Collection Cahiers_libres
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.

Ouvrages de la collection Cahiers Libres : 91 articles trouvés


91 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 13,5 22 252 p. Du poisson dans les fraises T Apoteker Arnaud essai ogm 1999 31/03/99 9782707130310 la Découverte Cahiers libres Politique et société -écologie 18,29 € 18.29 9,10 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Après la maladie de la vache folle, l’utilisation dans les élevages des hormones de croissance et des antibiotiques, les plantes génétiquement manipulées inquiètent légitimement les consommateurs. Car le génie génétique est une révolution qui gagne silencieusement nos assiettes. Il fait moins peur que le développement du nucléaire et il est peu probable qu’il déclenche une catastrophe aussi brutale que Tchernobyl. Mais les biologistes moléculaires qui créent de nouveaux organismes vivants - comme des fraises comportant des gènes de poisson pour résister au gel - et les firmes agrochimiques et agro-alimentaires qui les lâchent dans la nature, risquent de créer une pollution d’un type nouveau : une pollution génétique, dont la caractéristique principale est la totale irréversibilité. Dans ce livre passionnant, nourri d’enquêtes sur le terrain et d’une excellente connaissance du dossier, l’auteur brosse un tableau complet des développements les plus récents en matière d’aliments transgéniques, et de leurs risques pour la santé. Il montre en quoi l’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) risque de bouleverser de plus en plus notre alimentation et notre environnement dans les années qui viennent. Et il explique enfin comment une mobilisation citoyenne peut permettre de résister à la pression des intérêts économiques, en imposant des réglementations indispensables, avant qu’il ne soit trop tard.
x 13,5 22 311 p. Histoire de la nouvelle gauche paysanne
des contestations des années 1960 à la Confédération paysanne
T
Martin Jean-Philippe histoire syndicalisme 2005 31/10/05 9782707146311 la Découverte Cahiers libres Politique et société -agriculture 25,00 € 25.00 présent à Plume(s)
AA AA

À compter de l’affaire du McDonald’s de Millau et de la manifestation de Seattle en 1999, la Confédération paysanne et José Bové sont devenus des acteurs centraux du mouvement altermondialiste français.

L’originalité de la Confédération, constituée en 1987 par regroupement de mouvements ayant jusqu’alors suivi des stratégies et des chemins différents, réside dans sa volonté de lier (non sans débats ni tensions) défense professionnelle et débats de société, contestation et propositions, sur fond d’opposition au libéralisme. Par ailleurs, avec sa promotion d’une " agriculture paysanne ", transparaissent la critique du modèle de développement et la question du projet de société. Pour retracer l’émergence des courants qui lui ont donné naissance, l’auteur revient ici sur un demi-siècle de syndicalisme agricole, ainsi que sur les luttes sociales et les expériences politiques qui ont marqué la France depuis les années 1960. Une place particulière est faite aux militants qui ont participé, dans leur diversité, aux combats de cette nouvelle gauche paysanne, ainsi qu’à l’évolution de leurs positions et de leurs modes d’action.

Il en ressort que ce courant a su en maintes occasions incarner la modernité et imposer des débats de société. Cette histoire restait à écrire. Il existait bien des ouvrages ou documents militants, des travaux de journalistes et quelques articles universitaires, mais aucun livre sur l’histoire globale de cette sensibilité à l’échelle nationale. Cette absence a parfois été source de confusion, certains épisodes pouvant être glorifiés tandis que d’autres restaient occultés.

Résultat de plusieurs années de recherches menées en toute indépendance, avec esprit critique et sans parti pris, ce livre propose donc une première synthèse.

x 15,5 24 372 p. Le monde selon Monsanto T Robin Marie-Monique doc ogm, société, pesticides 2008 29/02/08 9782707149183 la Découverte Cahiers libres Politique et société -écologie 20,30 € 20.30 présent à Plume(s)
AA AA

Implantée dans quarante-six pays, Monsanto est devenue le leader mondial des OGM, mais aussi l’une des entreprises les plus controversées de l’histoire industrielle avec la production de PCB (pyralène), d’herbicides dévastateurs (comme l’agent orange pendant la guerre du Viêt-nam) ou d’hormones de croissance bovine et laitière (interdites en Europe). Depuis sa création en 1901, la firme a accumulé les procès en raison de la toxicité de ses produits, mais se présente aujourd’hui comme une entreprise des « sciences de la vie », convertie aux vertus du développement durable. Grâce à la commercialisation de semences transgéniques, elle prétend vouloir faire reculer les limites des écosystèmes pour le bien de l’humanité. Qu’en est-il exactement ? Quels sont les objectifs de cette entreprise, qui, après avoir longtemps négligé les impacts écologiques et humains de ses activités, s’intéresse tout à coup au problème de la faim dans le monde au point de se donner des allures d’organisation humanitaire ?

Fruit d’une enquête exceptionnelle de trois ans qui a conduit Marie-Monique Robin sur trois continents (Amérique du Nord et du Sud, Europe et Asie), ce livre retrace l’histoire fort mal connue de la compagnie de Saint-Louis (Missouri). S’appuyant sur des documents inédits, des témoignages de victimes, de scientifiques ou d’hommes politiques, le livre reconstitue la genèse d’un empire industriel, qui, à grand renfort de rapports mensongers, de collusion avec l’administration nord-américaine, de pressions et tentatives de corruption, est devenu le premier semencier du monde. Et il révèle notamment le rôle joué par Monsanto dans le formidable tour de passe-passe qui a permis l’extension planétaire des cultures OGM sans aucun contrôle sérieux de leurs effets sur la nature et la santé humaine.


existe maintenant en poche : Le monde selon Monsanto

x 15,5 24 276 p. Nourrir l’humanité T Parmentier Bruno essai agriculture 2007 31/01/07 9782707150684 la Découverte Cahiers libres Politique et société -agriculture 22,40 € 22.40 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Nourrir les Français ? La tâche est relativement facile depuis qu’a disparu la malédiction millénaire qui rendait chacun inquiet de sa subsistance quotidienne. Nourrir l’humanité ? Un défi bien plus complexe face au scandale des 850 millions de personnes qui ne peuvent manger à leur faim et aux trois milliards d’humains supplémentaires qu’il faudra nourrir en 2050. Cela frise l’impossible, alors que la planète va manquer d’eau, de terre et d’énergie et que nous devrons affronter les effets de nos inconséquences actuelles : réchauffement de la planète, pollution, érosion, perte de la biodiversité… Dans ce livre sont présentés tous les aspects de ce gigantesque défi, sans doute le plus important du XXIe siècle et pour lequel l’agriculture sera à nouveau appelée à occuper le devant de la scène. Sont ainsi exposées très pédagogiquement les questions de l’avenir des subventions agricoles au sein d’un commerce « mondialisé », des rapports de l’agriculture avec l’agro-industrie et la grande distribution, du risque de crises sanitaires de grande ampleur, de l’extension de la production OGM, mais aussi de l’émergence de nouveaux pays exportateurs (Chine, Brésil), etc. Un ouvrage aussi complet qu’accessible, qui passionnera agriculteurs et urbains, citoyens et décideurs.
x 15,8 24,2 687 p. Histoire secrète du patronat - De 1945 à nos jours
Le vrai visage du capitalisme français
T
Servenay David, Collombat Benoît, Charpier Frédéric, Orange Martine et Seznec Erwan essai 2009 05/11/09 9782707157645 la Découverte Cahiers libres Politique et société -économie 25,00 € 25.00 épuisé
AA AA

De la Seconde Guerre mondiale à la crise financière de 2008-2009, chacun croit connaître plus ou moins l’histoire de l’économie française.

Mais derrière l’histoire officielle des manuels scolaires s’en cache une autre, secrète : elle met en scène les patrons qui ont réellement façonné le capitalisme français. C’est cette saga que racontent dans ce livre cinq journalistes d’investigation. Elle plonge le lecteur dans les arcanes d’un véritable " système " né dans l’après-guerre et qui, malgré ses mutations, marque encore aujourd’hui la machine patronale.

Du recyclage des anciens cadres de Vichy dans la reconstruction jusqu’aux caisses noires des syndicats patronaux, en passant par le financement secret des partis politiques ou les graves dérives du paritarisme, on découvre le rôle central de personnages aussi puissants que discrets. Comme Georges Albertini, éminence grise du patronat liée à l’extrême droite dans les années 1950, ou les " conseillers du prince " qui ont influencé les choix économiques des présidents successifs de la Ve République.

On découvre aussi les efficaces lobbyistes d’un patronat capable de se tailler des réglementations sur mesure au mépris de la santé des citoyens. Et qui a su s’appuyer sur des intellectuels et de grands médias pour convertir les élites politiques aux "mérites" de la finance dérégulée. Cette somme brosse le vrai portrait de nombreux patrons français, révèle les bonnes affaires des uns dans la " Françafric ", les juteuses opérations des autres dans l’immobilier ou l’industrie.

On découvre comment se sont vraiment faites la plupart des grandes fortunes françaises, celles d’hier et d’aujourd’hui : subventions extorquées à l’Etat, entreprises publiques bradées, rachats de sociétés dans des conditions obscures, montages financiers aux marges de la légalité, fraude fiscale, espionnage, coups fourrés, etc. La légende de patrons conquérants, prenant tous les risques pour faire leur fortune à la force du poignet, sort sérieusement écornée de ce magistral livre-enquête.

x 13,5 22 285 p. Refonder l’espérance
Leçons de majorité plurielle
T
Lipietz Alain essai politique 2003 24/04/03 9782707139801 la Découverte cahiers libres Politique et société 19,30 € 19.30 présent à Plume(s)
AA AA

La spectaculaire défaite de la majorité plurielle aux élections de 2002 ne fut pas un coup de tonnerre dans un ciel serein.

Elle relève plutôt de la chronique d’un désastre annoncé. L’échec de 2002, l’éclatement de la majorité, l’abstentionnisme de gauche résultent d’une somme de fautes tout au long de la législature. Ces fautes, il faut les repérer, les rectifier, pour explorer les voies d’une véritable politique alternative. Celle qui permettra de recoudre le camp du progrès humain, dans une nouvelle convergence écologiste et solidaire.

Observateur participant, membre de la direction des Verts et du Conseil économique du Premier ministre, Alain Lipietz a pu suivre pas à pas la dérive qui, du " gouvernement le plus à gauche d’Europe " menant les réformes réellement novatrices des deux premières années, a conduit peu à peu vers un nouvel enlisement social-libéral. Du traité d’Amsterdam à l’abandon de la loi sur le tiers secteur, en passant par les 35 heures, il propose ici un bilan sans complaisance de cette période, décortiquant les avancées réelles, les occasions perdues, les vraies trahisons.

Il détaille une ambition nouvelle pour l’Europe, espace véritable du combat politique pour le changement social. Et il donne également sa " part de vérité " sur l’aventure de sa candidature à l’élection présidentielle... Un bilan pour refonder l’espérance, car d’un malheur peut sortir un bien, à condition de tirer les leçons du passé.

x 15,5 24,2 621 p. Rwanda, de la guerre au génocide
Les politiques criminelles au Rwanda (1990-1994)
T
Guichaoua André essai Rwanda 2010 25/02/10 9782707153708 la Découverte Cahiers Libres International -Afrique 35,00 € 35.00 présent à Plume(s)
AA AA

Malgré la profusion d’ouvrages consacrés au génocide des Rwandais tutsi en 1994, de très nombreuses inconnues subsistent sur ses antécédents - notamment le conflit politico-militaire qui déchira le pays à partir de 1990 - et sur son déroulement.

Ainsi des controverses souvent virulentes - reproduisant les clivages partisans entre les anciens belligérants et mettant en cause des acteurs étatiques, des institutions internationales, des médias ou des universitaires - agitent-elles régulièrement l’actualité judiciaire, politique et diplomatique. André Guichaoua, l’un des meilleurs spécialistes de la région, présent au Rwanda aux premiers jours du génocide, livre dans cet ouvrage les résultats de ses quinze années d’enquête sur ces événements.

S’appuyant sur la somme d’informations et de documents qui ont étayé les dépositions de l’auteur en tant qu’expert témoin devant divers tribunaux (dont le TPIR), ce livre fournit une contribution essentielle à l’histoire de la guerre et du génocide. Malgré l’ambivalence des rapports entretenus par le Tribunal pénal international pour le Rwanda avec les actuelles autorités de Kigali (issues de l’ex-rébellion), et alors que se profile la fermeture de cette juridiction, l’auteur insiste sur la nécessité de poursuivre un travail de justice et de vérité indépendant, protégé de toute pression politique.

Le livre est accompagné d’un site Internet proposant de nombreux compléments, souvent inédits : agendas de membres du gouvernement génocidaire, documents confidentiels, témoignages, etc.

x 12,5 19 153 p. La nouvelle guerre médiatique israélienne T Sieffert Denis essai Israël 2009 14/05/09 9782707158086 la Découverte Cahiers Libres International -Moyen Orient 11,70 € 11.70 sur commande ?
AA AA

L’opération de l’armée israélienne à Gaza, fin 2008-début 2009, a causé la mort de plus de 1300 Palestiniens, dont une grande majorité de civils et près de 300 enfants.

Quel conditionnement a conduit la société israélienne à accepter de tels massacres ? Quelle perception du conflit la presse internationale, notamment française, a-t-elle contribué à diffuser, dans un contexte où l’accès à la bande de Gaza fut interdit aux journalistes pendant les vingt-deux jours de bombardements ? Denis Sieffert montre qu’un long travail a été accompli sur l’opinion israélienne et internationale pour " déshumaniser " les Palestiniens de Gaza : les mensonges sur la responsabilité dans la rupture de la trêve, la " dépolitisation " du Hamas, réduit à un mouvement terroriste, et l’occultation délibérée des effets économiques, sanitaires et humains du blocus imposé par Israël à la population de Gaza ont créé les conditions d’une nouvelle guerre médiatique, inséparable de la stratégie politico-militaire d’Israël.

Ce livre reconstitue minutieusement la chronologie des événements, et il rétablit des liens de cause à effet renversés par la propagande. Il décrypte aussi les formes, souvent très subtiles, par lesquelles cette désinformation a circulé - et continue de circuler - dans les médias français.

x 13,5 22 204 p. Les jours heureux
Le programme du Conseil national de la Résistance de mars 1944 : comment il a été écrit et mis en oeuvre, et comment Sarkozy accélère sa démolition
T
Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui essai politique 2010 18/03/10 9782707160164 la Découverte Cahiers libres Politique et société -histoire 14,20 € 14.20 présent à Plume(s)
AA AA

Le 4 mai 2007, le candidat Nicolas Sarkozy se rend aux Glières (Haute-Savoie), pour y saluer la mémoire des maquisards massacrés en mars 1944 par les nazis et les miliciens français. Élu président, il renouvelle l’opération en mai 2008 et avril 2009. Et cette année-là, il prétend que son action se situerait dans le droit fil « du Conseil national de la Résistance, qui, dans les heures les plus sombres de notre histoire, a su rassembler toutes les forces politiques pour forger le pacte social qui allait permettre la renaissance française ».

Pure imposture ! Publié en mars 1944 sous le titre Les Jours heureux, le programme du CNR annonçait un ensemble ambitieux de réformes économiques et sociales, auquel le fameux « modèle social français » doit tout, notamment la Sécurité sociale, les retraites par répartition et la liberté de la presse. Or, depuis son élection, Nicolas Sarkozy s’applique à démanteler ce programme, comme s’en réjouissait en 2007 Denis Kessler, l’un des idéologues du Medef : « Le programme du gouvernement est clair, il s’agit de défaire méthodiquement le programme du CNR. » D’où la contre-offensive de l’association « Citoyens résistants d’hier et d’aujourd’hui », créée par ceux qui ont réagi dès mai 2007 à l’imposture sarkozyenne.

En republiant ce texte fondateur exemplaire par sa concision, ils ont choisi de le compléter par une série d’articles sur son histoire et son actualité, expliquant d’abord comment il fut conçu puis mis en œuvre après la Libération. Puis comment, dès les années 1990, mais surtout depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, cet édifice a fait l’objet d’une démolition en règle. En évoquant la mobilisation citoyenne qu’ils ont initiée, ils révèlent la puissance du discours d’hier pour nourrir les résistances d’aujourd’hui.

x 14 22 321 p. Théâtres en lutte
Le théâtre militant en France des années 1960 à aujourd’hui
T
Neveux Olivier théâtre 2007 08/02/07 9782707149770 la Découverte cahiers libres Divers -arts 25,00 € 25.00 sur commande ?
AA AA

Depuis les années 1960, de nombreuses expériences théâtrales ont revendiqué en France un clair dessein politique.

Inscrit au c�ur des luttes (anti-impérialistes, ouvrières, féministes, immigrées, homosexuelles, altermondialistes, etc.), ce théâtre militant s’est donné pour but de contribuer, à sa manière, aux combats d’émancipation de son temps. Injustement déprécié ou ignoré, il constitue pourtant tout un pan de l’histoire théâtrale. Et c’est cette histoire inédite et passionnante que l’on découvrira dans cet ouvrage extrêmement documenté.

Comment représenter la colère, l’injustice et l’espérance ? Quelles formes pour dire la lutte ou expliquer les mécanismes du capitalisme ? Et à qui de telles représentations doivent-elles être destinées ? Contrairement aux idées reçues, le théâtre militant n’a jamais cessé d’inventer des solutions dramaturgiques et scéniques pour mettre en scène le présent : un présent à transformer. Héritier d’Erwin Piscator, de Bertolt Brecht et des troupes d’agit-prop soviétiques, ce théâtre n’est pas homogène : il est traversé d’options politiques et esthétiques diverses, voire contradictoires, d’Armand Gatti à Augusto Boal, en passant par Alain Badiou, André Benedetto et de nombreux collectifs (la Troupe Z, Al Assifa, le Levant, le Groupov...).

Revenir sur ces propositions, sur leurs richesses et leurs impasses, c’est tout autant s’opposer à l’oubli que tenter d’ouvrir des pistes pour le théâtre militant d’aujourd’hui.

x 12,6 19,2 166 p. Le petit livre noir du logement T Collectif Jeudi Noir doc 2009 01/10/09 9782707158741 la Découverte cahiers libres Politique et société 12,20 € 12.20 épuisé
AA AA

" Studio, 14 m2, 650 euros par mois." Vous pensez avoir mal lu ? Détrompez-vous, les annonces de ce type ne manquent pas...

A partir d’enquêtes de terrain et de données chiffrées, ce livre-manifeste dresse un état des lieux de la crise du logement en France : loyers prohibitifs, scandale des appartements vacants et des bureaux vides, dérives des programmes de rénovation urbaine, inadaptation et marchandisation du parc HLM, fracture immobilière générationnelle, mirage de l’accession à la propriété, résurgence des bidonvilles...

Cette expertise militante, plongeant au coeur d’un scandale français, se veut également un réquisitoire contre la démagogie du "Tous propriétaires ! ", slogan remis au goût du jour par le président Sarkozy. Enfin, parce qu’ils font toujours partie des nombreux " galériens du logement " pour qui la situation est intenable, les auteurs proposent des pistes de réflexion et des moyens d’action pour en finir avec le mal-logement.

x 15,5 24 300 p. Le nouveau gouvernement du monde
Idéologies, structures, contre-pouvoirs
T
Corm Georges essai politique 2010 28/10/10 9782707164193 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 19,30 € 19.30 épuisé
AA AA

Alors que la crise de 2007-2009 a révélé à tous les méfaits de la mondialisation et de la spéculation financière, rien ne change, malgré les dénonciations qui se multiplient de tous bords.

Pour comprendre les racines de cette dangereuse inertie des décideurs économiques et politiques mondiaux, Georges Corm explore dans ce livre les mécanismes permettant la reproduction de cette " civilisation des affaires en déclin ", selon les mots de l’économiste critique américain Robert Heilbroner. II analyse les sources intellectuelles de ce pouvoir mondialisé : le néolibéralisme se nourrit d’un idéalisme simpliste, mysticisme virulent qui rappelle l’esprit doctrinaire du socialisme " scientifique ".

Cette économie-fiction néolibérale a envahi les cours de millions d’étudiants en économie et gestion, futurs cadres du pouvoir mondialisé. Georges Corm propose également une analyse novatrice de la structure et du fonctionnement de ce pouvoir et de sa capacité à bloquer les changements. Mais aussi de ses failles, que devraient exploiter les mouvements antisystémiques ", dont il évalue les alternatives qu’ils proposent au fonctionnement pervers de l’économie globalisée.

II plaide ici pour une " démondialisation " raisonnée des esprits et des systèmes économiques dans un monde ouvert, pour une économie solidaire et humaine par le rétablissement des cohérences spatiales, la fin des dogmatismes et la réhabilitation des valeurs d’éthique et d’équité dans l’enseignement de l’économie.

x 12,5 19 222 p. Petite histoire de l’Afrique
L’Afrique au sud du Sahara, de la préhistoire à nos jours
T
Coquery-Vidrovitch Catherine doc Afrique 2011 06/01/11 9782707167132 la Découverte Cahiers Libres International -Afrique 15,50 € 15.50 actuellement indisponible
AA AA

L’Afrique subsaharienne est le berceau de l’humanité, et son histoire la plus vieille du monde.

Ce petit livre, qui se destine à un public curieux mais non spécialiste, se nourrit d’un demi-siècle de travaux fondamentaux portant sur la question. Non seulement il fait le point sur une histoire au moins aussi variée et passionnante que les autres, mais il s’attache à déconstruire un à un les grands clichés qui continuent de nourrir les imaginaires occidentaux ; ceux qui font de l’Afrique un continent subalterne, à part, irrémédiablement à la traîne.

Or l’Afrique, depuis toujours, influe sur le reste du monde ; elle lui a fourni main-d’oeuvre, or et matières premières, qui ont joué un rôle essentiel, aujourd’hui encore méconnu, dans la mondialisation économique. Elle a développé, au fil des siècles, un savoir parfaitement adapté à ses conditions environnementales, savoir qui fut taillé en pièces par l’extrême brutalité de la colonisation, pourtant si brève au regard de l’histoire longue.

Mais, si on lui a beaucoup pris, l’Afrique a aussi donné, avec une formidable vitalité. Cet ouvrage n’a pas pour objet de raconter l’histoire africaine dans le détail, mais il en dégage les étapes cruciales, en mettant en avant, pour chacune d’elles, quelques idées fondamentales et souvent neuves. L’objectif de ce livre est aussi, et surtout, d’aider à comprendre le présent et à en dégager des perspectives d’action pour l’avenir.

x 13,8 22,2 203 p. Opération banlieues
Comment l’Etat prépare la guerre urbaine dans les cités françaises
T
Belmessous Hacène banlieues 2010 07/10/10 9782707159120 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 15,30 € 15.30 présent à Plume(s)
AA AA

Entre 1977 et 2003, la politique de la ville visait à " réinjecter du droit commun " dans les quartiers d’habitat social.

Mais depuis, derrière les grands discours, une autre politique se déploie discrètement : la préparation d’une guerre totale aux cités, transformées en véritables ghettos ethniques, chaudrons sociaux dont le " traitement " ne relèverait plus que de l’éradication ou de la force armée. Voilà ce que démontre cette enquête implacable d’Hacène Belmessous, nourrie de documents confidentiels, de témoignages d’acteurs de la " sécurité urbaine " - politiques, urbanistes, policiers, gendarmes et militaires - et de visites des lieux où militaires et gendarmes se préparent à la contre-guérilla urbaine.

II explique ainsi qu’un objectif caché des opérations de rénovation urbaine est de faciliter les interventions policières, voire militaires, à venir dans ces territoires. Et il montre comment, à la suite des émeutes de 2005, deux nouveaux intervenants ont été enrôlés par le pouvoir sarkozyste : la gendarmerie mobile et l’armée de terre. Car, avec l’adoption en 2008 du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, l’idée d’un engagement des forces terrestres en banlieue n’est plus un tabou.

Mais s’ils se disent loyaux envers le chef de l’Etat, nombre d’officiers interrogés récusent ce " scénario de l’inacceptable ". Quant aux gendarmes, ils contestent ouvertement leur rapprochement avec la police, tandis que nombre de policiers, aujourd’hui en première ligne, récusent la militarisation croissante de leur action. Autant de révélations inquiétantes, pointant les graves dérives d’une politique d’Etat ayant fait sien un nouvel adage : " Si tu veux la guerre, prépare la guerre ! "

x 13,5 22 274 p. La nouvelle école capitaliste T Laval Christian, Dreux Guy, Vergne Francis et Clément Pierre essai éducation, école 2011 10/08/11 9782707169488 la Découverte Cahiers Libres Politique et société -école 19,80 € 19.80 présent à Plume(s)
AA AA

Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école - suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante - ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école.

Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970, elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’" employabilité " est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de " capital humain " au service de l’" économie de la connaissance".

Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des " compétences " ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.

Dans ce livre de combat et de théorie, les auteurs renouvellent la sociologie critique de l’éducation en inscrivant les mutations de l’institution scolaire et universitaire dans celles du capitalisme contemporain. Ils entendent ainsi donner à tous ceux qui se sentent concernés par cette problématique éminemment politique les outils d’analyse pour construire une alternative convaincante et résolue.

réédité en poche en 2012

x 14 22 341 p. Agir à tout prix ?
Négociations humanitaires : l’expérience de Médecins Sans Frontières
T
Magone Claire, Neuman Michaël et Weissman Fabrice essai humanitaire 2011 06/10/11 9782707169440 la Découverte cahiers libres Divers 21,00 € 21.00 sur commande ?
AA AA

Depuis les années 1990, de nombreuses organisations humanitaires internationales déplorent une tendance croissante des pouvoirs politiques à entraver ou à instrumentaliser leur action.

Victimes de la confusion militarohumanitaire et de l’hostilité des Etats postcoloniaux, elles seraient moins en mesure que jamais d’assister les populations affectées par la guerre, les épidémies et les catastrophes naturelles. Ce livre propose un autre éclairage sur les difficultés rencontrées par les organismes d’aide. S’appuyant sur les expériences de Médecins Sans Frontières dans une douzaine de pays, les auteurs se démarquent du postulat selon lequel existerait a priori un espace légitime de l’action humanitaire qu’il suffirait de défendre au nom du droit et de la morale contre toute tentative d’instrumentalisation.

Ils montrent que la liberté d’action des ONG est le produit d’un compromis entre leurs intérêts et ceux des pouvoirs : États, groupes armés, forces politiques, acteurs économiques, organisations transnationales. Dans ces transactions, les objectifs des humanitaires peuvent s’infléchir jusqu’à en devenir méconnaissables. D’où la question qui traverse cet ouvrage : qu’est-ce qu’un compromis acceptable aux yeux d’une organisation humanitaire comme MSF ? A l’occasion de son quarantième anniversaire, MSF partage son expérience des négociations humanitaires.

Retraçant l’évolution de ses ambitions, des obstacles auxquels elle s’est heurtée et des manoeuvres politiques ayant permis (ou non) de les surmonter, ce livre entend contribuer au débat sur les pratiques et les objectifs de l’action humanitaire contemporaine.

x 15,5 24 240 p. Le scandale des biens mal acquis
Enquête sur les milliards volés de la Françafrique
T
Hofnung Thomas et Harel Xavier enquête Afrique 2011 24/11/11 9782707164872 la Découverte cahiers libres International -Afrique 19,80 € 19.80 présent à Plume(s)
AA AA

Quand un secret de Polichinelle de la Ve République vire à l’affaire d’État ! Depuis les indépendances des années 1960, les initiés savaient que certains dirigeants africains "amis de la France" menaient grand train à Paris ou sur la Côte d’Azur : hôtels particuliers, voitures de collection, vêtements de luxe...

Mais qui s’en souciait vraiment ? Au printemps 2007, une plainte déposée à Paris par une poignée d’ONG, accusant plusieurs chefs d’État africains de détournements de fonds publics, a lancé l’affaire de ces "biens mal acquis" sur le dos de leurs peuples. Après moult péripéties judiciaires, la Cour de cassation a autorisé, en novembre 2010, l’ouverture d’une enquête inédite sur ces fortunes accumulées en France par les présidents du Gabon, du Congo-Brazzaville et de la Guinée Équatoriale.

Les journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung dévoilent dans ce livre, révélations à l’appui, les dessous de ce scandale majeur. Après l’affaire Elf, l’affaire des BMA pourrait bien faire trembler les fondements de la République. Par quels circuits financiers transitent les fonds détournés ? De quelles complicités ont bénéficié ces dirigeants pour placer leurs pétrodollars dans l’Hexagone ? Le silence des partis politiques français serait-il lié à des financements occultes ? Autant de questions liées à ce scandale de la corruption ordinaire aux parfums de Françafrique.

x 13,6 22,1 212 p. La laïcité falsifiée T Baubérot Jean essai laïcité 2012 26/01/12 9782707171450 la Découverte cahiers libres Politique et société -laïcité 17,00 € 17.00 remplacé >>(2014)
AA AA

Classiquement considérée comme un des principaux marqueurs de la gauche, la laïcité aurait-elle viré à droite, voire à l’extrême droite ? La question se pose depuis le "débat sur la laïcité" de l’UMP, les effets de manches de la droite populaire et les références répétées de Marine Le Pen à la séparation de la religion et de l’État.

De nombreuses personnalités, de gauche et au-delà, dénoncent cette dérive sans véritablement réussir à la réfuter. Protester contre la "stigmatisation" des musulmans, qui est souvent le vrai motif de cette nouvelle posture "laïque", est bien sûr nécessaire. Mais en rester là se révèle totalement insuffisant, car cette "nouvelle laïcité" de droite se pare de valeurs partagées comme la démocratie, l’égalité des sexes et la liberté d’expression.

II est donc urgent d’analyser, point par point, comment la laïcité peut être ainsi falsifiée et pourquoi on fait dire aussi facilement à la loi de Séparation de 1905 le contraire de ce qu’elle a réellement dit. C’est ce que fait Jean Baubérot dans cet essai enlevé où, en historien et sociologue, il démonte avec minutie et rigueur les mécanismes de la "nouvelle laïcité". Il montre que, pour promouvoir la laïcité, il faut oser mettre en cause les structures dominantes de la société elle-même.

Et il propose enfin un "programme républicain pour refonder la laïcité" et une libération par rapport aux cléricalismes d’aujourd’hui, grâce à la recherche d’un art de vivre : la "laïcité intérieure".

x 12,5 19 272 p. Petit bréviaire des idées reçues en économie T Econoclastes Les essai économie 2004 14/10/04 9782707144508 la Découverte cahiers libres Politique et société -économie 11,20 € 11.20 actuellement indisponible
AA AA

Faut-il des fonds de pension pour sauver les retraites ? Les services publics doivent-ils être déréglementés et privatisés ? Le chômage s’explique-t-il par les protections dont bénéficient les salariés et les charges sociales ? Les pays en développement doivent-ils continuer de suivre les politiques que leur imposent les grandes institutions internationales ? Le poids de l’Etat dans l’économie est-il réellement insupportable ? Sur toutes ces questions et quelques autres, au cœur du débat public, ce Petit bréviaire des idées reçues en économie s’efforce de couper court aux certitudes martelées dans les médias et que les économistes professionnels mettent souvent trop peu d’empressement à démentir, quand ils ne les cautionnent pas.

Avec ce livre, pédagogique et incisif, les Éconoclastes entendent montrer que l’étude des phénomènes économiques implique une confrontation permanente aux faits, et des débats dont les enjeux politiques et sociaux sont trop souvent éludés. Ils répondent ainsi aux attentes de tous les non-spécialistes - enseignants, salariés, retraités, syndicalistes, militants et autres - soucieux de comprendre les débats que les hommes politiques et leurs experts réduisent abusivement à des questions techniques, inaccessibles au commun des citoyens.

Un livre qui sera également particulièrement utile aux lycéens et étudiants en économie pour enrichir leur réflexion. Pour l’édition de poche, une nouvelle partie intitulée " Économie, science et politique " a été ajoutée, avec des textes inédits de Bernard Guerrien, Jean-Paul Piriou et Jean Gadrey.

« L’heure de la guerre contre " l’économiquement correct " aurait-elle enfin sonné ? Un Scud de bonne taille vient en tout cas d’être tiré sous la forme d’un ouvrage intitulé Petit bréviaire des idées reçues en économie [...].

Il est bon de questionner la vulgate dominante. » Le Monde
« Ce livre constitue une excellente introduction critique aux principaux débats économiques et sociaux actuels. » Alternatives Economiques.

x 12,5 19 191 p. De la convivialité
Dialogues sur la société conviviale à venir
T
Latouche Serge, Viveret Patrick, Caillé Alain et Humbert Marc essai 2011 20/01/11 9782707167149 la Découverte Cahiers Libres Politique et société 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

Tout le monde sent bien, sait bien que nos sociétés ne pourront pas continuer longtemps sur leur lancée actuelle, en ravageant toujours plus la nature, en laissant exploser les inégalités, en lâchant la bride à une finance folle qui dévaste et corrompt tout.

Mais quelle alternative imaginer ? Les idéologies politiques héritées ne semblent plus être à la hauteur des défis de l’époque. C’est dans ce contexte qu’il convient d’examiner ce qui est susceptible de réunir certains des courants de pensée les plus novateurs de ces dernières années : décroissance, recherche de nouveaux indicateurs de richesse, anti-utilitarisme et paradigme du don, plaidoyer pour la sobriété volontaire, etc.

Confrontant ici leurs points de vue, en cherchant davantage ce qu’ils ont en commun que ce qui les oppose, certains des animateurs les plus connus de ces courants constatent que l’essentiel, dans le sillage de certaines analyses d’Ivan Illich, est de jeter les bases d’une société conviviale : une société où l’on puisse vivre ensemble et " s’opposer sans se massacrer " (Marcel Mauss), même avec une croissance économique faible, nulle ou négative.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |