CQFD - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : anarchisme, Plume(s) présente aussi :
Vision anarchiste et syndicaliste   Pour un nouvel anarchisme   Violence,contre-violence, non-violence anarchistes   Les vieux fourneaux Tome 4   Les vieux fourneaux Tome 1   Le réveil des illégalismes   Philosophie & anarchisme   Ni dieu ni maitre - Religions, valeurs, identités  
  rayons: BD | Divers-revues | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

4,00 €  
CQFD

n°183 janvier 2020

 
Editeur : Le Chien Rouge
rayon : Divers    -revues
support : Revue
type : magazine
thème : anarchisme
dimensions : 32 pages ; 32 × 41 cm
imprimé en France
prix : 4,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 14 juin 2014
réserver

Au sommaire du n°183

En couverture : « En 2020, toutes vos grèves seront exaucées » (illustré par Cécile K.).

- Appel à soutien : Animal on est mal – La situation : votre dévoué Chien Rouge a (encore) besoin de tunes. La solution : on s’abonne, camarades !

Actualités d’ici et d’ailleurs

- « Même le père Noël déteste le capital » – Récit d’une opération d’autoréduction dans le plus grand Carrefour des Bouches-du-Rhône, où une centaine de Gilets jaunes ont tenté d’exflitrer 30 caddies remplis de victuailles impayées pour organiser une redistribution de Noël.

- « Tout le monde déteste la ministre » – En plein mouvement social, la ministre des Sports a cru pouvoir assister sereinement à un stade de football au stade Bauer de Saint-Ouen. Grossière erreur : dans les travées de l’antre du Red Star, on est en territoire militant.

- En grève jusqu’à la retraite – Échos, slogans et photos du mouvement social.

- Remember 1995 : « Le moment est arrivé... » – Retour sur les grèves de 1995, à travers des souvenirs de Montpellier. Attention : le mythe d’un mouvement uni et complètement victorieux est égratigné.

- « Les McDo de Marseille : touchés mais coulés » – Depuis la liquidation décrétée par le tribunal de commerce, les employés du McDo de Saint-Barthélemy occupent les locaux. Au cœur des quartiers Nord, la lutte continue.

- « Adieu Baumettes ! » : une opération d’enfumage – Quelques mois avant la démolition des Baumettes « historiques », l’administration pénitentiaire a ouvert l’ancienne prison au public. Journaliste et militante des droits humains, auteure en 2018 d’un rapport accablant sur le sujet, Rabha Attaf a tenté d’effectuer cette visite touristique. Mais pour avoir posé des questions qui fâchent, elle en a été expulsée illico. Voici son récit.

- Nouvelle-Calédonie : voyage au bout de l’indépendance – Le référendum de 2018 a montré que la revendication indépendantiste était toujours bien vivante, portée par l’immense majorité des Kanak, mais aussi par une part croissante des autres communautés. Analyse (anticoloniale) de situation, nourrie d’échanges avec le sociologue kanak Jone Passa.

- Au Chili, le football n’est pas l’opium du peuple – Depuis le 18 octobre, le Chili est secoué par une explosion sociale inédite. Les autorités misaient sur le football pour calmer les manifestants, mais les joueurs et les clubs se sont fait le relais des revendications populaires. Et les supporters ont été en première ligne des manifestations.

- Le silence forcé du Cachemire indien – Dirigé par le nationaliste hindou Narendra Modi, le gouvernement indien a révoqué cet été l’autonomie constitutionnelle de l’État de Jammu-et-Cachemire. Tandis qu’Internet reste coupé et que la police locale a été désarmée, l’armée impose une chape de plomb sécuritaire aux habitant·es du seul État majoritairement musulman du pays.

Dossier : résister à la surveillance

- Tenir tête aux rejetons de Big Brother : nique la technopolice ! – En matière de surveillance et de répression, l’État n’avance plus seul. S’appuyant sur les fulgurantes avancées technologiques des dernières décennies, des foules d’entreprises siliconisées traquent aussi nos déplacements, nos conversations, nos achats ou nos rêves pour les monnayer sur le grand marché des données, le nouvel or noir. Elles n’hésitent pas non plus à cafter auprès du Grand Frère étatique. Oui, Big Brother a fait des petits et ces rejetons vicieux ont tout sauf des gueules d’anges. État des lieux et des résistances, dans un dossier de neuf pages.

- Entretien avec Félix Tréguer, de la Quadrature du Net : « La technopolice progresse partout » – La « Smart City », nouvelle coqueluche des municipalités avides de gestion déshumanisée de l’espace public, n’est en rien intelligente. C’est avant tout un terrain idéal de surveillance et de gestion des populations par des édiles obsédés par le tout-sécuritaire. Alors que ce modèle se développe un peu partout dans l’Hexagone, état des lieux avec Félix Tréguer, l’un des soutiers de la campagne Technopolice, qui vise à alerter et mobiliser sur la question.

- Big Bonne Mère : à Marseille, la course en avant de la surveillance « intelligente » – À Marseille, la municipalité met la ville sous coupe technologique réglée. Entre délire algorithmique et surveillance « intelligente » déployée dans une flagrante opacité, décryptage d’une inflation sécuritaire allant de pair avec le concept de « Smart City ».

- En Bretagne, Big Brother la joue discret – En juin dernier, la mairie de Lannion (Côtes-d’Armor) annonçait vouloir équiper la ville de capteurs à smartphones capables de suivre à la trace les trajets exacts des piétons. Depuis, plus un mot sur la question. L’expérience a-t-elle seulement eu lieu ? Reportage.

- Sécurité informatique : tout le monde peut embrouiller Big Brother – Notre hypothèse est la suivante : plus nous serons nombreux à utiliser des techniques d’autodéfense numérique, moins ceux qui en ont absolument besoin paraîtront louches. Autrement dit, si une partie conséquente de la population chiffre ses mails, les services de renseignements perdront un temps fou à décrypter des messages inintéressants, ce qui permettra peut-être à un lanceur d’alerte de passer entre les mailles du filet. On vous le jure, ce n’est pas si compliqué : suivez le guide !

- Les rebelles du web dans la Toile de la mort – Face à ceux qui tentent d’ériger Internet en instrument de contrôle total, des pirates d’un nouveau genre, les hackers, ont lancé il y a bien longtemps déjà le clic de la révolte. Retour sur l’histoire de ces collectifs militants et individus aux motivations variées – et parfois avariées.

- Du “printemps des réseaux sociaux” aux couvre-feux numériques – L’e-révolution aura-t-elle lieu ? D’un côté, des algorithmes qui tendent à normaliser et censurer les comportements, ainsi que des cyberpolices cherchant à brider tous les comportements subversifs via la surveillance numérique. De l’autre, des activistes en quête de voies de communication pour propager les graines de la révolte. Décryptage.

Chroniques

- Queen Kong : deux ans après #MeToo : un bilan intime et politique

- Chroniques algériennes : la cité du moudjahid, près de Blida

Et aussi...

- Les vies de Ramiz – Au début des années 1980, Ramiz a quitté l’Iran pour la France, la bohème et la galère. Quinze ans plus tard, il est rentré au pays, tentant de vivre de son art, la sculpture, tout en blasphémant à voix basse. Portrait.

- Chez les képis, des femmes et des bleusSilence, on cogne ; enquête sur les violences conjugales subies par des femmes de gendarmes et de policiers : un titre explicite pour un livre uppercut qui s’attaque de front à un sujet tabou. Témoignages et expertises à l’appui, Sophie Boutboul et Alizé Bernard y racontent l’esprit de corps et le sexisme qui règnent en maîtres au sein d’institutions prêtes à tout pour préserver un semblant de réputation.

- Un jeune homme énervé – « Une véritable insurrection littéraire », promet la collection Lampe-tempête en rééditant Samedi soir, dimanche matin d’Alan Sillitoe. De la flasque de gin aux lèvres, pas de tromperie sur la came : on plonge direct dans le bain chaud bouillant de la jeunesse ouvrière anglaise des fifties. Et plus si affinités.

- Cap sur l’utopie : et si la philosophie redevenait dangereuse ? – Zoom sur Alain Guyard, un philosophe forain très turbulent conspirant principalement dans les prisons, les maternités, les fermes, les asiles où il arrive à se faire inviter pour que « la philosophie redevienne dangereuse ».

- L’édito : Les faire battre en retraite / Les bonnes nouvelles du mois

- Horoscope / Abonnement / Mots croisés




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |