De l’abandon au mépris - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : politique, Plume(s) présente aussi :
Le mouvement grec pour la démocratie directe - 1   L'anti-coup d'Etat   Citoyen sans frontières   Les soulèvements arabes face au vide occidental - 1   Vaincre Macron   De la dictature à la démocratie   Flatulences politiques   Éléments pour une démarche politique  
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

19,50 €  
De l’abandon au mépris

Comment le PS a tourné le dos à la classe ouvrière

Auteur Bertrand Rothé
Editeur : Seuil
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : politique
ean : 9782021084535
parution : janvier 2013
dimensions : 258 pages ; 14 × 20,5 cm
imprimé en France
prix : 19,50 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 29 janvier 2013
réserver

On se souvient peut-être de l’anecdote : Alors en campagne, François Mitterrand allait à la rencontre d’ouvriers qui demandaient à le tutoyer. Imperturbable, le futur président socialiste répondait à chacun : "Si vous voulez." La messe était-elle déjà dite ? Pas sûr. Bertrand Rothé tient la chronique de ce long divorce, dont aucun des deux conjoints n’est exempt de responsabilité. Son livre s’ouvre sur la victoire de la gauche en 1981, à laquelle 70% des ouvriers avaient contribué, pour se terminer aujourd’hui, où le FN se targue d’être devenu le premier "parti ouvrier de France", ce qui est un mensonge, un de plus.

Entre ces deux dates, le vieux couple se sera fâché, rabiboché, séparé encore... au fil de la désindustrialisation du pays, de l’effondrement du monde communiste, de l’arrivée de la "deuxième gauche", de la montée du chômage et de la conversion des socialistes à l’Europe et au libéralisme. La nomination de Pierre Bérégovoy au poste de Premier ministre constitue un autre temps forts de cette tumultueuse alliance, car cet ancien ouvrier (le seul à avoir jamais occupé Matignon) fut aussi le plus libéral des socialistes.

L’affaire se terminera comme on sait. Quant à Lionel Jospin, qui expliquait aux ouvriers que l’Etat ne pouvait pas tout, il marque sans doute le passage de l’abandon au mépris. Un mépris aujourd’hui bien réciproque.


l’auteur :
Bertrand Rothé : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |