Collection La_Decouverte/Poche
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.

Ouvrages de la collection La Découverte/Poche : 38 articles trouvés


38 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 12,5 19 150 p. Le cantique des quantiques
Le monde existe-t-il ?
T
Ortoli Sven et Pharabod Jean-Pierre essai philosophie, sciences 2007 08/11/07 9782707153487 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -philosophie 7,50 € 7.50 sur commande ?
AA AA

Élaborée depuis le début du XXe siècle, grâce au travail de quelques physiciens de génie, la mécanique quantique a des implications philosophiques d’une importance sans précédent dans l’histoire de l’humanité, qui nous obligent à considérer sous un jour nouveau les interrogations métaphysiques les plus traditionnelles.

Pour comprendre ces enjeux, les auteurs de ce livre - devenu un classique depuis sa parution en 1984 - brossent l’histoire de l’élaboration de la théorie quantique et en exposent les principes fondamentaux. Ils le font en termes simples et sans recours aux mathématiques, grâce à des images insolites et des explications à la portée de tous. Et dans une postface inédite de 2007, ils expliquent les développements récents de la mécanique quantique, et en particulier la très étrange inversion de l’ordre du temps qu’impliquent les expériences " à choix retardé ".

x 12,5 19 500 p. Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine T Mearsheimer John J. et Walt Stephen M. essai Israël, Etats-Unis 2009 22/01/09 9782707157010 la Découverte La Découverte/Poche International -Moyen Orient 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Depuis plusieurs décennies, la pièce maîtresse de la politique moyen-orientale des Etats-Unis a été le soutien à Israël : ils prennent son parti dans les négociations de paix et, chaque année, Israël continue de recevoir trois milliards de dollars d’aide américaine.

Pourquoi ce soutien aussi considérable et aussi constant ? Telle est la question à laquelle entendent répondre John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, deux universitaires américains réputés. Dans ce livre extrêmement documenté, ils démontrent que ce soutien ne peut s’expliquer par des intérêts stratégiques communs ni par des impératifs moraux. Et qu’il est surtout dû à l’influence d’un lobby qui travaille activement à l’orientation de la politique étrangère américaine dans un sens pro-israélien, qui exerce des pressions efficaces sur le Congrès, les présidents et leur administration et qui jouit d’une influence considérable sur l’université et les médias.

Ce lobby a ainsi joué un rôle clé dans la politique américaine au Moyen-Orient sous l’administration Bush au nom de la " lutte contre le terrorisme ". John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt montrent que cette politique n’était ni dans l’intérêt national des Etats-Unis ni dans celui d’Israël sur le long terme. Ils ouvrent un débat nécessaire pour l’avenir de la paix dans cette région du monde.

x 12,5 19 184 p. Du bon usage de la piraterie
Culture libre, sciences ouvertes
T
Latrive Florent essai propriété intellectuelle 2007 29/03/07 9782707151353 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 7,70 € 7.70 épuisé
AA AA

" C’est un mouvement sorti de nulle part qui vise à modifier l’esprit du public.

Et ce mouvement soutient que la culture et la connaissance peuvent être appropriées et qu’en conséquence elles doivent être protégées de la même façon que nous protégeons n’importe quelle propriété. Ces dernières années, cette vision erronée était inoffensive. Avec l’émergence des nouvelles technologies, il est devenu indispensable de la combattre. Car ces technologies, si elles permettent un bouillonnement créatif, peuvent être utilisées pour contrôler la culture et la connaissance d’une façon qu’aucune société libre n’a jamais tolérée " (préface de Lawrence Lessig).

Dans cet essai très documenté, Florent Latrive met au jour les enjeux de la bataille en cours autour de la propriété intellectuelle. Qu’il s’agisse de musiques ou d’images en ligne, de circulation des savoirs ou de brevets sur les médicaments, il plaide pour une ouverture raisonnée et contre le tout juridique. Au lieu de criminaliser tous les "pirates" sans distinction, établissons un régime équilibré de l’immatériel.

Où créateurs et public ne seront plus soumis aux diktats des intermédiaires et producteurs.

x 19 12,5 154 p. Nauru, l’île dévastée
Comment la civilisation capitaliste a détruit le pays le plus riche du monde
T
Folliet Luc essai environnement 2010 04/05/10 9782707164315 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 8,00 € 8.00 sur commande ?
AA AA
Connaissez-vous Nauru ? Cette île du Pacifique est la plus petite République du monde, apparemment semblable à des dizaines d’autres. Elle fut même, dans les années 1970-1980, l’un des pays le plus riches du monde. Aujourd’hui, Nauru est un État en ruine, une île littéralement dévastée. C’est le récit de cet incroyable effondrement qu’a entrepris Luc Folliet. Car tout commence à Nauru avec le phosphate, ce « cadeau de Dieu », dont l’exploitation démarre au début du XXe siècle. Lorsque les Nauruans conquièrent leur indépendance, en 1968, des centaines de millions de dollars tombent dans le portefeuille du nouvel État et de ses habitants, qui adoptent un mode de vie occidental et dépensent sans compter. Au début des années 1990, le phosphate s’épuise. Alors, l’île se vend à qui bon lui semble. Des centaines de banques off-shore choisissent de s’installer dans ce nouveau paradis fiscal. Mais rien n’y fait, Nauru devient l’un des États les plus pauvres au monde et loue sa terre à l’Australie voisine qui peut y « exporter » ses camps d’internement de réfugiés. On envisage même alors l’abandon de l’île et l’exil de ses habitants... Désastre écologique, faillite économique, hyperconsumérisme, maladies chroniques : l’histoire de Nauru raconte aussi notre histoire. Elle montre comment le rêve de prospérité peut, en quelques années, virer au cauchemar.
x 12,5 18,9 226 p. Comment pensent les institutions T Douglas Mary essai société 2004 22/04/04 9782707142429 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 11,00 € 11.00 sur commande ?
AA AA

Les institutions pensent-elles ? Et si oui, comment font-elles ? Ont-elles un esprit en propre ? Dans ce livre, Mary Douglas prend à bras-le-corps toutes ces questions pour jeter les bases d’une théorie des institutions.

On explique d’ordinaire le raisonnement humain par les propriétés de la pensée individuelle. Mary Douglas se focalise, elle, sur la culture et nous entraîne dans un parcours provocateur et passionné, placé sous le double patronage de la sociologie d’Emile Durkheim et de la philosophie des sciences de Ludwik Fleck. D’où il ressort que nous aurions tort de croire que seule la pensée des peuples primitifs serait modelée par les institutions, tandis que notre modernité verrait advenir une pensée véritablement individuelle.

Les questions essentielles, les décisions de vie ou de mort, par exemple, ne peuvent jamais être résolues à un niveau purement individuel. Avec le présent livre, qu’elle considère comme une " introduction après coup " à son célèbre De la souillure, Mary Douglas se place directement au coeur du débat épistémologique central des sciences sociales, grâce à une critique croisée de l’individualisme méthodologique et du holisme.

Cet ouvrage est suivi de l’introduction à la traduction anglaise du fameux Essai sur le don de Marcel Mauss et d’un texte sur l’identité du moi, qui ont déjà fait du bruit en France et à l’étranger.

x 12,5 19 206 p. Les lieux
Histoire des commodités
T
Guerrand Roger-Henri doc histoire 2009 04/06/09 9782707157881 la Découverte La Découverte/Poche Pratique -habitat sain 10,50 € 10.50 présent à Plume(s)
AA AA

Les vécés n’ont pas toujours été fermés de l’intérieur, la preuve en est cette histoire des lieux d’aisances, du Moyen Âge à nos jours.

Avant de devenir objet d’interdits imposés par l’hypocrite morale bourgeoise du XIXe siècle, les " besoins naturels " pouvaient se satisfaire sans honte ni fausse pudeur. L’étron fut une matière poétique, pour ne rien dire de la jubilation provoquée par le libre échappement des " zéphyrs ". Rabelais, continuateur des trouvères du Moyen Âge, ne fut pas le seul écrivain à se rouler dans la " chose : le siècle des Lumières a connu un âge d’or de la littérature scatologique.

Avec l’avènement des bourgeois conquérants, il faut se retenir en permanence : le corps doit être contrôlé et enserré dans des règles rationnelles ". Hygiénistes, urbanistes et architectes s’occupent sérieusement des i commodités la répression corporelle et par conséquent sexuelle s’en trouve renforcée.

x 12,5 19 228 p. La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance T Ariès Paul essai décroissance 2011 25/08/11 9782707169747 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -décroissance 11,00 € 11.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Longtemps les gauches se sont crues en pays de cocagne : il fallait toujours faire croître le gâteau (PIB) avant de pouvoir le répartir plus équitablement.

II est maintenant évident qu’il n’est pas possible d’avoir une croissance infinie dans un monde fini. L’enjeu est donc d’apprendre à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins. La crise est l’occasion de démentir tous ceux qui rêvaient d’une société d’abondance. Apprenons à devenir des " partageux " ! Paul Ariès pulvérise avec brio les Idéologies du progrès et de la croissance qui continuent à coloniser notre imaginaire.

A partir d’une (re)lecture systématique de tous les courants des gauches (socialiste utopique, libertaire, chrétien, marxiste officiel et hétérodoxe), il revient sur le combat qui oppose depuis deux siècles gauches productiviste et antiproductiviste. L’effondrement environnemental peut être une chance pour inventer une gauche antiproductiviste et optimiste. Il montre également comment l’histoire sociale a été truquée : les milieux populaires ont toujours été antiproductivistes.

L’enjeu est de réinventer l’avenir autour de l’idée de gratuité. Pourquoi payer son eau le même prix pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer son énergie le même prix pour une consommation normale et un gaspillage ?

x 12,6 19,2 245 p. L’intérêt souverain
Essai d’anthropologie économique spinoziste
T
Lordon Frédéric essai finance 2011 01/06/11 9782707169167 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 11,00 € 11.00 actuellement indisponible
AA AA

La science économique utilitariste domine largement le champ des sciences sociales.

À ses yeux, tout n’est que comportements intéressés et calculateurs. Si une bonne partie de la sociologie s’est rendue avec armes et bagages au paradigme de la théorie du choix rationnel, tous ses courants n’ont pas cédé. Ainsi, par exemple, le Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales (MAUSS), pour qui les faits de donation et de solidarité échappent à l’empire théorique de l’économicisme. Pour salutaire qu’elle soit, la réaction anti-utilitariste verse néanmoins plus souvent qu’à son tour dans l’exaltation naïve du désintéressement.

Est-il possible de sortir de cette antinomie finalement improductive opposant un utilitarisme étriqué et les apologies enchantées du geste donateur ? C’est à cette question qu’entend répondre ce travail, à partir d’un concept élargi d’intérêt emprunté à Spinoza : le conatus. Mouvement par lequel o chaque chose s’efforce de persévérer dans son être le conatus est l’expression de ce qu’une existence est fondamentalement intéressée à elle-même, et qu’il n’est pas une de ses actions qui ne soit la manifestation de cet intérêt à soi C’est alors toute une anthropologie économique et sociale qui se réordonne dans la perspective ouverte par Frédéric Lordon.

De la prise violente à l’achat économique, en passant par l’échange symbolique et tous les registres du don - cérémoniel, sociable et charitable -, il n’y a rien d’autre que les expressions de l’intérêtconatus souverain, et ses métamorphoses.

x 12,5 19 413 p. Ni Dieu ni maître
Anthologie de l’anarchisme, tome 1
T
Guérin Daniel anthologie anarchisme 1999 12/06/99 9782707130341 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 13,20 € 13.20 remplacé >>(2012)
AA AA

Devenu un classique depuis sa première édition dans la " Petite collection Maspero " en 1970, ce livre propose un choix raisonné de textes politiques et théoriques des grands noms de l’anarchisme.

En les replaçant en perspective, Daniel Guérin a retracé l’aventure d’un mouvement politique et intellectuel dont la force de contestation n’a jamais faibli depuis sa naissance au XIXe siècle. Il offre un panorama complet, sur deux siècles, de la pensée anarchiste, en restitue la richesse, fait revivre les controverses qui l’animent. Daniel Guérin entend ainsi combattre le discrédit dont fut victime l’anarchisme, souvent réduit par ses détracteurs à une idéologie individualiste " réfractaire à toute forme d’organisation ". Le premier volume de cette anthologie présente le travail théorique des anarchistes du XIXe siècle à travers des textes de Stirner, Proudhon, Bakounine, Guillaume et Kropotkine.

Le second volume, plus historique, dresse le portrait des grandes figures du mouvement à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle : Malatesta, Henry, Pelloutier, Voline, Makhno, Durruti. Il met en lumière le rôle intellectuel et politique des anarchistes pendant la révolution russe et la guerre d’Espagne.

x 12,5 19 774 p. Ni Dieu ni Maître
Anthologie de l’anarchisme
T
Guérin Daniel anthologie anarchisme 2012 05/01/12 9782707166906 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 18,90 € 18.90 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Nouvelle édition 2012

Devenu un classique depuis sa première édition dans la « Petite collection Maspero » en 1970, ce livre propose un choix raisonné de textes politiques et théoriques des grands noms de l’anarchisme.

En les replaçant en perspective, Daniel Guérin a retracé l’aventure d’un mouvement politique et intellectuel dont la force de contestation n’a jamais faibli depuis sa naissance au XIXe siècle. Il offre un panorama complet, sur deux siècles, de la pensée anarchiste, en restitue la richesse, fait revivre les controverses qui l’animent. Daniel Guérin entend ainsi combattre le discrédit dont fut victime l’anarchisme, souvent réduit par ses détracteurs à une idéologie individualiste « réfractaire à toute forme d’organisation ».

La première partie de cette anthologie présente le travail théorique des anarchistes du XIXe siècle à travers des textes de Stirner, Proudhon, Bakounine, Guillaume et Kropotkine. La seconde, plus historique, dresse le portrait des grandes figures du mouvement à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle : Malatesta, Henry, Pelloutier, Voline, Makhno, Durruti. Elle met en lumière le rôle intellectuel et politique des anarchistes pendant la révolution russe et la guerre d’Espagne.

x 12,5 19 460 p. La fin du travail T Rifkin Jeremy essai travail 2006 12/01/06 9782707147837 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 15,00 € 15 sur commande ?
AA AA

Dans ce livre remarquablement informé, devenu un best-seller aux Etats-Unis, Jeremy Rifkin présente d’abord un constat : nous sommes entrés dans une nouvelle phase de l’histoire qui se caractérise par le déclin inexorable de l’emploi.

Le monde, explique l’auteur, est en train de se polariser dangereusement : d’un côté, une élite de gestionnaires, de chercheurs et de manipulateurs d’information surqualifiés ; de l’autre, une majorité de travailleurs précaires. Il est selon lui urgent de nous préparer à une économie qui supprime l’emploi de masse dans la production et la distribution et d’agir dans deux directions : la réduction du temps de travail et le développement du " troisième secteur ".

x 12,5 19 172 p. Les crimes de l’armée française
Algérie 1954-1962
T
Vidal-Naquet Pierre doc Algérie, guerre d Algérie 2007 02/04/07 9782707151476 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -histoire 10,50 € 10.50 actuellement indisponible
AA AA

« Ce petit livre est destiné à rappeler les crimes de l’armée française.
Je dis bien de l’armée française, non de quelques officiers. Même si la majorité de l’armée a occupé le terrain plus qu’elle n’a torturé ou massacré [...], elle n’a jamais désavoué ceux qui égorgeaient, coupaient les têtes, mutilaient les femmes, les hommes et les enfants d’"en face". »

Cet ouvrage est un document contre l’oubli. À l’heure où la question de la torture pratiquée par les militaires français pendant la guerre d’Algérie revient sur le devant de la scène politique, la réédition de cet ouvrage, publié pour la première fois en 1975, offre une nouvelle occasion de regarder la vérité en face et de reprendre un travail jusqu’à présent inachevé : celui de la mémoire.

Document exceptionnel, Les crimes de l’armée française rassemble en effet des textes émanant des autorités militaires, politiques et administratives françaises et des témoignages d’officiers et de soldats. Ils apportent la preuve de ces crimes dont l’armée française s’est rendue coupable en Algérie, mais aussi en Indochine, et dont les responsables ont tous été amnistiés sans avoir même jamais été sérieusement inquiétés.

x 12,5 19 376 p. La gangrène et l’oubli
La mémoire de la guerre d’Algérie
T
Stora Benjamin essai Algérie, guerre d Algérie 2005 01/03/05 9782707146267 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -histoire 13,50 € 13.50 actuellement indisponible
AA AA

De 1954 à 1962, quelque deux millions de Français ont fait la guerre aux Algériens.

Plusieurs décennies après, cette " guerre sans nom " n’est toujours pas reconnue dans toutes ses dimensions par l’histoire nationale. Et le refoulement de sa mémoire continue à ronger comme une gangrène les fondements mêmes de la société française. De l’autre côté de la Méditerranée, un refoulement symétrique mine la société algérienne : la négation par l’histoire officielle de pans entiers de la guerre de libération n’est pas pour rien dans la guerre civile qui déchire le pays depuis 1992.

Pour comprendre les causes de cette double occultation, Benjamin Stora tente dans cet essai d’éclairer les mécanismes de fabrication de l’oubli, en France comme en Algérie. Il démontre comment ceux-ci se sont mis en place dès la guerre elle-même : du côté français, c’est la négation de l’existence de la guerre, le refus obstiné de reconnaître la réalité de la torture et des exécutions sommaires ; du côté algérien, c’est la violence de la guerre civile secrète qui opposa le FLN et le MNA, ou le massacre en masse des harkis à l’été 1962, perpétré par les ralliés de la vingt-cinquième heure.

L’auteur montre également comment les mensonges de la période 1954-1962 seront à leur tour, dans les décennies suivantes, enfouis dans les mémoires par les amnisties ou les non-dits d’une histoire éclatée, telle qu’elle ressort des livres ou des films consacrés à la guerre.

« Benjamin Stora entreprend avec succès d’expliquer les raisons de ce non-dit collectif, son livre inaugure un autre regard sur une page d’histoire surchargée et mal lisible. »
Laurent Theis, Le Nouvel Observateur.

x 19,1 12,7 286 p. Le vaisseau des morts T Traven B. roman 2010 04/02/10 9782707159540 la Découverte La Découverte/Poche Littérature -poches 13,00 € 13 épuisé
AA AA

Le bateau de Gerard Gale a quitté le port d’Anvers sans lui.
Commence alors pour ce marin américain une odyssée à travers l’Europe des années 1920. Sans papiers, sans argent, il n’est plus rien, n’existe plus, chaque pays tente de se débarrasser de lui en lui faisant passer en douce la frontière la plus proche. Il s’embarque finalement sur la Yorikke, un vaisseau fantôme, un " vaisseau des morts ", cercueil flottant voué au naufrage pour que l’armateur puisse toucher la prime d’assurance, et toujours assez bon, tant qu’il tient l’eau, pour se livrer à tous les trafics.
Il y connaîtra l’enfer.

Premier roman de B. Traven, publié en Allemagne en 1926, Le Vaisseau des morts dénonce capitalisme et inégalités sociales sans fausse candeur. Si le burlesque l’emporte dans les premières pages, le réalisme s’impose bientôt pour décrire les conditions d’existence de ceux qui, dépouillés de tous leurs droits, morts vivants, acceptent les indignités les plus scandaleuses, sans pourtant cesser d’espérer.

x 12,5 19 248 p. La décroissance
Dix questions pour comprendre et débattre
T
Flipo Fabrice, Bayon Denis et Schneider François essai décroissance 2012 15/03/12 9782707173133 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -décroissance 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

La décroissance désigne une mouvance intellectuelle et militante qui estime que la crise climatique et les impasses du modèle capitaliste ne pourront être surmontées qu’au prix de l’abandon du modèle de développement productiviste et de ses fondements : le culte fétichiste de la croissance et la croyance aveugle dans les bienfaits des progrès technoscientifiques.

"Doux rêve", "dangereuse utopie", "un projet réactionnaire", on a tout entendu à propos de la décroissance, qui suscite souvent une condescendance amusée ou une méfiance instinctive de la part du monde politique traditionnel ou du inonde intellectuel.

C’est ce qui rend si précieux ce livre sans équivalent, qui brise les malentendus et préjugés les plus répandus sur la décroissance, et s’efforce de faire naître un débat sérieux et argumenté à son propos.

  1. Que signifie « décroissance » ?
  2. La décroissance, une idée neuve ?
  3. Pourquoi pas le « développement durable » ?
  4. La décroissance, est-ce la fin du progrès scientifique et technique ?
  5. La décroissance est-elle malthusienne ?
  6. La décroissance, privation ou joie de vivre ?
  7. La décroissance, c’est la récession et le chômage ?
  8. La décroissance concerne-t-elle les pays du Sud ?
  9. La décroissance n’implique t-elle pas une vision dirigiste et autoritaire de la politique ?
  10. Que signifierait concrètement une politique de décroissance ?
x 12,5 19 356 p. L’esprit du don T Godbout Jacques-T essai philosophie, don 2007 30/04/07 9782707152220 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -philosophie 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Pourquoi donne-t-on ? Et d’abord donne-t-on encore ?
Oui, répondent les auteurs de ce livre. Et infiniment plus que veulent nous le faire croire les idéologies modernes, pour lesquelles les rapports entre les gens ne sont plus régis que par l’intérêt égoïste ou la contrainte publique, par le marché ou par l’État. Le don s’observe au contraire partout : dans la famille, dans les organisations et les entreprises, dans le marché de l’art, etc.*
Mais qu’y a-t-il de commun entre le père Noël, les Alcooliques anonymes, les dons de sang et d’organes, les cadeaux de tous types et les services rendus, le don de l’artiste et même le don rituel des sociétés archaïques ?
C’est la question à laquelle ce livre tente de répondre en montrant que toute la société vit du don, et que nous aurons toujours besoin de faire circuler les choses autrement, de faire « passer » les choses par le don.

Traduit en cinq langues, devenu un classique de l’anthropologie moderne depuis sa première parution en 1992, ce livre parle un langage clair et évite le jargon des spécialistes. Nourri d’enquêtes de terrain originales et d’une analyse critique approfondie de la littérature existante, il passionnera aussi bien le grand public qui souhaite mieux connaître les mystères du don que les chercheurs en sciences sociales qui y découvriront de stimulantes perspectives.

x 12,5 19 292 p. Petite histoire de l’expérimentation démocratique
Tirage au sort et politique d’Athènes à nos jours
T
Sintomer Yves essai politique, démocratie 2011 24/11/11 9782707170149 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société 12,90 € 12.90 présent à Plume(s)
AA AA

Alors que l’idéal démocratique progresse dans le monde, les "vieilles démocraties" sont en crise. Les partis semblent de plus en plus incapables de fédérer les énergies civiques. Des expériences qui réintroduisent le tirage au sort en politique se multiplient à l’échelle internationale. Les critiques déplorent une dérive "populiste" : leurs réactions ne témoignent-elles pas plutôt d’une certaine crainte des masses.

Le tirage au sort a une longue histoire politique. Il constitue l’une des dimensions, trop souvent oubliée, du gouvernement du peuple. Inventé avec la démocratie à Athènes, longtemps consubstantiel à la tradition républicaine, pourquoi a-t-il été réservé aux jurys d’assises après les révolutions française et américaine ? Pourquoi fait-il son retour aujourd’hui, et quelle peut être sa légitimité dans le monde contemporain ? À quelles conditions peut-il contribuer à rénover la démocratie, à la rendre plus participative et plus délibérative ? Les minipublics tirés au sort peuvent-ils s’articuler aux mouvements sociaux ? Une comparaison historique fait-elle sens ?

Yves Sintomer montre dans ce livre incisif que des logiques politiques nouvelles sont en train d’émerger. Face à un statu quo intenable, plus que jamais, il devient urgent d’expérimenter.

x 12,5 19 275 p. Chantier interdit au public
Enquête parmi les travailleurs du bâtiment
T
Jounin Nicolas enquête travail 2009 17/09/09 9782707158420 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 11,00 € 11.00 présent à Plume(s)
AA AA
Le secteur de la construction a souvent défrayé la chronique économique ou judiciaire, mais le quotidien du travail des chantiers demeure obscur. C’est ce quotidien qu’explore ce livre. L’auteur, qui s’est immergé durant une année dans le monde du béton armé parisien, en tant qu’ouvrier, retrace ici l’itinéraire de son enquête. Au fil des expériences et des rencontres, il expose les conditions d’emploi et de travail liées au recours croissant à la sous-traitance et à l’intérim : division des collectifs ouvriers, infériorisation et culpabilisation des sous-traitants et des intérimaires, pratiques illégales d’employeurs, contradictions pesant sur la sécurité au travail, recours massif à une main-d’oeuvre étrangère fragilisée et parfois sans papiers, racisme et discriminations... L’enquête ébranle au passage certaines idées reçues et témoigne également des résistances des travailleurs concernés. S’ils s’affrontent rarement à leurs employeurs, ils entretiennent en revanche une révolte souterraine qui peut menacer à l’occasion les constructions et contraindre les employeurs à mettre en oeuvre des aménagements. L’implication physique de l’auteur dans son enquête permet une restitution fine des situations rencontrées et offre une immersion impressionnante dans cet univers méconnu du bâtiment.
x 12,5 19 285 p. La nouvelle école capitaliste T Laval Christian, Dreux Guy, Vergne Francis et Clément Pierre essai école 2012 06/09/12 9782707174383 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -école 13,00 € 13.00 actuellement indisponible
AA AA

Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école, suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de leur condition, ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école. Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970 : elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme.

"L’employahilité" est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des "compétences" ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.

Dans ce petit livre de combat, les auteurs cherchent à renouveler la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.

x 14 19 420 p. Notre usine est un roman T Rossignol Sylvain essai travail 2009 07/05/09 9782707157829 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 12,20 € 12.20 actuellement indisponible
AA AA

Ce livre est une première : jamais l’histoire d’une grande entreprise n’avait encore été écrite de cette façon, du point de vue de ses salariés. Après une longue lutte menée contre la fermeture d’un site de recherche pharmaceutique à Romainville, en région parisienne, des salariés de Sanofi-Aventis ont voulu raconter leur histoire collective du milieu des années 1960 à nos jours. Ils se sont regroupés en association et ont confié leurs témoignages à un écrivain qui a conçu ce livre comme un roman. Les trajectoires des personnages ? ouvriers, cadres, techniciens, chercheurs ? en forment la trame, à la fois chronique d’un site industriel et roman choral, récit intimiste et épopée contemporaine.

Leur parcours dessine un demi-siècle d’histoire : celle des conditions de travail héritées du « paternalisme » industriel, de l’occupation de l’usine en Mai 68, de l’élection de François Mitterrand, de la vie syndicale au quotidien, du féminisme, des conséquences de la mondialisation, des fractures au sein du mouvement ouvrier... C’est le portrait d’une génération avec ses joies, ses espoirs et aussi ses désillusions qui est racontée ici de manière vivante et imagée.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |