Collection Cadre_Rouge
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques revues présentes à Plume(s) :

Ouvrages de la collection Cadre Rouge : 10 articles trouvés


10 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 20,5 160 p. La fille de son père T Berest Anne roman 2010 19/08/10 9782021027839 Seuil Cadre Rouge Littérature 16,20 € 16.20 sur commande ?
AA AA

Trois soeurs que la vie a éloignées se retrouvent chez leur père à l’occasion d’un dîner d’anniversaire.

Dans la maison d’enfance, les souvenirs affleurent. Les gestes deviennent nerveux, les langues fourchent et les rancoeurs s’invitent autour de la table. Au dessert, un secret de famille est révélé. Une bombe à retardement qui va, sourdement, modifier le quotidien de chacune des filles.

Un premier roman acéré, qui sonde les rapports doux-amers de trois jeunes femmes et d’un père.

x 14 20,5 209 p. Une soirée au Caire T Solé Robert roman Égypte 2010 19/08/10 9782021030013 Seuil Cadre Rouge Littérature 17,20 € 17.20 sur commande ?
AA AA

Ce soir-là, au Caire, Dina reçoit.

Une petite société cosmopolite se presse dans l’ancienne maison de son beau-père, Georges bey Batrakani, qui fut le roi du tarbouche. L’Egypte, en pleine effervescence sociale et religieuse, a beaucoup changé depuis les années 1960. La plupart des membres de la famille Batrakani, dispersés aux quatre coins du monde, n’y sont jamais revenus, préférant vivre avec leurs souvenirs. Ce n’est pas le cas de Charles, le narrateur, qui, après une longue période d’amnésie volontaire, séjourne régulièrement au Caire.

" Notre monde a disparu, constate-t-il, et je continue pourtant à guetter les battements de son coeur et ses sourires." Mais pourquoi revient-il en Egypte une deuxième fois cette année, "avec un faux passeport" ? Il est confronté à Dina, qui le subjuguait naguère ; à Negm el-Wardani, le séducteur à la hussarde ; à Josselin, l’égyptologue français en chasse de vestiges et de mécènes ; à Yassa, le chauffeur copte, qui a toujours un mot pour adoucir les malheurs de l’existence...

Au milieu de la soirée, apparaît une jeune femme, Amira, et un voile se déchire. Le présent aurait-il autant de force que le paradis perdu ?

x 13,9 20,5 305 p. Samba pour la France T Coulin Delphine roman immigration 2011 06/01/11 9782021028546 Seuil Cadre Rouge Littérature 19,30 € 19.30 sur commande ?
AA AA

Samba Cissé était pourtant venu de bonne foi à la Préfecture de police de Paris demander le titre de séjour auquel il avait droit, après dix années passées en France.

Mais rien ne s’y est passé comme prévu : Samba a été arrêté, devant des dizaines d’hommes et de femmes de tous pays qui attendaient, comme lui, que l’Etat veuille bien reconnaître leur existence. Il ne sait pas encore que le voyage héroïque qu’il a accompli pour venir du Mali jusqu’en France, puis les dix années à s’y faire une place, vont s’avérer moins difficiles que tout ce qu’il va vivre à partir de ce jour-là.

Devenu clandestin, il va apprendre tout ce qu’il faut savoir pour survivre en France. Son oncle Lamouna, avec qui il partage un appartement en entresol, lui donne quelques tuyaux. Ce petit homme aux manières d’aristocrate, arrivé à Paris dans les années soixante, a connu les « deux France ». Il ne parle jamais de son passé, mais il semble deviner l’avenir de son neveu. Gracieuse, une fille hors du commun, réfugiée congolaise, dont il va tomber amoureux, lui apprend le plaisir d’un shampooing, et celui de marcher la nuit à Paris.

Elle finira par incarner tout ce qu’il est venu chercher ici : le goût de l’autre, la liberté, un ailleurs. Il va aussi rencontrer Wilson, un Colombien, grand salsero et amateur d’oeufs durs en toutes circonstances, Manu, une étudiante en droit aux allures de guerrière, et une narratrice bénévole à la Cimade, qui fume des roulées informes et malodorantes, (dont on taira le nom mais qui aurait pu s’appeler Delphine).

Tous vont l’aider au cours de son odyssée dans la France de 2010.

x 14 20,5 234 p. On ne va pas se quitter comme ça ? T Le Fort Ariane roman amour 2010 14/10/10 9782021025262 Seuil Cadre Rouge Littérature 17,20 € 17.20 sur commande ?
AA AA

Au cours d’un voyage à Dakar, Irène et Gabriella sont tombées amoureuses du même homme, Vincent.

Elles ne se connaissent pas, ont peu de choses en commun. Vincent choisit Gabriella : il est presque impossible de résister à l’attraction qu’elle exerce et à la grâce qui l’anime. Pourtant, cette grâce est assortie d’une inaptitude à vivre qu’elle réussit à cacher à merveille : Gabriella manie le faux-semblant comme personne. Seule Irène perçoit le double fond de cette fille déconcertante, et c’est une singulière amitié qui commence, se frayant un chemin délicat aux côtés de Vincent, qui comprend peu à peu combien son choix se révèle périlleux.

Avec ironie, distance, émotion, Ariane Le Fort décrit les "choses de la vie". Ce qu’un écart de fidélité n’a pas pu détruire, la maladie et la mort ne le déferont pas davantage.

x 14 20,5 157 p. L’ombre des choses à venir T Efoui Kossi roman 2011 03/02/11 9782020990974 Seuil Cadre Rouge Littérature 17,20 € 17.20 sur commande ?
AA AA

Lorsque les dimensions du monde se ramènent à celles d’une cellule.

Lorsque le temps qui reste avant de comprendre se réduit à une nuit, une seule, durant laquelle un tout jeune homme nous souffle à voix basse une enfance sortie des âges archaïques. Et lorsqu’un père trop longtemps attendu, un père revenu du bagne, devenu bien malgré lui un héros, préfère s’enfuir aux confins de la réalité, réservant aux oiseaux, dans la boue des marais, les seuls sons qui s’échappent de sa gorge...

Après Solo d’un revenant, Kossi Efoui poursuit le fil de la plus tragique des histoires : celle d’une guerre interminable où la fausse parole s’allie à la violence des armes. Ici ou ailleurs, cela nous concerne intimement. Un livre éblouissant et visionnaire, sur fond de mélancolie radicale, de dérision absolue, de générosité désespérée.

x 14 20,5 206 p. Solo d’un revenant T Efoui Kossi roman 2008 21/08/08 9782020971935 Seuil cadre rouge Littérature 17,20 € 17.20 sur commande ?
AA AA

Le narrateur revient dans son pays après dix ans de massacres.

Ce faisant, il cherche à comprendre comment son ami Mozaya est mort, et à retrouver un certain Asafo Johnson avec lequel il avait fondé une troupe de théâtre en ses années d’étudiant. La vie renaît, hantée par de vieilles et mortelles litanies, ces phrases-talismans qui se recourbent sur elles-mêmes comme la queue du scorpion.

Prix des cinq continents de la Francophonie 2009.
Prix Ahmadou Kourouma 2009.

x 14 20,5 219 p. En finir avec Eddy Bellegueule T Louis Edouard roman homophobie 2014 02/01/14 9782021117707 Seuil Cadre Rouge Littérature 17,00 € 17.00 sur commande ?
AA AA
"Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d’entendre ma mère dire Qu’est-ce qui fait le débile là ? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J’étais déjà loin, je n’appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j’ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l’odeur de colza, très forte à ce moment de l’année.
Toute la nuit fut consacrée à l’élaboration de ma nouvelle vie loin d’ici". En vérité, l’insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n’a été que seconde. Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût.
Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre.
x 14 20,5 278 p. Pas pleurer T Salvayre Lydie roman 2014 21/08/14 9782021116199 Seuil Cadre rouge Littérature 18,50 € 18.50 sur commande ?
AA AA

Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Georges Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les nationalistes avec la bénédiction de l’Eglise catholique contre les " mauvais pauvres ". Son pamphlet, Les Grands cimetières sous la lune, fera bientôt scandale. Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et " mauvaise pauvre ", qui, soixante-dix ans après les événements, a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours radieux de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours que l’adolescente qu’elle était vécut dans la candeur et l’allégresse dans son village de Haute Catalogne.

Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent, comme enchantées par l’art romanesque de Lydie Salvayre, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, portées par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.

x 13 18 136 p. Frères migrants T Chamoiseau Patrick 2017 26/04/17 9782021365290 Seuil Cadre Rouge Littérature 12,00 € 12.00 sur commande ?
AA AA
La poésie n’est au service de rien, rien n’est à son service. Elle ne donne pas d’ordre et elle n’en reçoit pas. Elle ne résiste pas, elle existe — c’est ainsi qu’elle s’oppose, ou mieux : qu’elle s’appose et signale tout ce qui est contraire à la dignité, à la décence. À tout ce qui est contraire aux beautés relationnelles du vivant. Quand un inacceptable surgissait quelque part, Edouard Glissant m’appelait pour me dire : « On ne peut pas laisser passer cela ! » Il appuyait sur le « on ne peut pas ». C’était pour moi toujours étrange. Nous ne disposions d’aucun pouvoir. Nous n’étions reliés à aucune puissance. Nous n’avions que la ferveur de nos indignations. C’est pourtant sur cette fragilité, pour le moins tremblante, qu’il fondait son droit et son devoir d’intervention. Il se réclamait de cette instance où se tiennent les poètes et les beaux êtres humains. Je ne suis pas poète, mais, face à la situation faite aux migrants sur toutes les rives du monde, j’ai imaginé qu’Edouard Glissant m’avait appelé, comme m’ont appelé quelques amies très vigilantes. Cette déclaration ne saurait agir sur la barbarie des frontières et sur les crimes qui s’y commettent. Elle ne sert qu’à esquisser en nous la voie d’un autre imaginaire du monde. Ce n’est pas grand-chose. C’est juste une lueur destinée aux hygiènes de l’esprit. Peut-être, une de ces lucioles pour la moindre desquelles Pier Paolo Pasolini aurait donné sa vie.
x 14 20,5 285 p. Le fils de l’Inde T Crossman Sylvie roman 2018 03/05/18 9782021397451 Seuil Cadre Rouge Littérature 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

Istanbul, 2010. A la veille de sa mort, une femme livre à sa nièce, la narratrice, quelques paroles énigmatiques sur leur passé familial. Une figure refait surface, celle d’un grand-père, une ombre portée sur fond de colonisation, au début du siècle précédent, dans l’Inde britannique. Mais qui était vraiment Frederick, ce cavalier ayant servi dans les 1st Royal Dragoons sous les ordres de l’officier Michael Biddulph ? C’est le début d’une enquête, la plongée dans toute une époque qui se dévoile sous nos yeux et sous des latitudes différentes, entre la Turquie et l’Angleterre d’aujourd’hui et les Indes d’autrefois...

On pourrait croire à une fiction classique, sauf que la narratrice s’appelle Sarah Crossman, sa tante Jaklin Crossman, et l’auteure Sylvie Crossman. Alors le roman se révèle autre : la conquête, par des femmes, d’une généalogie imaginaire dans laquelle Frederick, ce "fils de l’Inde", joue le rôle d’un intercesseur décisif.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |