Passage du Mékong au Tonkin (1887-1888) - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

dans le même rayon Divers-voyages, Plume(s) présente aussi :
Petit Futé Cuba   Longue marche suite et fin - Tome 4   Venise est un poisson   Les Arcanes du métro   Voyage au pays des Mapuches   Longue marche Tome 2   Le cantique de l'ours   Guide du Routard Londres  
  rayons: BD | Divers-voyages | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

22,50 €  
Passage du Mékong au Tonkin (1887-1888)

Exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam

Auteur Auguste Pavie
Editeur : Transboréal
rayon : Divers    -voyages
support : Livre
type : récit
ean : 9782913955202
parution : mars 2006
dimensions : 381 pages ; 15,5 × 24 cm
prix : 22,50 € soldé 11,20 €
disponibilité : manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
réserver
La passion du voyage et de la découverte, voilà ce qui poussa Auguste Pavie (1847-1925) de Dinan vers l’exploration du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Recruté en 1869 comme agent des Télégraphes de Cochinchine, il est nommé vingt ans plus tard ministre résident à Bangkok. A son arrivée à Saigon, ville française depuis dix ans, il est chargé de reconnaître les régions reculées pour en faire le relevé cartographique. En pirogue, à pied ou à dos d’éléphant, Auguste Pavie sillonne ainsi fleuves et forêts d’Indochine pendant un quart de siècle. Marchant pieds nus, se nourrissant de riz, il adopte les usages locaux, persuadé qu’ils sont les mieux adaptés à la vie en jungle. Topographe, il se fait aussi naturaliste, et à la pratique des sciences de la nature il ajoute celle des sciences humaines, notamment l’ethnographie. Il se montre curieux des peuples qu’il rencontre et dont il a appris la langue, recueille leurs légendes, observe leurs coutumes. Pour compléter ses observations, il traduit les textes anciens et emporte avec lui son encombrant appareil photographique. Pourtant, l’ambition de ses voyages est diplomatique. Nommé consul à Luang Prabang en 1885, il doit regagner son poste puis rayonner vers les confins. Sa mission est double : faire valoir les droits de la France sur le Laos contre les prétentions du Siam, et garantir le passage du Laos au Tonkin. Lorsqu’il se met en route pour les " douze cantons thaïs u en 1887, c’est avec la certitude qu’il pourra les rallier à la France, même seul et sans escorte. Ni la surveillance des commissaires siamois, ni les incursions des bandes chinoises ne le détournent de son but et, un an plus tard, il rejoint à Diên Biên Phu la colonne française partie de Hanoi. Libre-penseur charmé par la sagesse des bonzes, jeune républicain séduit par le vieux roi de Luang Prabang, Auguste Pavie s’aventure dans des contrées quasiment inconnues des Européens de son époque. Si l’histoire officielle retient qu’il contribua à faire reculer l’influence siamoise sur les rives du Mékong et ajouta le protectorat du Laos à l’Indochine française, le lecteur contemporain se délectera surtout des paysages et des personnages que cet homme d’action et de convictions dessina avec bonheur au cours de ses immenses pérégrinations.

l’auteur :
Auguste Pavie : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |