Livres et Livre-CDs de l'éditeur Anacharsis - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :

Anacharsis


17 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14,5 21,5 731 p. Le Middle Ground
Indiens, empires et républiques dans la région des Grands Lacs : 1650-1815
T
White Richard essai histoire, société américaine, Indiens 2009 11/05/09 9782914777445 Anacharsis International -Amériques 28,00 € 28.00 épuisé
AA AA

Immense fresque narrative, ce chef-d’oeuvre de la littérature historique raconte comment, près de deux siècles durant, les Blancs et les Indiens de la région des Grands Lacs ont tâché de construire ensemble, malgré des logiques conflictuelles et divergentes, un monde mutuellement compréhensible.

De cette rencontre est né le " Middle Ground ", un " terrain d’entente ", une société singulière fondée sur des pratiques, des codes, des usages et des moeurs partagés, sans cesse malmenés et remis en question mais toujours renaissants. Jusqu’au rejet définitif de la recherche de cet accommodement au début du XIXe siècle. Autrement dit, jusqu’à la ruine du monde commun, le refoulement des Indiens dans une altérité immuable, et l’oubli même de l’existence du Middle Ground.

Comme un continent englouti surgissant des flots, Richard White révèle les couleurs et la vie de cet univers prétendument " périphérique ", très nettement ignoré par l’historiographie traditionnelle. Ce faisant, il oblige à repenser les mécanismes coloniaux dans leur ensemble, aussi bien que les moments fondateurs de la naissance des États-Unis d’Amérique. Avec l’élaboration de sa fertile métaphore du Middle Ground, White pose ici une pierre angulaire epistémologique comparable à la " Méditerranée " de Fernand Braudel.

x 14,5 21,5 608 p. L’empire comanche T Hämäläinen Pekka Kalevi doc société américaine 2012 13/04/12 9782914777841 Anacharsis Histoire indienne de l’Amérique du Nord International -Amériques 28,00 € 28.00 épuisé
AA AA

Ce livre relate l’histoire d’un empire qui, selon les annales de l’histoire universelle, n’a jamais existé ; il retrace l’histoire d’un empire indigène qui, au plus fort de l’expansion coloniale européenne entre les XVIlle et XIXe siècles, a inversé radicalement le mouvement de l’expansion occidentale.

Pekka Hämäläinen, dans un travail minutieux auprès des fonds d’archives les moins exploités, a démontré l’existence, près de deux siècles durant, dans le Sud-Ouest de l’Amérique, d’un Empire comanche plus vaste que la France tout entière. Le titre seul de ce livre contestataire situe tout l’enjeu qu’il soulève : un peuple nomade, sans structure étatique centralisée, considéré selon les grilles de lecture ordinaires comme un peuple autochtone sans capacité militaire de réelle envergure, a pu mettre sur pied un empire prédateur, durable et en expansion permanente au détriment des puissances coloniales.

Préface de Richard White.

x 14,5 21,5 384 p. Des ombres à l’aube T Jacoby Karl récit société américaine, Indiens 2013 17/05/13 9782914777988 Anacharsis Essais International -Amériques 26,00 € 26.00 actuellement indisponible
AA AA

Le 30 avril 1871, sur le Territoire de l’Arizona, dans le canyon d’Aravaipa, une troupe d’Indiens Tohono O’odahms, de Mexicains et d’Américains massacrait dans leur sommeil plus de 140 Apaches. il est demeuré une masse d’informations sur ce drame, qui a permis à Karl Jacoby de proposer une approche inédite de l’événement, connu sous le nom de Massacre de Camp Grant.

Car son ouvrage possède un caractère, en quelque manière, totalisant : son enquête interroge les modalités de la reconstitution des faits passés autour de la question de la violence non seulement dans l’histoire, mais en même temps de la violence de l’histoire.

C’est d’abord par le choix de la structure narrative que la démarche de Karl Jacoby frappe par sa pertinence. Plutôt que de conduire un seul fil narratif, il en propose quatre, chacun constituant l’histoire de chacune des communautés impliquées dans le massacre : ce sont autant de perspectives particulières, contradictoires et complémentaires qui s’ouvrent de la sorte. Le livre en outre se dédouble en deux moments, celui de l’histoire de chacune de ces communautés avant le massacre, puis celui de la mémoire de chacune après le massacre.

Avec ces regards subjectifs croisés, cette narration entrelacée portant sur le même événement, Karl Jacoby met à jour toute la difficulté de l’entreprise historique ; et, surtout, il stimule remarquablement le lecteur, auquel il propose au fond une méditation sur le travail de l’historien. Cette approche, dès lors qu’il s’agit d’aborder la question de la pulsion génocidaire chez les gens ordinaires, est radicalement originale sur ce terrain.

Apparenté au maître-ouvrage de Christopher Browning, Des Hommes ordinaires, Des ombres à l’aube, s’agissant de l’histoire américaine, reconsidère ainsi au plus près le problème de la violence faite aux autochtones américains, trop souvent réduite à quelques archétypes, mais aussi propose un examen en profondeur des entreprises mémorielles et de leurs conséquences – parfois terribles – y compris dans et par l’histoire.

Les documents rassemblés pour cet ouvrage font l’objet d’un site Internet dédié : http://brown.edu/Research/Aravaipa/

x 14,5 21,5 416 p. Les sanglots de l’aigle pêcheur T témoignage Nouvelle Calédonie 2015 16/01/15 9782914777971 Anacharsis Essais Anthropologie International -Océanie 30,00 € 30.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Au cours de l’année 1917, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie, suite aux enrôlements forcés de l’armée française, les Kanak se révoltent. La répression est féroce : l’armée coloniale, avec des auxiliaires tahitiens et kanak, mène une politique de la terre brûlée, des populations sont décimées ou déplacées, et les responsables avérés ou putatifs qui n’ont pas été tués sont emprisonnés, jugés puis exécutés ou déportés ; d’autres préfèrent le suicide.
Cette expérience traumatisante a donné lieu — comme en Europe après la Grande Guerre — à une efflorescence de créations narratives, orales et écrites, en prose ou en vers, à qui les Kanak confièrent la mémoire de ces événements et dont la traduction, accompagnée de leur retranscription en langue originale, forme le socle de ce livre.
Car c’est précisément sur l’histoire et la mémorialisation de ces heures terribles que les auteurs de cet ouvrage ont travaillé, selon des optiques complémentaires : Adrian Muckle en tant qu’historien, Alban Bensa comme anthropologue, et Yvon Kacué Goromoedo en qualité d’érudit de langue paîci, langue principale d’énonciation des récits ici présentés.
Cette triple dimension historique, anthropologique et littéraire se double en outre d’une portée politique : la guerre de 1917 a fait l’objet de commémorations récentes autour de la figure héroïsée du chef "rebelle" Noël de la part des indépendantistes kanak, dont ce livre est à la fois le résultat et l’analyse.

Comprend un CD audio : "Les Sanglots de l’Aigle pêcheur" (réalisation : L’Orage).

x 12,5 20 221 p. L’énigme de Qaf T Mussa Alberto roman 2010 07/01/10 9782914777605 Anacharsis Littérature 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Dans l’Age de l’Ignorance, aux temps préislamiques, les Arabes comprirent que le langage, comme les nombres, était infini.

Les poètes-guerriers du désert, passionnés par les formes, les femmes et le vin, entreprirent alors désespérément de raconter des histoires, toutes les histoires, d’écrire pour fixer le cours du temps. Sept poèmes des plus parfaits furent suspendus à la Pierre Noire de La Mecque. Mais il existe un huitième poème, inconnu jusqu’à ce jour, qui les résume et les contient tous. Il rapporte la quête du héros al-Gatash poursuivant la belle Layla à peine entrevue au campement d’un soir.

Au milieu de guerres sans merci, en butte aux maléfices d’une sorcière et à l’obstination d’un redoutable rival ambidextre, il devra tenter de résoudre l’énigme de Qaf pour gagner sa promise. Alberto Mussa réitère dans ce livre ludique le geste antique des Bédouins. Il réinvente la mythologie arabe, les légendes d’Aladin, de Shéhérazade ou même de Pythagore et de Jésus ; tel Borges face à l’infini, il affronte les ruses de la fiction dans un roman d’aventures épiques bâti comme un conte des origines - de la littérature.

x 12,5 20 160 p. Le voyage d’Orient T Broquère (de la) Bertrandon récit 2010 17/03/10 9782914777599 Anacharsis Famagouste Littérature 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

En l’an de grâce 1431, Bertrandon de la Broquière, "écuyer tranchant" du duc Philippe de Bourgogne, dit le Hardi, s’embarque pour ce que l’on nommait alors l’Outre-mer, l’Orient de la Terre sainte, des mondes turcs et balkaniques. Ce qui a l’apparence d’un simple pélerinage à Jérusalem va se transformer en l’un des plus étonnants voyage qu’un Occidental ait entrepris dans ces régions, et, surtout, en l’un des récits de voyages médiévaux les plus lumineux qui ait jamais été écrits.

C’est que Bertrandon a été mandaté par son seigneur pour lui décrire ces pays des mondes turcs naissants, en vue de satisfaire certains espoirs de conquête. Plus prosaïquement, Bertandon est un espion. Et pour mener à bien sa mission, il décide de faire le chemin du retour par voie de terre, autrement dit de traverser de part en part la Turquie, d’Orient et d’Occident. Il s’engage donc clandestinement dans une caravane revenant du pélerinage de la Mecque, et pénètre ce que l’on nommait alors la Turcomanie en direction de Constantinople, capitale fantôme de l’Empire byzantin en décomposition.

L’immense qualité du récit de Bertrandon ne réside nullement dans le merveilleux ou le fantastique. C’est ici tout le contraire. Jamais peut-être un esprit aussi vif que le sien ne nous a permis de toucher véritablement la réalité des pays qu’il traverse. Non pas un réel théorisé, pensé, conçu et réfléchi, mais celui tout de couleur, d’odeur et de bruit que l’on rencontrait alors sur les grands chemins du Proche Orient et des Balkans.

x 12,5 20 112 p. Tueur de bisons T Mayer Frank témoignage société américaine 2010 15/10/10 9782914777681 Anacharsis Famagouste Littérature 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Frank Mayer s’est endormi de son dernier sommeil en 1954, à l’âge de 104 ans, dans la petite ville minière de Fairplay dans le Colorado.

Avec lui disparaissait le dernier tueur de bisons. Peu auparavant, il avait eu la bonne idée de livrer à l’écriture les souvenirs de sa jeunesse passée sur la piste des "buffalos". Porté par la gouaille d’un vieux briscard narquois, le récit remarquablement vivant qu’il délivre compose un témoignage à la fois édifiant, fascinant et obscène sur un carnage sans précédent sous le soleil : on estime les bisons américains au nombre de 15 ou 20 millions en 1870 ; moins d’une décennie plus tard, il en restait tout juste quelques centaines. Frank Mayer fut l’un de ceux qui participèrent au massacre, et il détaille avec minutie le quotidien de ces années de tueries. La mythologie sentimentale et naturaliste du bison comme symbole romantique d’un monde perdu tombe en lambeaux devant le trivial du réel. Mayer n’était pas tant un aventurier qu’un patron de PME. Son entreprise consistait à tuer des buffalos, à en vendre les peaux et ceci tant qu’il en restait. Le récit de Franck Mayer dévoile l’équation fondamentale sur laquelle a reposé l’ultime essor de la nation américaine dans ces années cruciales : l’argent et les armes à feu.

x 12,5 20 202 p. Sous le burnous T France Hector nouvelles Algérie 2011 29/04/11 9782914777759 Anacharsis Famagouste Littérature -poches 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Ce n’est pas un écrivain pour lecteurs délicats. Officier en Algérie durant les années 1860, il compose ici à partir de ses souvenirs de jeunesse seize fictions qui forment les mille et un jours du cauchemar colonial.

Armé d’un style affûté et d’un humour grinçant, loin de se complaire dans des bizarreries exotiques nimbées des vapeurs du kif, il écorche vif l’orientalisme flamboyant : délires de soldats traumatisés, bassesses révulsantes de misérables poussés à la dernière extrémité, ignominies des puissants - le cynisme et l’oppression envahissent la scène jusqu’à basculer parfois dans l’horreur pure.

La gifle remue aujourd’hui avec d’autant plus d’efficacité que Sous le burnous, paru en 1886, constitue comme une épouvantable préface à l’autre guerre d’Algérie - en réalité la même, sans doute - dont les plaies profondes n’ont pas fini de suppurer.

Préface de Éric Dussert, bibliomane, collaborateur au Matricule des Anges et directeur de la collection "L’Alambic" aux éditions L’Arbre vengeur..

x 12,5 20 170 p. La Mort de Tusitala T Atsushi Nakajima récit 2011 14/01/11 9782914777667 Anacharsis Fictions Littérature 16,00 € 16.00 présent à Plume(s)
AA AA
« Et maintenant de nouveau je tiens tête au grand vent. Je veux me cogner contre quelque chose de sauvage, une force brutale, des orages. Je veux faire éclater la coque qui me tient dans ses limites. »

Tusitala, le Raconteur d’histoires est le nom de guerre que l’on prêtait à Robert Louis Stevenson dans les îles Samoa.

où il vécut aux derniers temps de sa vie. Engagé avec les Samoans contre les puissances coloniales, écrivant avec acharneraient, défrichant ses champs, rêvant dans la lumière des tropiques, l’auteur de L’île au Trésor s’était bâti Là-bas une existence à sa mesure. Nakajima Atsushi, un écrivain jeune pour toujours lui aussi, orchestre autour des dernières années de Stevenson un roman subtil en forme d’hymne à la vie.

Alternant la narration et les pages d’un journal fictif, il se démarque de l’exercice biographique pour composer une fiction pure où se déploient sans limite le pouvoir et la paissance de l’imagination. Le talent de Nakajima, l’élégance joyeuse de son écriture et la limpidité de son style se conjuguent ici jusqu’à nous convaincre que l’on aurait affaire, avec La Mort de Tusitala. à un autre Stevenson.

x 12,5 20 243 p. Postures libertines
La culture des esprits forts
T
Cavaillé Jean-Pierre essai 2011 24/11/11 9782914777711 Anacharsis Essais - Libre pensée Politique et société 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA

Le libertinage et les libertins du XVIIe siècle sont volontiers relégués dans un "envers du Grand Siècle", une "part d’ombre" jugée parfois brillante mais au fond de peu de conséquence.

Ce livre, à rebours de cette approche dévitalisante, remet en perspective les courants de cette pensée véritablement subversive, contrainte à la clandestinité en son temps, mais aussi peut-être aujourd’hui encore. À travers une série d’études soucieuses d’une contextualisation historique serrée des conditions de production et de réception des textes, Jean-Pierre Cavaillé ausculte - dans toutes ses variations - la culture des esprits forts, de ces Cyrano, Charron, La Mothe Le Vayer, Naudé, Bouchard ou Antonio Rocco, pour en révéler la puissance critique.

Leur dénonciation radicale, sous le masque de discours équivoques, des impostures dans les domaines du religieux, de la politique et de la morale, signale un mouvement dont notre époque serait bien inspirée de se souvenir.

x 12,5 20 366 p. Par-delà le Mississipi
Aventures en Amérique
T
Hennepin Louis récit Indiens 2012 10/03/12 9782914777889 Anacharsis Famagouste International -Amériques 22,00 € 22.00 actuellement indisponible
AA AA

En 1678, Louis Hennepin, missionnaire récollet, quitte les rives du Saint-Laurent en Nouvelle-France pour un voyage d’exploration dans l’Ouest.

Sous le commandement du sieur de La Salle, une poignée de Français et de Canadiens, aidés de quelques Indiens, s’enfonce résolument dans le monde méconnu d’au-delà des Grands Lacs, avec l’ambition d’établir, dans le bassin du Mississippi, un empire commercial au cœur de l’Amérique - et de trouver, qui sait, un passage vers l’Asie. Mais le rude traitement que La Salle impose à ses hommes et la menace d’une attaque iroquoise imminente finissent par miner la petite troupe.

Les désertions se multiplient. Au milieu des Indiens amicaux ou hostiles, le long de cours d’eau gigantesques parfois à moitié gelés, Louis Hennepin poursuit malgré tout son voyage... Le récit de ses péripéties, Nouvelle découverte d’un très grand pays, livré au public en 1697, était tombé dans l’oubli. C’est pourtant l’un des plus beaux romans d’aventures de par-delà le Mississippi.

x 12,5 20 80 p. Une enfance comanche T Babb Bianca récit société américaine, Indiens 2013 22/03/13 9782914777957 Anacharsis Famagouste Littérature 13,00 € 13.00 actuellement indisponible
AA AA

Le 4 septembre septembre 1866, au Texas, la petite Bianca Babb, âgée de 10 ans, est enlevée avec son grand frère Dot par une bande d’Indiens Comanches. Adoptée par une jeune veuve, elle restera pendant sept mois auprès de sa "Maman Squaw". C’est lorsqu’elle est devenue une vieille dame, passés ses soixante-dix ans qu’elle décide de mettre en ordre ses souvenirs de cette période. Non dans l’idée de publier son texte — il est longtemps resté inédit —, mais pour le léguer à ses proches. Retrouvé tout récemment, il est désormais accessible au public.

Par-delà la valeur documentaire remarquable de ce récit, c’est sa puissance évocatrice qui laisse pantois. Mélange de cauchemars et de rêves d’enfant, les souvenirs que la vieille dame rapporte de la petite fille qu’elle a été au cœur d’un campement comanche, le travail exténuant, les terreurs enfantines, la faim tenaillante, mais aussi les joies, les jeux et les peines, plongent le lecteur dans un univers qui se fait progressivement et étrangement familier, dans l’ordinaire pourtant bizarre d’un monde révolu, et qui était en train de disparaître. C’est par une successions d’images fulgurantes évoquées sans artifice — des chiens qui aboient, le chaudron de nourriture collective, les guerriers qui paradent en hurlant dans le camps, les manifestations du deuil, la perte d’une dent de lait, l’apprentissage de la natation, les attentions de sa mère adoptive —, que Bianca Babb parvient comme personne à faire partager jusqu’aux sensations (odeurs, froid, faim, visions) que la fillette ressentit durant son séjour parmi ces Indiens des Plaines.

Si l’on connaît nombre de récits de captivité chez les Indiens, au point que certains pensent y voir un genre littéraire spécifique inauguré au XVIIe siècle, il est rarissime, voire unique, que l’on tombe sur un texte qui n’ait jamais été réécrit en vue de publication.

Traduit de l’anglais par Frédéric Cotton.

x 12,5 20 106 p. La Légende des Soleils
Mythes aztèques des origines
T
Thévet André et Rose Jean conte Mexique 2007 25/10/07 9782914777407 Anacharsis Littérature 13,00 € 13.00 épuisé, réédité avec l'ean 9791092011678
AA AA

Le monde fut anéanti à quatre reprises avant que n’advienne le Cinquième Soleil, l’Age des Aztèques, lui aussi voué à la destruction. Afin que ce monde perdure malgré tout, les dieux ont institué le sacrifice, vecteur d’énergie vitale, et ont créé les hommes pour qu’ils garantissent à leur tour l’équilibre cosmique. Les Aztèques, partis de la mythique Aztlan, s’en allèrent alors fonder, après de longues et douloureuses errances, la ville de Mexico-Tenochtitlan.

La Légende des Soleils, écrite en nahuatl (la langue des Aztèques), et l’Histoire du Mexique d’André Thévet, cosmographe français d’Henri III, toutes deux recueillies juste après la Conquête, nous racontent ainsi comment les dieux ont mis en ordre l’univers, séparant le ciel et la terre, faisant croître les premières plantes et éclore les fleurs originelles. Autour de Quetzalcoatl, le fameux " Serpent à plumes ", ils mènent une lutte acharnée contre la corruption des choses. Nimbés d’une poignante poésie jaillie de l’angoisse face à la force dévorante du temps, ces récits dévoilent une pensée et un imaginaire complexes, nés d’une expérience singulière de la vie. Texte fondateur, La Légende des Soleils n’avait jamais été traduite en français.

x 12,5 20 496 p. Timika
Western papou
T
Rouillé Nicolas 2018 17/03/18 9791092011609 Anacharsis Fictions International -Asie 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA
Lorsque pak Sutrisno débarque de sa Java natale dans la ville minière de Timika en Papouasie occidentale, il ignore dans quel monde il vient de poser le pied. En quête de fortune comme des milliers d’autres migrants dans ce far west indonésien, il va vite déchanter.

Dans les montagnes de l’arrière-pays, la compagnie américaine Freeport exploite la plus grande mine d’or du monde sous la protection de l’armée indonésienne. Dépossédés de leurs terres, les Papou luttent pour s’en sortir en s’adonnant à l’orpaillage dans les rejets toxiques de la mine. L’un d’eux, Alfons, fils spirituel du leader indépendantiste Kelly Kwalik, passe à l’action ; l’engrenage implacable des mondes néo-coloniaux va s’enclencher.

Avec ce western politique inspiré de faits réels, Nicolas Rouillé nous fait pénétrer au cœur d’une jungle emblématique du saccage écologique et humain de la planète.

x 12,5 20 188 p. Chef de guerre
Autobiographie
T
Black Hawk biographie Amérindiens 2018 18/10/18 9791092011692 Anacharsis Famagouste Littérature 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA
En 1832, sous la poussée des colons américains, Black Hawk, chef des Indiens Sauks établis sur le Haut Mississippi dans l’Illinois actuel, se lançait dans une guerre - catastrophique - contre les États- Unis. Les Sauks, massacrés, divisés, furent refoulés vers l’Ouest et Black Hawk emmené en captivité. C’est alors qu’il écrivit sa célèbre Autobiographie. Ce récit, les premières mémoires d’un chef indiens, connut un immense succès. Le chef des Sauks y raconte les origines de son peuple, puis décrit sa carrière de chef de guerre, et surtout son combat contre les Américains. Il compose alors une fresque dépeignant le cynisme de ses adversaires et l’injustice tragique contre laquelle il a combattu jusqu’au bout. Ce livre est le dernier coup porté par le vieux guerrier à ses ennemis.
x 12,5 20 864 p. Le Middle Ground
Indiens, Empires et Républiques dans la région des Grands Lacs 1650-1815
T
White Richard histoire, société américaine, Indiens, États-Unis mars 2020 05/03/20 9791092011777 Anacharsis ESSAIS International -Amériques 25,00 € 25.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Réédition du chef-d’œuvre de Richard White, tournant fondateur de la Nouvelle Histoire de l’Ouest, mais aussi plus largement de l’histoire des États-Unis.

Immense fresque narrative, l’ouvrage de Richard White a bouleversé la conception que l’on se faisait de l’histoire de l’Amérique du Nord.

Il rapporte comment, du XVIIe au début du XIXe siècle, Indiens et Européens établirent les pratiques d’un monde commun, le Middle Ground, fondé sur des accommodements précaires, traversé de conflits et néanmoins mutuellement compréhensible.

Mais il raconte aussi comment ce monde partagé a pris fin dès lors que les jeunes États-Unis d’Amérique ont refoulé une fois pour toutes les Indiens dans les limbes de l’exotisme, les figeant dans une altérité radicale qui ouvrait la voie à la « Conquête de l’Ouest ».

Un livre fondateur, palpitant, qui possède le souffle dévastateur des chefs-d’œuvre de la littérature historique.

x 12 20 62 p. La chute de Géronimo T Kenoi Samuel E. et Opler Morris récit société américaine, Indiens 2007 09/05/07 9782914777353 Anacharsis International -Amériques 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA

Aux alentours de 1930, l’anthropologue Morris Opler demande à Samuel Kenoi, un Apache Chiricahua d’une soixantaine d’années, de lui raconter la dernière reddition du légendaire Géronimo, le 4 septembre 1886.

Mais Samuel Kenoi, enfant à cette époque, loin de reprendre à son compte l’" épopée de Géronimo ", se livre à une attaque rageuse et amère contre le fier guerrier, l’accusant d’être responsable de la déportation par les Blancs - traîtres comme toujours - de tous les Chiricahuas, hommes, femmes et enfants, comme prisonniers de guerre en Floride et en Oklahoma, partis pour un exil de plus de vingt-cinq ans.

Le récit vif, ramassé et poignant, mâtiné d’un humour cabotin, des souvenirs de cet homme, fait remonter en surface une parole pour ainsi dire jamais entendue, une voix qui perce après - et malgré - la dévastation. Si l’on connaît les discours de fameux chefs indiens parlant au nom des leurs - dont Géronimo dans ses célèbres Mémoires -, ici surgit le propos singulier d’un homme sans auréole. La réalité y reprend ses droits, pénible, complexe et embrouillée, mais Kenoi parvient ainsi à détourner les regards fascinés par les brillantes icônes et force, pour le moins, à la réflexion.