Collection Contre-feux
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

Ouvrages de la collection Contre-feux : 6 articles trouvés


6 articles
(2 absents) tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 12 21 254 p. Une violence éminemment contemporaine
Essais sur la ville, la petite bourgeoisie intellectuelle et l’effacement des classes populaires
T
Garnier Jean-Pierre essai urbanisme 2010 03/03/10 9782748901047 Agone Contre-feux Politique et société 18,30 € 18.30 sur commande ?
AA AA

Synthèse de quarante ans d’observation ; réalités urbaines et d’analyse critique discours dont elles font l’objet, ce recueil entre comment la gestion politique des villes nourrit les appétits économiques de bourgeoisie désormais "mondialisée " les aspirations culturelles des néo-petits bourgeois.

D’un côté, des espaces " requalifiés" réservés aux gens de qualité, de l’autre des couches populaires reléguées la périphérie. " Violences urbaines "," crise du logement relégation " et " gentrification s sont autant de symptômes dont le "traitement ", de plus en plus sécuritaire, est voué à échec. Du moins tant qu’on se refusera à reconnaître la nature du conflit fondamental qui oppose les citadins ordinaires à ceux pour qui l’espace urbain est une ; source de profit, sinon de valorisation de leur capital culturel par la colonisation les quartiers populaires bien situés.

Et tant qu’on voudra donner l’illusion qu’on peut réconcilier par magie les contraires au moyen d’arguties et d’innovations langagières, violence symbolique ne faisant que redoubler celle, bien réelle, qui s’exerce sur les dépossédés du droit à la ville, plus nombreux que jamais.

x 12 21 163 p. Misère de l’espace moderne
La production de Le Corbusier et ses conséquences
T
Barancy Olivier essai, pamphlet architecture 2017 25/01/17 9782748903041 Agone Contre-feux Politique et société 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA

Il est enfin ouvertement admis que Le Corbusier était un fasciste bon teint. On tolère ses mensonges et sa mégalomanie. On sourit en le voyant mépriser ses (riches) clients. Un observateur impartial découvrira vite qu’il n’a rien inventé, gommant les auteurs dont il s’est attribué les idées. La seule réelle compétence de Le Corbusier fut la promotion de son image publique au détriment de la qualité de son oeuvre construite – catastrophique.

Mais de tout cela on ne tire aucune conséquence, la plupart des critiques refusant de voir le monde cauchemardesque qu’il voulait édifier. Ce qui n’aurait aucune importance si Le Corbusier n’était devenu le modèle pour les architectes de l’après-guerre qui ont couvert la France de barres et tours en béton. Et si, aujourd’hui, ses théories ne faisaient les affaires des bureaucrates de Chine et de Russie.

Fondé sur l’analyse de la production (bâtie ou théorique) de Le Corbusier, ce livre montre l’imposture du créateur, le caractère totalitaire de ses projets et la misère spatiale qu’il a engendrée, de son vivant jusqu’à aujourd’hui.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |