Livre - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 22335 documents de support : Livre


Les dernières arrivées à Plume(s) de support Livre


Désolé, il est impossible d'afficher 22335 articles ; voici les 5000 premiers :
5000 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 13,3 20,7 272 p. Neverhome T Hunt Laird roman guerre, société américaine 2015 30/11/14 9780316370165 _divers_ Littérature 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

She calls herself Ash, but that’s not her real name.
She is a farmer’s faithful wife, but she has left her husband to don the uniform of a Union soldier in the Civil War.
NEVERHOME tells the harrowing story of Ash Thompson during the battle for the South. Through bloodshed and hysteria and heartbreak, she becomes a hero, a folk legend, a madwoman and a traitor to the American cause.

Laird Hunt’s dazzling new novel throws a light on the adventurous women who chose to fight instead of stay behind. It is also a mystery story : why did Ash leave and her husband stay ? Why can she not return ? What will she have to go through to make it back home ? In gorgeous prose, Hunt’s rebellious young heroine fights her way through history, and back home to her husband, and finally into our hearts.

x 21,5 26,5 460 p. L’arbre de vie
et les 32 sentiers de la sagesse
T
Champagneur Bernard guide ésotérisme, spiritualité 2016 31/03/16 9782955023709 _ auto édition _ Pratique -développement personnel 49,90 € 49.90 présent à Plume(s)
AA AA
Ce livre, abondamment illustré, est un instrument qui permettra de découvrir et de mieux connaître l’essentiel de ce grand symbole. Il permettra de trouver les pistes nécessaires pour faire un cheminement d’évolution personnelle car chacun de nous est une image de l’Arbre de Vie. Devant cette mine de connaissances ici rassemblées, il est probable que chacun pourra à son tour faire de nouvelles découvertes inédites tout en méditant sur des sujets sans limites.
x Femmes sous dictatures Vlaicu Elena témoignage dictature, Roumanie 2016 30/11/15 9782955580806 _ auto édition _ International -Europe sur commande ?
AA AA
x 13,5 21 237 p. L’occupation du monde T Piron Sylvain essai 2018 23/05/18 9782930601335 Zones Sensibles »» Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Face à l’aggravation des crises environnementales qu’elle a provoquées, la société industrielle semble frappée d’aveuglement. Elle est bercée de l’illusion que tout finira par s’arranger, grâce à la souplesse du marché, l’innovation technique et l’inventivité du capital. Toute une mythologie économique entrave ainsi la réflexion et la perception de la gravité de la situation. Dans le but de défaire cette mythologie, ce livre cherche à en comprendre l’histoire, en associant deux voies complémentaires. Le désastre vers lequel nous avançons est annoncé depuis un demi-siècle. Parmi les penseurs de l’écologie politique des années 1967-72, les parcours de Gregory Bateson et d’Ivan Illich permettent d’observer l’émergence de cette réflexion, puis son occultation sous l’effet du tournant néo-libéral des années 1980. Mais pour saisir la puissance du mythe et ses effets dévastateurs, il faut remonter bien plus haut. L’appétit de transformation du monde naturel par l’action humaine correspond à une pente générale de l’Occident dans la longue durée du second millénaire de l’ère chrétienne. C’est ce que l’on peut décrire comme une dynamique d’occupation du monde, au double sens d’une occupation objective par des êtres subjectivement occupés à le transformer.

Les théologiens scolastiques ont été les premiers à observer le phénomène au XIIIe siècle. Point de départ d’une pensée de l’économie, leur philosophie morale peut aujourd’hui fournir des arguments critiques face aux dogmes de la pensée économique contemporaine. Alors que les réflexions politiques et sociologiques ont eu maintes fois l’occasion de reformuler leurs postulats, la pensée économique est demeurée prisonnière de présupposés qui lui confèrent à présent une texture quasiment théologique.
Cet essai d’histoire de longue durée propose une interprétation globale du destin économique de l’Occident, en vue de défendre la nécessité d’un autre rapport au monde.

x 14 20,5 325 p. Chez soi
Une odyssée de l’espace domestique
T
Chollet Mona essai 2015 23/04/15 9782355220777 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

La maison, le chez-soi : de ce sujet, on a souvent l’impression qu’il n’y a rien à dire. L’espace domestique fait même figure de triangle des Bermudes de la politique : on le perçoit comme un lieu de repli frileux, d’indifférence à la marche du monde, d’abandon sans frein à l’hypnose consumériste, entre la télévision et les gadgets électroménagers. On valorisera plutôt le citoyen concerné, actif, qui voyage, qui descend dans la rue. Pourtant, à une époque où la vie collective semble se déliter, où le travail devient nocif pour un grand nombre de gens, où les formes de l’engagement peinent à se renouveler, le réflexe de rentrer chez soi peut revêtir une portée insoupçonnée.

La maison est aussi une base arrière où l’on peut se protéger, refaire ses forces, se souvenir de ses désirs, résister à l’éparpillement et à la dissolution. Dans l’ardeur que l’on met à rêver de l’habitation idéale se réfugie ce qu’il nous reste de vitalité, d’élans, de foi en l’avenir. C’est la thèse que veut défendre ce livre. Mais, en même temps, il aimerait saisir la façon dont le monde extérieur revient par la fenêtre, et l’acuité avec laquelle il se projette entre nos quatre murs.

Quelques années après la crise des subprimes aux États-Unis, la quête d’un logement confronte chacun à la dureté des inégalités sociales avec une crudité remarquable. Qu’il soit si difficile de profiter pleinement de son chez-soi révèle en outre notre état de « famine temporelle » et d’hyperactivité permanentes. C’est encore plus vrai pour les femmes, impuissantes à se débarrasser de l’idéal tyrannique de la « fée du logis », et toujours astreintes à l’essentiel des tâches ménagères.

En déroulant le fil rouge thématique de l’espace domestique, ce livre voudrait donc explorer quelques-unes de nos préoccupations les plus urgentes, en montrant leur nature inextricablement intime et collective.

x 14 20,5 240 p. Tentative d’évasion (fiscale) T Pinçon-Charlot Monique et Pinçon Michel enquête fiscalité 2015 10/09/15 9782355220838 Zones »» Politique et société 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Comment planquer son magot ? Inspirés par les récents exemples de Jérôme Cahuzac et de Liliane Bettencourt, deux sociologies décident à leur tour d’extrader leur maigre fortune. Un jeu de rôle commence, qui va les mener au cœur du système de l’évasion fiscale.

Cette tentative d’évasion les conduit d’abord en Suisse, où ils se livrent à une observation in vivo du petit monde doré des exilés fiscaux.

De banques en trusts, ils expliquent au passage comment les milliards fugitifs s’abritent derrière un maquis touffu de montages financiers. Mais si la grande évasion fiscale finit sa course sous les palmiers ou au pied de grands sommets enneigés, elle s’organise en réalité beaucoup plus près de chez nous. Où l’on découvre, de retour en France, les petits arrangements entre amis qui se trament sous la houlette de Bercy… Au-delà des scandales qui font la une, voilà une enquête vivante et accessible permettant de comprendre les rouages de l’évasion fiscale et ses enjeux politiques.

Une investigation éclairante dont l’objectif est de battre en brèche le pouvoir symbolique lié à l’opacité de la spéculation financière, à la cupidité et au cynisme des plus riches mobilisés pour accumuler toujours plus d’argent.

x 14 21 200 p. Se défendre
une philosophie de la violence
T
Dorlin Elsa histoire violence 2016 20/10/16 9782355221101 Zones »» Politique et société 18,00 € 18.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

En 1685, le Code noir défendait « aux esclaves de porter aucunes armes offensives ni de gros bâtons » sous peine de fouet. Au XIXe siècle, en Algérie, l’État colonial français interdisait les armes aux indigènes, tout en accordant aux colons le droit de s’armer. Aujourd’hui, certaines vies comptent si peu que l’on peut tirer dans le dos d’un adolescent tout en prétendant qu’il était agressif, armé et menaçant.

Une ligne de partage oppose historiquement les corps « dignes d’être défendus » et ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce « désarmement » organisé des subalternes et des opprimés au profit d’une minorité jouissant d’un droit permanent à porter des armes et à en user impunément pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Du jiu-jitsu des suffragettes aux pratiques insurrectionnelles du ghetto de Varsovie, des fusils des Black Panthers aux patrouilles queer, Elsa Dorlin retrace une généalogie philosophique de l’autodéfense politique. Derrière l’histoire officielle de la légitime défense, il est ici question du récit des « éthiques martiales de soi », ces histoires ensevelies où le Sujet ne préexiste pas à sa propre défense, où le fait de se défendre en attaquant apparaît à la fois comme la condition de possibilité d’un soi et la matière des mythologies politiques.

Cette histoire – une histoire de la violence – conditionne la définition même de la subjectivité moderne. Elle s’écrit à la lumière d’une relecture critique de l’histoire de la philosophie politique, où Hobbes et Locke sont à confronter avec Franz Fanon, Michel Foucault ou Judith Butler.

x 16,5 24 995 p. Les luttes et les rêves
Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours
T
Zancarini-Fournel Michelle histoire 2016 01/12/16 9782355220883 Zones »» Politique et société -histoire 28,00 € 28.00 présent à Plume(s)
AA AA

1685, année terrible, est à la fois la date de la révocation de l’édit de Nantes, qui a exclu les protestants de la communauté nationale, et de l’adoption du Code noir, fondement juridique de l’esclavage « à la française ». Choisir d’en faire le point de départ d’une histoire de la France moderne et contemporaine, c’est affirmer que celle-ci doit être écrite du point de vue des subalternes, et pas seulement des puissants et des vainqueurs.

C’est cette histoire de la France « d’en bas », celles des classes populaires et des opprimé.e.s de tous ordres que retrace ce livre monumental : une histoire des résistances, des révoltes et des rébellions face à l’ordre établi et aux pouvoirs dominants, une histoire qui restitue le champ des possibles non aboutis dans leur contexte politique, économique et social, mais qui passe aussi par l’histoire du quotidien, de l’intime et du sensible, attentive aux émotions, aux bruits et aux sons.

Pas plus que la « France » ne remonte, comme phénomène historique, à « nos ancêtres les Gaulois », son histoire ne saurait se réduire à celle de l’Hexagone. Les colonisés – des Antilles, de la Guyane et de la Réunion en passant par l’Afrique, la Nouvelle-Calédonie ou l’Indochine – prennent ici toute leur place dans le récit, de même que les migrant.e.s qui, accueilli.e.s « à bras fermés », ont façonné ce pays.

Cet ouvrage de synthèse, écrit dans une langue précise, simple et accessible à tous, s’appuie sur des travaux existants ainsi que sur des documents d’archives, et s’attache constamment, sous les grands mouvements historiques, à mettre en exergue les vies singulières qui animent une histoire incarnée.

x 14 20,5 200 p. Être forêts
habiter des territoires en lutte
T
Vidalou Jean-Baptiste essai résistance, forêt 2017 26/10/17 9782355221170 Zones »» Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis une dizaine d’années, que ce soit dans les bois de Sivens, à Notre-Dame-des-Landes, à Bure ou dans les Cévennes, il est évident qu’il se passe quelque chose du côté de la forêt. Certains ont commencé à habiter ces espaces, avec la détermination de sortir du monde mortifère de l’économie. Un tout autre rapport au monde s’y bâtit, à l’opposé de cette science militaire qu’est l’aménagement du territoire - ici contre un barrage, là contre un aéroport, ou une extraction de biomasse.

Ce n’est pas qu’une affaire locale : les paysans du Guerrero au Mexique se battent depuis plus de dix ans pour libérer leurs forêts des exploitants, les trappeurs du peuple Cri du Canada défendent la forêt boréale de Broadback contre la déforestation, les Penan de Bornéo s’arment de sarbacanes contre les compagnies de plantation de palmiers à huile... Partout des luttes résonnent de cette même idée : la forêt n’est pas une réserve de biosphère ou un puits de carbone.

La forêt, c’est un peuple qui s’insurge. Nous sommes allés à la rencontre de ces forêts et de celles et ceux qui les défendent. Nous y avons découvert des continents innombrables, des sentiers inédits, des êtres ingouvernables. Toute une géographie depuis laquelle il était possible, enfin, de respirer.

à feuilleter en ligne ici.

x 14 20,5 256 p. Sorcières
la puissance invaincue des femmes
T
Chollet Mona essai sorcier/sorcière, femmes 2018 13/09/18 9782355221224 Zones »» Politique et société -femmes 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Qu’elles vendent des grimoires sur Etsy, postent des photos de leur autel orné de cristaux sur Instagram ou se rassemblent pour jeter des sorts à Donald Trump, les sorcières sont partout. Davantage encore que leurs aînées des années 1970, les féministes actuelles semblent hantées par cette figure. La sorcière est à la fois la victime absolue, celle pour qui on réclame justice, et la rebelle obstinée, insaisissable. Mais qui étaient au juste celles qui, dans l’Europe de la Renaissance, ont été accusées de sorcellerie ? Quels types de femme ces siècles de terreur ont-ils censurés, éliminés, réprimés ?

Ce livre en explore trois et examine ce qu’il en reste aujourd’hui, dans nos préjugés et nos représentations : la femme indépendante - puisque les veuves et les célibataires furent particulièrement visées ; la femme sans enfant - puisque l’époque des chasses a marqué la fin de la tolérance pour celles qui prétendaient contrôler leur fécondité ; et la femme âgée - devenue, et restée depuis, un objet d’horreur. Enfin, il sera aussi question de la vision du monde que la traque des sorcières a servi à promouvoir, du rapport guerrier qui s’est développé alors tant à l’égard des femmes que de la nature : une double malédiction qui reste à lever.

x 14 20,5 169 p. Le président des ultra-riches
Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron
T
Pinçon-Charlot Monique et Pinçon Michel enquête Macron 2019 31/01/19 9782355221286 Zones »» Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Macron, c’est moi en mieux", confiait Nicolas Sarkozy en juin 2017. En pire, rectifient Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Huit ans après Le Président des riches, les sociologues de la grande bourgeoisie poursuivent leur travail d’enquête sur la dérive oligarchique du pouvoir en France. Au-delà du mépris social évident dont témoignent les petites phrases du président sur "ceux qui ne sont rien", les auteurs documentent la réalité d’un projet politique profondément inégalitaire.

Loin d’avoir été un candidat hors système, Emmanuel Macron est un enfant du sérail, adoubé par les puissants, financé par de généreux donateurs, conseillé par des économistes libéraux. Depuis son arrivée au palais, ce président mal élu a multiplié les cadeaux aux plus riches : suppression de l’ISF, flat tax sur les revenus du capital, suppression de l’exit tax, pérennisation du crédit d’impôt pour les entreprises...

Autant de mesures en faveur des privilégiés qui coûtent un "pognon de dingue" alors même que les classes populaires paient la facture sur fond de privatisation plus ou moins rampante des services publics et de faux-semblant en matière de politique écologique. Mettant en série les faits, arpentant les lieux du pouvoir, brossant le portrait de l’entourage, ce livre fait la chronique édifiante d’une guerre de classe menée depuis le coeur de ce qui s’apparente de plus en plus à une monarchie présidentielle.

x 14 20,5 201 p. Les besoins artificiels
comment sortir du consumérisme
T
Keucheyan Razmig essai consommation septembre 2019 19/09/19 9782355221262 Zones »» Politique et société -consommation 18,00 € 18 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Le capitalisme engendre des besoins artificiels toujours nouveaux. Celui de s’acheter le dernier iPhone, par exemple, ou de se rendre en avion dans la ville d’à côté. Ces besoins sont non seulement aliénants pour la personne, mais ils sont écologiquement néfastes. Leur prolifération sous-tend le consumérisme, qui lui-même aggrave l’épuisement des ressources naturelles et les pollutions. À l’âge d’Amazon, le consumérisme atteint son « stade suprême ». Ce livre soulève une question simple : comment couper court à cette prolifération de besoins artificiels ? Comment sortir par là même du consumérisme capitaliste ? La réflexion s’appuie sur des chapitres thématiques, consacrés à la pollution lumineuse, à la psychiatrie de la consommation compulsive ou à la garantie des marchandises, pour élaborer une théorie critique du consumérisme. Elle fait des besoins « authentiques » collectivement définis, en rupture avec les besoins artificiels, le coeur d’une politique de l’émancipation au XXIe siècle. Chemin faisant, le livre évoque la théorie des besoins de Karl Marx, André Gorz et Agnes Heller. Pour ces auteurs, les besoins « authentiques » ont un potentiel révolutionnaire. Comme disait Marx, « une révolution radicale ne peut être que la révolution des besoins radicaux ».
x 14 20,5 208 p. Jouir
en quête de l’orgasme féminin
T
Barmak Sarah enquête femmes octobre 2019 03/10/19 9782355221453 Zones »» Politique et société -femmes 17,00 € 17 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Libérée, la sexualité des femmes d’aujourd’hui ? On serait tenté de croire que oui. Pourtant, plus de 50 % d’entre elles se disent insatisfaites, que ce soit à cause d’un manque de désir ou de difficultés à atteindre l’orgasme. Si tant de femmes ordinaires sont concernées, peut-être qu’elles n’ont rien d’anormal et que ce n’est pas à la pharmacie qu’il faut aller chercher la solution. Le remède dont elles ont besoin est plus certainement culturel, et passe par une réorientation de notre approche androcentrée du sexe et du plaisir.

Tour à tour reportage, essai et recueil de réflexions à la première personne, cet ouvrage enquête sur les dernières découvertes scientifiques ayant trait à l’orgasme féminin. On y apprend ainsi qu’une chercheuse en psychologie clinique a recours à la méditation de pleine conscience pour traiter les troubles à caractère sexuel. On y découvre aussi diverses façons dont les femmes choisissent de redéfinir leur sexualité. Cette aventure aux confins de la jouissance nous emmène jusqu’au festival Burning Man, où l’orgasme féminin est donné à voir sur scène, ou encore dans le cabinet feutré d’une thérapeute qui propose de soigner les traumatismes liés au viol à l’aide de massages sensuels.

x 10,5 16,5 112 p. Hangars T Tappy José-Flore roman février 2020 06/02/20 9782889277216 Zoé Zoe Poche Littérature 8,50 € 8.50 sur commande ?
AA AA
Dans ce texte lumineux sur le désir et la peur d’aimer, sur le trouble et l’exploration de territoires obscurs, la pudeur le dispute à la puissance d’évocation. José-Flore Tappy donne matière à l’intériorité. Elle trouve le mot incisif pour dire la subtilité des émotions, la violence des sentiments. Plutôt que de réduire la complexité des choses, elle l’éclaire.
x 14 21 128 p. Océan cherche avenir
récits d’anticipation d’écologie
T
Coudray Jean-Luc nouvelles écologie, mer, anticipation 2017 15/06/17 9791093860237 Zeraq Thoth Littérature 16,00 € 16.00 présent à Plume(s)
AA AA

L’océan cherche un avenir parce qu’il n’en a plus. Du moins, pas celui qu’il souhaite. Étouffé, intoxiqué, il espère une issue. Cette inquiétude de l’océan est aussi la nôtre. Car la connaissance de la gravité de nos actes ne nous empêche pas de continuer à détruire.

En effet, le savoir ne suffit pas. Il faut des représentations qui parlent à notre sensibilité. C’est pourquoi ces récits, déclinés sur un mode humoristique, proposent dix visions d’avenir pour tenter d’imaginer ce qui nous attend. Nous déployons, pour tuer la vie et organiser notre suicide, une intelligence et une créativité hors du commun. Ces mêmes qualités devraient plutôt servir à sauver l’océan et nous-mêmes.

Le temps presse.

L’humanité a juste le temps de lire ce livre avant son demi-tour intérieur.

x 12 22 125 p. (Biens) communs, quel avenir ?
Un enjeu stratégique pour l’économie sociale et solidaire
T
Thomé Pierre essai communs 2016 26/02/16 9782364290747 Yves Michel Societe Civile Politique et société -alternatives 13,00 € 13.00 présent à Plume(s)
AA AA

L’eau, l’air, la terre et les ressources naturelles doivent être considérées comme des biens communs de l’humanité ; dès lors, comment les gérer ? Pierre THOME apporte une définition des "biens communs", vocable de plus en plus utilisé, y compris pour les connaissances intellectuelles. Puis il en pose la problématique qui est l’appropriation par les sociétés transnationales, le lien avec l’ESS, s’appuyant sur l’exemple concret de la production du Beaufort en Tarentaise.

Et il termine par une réflexion conceptuelle sur leur gouvernance.

x 12 22 298 p. Les monnaies locales complémentaires :
pourquoi, comment ?
T
Derudder Philippe enquête monnaie, sel 2014 26/09/14 9782364290532 Yves Michel Economie Politique et société -alternatives 14,50 € 14.50 épuisé
AA AA

Une monnaie locale complémentaire (MLC) est une monnaie non soutenue par un gouvernement national et destinée à être échangée dans une zone restreinte. Ces monnaies prennent de nombreuses formes, aussi bien matérielles que virtuelles. Ce sont par exemple le SEL (Système d’Echange Local), l’Occitan à Pézenas ou l’Abeille à Villeneuve-sur-Lot.

Après une définition des MLC et un historique, Philippe Derudder dresse le portrait de ces nombreuses initiatives et guide le lecteur dans la mise en place d’une MLC.

x 12 22 176 p. Guerre et Paix... et Ecologie
Les risques de militarisation durable
T
Cramer Ben essai guerre, paix 2014 24/10/14 9782364290556 Yves Michel Ecologie Politique et société -pacifisme 13,00 € 13.00 présent à Plume(s)
AA AA
La militarisation du monde est la couse principale de la détérioration de nos environnements, sur terre, en mer et dans l’espace. Notre planète, qui mérite des soins intensifs, est de plus en plus abîmée par ceux-là mêmes qui s’en font les défenseurs autoproclamés : les forces armées. Limiter les dégâts des armes de tout calibre. Contrer la démesure, dans la répartition internationale de la menace de mort du complexe militaro-industriel, un complexe qui détourne nos ressources vitales, accapare nos territoires et militarise nos esprits.
Intégrer le mot d’ordre de "Halte à la Croissance" dans le domaine de l’armement, à une époque où les écosystèmes sont victimes de reconfigurations stratégiques sur fond de dérèglement et manipulation climatiques. Concevoir la sécurité écologique en neutralisant la nocivité des préparatifs de guerre en temps de paix. Tout cela dépendra de la façon dont agiront en tandem écologistes et pacifistes, sans chercher à savoir qui est le mieux placé ou le mieux armé pour "sauver" la planète.
Penser l’écologie, c’est mieux évaluer jusqu’à quel point la crise écologique - y compris l’urgence climatique - est liée au déficit des exigences de paix. Ben Cramer, initié ô la polémologie, a co-animé en 2008 le premier débat ou Parlement européen sur le thème de "Sécurité Collective et Environnement".
x 20 22 200 p. L’intelligence collective
Co-créons en conscience le monde de demain
T
Marsan Christine, Simon Marine, Lavens Jérôme, Chapelle Gauthier, Saint Girons Sybille, Gérard Thomas Emmanuel et Julien Éric essai alternatives 2014 10/11/14 9782364290525 Yves Michel Société civile Politique et société -alternatives 25,00 € 25.00 présent à Plume(s)
AA AA
Marine Simon, Jérôme Lavens, Gauthier Chapelle, Sybille Saint Girons, Thomas Emmanuel Gérard, Éric Julien
L’intelligence collective est la capacité humaine à coopérer sur le plan intellectuel pour créer, innover et inventer. Cet ouvrage permet l’approfondissement de notre Intelligence Collective, d’en comprendre ses principes, de les intégrer pour trouver des solutions coopératives aux problèmes sociaux et environnementaux.
x 12 22 157 p. La dette publique, une affaire rentable
A qui profite le système ? (3ème ed)
T
Holbecq André-Jacques essai dette 2015 19/01/15 9782364290594 Yves Michel Politique et société -économie 13,50 € 13.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

" II faut réduire la dette ! ". On crie à la faillite ! Tel un père qui demande instamment à ses enfants d’aller ranger leur chambre, notre gouvernement nous dit : " Assez de cette gabegie ! Il est temps de devenir sérieux, remettez vos prétentions sociales au tiroir, l’heure est au travail et aux économies ". Ce qu’on ne nous dit pas, c’est qu’il y a une quarantaine d’années, l’Etat français n’était pas endetté, à l’instar de la plupart des autres nations, d’ailleurs.

En moins de quarante ans nous avons accumulé une dette colossale qui avoisine les 1200 milliards d’euros ! Pourquoi ? S’est-il produit quelque chose qui a fait que l’on ait soudain besoin de recourir à l’emprunt, alors qu’auparavant on se suffisait à nous-mêmes ? Et si tel est le cas, qui en bénéficie vraiment ? Qui émet la monnaie ? André-Jacques Holbecq et Philippe Derudder nous disent les vraies raisons de la dette et dénoncent les mécanismes destructeurs scrupuleusement occultés.

Vulgarisateurs de la "chose économique", leur but est de permettre aux citoyens de "savoir ", afin qu’ils ne se laissent pas impressionner par les épouvantails que l’on agite sous leur nez. Afin de comprendre surtout que nous avons tout pour relever l’immense défi humain et écologique de notre temps et que la dette et l’argent ne sont que " vrais-faux " problèmes.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |