Collection Libertes_enfantines
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.

Ouvrages de la collection Libertés enfantines : 1 article trouvé


1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 15 21 64 p. Contes et légendes T Michel Louise conte, jeunesse 2015 27/08/15 9791093784069 Noir et Rouge Libertés enfantines Jeunesse -contes 10,00 € 10.00 actuellement indisponible
AA AA

Lorsque paraissent ses Contes et légendes en 1884, Louise Michel est déjà une militante fort connue. Institutrice dès 1851, elle a créé plusieurs écoles dans les années 1850 et 1860, avant de prendre une part active à la Commune de Paris. Arrêtée en mai 1871, elle est déportée en Nouvelle-Calédonie en 1873. De retour en France en 1880, elle fait paraître ses Contes et légendes, qui renouent avec sa volonté d’écrire pour les enfants comme elle l’avait déjà fait en 1872, avec Le Livre du jour de l’an.

Ses Contes et légendes s’attachent à comprendre la société passée non pas à partir des grandes figures mais des humbles, des oubliés de l’histoire. Plusieurs de ces contes renversent les hiérarchies sociales et se moquent de la cupidité des riches propriétaires. La nouvelle « La famille Pouffard » reste le portrait modèle d’une aristocratie ridicule jusqu’à la folie. Au contraire, la vieille Chéchette, Marthe ou le père Rémy deviennent non des modèles mais des exemples de l’injustice et de la nécessité de changer la société. Aucune morale n’est donnée dans ces Contes et légendes, à part celle de la fin de « La vieille Chéchette », véritable hymne à l’altruisme et à la générosité : « Ne vous moquez jamais des fous ni des vieillards. »

Dans ces récits, à la fois pédagogiques et politiques, la « bonne Louise » dessine une autre conception de l’enseignement de l’histoire, différente de celle que promeut l’historien Ernest Lavisse, faite de grandes figures, de héros, de faits magnifiés au service d’un pouvoir étatique. Au rebours de cette vision officielle, Louise Michel, par petites touches, brosse une autre conception de l’histoire, l’histoire des humbles, l’histoire du peuple et non celle d’une élite aristocratique ou bourgeoise.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |