Être là - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : prison, Plume(s) présente aussi :
L'ombre du monde   L'ombre du monde   999   L'oeil de Clairvaux   La compulsion de punir   Guantanamo Kid   Derrière les barreaux   Tais toi et respire  
  rayons: BD | Divers-DVD | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

19,95 €  
Être là

Auteur Régis Sauder
Editeur : Shellac »»
rayon : Divers    -DVD
support : DVD
type : doc
thème : prison
ean : 3760189660385
parution : avril 2013
dimensions : 116 mn ; 13,5 × 19 cm
prix : 19,95 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 16 avril 2013
commander
Aux côtés de Catherine Paulet et des membres de son service, Régis Sauder nous immerge dans la réalité physique de cet engagement, et dans la beauté d’une pensée en mouvement, libre, qui résiste.

"En se situant sur cette brèche de l’univers carcéral, regardant les combattantes de ce front trop ignoré pardessus l’épaule de ces hommes en souffrance, ce film fait œuvre, une œuvre nécessaire.

C’est d’abord en fondant son dispositif, en trouvant la seule place possible dans cet univers où les prisonniers sont interdits d’image, que le film s’affirme. Il prend appui sur les contraintes pour y puiser une énergie formelle très prégnante, mais qui ne fait jamais écran à la vérité nue de ce qu’il montre. C’est un film qui bouleverse, qui coupe le souffle souvent, qui fait mal, et qui ne passe pas à côté de toute la complexité de la situation : il ne tait ni la trivialité ni la pauvreté âpre des échanges ni la profondeur inaccessible des douleurs. Il ne tait rien de cet harassant combat contre le chaos et la barbarie. Comme elles, ces femmes fatiguées et si belles, le film assume une certaine forme de séduction sans jamais être complaisant.

En exposant clairement son dispositif – l’intrusion d’un micro sensible, le retrait d’une caméra qui s’incline sans jamais se détourner – il donne à penser la question même de l’image, de l’irruption d’un regard extérieur dans ce terrible huis clos ; en mettant hors champ les prisonniers, il nous renvoie à la destruction institutionnelle ; en faisant face à ces femmes, il dit la fragilité de leur combat. L’expérience très forte que ce film propose au spectateur fait écho à cette question qui les taraude : être là, être le témoin – le complice ? – de ce qui est à l’oeuvre entre ces murs, y faire face, autant qu’on le peut, résister à l’envie de fuir, c’est toute la question."

Sylvaine Dampierre, cinéaste de l’ACID




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |