Collection Memoires_sociales
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Ouvrages de la collection Memoires Sociales : 11 articles trouvés


11 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12 21 208 p. De mémoire (1)
Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse
T
Rouillan Jann-Marc témoignage politique 2007 16/03/07 9782748900699 Agone Mémoires sociales Littérature 14,20 € 14.20 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Certains jours de bagarre, apparaissaient sur le campus de petites vieilles, un vol noir pareil à des étourneaux, toutes en deuil, avec de minuscules chapeaux de pailles et, sur les genoux, un sac à main de cuir verni. Cette fois-là, nous les découvrîmes près des anciennes arches du patio. Elles étaient cinq, assises sur un muret, serrées les unes contre les autres, cachant leur bouche et leur nez sous des mouchoirs au liseré de violette pour se protéger des gaz lacrymogènes.

« Mesdames, ne restez pas là, vous voyez bien que c’est dangereux… » leur conseilla le bon La Carpe, appuyé négligemment sur un manche de pioche. « Merci mon petit, tu es bien agréable, mais tout ce tracas, vois-tu, ça nous occupe… »

Nous partîmes en souriant du « ça nous occupe », persuadés d’avoir croisé les fameuses « mémés qui aiment la castagne » chantées par Nougaro.

x 12 21 192 p. De mémoire (2)
Le deuil de l’innocence : un jour de septembre 1973 à Barcelone
T
Rouillan Jann-Marc témoignage politique 2009 17/03/09 9782748900965 Agone Mémoires sociales Littérature 15,30 € 15.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le 17 septembre, en fin d’après-midi, dans le Nord, près de la frontière, la Guardia Civil a capturé des camarades. Nous n’en savons que ce qu’en ont dit la presse et quelques contacts. La fusillade n’aurait pas fait de morts. Deux auraient été pris… Depuis, nous prévoyons le pire. Près de l’aérateur, nos trois musettes sont alignées en rang d’oignons. Quelques munitions, des chargeurs de rechange, une ou deux liasses de billets de mille pesetas, des papiers, un paquet de cartes d’identité comme un jeu de tarot, un couteau, une boussole et les cartes d’état-major Alpina. Si nécessaire, nous partirons à pied par le maquis jusqu’au camp de base le plus proche. En cavalant, nous l’atteindrons dans la journée. Sur les chemins entre Barcelone et la Cerdagne, nous avons installé des caches avec des sacs de couchage plus la nourriture indispensable à quatre ou cinq jours de marche…

Après les années d’insouciance à Toulouse, voici celles de la formation sous la dictature de Franco. Ici, la dernière journée en Espagne pour échapper à la souricière montée par la Guardia Civil.

x 12 21 458 p. Fractures d’une vie
édition revue et augmentée
T
Bauer Charlie témoignage prison 2004 09/04/04 9782748900255 Agone Mémoires sociales Politique et société 20,30 € 20.30 présent à Plume(s)
AA AA

Qu’est-il de plus important, être ou avoir ? Chacun, de tout temps, essaie de concilier ces deux modes d’existence et de les conjuguer comme il peut.

Qui n’a jamais menti, volé, éprouvé quelque colère ou révolte, enfreint le code (qu’il soit de la route ou pénal) ou au moins rêvé, imaginé, désiré le faire ? Celui qui ne se reconnaîtrait pas dans ces ardeurs, ces passions, ces hauteurs et ces bassesses, ces raisons et ces torts serait un saint ou un fourbe, ce qui est d’égale valeur ; et ce récit, ces mots ne peuvent l’intéresser. Je parle au genre humain et non au surnaturel.

Ce genre qui fait les individus pétris de fautes, d’erreurs. De ces êtres si beaux et si vils dans leurs imperfections qu’ils traduisent la preuve de leur perfectibilité.

x 12 21 345 p. De mémoire (3)
La courte saison des GARI : Toulouse 1974
T
Rouillan Jann-Marc mémoires politique 2011 31/08/11 9782748901412 Agone Mémoires sociales Politique et société 22,40 € 22.40 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

On expérimentait de nouvelles formes de lutte. Mais on ne partait pas de rien : nos racines venaient du vieux "guérillerisme" ibérique. On diffusait l’expérience acquise à Barcelone dans la lutte du MIL. Et en France, pour la première fois depuis la guerre d’Algérie, des militants révolutionnaires entraient dans la clandestinité les armes à la main. Ça n’était plus des théories sans pratiques véritables. La guérilla devenait l’arme de la lutte quotidienne. Faction incessante du sabotage et de la subversion. Sans aucun regret, on avait coupé les ponts avec la connivence et les bienséances bourgeoises.

Ce troisième volume des mémoires du prisonnier politique Jean-Marc Rouillan revient sur le quotidien du groupe toulousain des GARI (Groupes d’action révolutionnaire internationalistes) en lutte contre la dictature de Franco. Au-delà d’un récit d’aventures picaresques et insouciantes qui s’étendent sur tout le territoire européen, on voit se dessiner le point de non-retour vers l’engagement dans la lutte armée.

x 12 21 105 p. Lettre à Jules
Suivi de Les Voyages extraordinaires des enfants de l’Extérieur & Chroniques carcérales
T
Rouillan Jann-Marc roman 2004 06/02/04 9782748900194 Agone Mémoires sociales Littérature 12,20 € 12.20 sur commande ?
AA AA

Depuis le temps que je dois t’écrire ! Les jours passent, les années de même...

L’existence rebelle est aventureuse mais tout autant dilettante, tu sais ce que c’est... Pourtant, tôt ou tard, le vœu d’un gamin qui n’a pas encore tracé son cap finit par regagner le rivage. Et maintenant que je suis un prisonnier à vie, pour passer mon temps - puisque la raison d’être des punis est d’égrener le triste rosaire des réclusionnaires - je noircis des pages que l’on dit littéraires. Et figure-toi qu’un camarade m’a passé commande d’un texte sur un vieux de la vieille comme toi.

L’occasion fit le larron et j’ai pris mon crayon. Dans les salons protestataires, où l’on s’affuble de trop large, étiquettes qui traînent jusqu’à terre comme de vieux oripeaux, presque des serpillières à force de balayer le caniveau, on a toujours préféré les révolutionnaires des temps jadis. Ou alors ceux d’autres continents, loin au-delà des mers dans des sierras tropicales sud-américaines. Les tartuffes se déguisent pour ne pas avoir à épauler ceux d’ici, pour ne rien risquer jamais et esquiver les questions sur leur propre renoncement, leur perfide trahison qui se distille pareille au quotidien poison.

x 12 21 460 p. Résister à la chaîne
Dialogue entre un ouvrier de Peugeot et un sociologue
T
Pialoux Michel et Corouge Christian essai travail 2011 04/03/11 9782748901382 Agone Mémoires sociales Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 23,40 € 23.40 sur commande ?
AA AA

Pendant quatre jours je t’ai raconté des trucs sur le travail, les lois Auroux, les trente-huit heures...

Seulement ça, je vais te le dire, ça crée un déséquilibre complet, parce qu’une semaine comme ça, c’est pas facile de la vivre quand tu travailles en chaîne et que t’as en plus plein de boulot syndical à faire. C’est pas facile. Alors mes mains, dans tout ça, qu’est-ce qu’elles deviennent, mes mains ? On dit : " Bon, en 1914, il avait mal aux mains. Maintenant ça a l’air de passer. Il est devenu beaucoup plus intellectuel, il n’a plus mal aux mains, il a mal à la tête...

" Il est fou, quoi. Seulement, moi, je travaille encore avec mes mains ! Et ça, ça me fait toujours mal. Mais maintenant je me tais. Parce que, pendant dix ans, tu en souffres tout seul. Et en même temps, tu as l’impression d’être une espèce de cobaye... aussi bien de la part des copains... qui veulent surtout pas écrire ce genre de truc avec moi, alors qu’en fait, à mon avis, leur boulot de militant - c’est à eux que je devrais le dire -, ça aurait été de faire ce livre avec moi.

Au début des années 1980, le sociologue Michel Pialoux rencontre Christian Corouge, ouvrier et syndicaliste chez Peugeot-Sochaux. Ils entament un long dialogue sur le travail à la chaîne, l’entraide dans les ateliers et la vie quotidienne des familles ouvrières. À partir de l’histoire singulière d’un ouvrier, devenu porte-parole de son atelier sans jamais le quitter, sont abordées les difficultés de la constitution d’une résistance syndicale.

x 12 21 456 p. Front populaire, révolution manquée T Guérin Daniel essai histoire 2013 22/10/13 9782748901733 Agone Mémoires sociales Politique et société 25,00 € 25.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

À travers tout le pays, les travailleurs étaient en grève, et ils occupaient les usines. Ils avaient trouvé une nouvelle forme d’action directe : la grève sur le tas. Ils l’avaient choisie eux-mêmes, en dehors et contre la bureaucratie syndicale, parce qu’ils estimaient à juste titre que ce moyen de pression serait plus sensible aux capitalistes que les simples grèves d’antan « dans le calme et la dignité ». Au lendemain du 1er mai, passant aux actes, les ouvriers de l’usine Bréguet, au Havre, avaient occupé les ateliers. Latécoère à Toulouse, Bloch à Courbevoie avaient suivi l’exemple. Le mouvement avait pris très vite le caractère d’une vague de fond. Le pays que Blum s’apprêtait à gouverner n’était déjà plus celui qui, quelques semaines plus tôt, avait porté le Front populaire au pouvoir. Le rapport des forces sociales était renversé. Cette grève générale avait surgi spontanément de la conscience ouvrière et elle avait des mobiles élémentaires : la crise économique et les décrets-lois déflationnistes qui avaient durement frappé une partie des salariés. L’unité syndicale enfin scellée, l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement populaire ouvraient aux masses paupérisées la perspective d’un changement radical.

Comme pour tout grand mouvement social, comprendre les raisons de son échec alimente la mémoire des luttes afin d’en tirer les leçons. En ce sens, ce livre est un véritable classique de l’histoire sociale du XXe siècle. Auteur de Fascisme et grand capital, de Bourgeois et bras nus 1793-1795 et de Ni dieu ni maître, Daniel Guérin (1904-1988) a été de tous les combats de la gauche révolutionnaire durant un demi-siècle.

x 12 21 544 p. Se révolter si nécessaire
textes et discours (1952-2010)
T
Zinn Howard essai 2014 21/03/14 9782748902068 Agone Mémoires sociales Politique et société 26,00 € 26.00 présent à Plume(s)
AA AA
De la démythification du New Deal à l’après-11 septembre, en passant par le mouvement des droits civiques et la défense des actions de sabotage contre la guerre du Vietnam, ce recueil de textes inédits en français rassemble un demi-siècle d’interventions et de luttes sociales et politiques par le plus optimiste des historiens engagés.
« Ce n’est pas seulement qu’un président soit un politicien. Le pire est qu’il soit entouré de politiciens. Et nous, nous sommes des citoyens. Nous ne devons donc pas voir le monde à travers leurs yeux, en disant : "Bon, il faut faire des compromis, il faut faire ce choix pour des raisons politiques". C’est la situation dans laquelle se trouvaient les abolitionnistes avant la guerre de Sécession, quand on leur disait : "Écoutez, il faut voir ça du point de vue de Lincoln". Or Lincoln ne pensait pas que la première des priorités était d’abolir l’esclavage. Pourtant, le mouvement antiesclavagiste en était convaincu. Alors les abolitionnistes dirent : "Nous allons exprimer notre propre position, et nous le ferons avec une telle force que Lincoln sera obligé de nous écouter" . Telle est notre histoire. Chaque fois qu’un progrès a eu lieu, c’est parce que les gens se sont comportés comme des citoyens, et non comme des politiciens. Ils ne se sont pas contentés de râler. Ils ont travaillé, ils ont agi, ils se sont organisés et se sont révoltés si nécessaire. »
Howard Zinn
x 12 21 240 p. Des hommes entre les murs
Comment la prison façonne la vie des Palestiniens
T
Zaino Assia doc Palestine 2016 09/11/16 9782748902471 Agone Mémoires sociales International -Moyen Orient 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA
Depuis plusieurs années, le village palestinien de Nabi Saleh, au nord de Ramallah, lutte contre l’occupation des terres par la colonie israélienne voisine … et fait face à une politique d’arrestations massives et constantes. Chaque famille ou presque a une « histoire de prison ».
x 14 21 800 p. Une histoire populaire de la France
De 1356 à nos jours
T
Noiriel Gérard histoire France 2018 19/09/18 9782748903010 Agone Mémoires sociales Politique et société -histoire 28,00 € 28.00 présent à Plume(s)
AA AA

Cette histoire se veut « populaire » au sens où elle s’adresse au grand public, mais aussi en raison de son objet. Le but est de montrer, preuves historiques à l’appui, que ce ne sont pas les « grands hommes » (ni « les grandes femmes ») qui font l’histoire, mais le peuple. Pour que « ceux d’en bas » puissent constituer un véritable « peuple » (au sens politique du terme) et non plus une simple population d’individus répartis sur un territoire, il faut qu’ils soient liés entre eux. Ce lien, ce n’est pas le « sentiment d’appartenance à la nation » – comme veulent nous le faire croire les idéologues républicains – mais la domination exercée par le pouvoir d’État et les résistances de ceux qui la subissent.

Dans cette perspective, l’histoire populaire de la France débute avec le prélèvement des impôts directs sur ses sujets, coup de force qui suscite un immense mouvement de révolte au cours duquel s’opère la jonction du peuple des villes et du peuple des campagnes.

En prenant, comme fil conducteur, ce processus de domination/résistance, l’ouvrage éclaire sous un jour nouveau tous les grands événements qui ont scandé l’histoire de la France depuis la fin du Moyen Age (l’esclavage, la colonisation, les migrations, les révoltes et les révolutions, les guerres, les crises économiques et politiques).

« La France » étant ici définie comme l’ensemble des territoires qui ont été placés, à un moment où un autre, sous la coupe de l’État français (ce qui inclut toutes les possessions coloniales), cet ouvrage est aussi un monument élevé aux multiples composantes des classes populaires qui ont construit ce pays, depuis le XIVe siècle jusqu’aujourd’hui.

x 12 21 142 p. Amianto
Une histoire ouvrière
T
Prunetti Alberto biographie amiante 2019 15/02/19 9782748903799 Agone Memoires Sociales Littérature 12,00 € 12.00 sur commande ?
AA AA

C’est un travail dangereux de souder à quelques centimètres d’une cuve de pétrole. Une seule étincelle est capable d’amorcer une bombe qui peut emporter une raffinerie. C’est pour cela qu’on vous dit d’utiliser cette bâche gris sale, qui résiste aux températures élevées car elle est produite avec une matière légère et indestructible : l’amiante. Avec elle, les étincelles restent prisonnières et vous, vous restez prisonnier avec elles, et sous la bâche en amiante vous respirez les substances libérées par la fusion de l’électrode.

Une seule fibre d’amiante et dans vingt ans vous êtes mort. Alberto Prunetti raconte l’histoire de son père, Renato, né en 1945 à Livourne. Soudeur dans les raffineries et les aciéries italiennes depuis l’âge de quatorze ans, Renato s’empoisonne lentement au travail : il respire de l’essence, le plomb lui entre dans les os, le titane lui bouche les pores de la peau et, finalement, une fibre d’amiante se glisse dans ses poumons.

Il meurt à 59 ans, après plusieurs années passées à l’hôpital. En contrepoint de ce récit tragique, l’auteur rapporte ses souvenirs d’enfance, entre parties de foot et bagarres, et décrit une époque, sa musique, ses dialectes, ses grands événements sportifs — dans cette Toscane ouvrière où les années 1970 furent une décennie de luttes sociales, avant que les restructurations des années 1980 n’y mettent bon ordre.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |