Bakari et ses dix frères - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

dans le même rayon Jeunesse-contes, Plume(s) présente aussi :
Ubu   La légende d'Angélique   La vache de Salomon   Mille ans de contes tsiganes   Demain les fleurs   Le tracteur aux dromadaires   Trois contes de Grimm   Tourne-Fracasse  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse -contes | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

16,90 €  
Bakari et ses dix frères

Conte du Mali

Auteur Yves Pinguilly
Editeur : Belin
rayon : Jeunesse    -contes
support : Livre
type : conte | jeunesse
ean : 9782701163215
parution : octobre 2013
dimensions : 32 pages ; 35 × 28 cm
lieu d'impression non précisé
prix : 16,90 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 26 novembre 2013
réserver
Au fin fond de la brousse vivaient un chef et ses onze femmes. Toutes avaient un fils. Mais il y en avait un que son père n’aimait pas : c’était Bakari. Pour aller cultiver les champs, Bakari n’avait qu’une daba en terre cuite et un vieux bouc, tandis que ses frères se pavanaient sur leurs belles montures. Mais un soir, le génie de la forêt apparut à Bakari : "Pourquoi pleures-tu assez pour saler la terre de la forêt" lui demanda-t-il. Bakari lui raconta sa triste vie. Alors le génie lui offrit une touffe d’herbe, un fouet et un petit fagot de bois sec. "Tu donneras cette herbe à ton vieux bouc, lui dit-il. Tu le fouetteras légèrement avec ce fouet et tu allumeras un petit feu avec le bois que je t’ai donné. Dans ce feu, tu mettras ta petite daba d’argile." Ainsi fut fait. Et Bakari vit apparaître au cœur du feu une daba bien solide et un magnifique cheval blanc !
Le lendemain matin, Bakari se mit en selle avec élégance, sa daba sur l’épaule telle la lance d’un guerrier. Qu’il avait fière allure ! Quand son père le découvrit, il réclama aussitôt le cheval, car un fils ne peut posséder une plus belle monture que son père. Mais à peine le chef fut-il en selle que le pur-sang rua, faisant chuter son cavalier qui mourut sur le coup. Il fallait donc désigner un nouveau chef pour le village. Mais comment départager les 11 frères ?

l’auteur :
Yves Pinguilly : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |