Petits Viêt-Nams - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : Viêt Nam, Plume(s) présente aussi :
Nuit américaine sur le Viêtnam   Quitter Saïgon   L'agent orange au Viêt-nam   Les Lính Tho, immigrés de force   Ecoute, souviens-toi   Little Saïgon   Ceux du Nord   Agent orange : apocalypse Viêt Nam  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

16,30 €  
Petits Viêt-Nams

Histoire des camps de rapatriés français d’Indochine

Auteur Dominique Rolland
Editeur : Elytis
rayon : Divers
support : Livre
type : récit
thème : Viêt Nam
ean : 9782356390325
parution : janvier 2010
dimensions : 143 pages ; 17 × 24 cm
prix : 16,30 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 27 janvier 2010
commander

"La France, on en avait rêvé. Qu’y avait-il de plus désirable que la France ? Là-bas en Indochine, tout ce qui était beau, propre, enviable, riche, puissant s’appelait la France.

La France, c’était tout ce blanc lumineux et immaculé des costumes, des uniformes, des robes de bal, des nappes, des draps, des mariages, des villas et des paquebots…

Tout ce blanc repoussant le ciel gris sale des moussons, la ligne basse et boueuse de l’horizon dans les rizières, l’eau souillée des arroyos, la glaise lourde et gluante où piétinent les buffles, les tuniques noires des lettrés, les dents laquées des femmes…

Oui, la France c’était tout ce blanc immaculé.

Le blanc de la colonisation.”

En 1954, la défaite française à Dien Bien Phu oblige au départ de toutes les familles françaises résidant au Tonkin. Parmi elles, un nombre important de familles francoannamites : couples mixtes et leurs enfants eurasiens, femmes vietnamiennes dont le compagnon français avait disparu…

Ils furent ensuite rapatriés en France, au titre de Français d’Indochine puis installés “provisoirement” dans des bâtiments collectifs désaffectés.

Ainsi se constitua le Cafi, Centre d’Accueil des Français d’Indochine, à Sainte-Livrade dans le Lot, lieu de mémoire de l’histoire coloniale, de ce qu’elle a produit, des identités composites qu’elle a générées.

Aujourd’hui, la transformation du camp, qui existe toujours, préfigure la fin d’un monde.


l’auteur :
Dominique Rolland : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |