Collection Blanche
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Ouvrages de la collection Blanche : 50 articles trouvés


50 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 272 p. Un sens à la vie T Saint-Exupéry (de) Antoine 1956 14/02/56 9782070256679 Gallimard »» Blanche Littérature 24,00 € 24.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Les textes inédits qui composent ce volume sont une véritable révélation.

La nouveauté qui les caractérise n’est ni dans l’expression ni dans les thèmes : dès sa première page, en effet, Saint-Exupéry est en pleine possession de son style, et dans tous ses écrits se montre soucieux des mêmes problèmes humains ; elle réside dans les genres littéraires qu’ils représentent et auxquels Saint-Exupéry ne nous a pas habitués : nous le découvrons nouvelliste, reporter, éditorialiste et préfacier.

La gloire de Saint-Exupéry, si grande et si justifiée, a fait négliger les pages groupées dans cet ouvrage, qui sont cependant de la qualité des œuvres maîtresses. Tous ces textes, du plus vif intérêt et de la plus grande importance, ont été réunis ici par les soins de Claude Reynal : L’aviateur, premières lignes écrites par Saint-Exupéry ; les Reportages sur la Russie et sur la guerre civile d’Espagne ; La Paix ou la Guerre, éditoriaux émouvants écrits au lendemain de Munich, en octobre 1938, à la demande de Paris-Soir ; Saint-Exupéry y exprime son anxiété pour l’avenir et cherche désespérément des témoignages de fraternité à travers des luttes dont il devine qu’elles sont le prélude à un bouleversement général.

Le pilote et les puissances naturelles est le récit de la lutte que Saint-Exupéry eut à mener contre les éléments déchaînés, au cours d’un vol de reconnaissance au-dessus de la Patagonie. La Lettre aux Français, qui date de 1942, est une poignante exhortation à l’union. Dans cet ouvrage sont également réunies la Lettre au Général X et les préfaces à deux livres et à un numéro de Document consacré aux pilotes d’essai.

Saint-Exupéry préfacier nous mène, comme toujours, à l’essentiel. " L’essentiel ? Ce ne sont peut-être ni les fortes joies du métier, ni ses misères, ni le danger, mais le point de vue auquel ils élèvent. "

x 14 20,5 68 p. L’elégance du hérisson T Barbery Muriel roman 2008 23/07/08 9782070780938 Gallimard »» Blanche Littérature 21,50 € 21.50 sur commande ?
AA AA
« Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. »
x 14 20,5 147 p. Carnets 1995-1998
La semaison, III
T
Jaccottet Philippe 2001 15/05/01 9782070761937 Gallimard »» Blanche Littérature 15,50 € 15.50 sur commande ?
AA AA

Pour présenter, en 1984, sur cette espèce de colonne Morris qu’est une " quatrième de couverture ", la première Semaison, je l’ai définie comme " un recueil de graines légères, pour replanter, essayer de replanter la "forêt spirituelle" ".

Il y a encore, heureusement, quelques graines de ce genre, lumineuses, dans ces récents carnets ; des clartés reçues pas seulement du monde, mais aussi d’écrivains fort divers comme La Fontaine, Goethe, Maurice de Guérin, Claudel, et d’autres bien vivants ; mais y pèse aussi, plus large sans doute à cause de l’âge, une part d’ombre surgie des rêves, comme pour être mieux accordé, sans complaisance j’espère, au temps présent.

L’essentiel tout de même, je voudrais le voir de préférence en telle brève note comme celle-ci : " Herbe vue à contre-jour, naissante encore, peu dense, fine et droite : presque un filtre, une harpe... ou, tout près de la terre, ma dernière lyre. Pour faire entendre la lumière du soir qui est comme dorée, dans les rafales du vent déjà froid. " Ph. J.

x 14,2 20,7 232 p. Incidences T Djian Philippe roman 2010 11/02/10 9782070122127 Gallimard »» Blanche Littérature 18,20 € 18.20 sur commande ?
AA AA

Une Fiat 500.

Au volant, Marc. A côté de lui, sa plus jolie étudiante. C’est la nuit, ils foncent chez lui finir la soirée en beauté. Au petit matin, son goût prononcé pour les jeunes élèves de son cours d’écriture va soudain lui passer.

A cause des routes de montagne ? Du néo-conservatisme ambiant ? Des crises de sa soeur ? Ou plutôt du charme des femmes mariées ? Marc ne saurait dire. Du moins, pour le moment.

x 14 20,5 171 p. L’horizon T Modiano Patrick roman 2010 04/03/10 9782070128471 Gallimard »» Blanche Littérature 16,75 € 16.75 sur commande ?
AA AA
Jean Bosmans note dans un carnet ses souvenirs de jeunesse. Le nom de Mérovée fait ressurgir les détails de sa rencontre avec Margaret Le Coz, qu’il a fréquentée quelques mois et avec laquelle il partageait un sentiment de persécution. Jean Bosmans se lance à sa recherche.
x 14 20,5 290 p. La sentinelle tranquille sous la lune T Aaron Soazig roman 2010 18/02/10 9782070127740 Gallimard »» blanche Littérature 19,20 € 19.20 sur commande ?
AA AA

Un homme jeune, Jean, revient chez lui plusieurs mois après l’armistice de 1918.

De ce retour tardif. on apprend peu à peu les raisons. Comme il a été prévu. sa avère attend qu’il reprenne le domaine. dirigé pendant la durée de la guerre par son frère infirme, : Aristide. Mais il refusera cette place programmée et partira. Des décennies plus tard, les actes de la vie de Jean seront raconte, à une enfant qui elle-même prendra en charge l’histoire et l’écrira. La narration circule ainsi sur un demi-siècle.

avec les découvertes, les doutes, les interrogations. les ajustements et l’imagination nécessaires à la construction de ce qui devient un roman, évoluant entre draine, humour et émotion.

x 14 20,5 367 p. Mémoires de la jungle T Garcia Tristan roman 2010 16/04/10 9782070129140 Gallimard »» Blanche Littérature 19,80 € 19.80 présent à Plume(s)
AA AA

Le narrateur de ce roman, Doogie, est un jeune chimpanzé (Pan troglodytes troglodytes).

Le sol du continent africain, dévasté par des guerres, des famines et une vague de pollution chimique, a été laissé expérimentalement en jachère. Partout ailleurs, l’espèce humaine s’est retranchée dans les villes et à l’intérieur de vastes stations orbitales. Un immense zoo près du lac Victoria accueille scientifiques et étudiants afin d’observer la faune préservée... C’est là que Doogie a été élevé, dans une famille de chercheurs, en compagnie de deux enfants : Donald et sa sœur, la bien-aimée Janet. Tout autour, à perte de vue, la jungle de jadis a repris ses droits.

Singe génial et attachant, Doogie a appris à parler – à l’aide du langage des signes, d’écrans tactiles et de lexigrammes – un dialecte baroque et rapiécé.

Son récit commence alors que Doogie revient d’un long voyage en orbite. Après le naufrage de son vaisseau sur un rivage désertique de la côte africaine, le singe civilisé se retrouve seul, perdu dans la jungle. Pour rejoindre Janet et son foyer d’enfance, il devra affronter le monde sauvage, et se dépouiller peu à peu de sa « fidélité à l’humain », quitte à redevenir un animal...

x 14,1 20,5 332 p. La Peste T Camus Albert roman 1947 01/07/47 9782070212033 Gallimard »» Blanche Littérature 22,00 € 22.00 sur commande ?
AA AA

« C’est moi qui remplace la peste », s’écriait Caligula, l’empereur dément.
Bientôt, la « peste brune » déferlait sur l’Europe dans un grand bruit de bottes. France déchirée aux coutures de Somme et de Loire, troupeaux de prisonniers, esclaves voués par millions aux barbelés et aux crématoires, La Peste éternise ces jours de ténèbres, cette « passion collective » d’une Europe en folie, détournée comme Oran de la mer et de sa mesure.

Sans doute la guerre accentue-t-elle la séparation, la maladie, l’insécurité. Mais ne sommes-nous pas toujours plus ou moins séparés, menacés, exilés, rongés comme le fruit par le ver ? Face aux souffrances comme à la mort, à l’ennui des recommencenments, La Peste recense les conduites ; elle nous impose la vision d’un univers sans avenir ni finalité, un monde de la répétition et de l’étouffante monotonie, où le drame même cesse de paraître dramatique et s’imprègne d’humour macabre, où les hommes se définissent moins par leur démarche, leur langage et leur poids de chair que par leurs silences, leurs secrètes blessures, leurs ombres portées et leurs réactions aux défis de l’existence.

La Peste sera donc, au gré des interprétations, la « chronique de la résistance » ou un roman de la permanence, le prolongement de L’Étranger ou « un progrès » sur L’Étranger, le livre des « damnés » et des solitaires ou le manuel du relatif et de la solidarité - en tout cas, une œuvre pudique et calculée qu’Albert Camus douta parfois de mener à bien, au cours de sept années de gestation, de maturation et de rédaction difficiles...

x 14 20,4 555 p. Le siècle des nuages T Forest Philippe roman XX° siècle 2010 19/08/10 9782070129867 Gallimard »» Blanche Littérature 21,90 € 21.90 sur commande ?
AA AA

" Ils descendaient depuis l’azur, laissant vers le bas grossir la forme de leur fuselage, traçant doucement leur trait au travers des nuages.

Le vrombissement des quatre moteurs, juchés sur le sommet des ailes, enflait, vibrant dans le vide, résonnant jusqu’à terre. Leur ventre touchait enfin la surface de l’eau, projetant à droite et à gauche un panache puissant qui retombait en écume, bousculant tout avec des remous épais qui dérangeaient les barques amarrées et remontaient haut sur le bord des berges. C’était l’été sans doute. Les vacances étaient déjà commencées.

Il avait couché son vélo dans l’herbe toute brûlée par la chaleur du soleil. Peut-être attendait-il allongé sur le sol ou bien se tenait-il assis sur un ponton, les jambes se balançant au-dessus du courant très lent. A perte de vue, le grand ciel bleu du beau temps recouvrait le monde. II regardait descendre vers lui le signe en forme de croix de la carlingue et des ailes. Lorsque l’avion heurtait l’eau, le choc le ralentissait net.

Forant dans le fleuve une tranchée immatérielle, il creusait son sillage entre les rives, rebondissant formidablement d’avant en arrière, basculant sur l’un et puis l’autre de ses flancs, oscillant sur ses deux flotteurs jusqu’à ce qu’il s’arrête enfin : rond avec son ventre vaste comme celui d’une baleine, inexplicable parmi les péniches et les navires de plaisance, immobile comme un paquebot étrange mouillant au beau milieu des terres ".

x 14 20,5 202 p. Nous étions des êtres vivants T Kuperman Nathalie roman 2010 02/09/10 9782070127535 Gallimard »» Blanche Littérature 17,15 € 17.15 présent à Plume(s)
AA AA

« Cela faisait maintenant une année entière que nous étions à vendre. Nous avions peur de n’intéresser personne, peur du plan social. On attendait le grand jour, le jour des pleurs, des adieux, et peut-être éprouvions-nous quelque plaisir à rendre poignantes, par avance, ces heures où nos vies basculeraient, où nous serions tous dans le même bateau, agrippés les uns aux autres avant de nous quitter pour toujours. Et puis, un jour, alors que nos habitudes avaient repris le dessus et que nous continuions à travailler comme si rien ne devait advenir, on nous a réunis pour nous annoncer qu’un acquéreur potentiel était en pourparlers. Des sourires se sont peints, des grimaces aussi. Nous avions cessé d’y croire. Retourner à l’espoir n’était pas chose simple. »

Ils étaient des êtres vivants, ils se retrouvent soudain au bord du néant social. Nathalie Kuperman fait entendre, non sans humour ni colère, leurs voix intérieures, ponctuées en basse continue par le chœur des salariés : un chant de notre époque.

x 14 20,5 381 p. Demain j’aurai vingt ans T Mabanckou Alain roman Afrique 2010 19/08/10 9782070129621 Gallimard »» Blanche Littérature 21,30 € 21.30 présent à Plume(s)
AA AA

Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970.

Le narrateur, Michel, est un garçon d’une dizaine d’années qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d’indépendance sous la houlette de "l’immortel Marien Ngouabi", chef charismatique marxiste. Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleur : le père adoptif de Michel, réceptionniste à l’hôtel Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l’oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l’ami Lounès, dont la soeur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d’hormones ; bien d’autres encore.

Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges... Au fil d’un récit enjoué, Alain Mabanckou nous offre une sorte de Vie devant soi à l’africaine. Les histoires d’amour y tiennent la plus grande place, avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes. La langue que Mabanckou prête à son narrateur est réjouissante, pleine d’images cocasses, et sa fausse naïveté fait merveille.

x 14 20,5 307 p. En avant, route ! T Saint-André (de) Alix roman 2010 16/04/10 9782070128372 Gallimard »» Blanche Littérature 22,90 € 22.90 sur commande ?
AA AA

Alix de Saint-André a pris trois fois la route de Compostelle.

La première fois, elle est partie de Saint-Jean-Pied-de-Port, sur le chemin français, avec un sac plein d’idées préconçues, qui se sont envolées une à une, au fil des étapes. La deuxième fois, elle a parcouru le " chemin anglais " depuis La Corogne, lors d’une année sainte mouvementée. L’ultime voyage fut le vrai voyage, celui que l’on doit faire en partant de chez soi. Des bords de Loire à Saint-Jacques-de-Compostelle, de paysages sublimes en banlieues sinistres, elle a rejoint le peuple des pèlerins qui se retrouvent sur le chemin, libérés de toute identité sociale, pour vivre à quatre kilomètres-heure une aventure humaine pleine de gaieté, d’amitié et de surprises.

Sur ces marcheurs de tous pays et de toutes convictions, réunis moins par la foi que par les ampoules aux pieds, mais cheminant chacun dans sa quête secrète, Alix de Saint-André, en poursuivant la sienne, empreinte d’une gravité mélancolique, porte, comme à son habitude, un regard à la fois affectueux et espiègle.

x 12,8 18,5 95 p. Eloge des frontières T Debray Régis essai 2010 09/11/10 9782070131587 Gallimard »» Blanche Politique et société 9,50 € 9.50 présent à Plume(s)
AA AA

En France, tout ce qui pèse et qui compte se veut et se dit " sans frontières ".

Et si le sans-frontiérisme était un leurre, une fuite, une lâcheté ? Partout sur la mappemonde. et contre toute attente. se creusent ou renaissent de nouvelles et d’antiques frontières. Telle est la réalité. En bon Européen, je choisis de célébrer ce que d’autres déplorent : la frontière comme vaccin contre l’épidémie des murs, remède à l’indifférence et sauvegarde du vivant. D’où ce Manifeste à rebrousse-poil qui étonne et détone. mais qui, déchiffrant notre passé, ose faire face à l’avenir.

x 14 20,5 273 p. Si rien avait une forme, ce serait cela T Le Brun Annie essai 2010 09/04/10 9782070119189 Gallimard »» Blanche Littérature 22,30 € 22.30 manquant sans date
AA AA

" "Si rien avait une forme, ce serait cela".

Découvrant cette phrase par laquelle Victor Hugo rapporte ce que lui révélait le télescope d’Arago, un soir de l’été 1834, j’y reconnus tout de suite l’objet de mes préoccupations. Je n’en savais pas plus sinon mon impatience à voir surgir de la nuit de cc temps ce qui n’était pas encore. Là aussi l’exactitude de Victor Hugo était impressionnante : "Confusion dans le détail. diffusion dans l’ensemble ; c’était toute la quantité de contour et de relief qui peut s’ébaucher dans de la nuit.

L’effet de profondeur et de perte du réel était terrible. Et cependant le réel était là". Victor Hugo observait-il ici une des montagnes de la Lune, le "Promontoire du songe", qu’il nous ramenait au plus loin de tout système, c’est-à-dire au plus près de ce qui nous importe, très précisément là ou se fomentent les rêves dont nous sommes faits. Quant à la méthode pour s’en approcher, il la fallait indissociable d’un objet qui n’existe qu’à se déplacer d’une interrogation formulée dans un domaine à sa réponse trouvée dans un tout autre domaine, peut-être même des siècles après.

Sur ce point encore, je décidai de m’en tenir à la recommandation de. Victor Hugo : "Allez au-delà, extravaguez". Je n’ai prétendu à rien d’autre ".

x 12,1 18,5 180 p. Le trottoir au soleil T Delerm Philippe recueil 2011 05/01/11 9782070123254 Gallimard »» Blanche Littérature 15,15 € 15.15 sur commande ?
AA AA

Le trottoir au soleil s’inscrit dans la lignée des textes brefs, La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules, La sieste assassinée, Dickens, barbe à papa et autres nourritures délectables qui ont fait le succès de Philippe Delerm.

Avec la même minutie que dans les recueils précédents, il évoque ces petits éclats de vie qui font la trame des jours heureux : le miroitement du soleil sur l’eau, les moments passés avec un enfant, les arrivées à Paris sous la verrière de la gare Saint-Lazare.

Ce nouveau recueil marque cependant une inflexion par rapport aux précédents : une incursion discrète vers l’intime, un balancement entre le « on » et le « je », un effet de miroir subtilement nostalgique à propos du temps qui passe.

Le rythme, aussi, diffère : régulièrement, un texte plus développé vient ponctuer le recueil, lui apporter la dimension de la réflexion.

Mais sans gravité inutile : comme le titre l’indique, tout l’ouvrage se place sous le signe du côté ensoleillé de l’existence, de cette lumière solaire seule capable de transfigurer le moindre détail pour en faire un instant parfait.

x 14 20,5 247 p. Mon enfant de Berlin T Wiazemsky Anne roman 2009 27/08/09 9782070784097 Gallimard »» Blanche Littérature 17,75 € 17.75 sur commande ?
AA AA

En septembre 1944, Claire, ambulancière à la Croix-Rouge française, se trouve à Béziers avec sa section, alors que dans quelques mois elle suivra les armées alliées dans un Berlin en ruine.

Elle a vingt-sept ans, c’est une très jolie jeune femme avec de grands yeux sombres et de hautes pommettes slaves. Si on lui en fait compliment, elle feint de l’ignorer. Elle souhaite n’exister que par son travail depuis son entrée à la Croix-Rouge, un an et demi auparavant. Son courage moral et physique, son ardeur font l’admiration de ses chefs. Ses compagnes, parfois issues de milieux sociaux différents du sien, ont oublié qu’elle est la fille d’un écrivain célèbre, François Mauriac, et la considèrent comme l’une d’entre elles, rien de plus.

Au volant de son ambulance, quand elle transporte des blessés vers des hôpitaux surchargés, elle se sent vivre pour la première fois de sa jeune vie. Mais à travers la guerre, sans même le savoir, c’est l’amour que Claire cherche. Elle va le trouver à Berlin.

x 25,2 32,3 79 p. La postérité du soleil T Camus Albert et Grindat Henriette 2009 01/12/09 9782070127788 Gallimard »» Blanche Littérature 25,00 € 25.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Albert Camus a travaillé avec René Char sur ce projet de livre sur le Vaucluse, paru après la mort de Camus. C’est le point de rencontre de la pensée des deux auteurs, cette idée que, le soleil disparu, la lumière est encore possible et l’espoir, malgré la vie éteinte. La photographie est la postérité du soleil, la fixation précaire mais salutaire d’un éblouissement.
x 13 20,4 152 p. Journaux de voyage Camus Albert 1978 01/03/78 9782070298532 Gallimard »» Blanche Littérature 20,30 € 20.30 sur commande ?
AA AA
x 12 18,5 192 p. Actuelles . Écrits politiques - Tome 2
Chroniques 1948-1953
Camus Albert 1953 01/10/53 9782070212101 Gallimard »» Blanche Littérature 17,90 € 17.90 sur commande ?
AA AA
x 12 18,5 212 p. Actuelles . Écrits politiques - Tome 3
Chroniques algériennes 1939-1958
Camus Albert 1958 01/06/58 9782070212170 Gallimard »» Blanche Littérature 21,00 € 21.00 sur commande ?
AA AA

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |