alcoolisme - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 2 documents sur le thème : alcoolisme



2 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 17 24 216 p. Amères saisons T Schréder Etienne BD alcoolisme 2008 03/01/08 9782203396388 Casterman Ecritures BD -roman graphique 14,50 € 14.50 sur commande ?
AA AA
“Je m’appelle Étienne et je suis alcoolique…” Ainsi commence le soliloque de cet homme qui revient sur son histoire et ses souvenirs. En une phrase, tout est dit, ou presque. Bruxelles, été 1979. Dans la prison où il travaille, Étienne boit. Perdu, comme il l’avoue, “sur une mince frontière entre ordre et désordres”. En délicatesse avec sa hiérarchie, il est contraint à la démission. Très vite, c’est la dégringolade, la chute sans fin. Étienne rejoint les exclus de la rue, ponctue de cuites répétées cette errance presque immobile, cette lente dérive. Toulon, Marseille, Paris. Se saboter par la boisson, obstinément. Son naufrage intime, son no man’s land à lui. Peu d’ouvrages de bande dessinée avaient encore abordé de front la question de l’addiction alcoolique. L’album d’Étienne Schréder le fait avec un mélange rare de pudeur et d’impudeur, de retenue et d’abandon. L’accent de l’authenticité.
x 17 24 224 p. Mal de mère T Valambois Rodéric BD alcoolisme 2015 17/06/15 9782302045033 Soleil Quadrants Boussole BD -roman graphique 18,95 € 18.95 présent à Plume(s)
AA AA
J’en suis le témoin et je raconte comment une famille heureuse devra renoncer à tout ce qui la construisait, perdre pied, devenir peu-à-peu une famille de cas sociaux. Je rends compte de l’évolution de chacun des membres de notre famille, pas seulement de celui de ma mère. Mon père qui s’est rapproché de nous par nécessité. Moi qui me suis endurcis pour me protéger. Mon frère qui, plus tard, deviendra un homme assumant ses responsabilités. Ma soeur qui n’aura connu notre mère qu’en état de dépendance, contrairement à mon frère et moi-même. Ma mère qui, je ne sais pourquoi, a lâché prise, le cerveau bouffé et le corps bouffi. Et puis les autres : les tantes, grand-mères, amis, commerçants, médecins, psychiatres, policiers, ceux qui faisaient souvent mine de ne rien voir, nous tournant le dos, nous jugeant, et ceux qui, parfois, nous comprenaient et nous aidaient.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |