Pour une nouvelle narration du monde - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : communs, Plume(s) présente aussi :
Terre nourricière   La renaissance des communs   (Biens) communs, quel avenir ?  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

15,00 €  
Pour une nouvelle narration du monde

Humanité, biens communs, vivre ensemble

Auteur Riccardo Petrella
Editeur : Écosociété
rayon : Politique et société
support : Livre
thèmes : société | communs
ean : 9782923165363
parution : mars 2008
dimensions : 184 pages ; 14 × 21 cm
imprimé en Europe
prix : 15,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 2008
réserver

Aujourd’hui l’humanité n’est pas titulaire de droits et de devoirs, l’humanité n’existe pas en termes de pouvoirs juridiques et politiques. Voilà pourquoi le Président des États-Unis peut continuer à faire ce qu’il veut en Alaska, ou que le Président russe peut continuer à opprimer la population tchétchène, légitimement en apparence, sur la base du principe de la souveraineté nationale, parce que l’humanité n’existe pas. Ainsi, les États « souverains » peuvent faire, abusant bien souvent de leurs « peuples », ce qu’ils veulent, de l’atmosphère, de l’eau, des forêts, de la paix. Extrait

L’humanité vit une crise sans précédent où le sens est subordonné aux chiffres, où même le respect du vivant s’efface devant les règles économiques. Selon certains, il n’existerait plus aucune alternative au capitalisme, et la globalisation, inéluctable, est un signe de « progrès ». En outre, la complexité du système mondial économique actuel rendrait impossible tout changement. C’est ainsi que de façon imperceptible, nous est imposée une vision marchande du monde, unique et réductrice.

Dans cet ouvrage, Riccardo Petrella analyse cette « narration dominante », qu’il nomme « la Théologie universelle capitaliste ». Il démontre que la construction d’un monde différent passe d’abord par l’invention d’une autre façon de voir les choses et de les nommer. La « narration de l’humanité » qu’il propose redéfinit le champ des possibles et réinvente un avenir en modifiant l’ordre des priorités. Il met de l’avant des principes fondateurs d’humanité, de solidarité, de paix, de droit de tous à la vie sur terre – donc déclarer illégale la pauvreté – qui doivent devenir des priorités tout en respectant notre bien commun, la Terre.

Si Désir d’humanité nous conviait au rêve, cet ouvrage est celui d’un économiste lucide qui ancre sa réflexion dans une réalité à changer. Il revendique des mesures concrètes, tant au niveau politique que juridique, pour construire une société différente. De plus, la rédaction sous forme d’entretiens rend la lecture de ce livre agréable et dynamique.

Économiste et politologue, Riccardo Petrella est une figure marquante du mouvement altermondialiste. Professeur à l’Université catholique de Louvain (Belgique), il est le co-fondateur du Groupe de Lisbonne, l’animateur du Comité promoteur pour le contrat mondial de l’eau et le fondateur de l’Université du Bien commun. Il est l’auteur de nombreux essais, dont L’eau. Res publica ou marchandise ? (La Dispute, 2003) et Désir d’humanité (Écosociété, 2004).


l’auteur :
Riccardo Petrella : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |