre ce qui anime aujourd’hui les peuples et les nations, en Russie, aux États-Unis, comme en Chine, en Turquie, en Côte d’Ivoire ou en Colombie. C’est au plus près de la réalité que nous pourrons mesurer la faillite des États-nations et le jeu des revendications identitaires dans une mondialisation qui semble condamnée à l’accélération perpétuelle.

Le moment est venu de s’atteler au travail de la paix, d’ouvrir les yeux sur les blessures du monde et de nous doter des outils pour construire un nouvel ordre, stable et juste. Des solutions existent, mais elles nécessitent de la patience, de l’imagination, de la volonté. Pour contrer les épopées mensongères de la guerre, nous avons besoin d’un récit de la paix, qui constitue le grand défi, le seul héroïsme possible de notre temps, adapté à un monde fragile aux identités blessées, en mal de réconciliation. J’ai la conviction que la France a un rôle à jouer dans ce nouveau monde, à condition de retrouver sa vocation d’initiative, de médiation et de dialogue, fidèle à son message et à son histoire. »

x 15,5 23 375 p. De la police en démocratie T Roché Sebastian essai police 2016 02/11/16 9782246806141 Grasset & Fasquelle Politique et société -répression 24,90 € 24.90 IAD présent à Plume(s)
AA AA

" La finalité des polices dans les démocraties ne devrait pas être de faire régner un ordre. L’ordre devrait, en réalité, n’être qu’un moyen. Mais un moyen de quoi ? Les agents ne forment pas une armée face à un adversaire - même si certains responsables aiment à les caricaturer ainsi. La mission éminente des polices est de produire de la certitude et de la confiance en défendant des normes et des valeurs supérieures et, ainsi, de contribuer à la cohésion sociale ".

Toute démocratie a besoin d’une police, et réciproquement la police a besoin que les citoyens la soutiennent, qu’ils la considèrent comme " leur police ". Mais les gouvernements ont peu soutenu la transformation des forces de l’ordre en service tourné vers le public et soucieux de l’égalité de tous les citoyens, en particulier des minorités. Nos grands voisins européens sont bien meilleurs que nous sur ces points.

Les conséquences sont lourdes, sur notre sol, au moment où la confiance est particulièrement nécessaire. D’autres défis sont également devant nous. Le ministère de l’Intérieur confond force et autorité. Or, la façon dont la police agit en banlieues et l’injustice observée dans les contrôles au faciès fragilisent encore l’autorité étatique. A l’heure où la diversité de la population est une réalité que nul ne peut plus ignorer, et où les conflits de valeurs et d’identité entre les différentes communautés (musulmane en premier lieu) sont soulignés, la question religieuse s’invite dans les enjeux de police.

La distance prise par certaines communautés face à la collectivité politique nationale et aux valeurs qu’elle doit incarner (liberté, égalité) se traduit par une défiance croissante manifestée face à la police. Sa légitimité, et partant son efficacité, sont affaiblies. Et avec la cohésion de notre pays. Dans cette enquête unique et inédite, Sebastian Roché analyse " l’expérience de la police " vécue par la population française actuelle et dresse un constat préoccupant.

Loin des stéréotypes et des idées toutes faites, il dévoile l’état de la police et de son rapport au peuple dans un pays en colère et en transformation, et propose des solutions pour renverser la spirale négative dans laquelle nous sommes engagés.