Le spectacle, stade ultime du fétichisme de la marchandise - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : politique, Plume(s) présente aussi :
Démocratie directe - Principes, enjeux perspective - 3   Démocratie participative et transformation sociale   Éloge de la politique profane   L'étrange capitulation   Le Trosko et la Coco   Révoltes et utopies   Petite histoire de l'expérimentation démocratique   Les ennemis intimes de la démocratie  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

16,30 €  
Le spectacle, stade ultime du fétichisme de la marchandise

Marx, Marcuse, Debord, Lefebvre, Baudrillard, etc

Auteur Daniel Bensaïd
Editeur : Nouvelles éditions Lignes
collection : Fins de la philosophie
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : politique
ean : 9782355260759
parution : mars 2011
dimensions : 140 pages ; 13 × 20 cm
prix : 16,30 €
disponibilité : actuellement indisponible
commander

Dans cet ouvrage inédit, le dernier auquel il aura travaillé, Daniel Bensaid établit, en philosophe, la généalogie du désespoir révolutionnaire et de ce qu’il appelle le " nihilisme de la renonciation " tels qu’ils s’inscrivent, selon lui, au coeur même de la pensée intellectuelle radicale, dès les années 1960.

Car c’est bien à une sorte de " front secondaire " que le philosophe et militant inlassable qu’il fut entreprend ici de s’opposer : le front de ceux qui s’emploient à démontrer - fût-ce pour le déplorer - que le capitalisme ne connaît aucun dehors et sa domination, aucune limite (Marcuse, Debord, Baudrillard...). À ces thèses - ici décrites et analysées dans le détail -, Daniel Bensaïd oppose une nouvelle fois le " principe espérance " d’Ernst Bloch, et la nécessité stratégique d’accorder toute leur importance aux " refus divers ", ceux appelant à un monde autre, même si aucun grand récit ne permet plus d’en définir le sens.

" Penser politiquement, c’est penser historiquement. C’est concevoir le temps politique, comme un temps brisé, discontinu, rythmé de crises. C’est penser la singularité des conjonctures et des situations. C’est penser l’événement non comme miracle surgi de rien mais comme historiquement conditionné, comme articulation du nécessaire et du contingent, comme singularité politique ".


l’auteur :
Daniel Bensaïd : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |