Une journée dans une classe coopérative - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : école, Plume(s) présente aussi :
Faire l'école, faire la classe   Pourquoi j'ai créé une école où les enfants font ce qu'ils veulent   La littérature à la portée des enfants   La rentrée de Marcel   Ailes d'arc-en-ciel   Un cas d'école   La famille Casserole   Le premier jour de classe  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-école | Pratique

22,00 €  
Une journée dans une classe coopérative

Le désir retrouvé

Auteur René Laffitte
Editeur : Matrice
rayon : Politique et société    -école
support : Livre
type : récit
thèmes : école | coopération
ean : 9782905642400
parution : juillet 1998
dimensions : 200 pages ; 15 × 21 cm
imprimé en France
prix : 22,00 €
disponibilité : manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 25 juin 2009
réserver
Le livre de René LAFFITTE, paru en 1985, était épuisé. Le voici, actualisé. Les Editions Matrice ont en effet l’ambition de rééditer les " classiques de la pédagogie institutionnelle ". Ce livre en est l’un des plus clairs. Une journée, dans une classe coopérative " institutionnalisée ", pour mieux saisir comment enfants et groupes retrouvent le désir d’apprendre et de grandir ? Car la pédagogie, l’école, la classe, ne sont qu’une longue traque du désir. Avec ce livre, le maître, comme le souligne François TOSQUELLES, dans la postface, se révèle être un maître en sciences humaines. " Rien ne peut advenir sans désir. Les enfants, qui ont à dire, accèdent à la parole. Au pouvoir, aussi, quand l’institutionnalisation permanente leur permet d’agir sur leur vie d’écolier. Correspondance, journal, enquêtes : communiquer devient une nécessité. Le désir retrouvé, les écoliers apprennent. Pas aussi bien. Mieux. " C’est ce que Fernand OURY écrivait pour la première édition. Là est la clé. Autant dans le désir d’école de l’élève que dans le désir du maître de faire l’école. Mais le désir, ça ne se décrète pas. Ca se construit en commun. Les structures, les groupes, l’inconscient, " l’institutionnel " : les techniques Freinet " fomentent " du désir, ajoutait Fernand OURY. " Faire " du désir ? La société y trouve son compte. On grandit le sujet, mais responsable, on devient citoyen. L’école peut aujourd’hui aller jusque-là.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |