Armelle Mabon - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
Accueil du site > Les auteurs > Armelle Mabon

Armelle Mabon

Enseignante-chercheur à l’université de Bretagne Sud, membre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (Cerhio, UMR CNRS 6258).

Elle a notamment publié Les Assistantes sociales au temps de Vichy (L’Harmattan, 1995) et L’Action sociale coloniale (L’Harmattan, 2000). Elle est l’auteur du documentaire Oubliés et trahis - Les prisonniers de guerre coloniaux et nord-africains (Grenade productions, 2003).


2 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 15,7 24,2 297 p. Les prisonniers de guerre « indigènes »
Visages oubliés de la France occupée
T
Mabon Armelle essai histoire, 39-45 2010 21/01/10 9782707150783 la Découverte Politique et société -histoire 23,40 € 23.40 remplacé >>(2019)
AA AA

Après la débâcle de juin 1940, les combattants de l’armée française sont faits prisonniers.

Tandis que les métropolitains partent pour l’Allemagne, les prisonniers coloniaux et nord-africains prennent le chemin des frontstalags répartis dans la France occupée. En avril 1941, près de 70 000 hommes sont internés dans vingt-deux frontstalags. Ces prisonniers nouent des contacts singuliers tant avec l’occupant qu’avec la population locale qui les réconforte, voire les aide à gagner les maquis ou la zone Sud.

Lorsqu’en janvier 1943 le gouvernement de Vichy accepte de remplacer les sentinelles allemandes par des cadres français, ils se sentent trahis. A la Libération, leur retour en terre natale, parfois très tardif, s’accompagne de nombreux incidents dont celui, particulièrement grave et meurtrier, survenu à Thiaroye, près de Dakar, en décembre 1944 - l’armée française fait trente-cinq morts et autant de blessés parmi les "tirailleurs sénégalais", sous prétexte qu’ils se sont mutinés pour obtenir leurs droits d’anciens prisonniers de guerre.

Il fallait révéler cette histoire occultée. Armelle Mabon a découvert le destin de ces hommes grâce aux archives d’une ancienne assistante sociale du service social colonial de Bordeaux. Une dizaine d’années durant, elle a étudié les archives publiques et privées, recueilli de nombreux témoignages inédits, faisant le choix d’évoquer la captivité de tous les ressortissants de l’empire. Cet ouvrage donne la mesure de l’injustice, du déni d’égalité et du mépris dont s’est rendu coupable l’Etat, durant l’Occupation, mais aussi par la suite...

Un sujet d’une douloureuse actualité.

x 15,5 24 320 p. Prisonniers de guerre indigènes T Mabon Armelle essai histoire 2019 16/05/19 9782348043437 la Découverte Politique et société -histoire 23,00 € 23.00 sur commande ?
AA AA
Cette nouvelle édition, actualisée suite aux récentes découvertes sur le massacre de Thiaroye, donne la mesure de l’injustice, du déni d’égalité et du mépris dont s’est rendu coupable l’État, durant l’Occupation, mais aussi par la suite, vis-à-vis de ses propres soldats.

Après la débâcle de juin 1940, les combattants de l’armée française, faits prisonniers, connaissent deux destinations : les métropolitains partent pour l’Allemagne, les prisonniers coloniaux et nord-africains prennent le chemin des fronstalags répartis dans la France occupée. En avril 1941, près de 70 000 hommes sont internés dans vingt-deux fronstalags. Ces prisonniers nouent des contacts singuliers tant avec l’occupant qu’avec la population locale. Lorsqu’en janvier 1943 le gouvernement de Vichy accepte de remplacer les sentinelles allemandes par des cadres français, ils se sentent trahis. À la Libération, leur retour en terre natale, parfois très tardif, s’accompagne de nombreux heurts, dont l’épisode particulièrement grave et meurtrier survenu à Thiaroye, près de Dakar, en décembre 1944.

En 2014, après des années de recherches et de fouilles d’archives, Armelle Mabon a pu mettre au jour un mensonge d’État. Un massacre prémédité, maquillé en rébellion armée et répression sanglante pour camoufler la spoliation des soldes et le nombre de victimes jetées dans des fosses communes. Trente-quatre hommes ont par ailleurs été condamnés pour un crime qu’ils n’avaient pas commis.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |