URSS - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 19 documents sur le thème : URSS



19 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 21 30 70 p. Makhno, l’Ukraine libertaire 1918-1921 T1 T Homburger François histoire international, URSS, révolution russe, Ukraine 2003 07/02/03 9782903013844 Libertaires Politique et société -histoire 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA
Jürgen, jeune spartakiste allemand, nous conduit du Berlin insurgée à la Russie révolutionnaire et l’immense espoir qu’elle soulève. Tout d’abord enrôlé dans l’Armée rouge, il affronte la plus terrible des guerres civiles. Croisant le destin exceptionnel de l’anarchiste Makhno, il rejoint finalement le peuple en armes.
x 21 30 71 p. Makhno, l’Ukraine libertaire 1918-1921 T2 Homburger François histoire URSS, révolution russe, Ukraine 2003 07/02/03 9782903013851 Libertaires graine d’ananar Politique et société -histoire 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA
x 13,5 21 133 p. Makhno et la révolution ukrainienne (1917-1921)
Suivi du journal de Galina A. Kouzmenko, la compagne de Makhno.
T
Cinnella Ettore histoire URSS, révolution russe, Ukraine 2003 30/11/03 9782905691842 Atelier de création libertaire (ACL) International -Europe 12,00 € 12.00 épuisé
AA AA
Makhno et la makhnovchtchina ont été fortement attaqués par les bolchéviques et, à l’inverse, totalement voués aux nues par les anarchistes. Mais rares ont été ceux qui ont su trouver le juste milieu et faire ressortir autant les points positifs que les contradictions de ce vaste et original mouvement populaire qui, il faut le rappeler, a sauvé les bolchéviques d’une défaite cuisante contre les blancs.

Oui, les anarchistes, avec Makhno à leur tête, ont dû quelques fois se battrent contre l’antisémistisme, quasi ancestral, des paysans ukrainiens qui s’étaient joints à l’armée insurrectionnelle.

Oui, Makhno, qui ne parlait pratiquement pas ukrainien, n’a pas su accepter une alliance avec les pétliouriens et ainsi s’unir pour se battre à la fois contre les blancs et contre les rouges.

Le texte d’Ettore Cinnella est suivi du journal que Galina A. Kouzmenko, la compagne de Makhno, tint en février-mars 1920. Il tomba entre les mains de la police communiste et resta enfoui dans les archives pendant soixante-dix ans ; il a été publié pour la première fois, en traduction russe, à la veille de la chute de l’URSS. Ce document permet de connaître d’autres détails sur l’épopée de la makhnovchtchina.

x 12 19 96 p. Le conte de la lune non éteinte T Pilniak Boris littérature URSS 2008 30/09/08 9782909589176 Interférences »» Littérature 14,20 € 14.20 sur commande ?
AA AA

Publié en 1926 dans la célèbre revue littéraire Novy Mir, ce petit texte d’une grande originalité stylistique a été immédiatement perçu comme un brûlot. Il raconte, dans un style cinématographique et saccadé, l’histoire d’un commandant de l’armée Rouge que les autorités obligent à se faire opérer d’un ulcère, et qui meurt sur la table d’opération.

Bien que l’auteur se fût à l’époque défendu d’avoir tiré son sujet de la réalité, tout le monde reconnut dans le personnage principal Frounzé, héros de la guerre civile et commissaire du peuple, mort dans les mêmes conditions, et dans le personnage sans nom qui l’oblige à cette opération funeste, Staline qui était alors en train de s’emparer du pouvoir.

Ce récit qualifié de « contre-révolutionnaire et calomnieux à l’encontre du Comité central et du Parti » et immédiatement censuré (tous les numéros de la revue déjà en circulation furent confisqués et détruits) est l’un des premiers textes littéraires à décrire de l’intérieur la machine infernale de la révolution broyant peu à peu ses enfants, et à réfléchir sur la fuite en avant que provoque le déchaînement de forces incontrôlables.

Mais ce n’est pas là son seul intérêt. Sa puissance presque hallucinatoire tient avant tout à ses qualités littéraires et à son incroyable modernité : nous voyons défiler une succession de faits et d’images sur lesquelles se focalise, avec la froideur et la précision d’une caméra, le regard d’une lune affolée qui assiste aux actes étranges des hommes dans une ville-machine parcourue d’automobiles folles.

x 15 24 500 p. Le jeune Staline T Montefiore Simon Sebag biographie URSS 2008 31/08/08 9782702139264 Calmann-Lévy Littérature 26,30 € 26.30 présent à Plume(s)
AA AA

Comment devient-on Staline ? Né pauvre, ce garçon séducteur et dangereux s’essaye à la poésie romantique, se prépare à entrer dans les ordres, mais trouve sa vocation dans l’action révolutionnaire. À la fois intellectuel, gangster et terroriste, le jeune Staline avait tout pour se forger un destin hors du commun dans la Russie de 1917 : peu de scrupules et un énorme appétit de vie et de pouvoir.

En s’appuyant sur dix ans de recherches, en particulier dans des fonds d’archives récemment ouverts en Géorgie et à Moscou, ainsi que sur les Mémoires de nombreux acteurs et témoins de l’époque, Simon Sebag Montefiore décape le vernis de la mythologie révolutionnaire. Il montre comment la rencontre, chez le jeune Staline, du banditisme caucasien, d’une paranoïa extrême et d’une idéologie impitoyable lui permit de conquérir le Kremlin et l’URSS et fit de lui un des dictateurs les plus sanguinaires de l’histoire.

Sont exposés ici ses liens ambigus avec la police secrète tsariste, ses nombreuses conquêtes féminines, ses innombrables crimes et délits, mais aussi le rôle qu’il joua dans la naissance du parti bolchevique et dans la révolution d’Octobre. On comprend mieux la question des nationalités, les luttes d’influence et la guerre idéologique, puis exterminatrice, entre bolcheviks et mencheviks avant et pendant la Révolution de 1917. Se trouvent aussi éclairées d’un jour nouveau ses relations avec Lénine, qu’il impressionna tant que celui-ci en fit, avec Trotski, son principal homme de main, avant de mesurer, trop tard, le danger qu’il représentait.

Le Jeune Staline est à la fois une fascinante préhistoire de l’URSS et le portrait saisissant d’un tyran en jeune homme.

Grand prix de la biographie politique 2008

x 23 30,5 140 p. Tintin au pays des Soviets
Les Aventures de Tintin Tome 1 — Edition fac-similé en noir et blanc
T
Hergé BD URSS 1999 05/01/99 9782203001008 Casterman BD -franco-belge 10,95 € 10.95 sur commande ?
AA AA
(1930)

Les péripéties de Tintin et Milou en U.R.S.S.

Résolument anti-communiste, cet album était considéré par Hergé comme une « erreur de jeunesse ».

x 24,5 32 56 p. La mort de Staline T Nury Fabien et Robin Thierry BD URSS 2010 01/10/10 9782205066760 Dargaud BD -historique 14,50 € 14.50 manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

"A tous les membres du parti...
A tous les travailleurs de l’union soviétique...
Le coeur de Joseph Vissarionovitch Staline, compagnon d’arme de Lénine et génial continuateur de son oeuvre, guide sagace du parti communiste et du peuple soviétique...
A cessé de battre"

Extrait de discours officiel - 8 mars 1953

x 13,5 19 184 mn Le tombeau d’Alexandre - Le bonheur T Medvedkine Alexandre et Marker Chris doc URSS 3453277876132 Arte Vidéo Divers -DVD 35,50 € 35.50 sur commande ?
AA AA

Alexandre Medvekine retrace la vie d’un moujik à la recherche du bonheur dans la Russie tsariste puis soviétique. En écho, 60 ans après, Chris Marker questionne le cinéaste et s’interroge sur l’expérience soviétique.

DVD 1 - Le bonheur - 1934 - 64 min. avec Piotr Zinoview, Elena Egorova et Lidia Nevacheva Un paysan naïf à la recherche du bonheur finit par le trouver, après bien des vicissitudes, en rejoignant un kolkhoze. Film muet mythique, au ton comique chaplinesque, Le Bonheur a été salué lors de sa sortie par les plus grands maîtres : Sergueï Mikhailovitch Eisenstein en parle avec un enthousiasme peu commun : "voilà donc, non seulement une œuvre exceptionnelle, mais un auteur exceptionnel " écrit-il en 1936.

Complément :
- Medvedkine et l’aventure du Ciné-train : Ménage ta santé ! - Journal n°4 - Comment vis-tu, camarade mineur ? - Le Convoyeur
- L’intégralité du monologue d’Alexandre Ivanovitch Medvedkine (extrait du film Le train en marche de Chris Marker avec la voix de François Périer)
- 2 reconstitutions par Nikolaï Izvolov de films disparus de Medvedkine : Au voleur ! - L’Histoire de Tite

DVD 2 - Le tombeau d’Alexandre - 1993 - 120 min. avec la participation de Nikolai Izvolov, Lev Rochal, Kira Paramonova... "Alexandre Ivanovitch Medvedkine est un cinéaste russe né en 1900. Ces entailles que les pères de famille font au chambranle des portes pour mesurer la croissance de leur progéniture, le siècle les a tracées sur sa vie : il avait 17 ans, c’était l’insurrection d’octobre - 20 ans, la guerre civile, et lui dans la cavalerie rouge, avec Isaac Babel, - 38 ans , les procès staliniens, et son meilleur film Le bonheur attaqué pour " boukharinisme "’ - 41 ans, la guerre, et lui en première ligne, caméra au poing - et quand il meurt en 1989, c’est dans l’euphorie de la perestroïka, convaincu que cette cause du communisme à laquelle il avait consacré sa vie trouvait enfin là son aboutissement’" Chris Marker

Complément : Medvedkine et Dziga Vertov, par Nikolaï Izvolov (fragment non retenu au montage)

x 15 21 272 p. Back in the USSR
Une brève histoire du rock et de la contre-culture en Russie
T
Bastenaire Joël histoire URSS 2012 19/04/12 9782360540501 Le Mot et le reste Attitudes International -Europe 23,00 € 23.00 sur commande ?
AA AA

" Sidérés par l’ampleur du marché des enregistrements interdits en même temps que rassurés par le peu de discours vraiment politiques, les stratèges du contrôle décident de généraliser l’expérience tentée depuis 1981 à Leningrad : « un rock club, puis deux puis trois, des rocks clubs partout ! » S’il n’est pas possible d’entraver le flux de circulation des bandes enregistrées de musique interdite, mieux vaut essayer de contrôler en amont la production même de ces musiques. Et même, si possible, suivre au plus près les échanges de produits importés, objets d’un marché noir intense et très fructueux. C’est ainsi que la principale bourse aux disques rock et pop d’occasion s’établit à Moscou dans le souterrain de la place Loubianka, aux pieds du siège du KGB. "

Back in The USSR est une étude habitée et érudite de la naissance et de l’évolution de la musique rock en URSS. Après un rapide retour sur les courants artistiques des premières années du régime puis sur l’irruption du jazz, on entre de plain pied dans l’histoire fascinante du rock russe : sa géographie, de la tranquille Estonie à la remuante Géorgie ; ses personnages, des bardes révoltés aux groupes autorisés ; ses conflits ou ses renoncements face au pouvoir de l’État soviétique.

Cet ouvrage permet la découverte de cet espace-temps culturel longtemps resté ignoré de l’Occident, il comporte une sélection commentée de groupes et d’albums.

x 14 21,4 791 p. Le pouvoir soviétique contre les paysans : 1929-1934
Rapports secrets de la police politique
T
Werth Nicolas et Berelovitch Alexis histoire URSS 2011 17/11/11 9782847345759 Tallandier Contemporaine Politique et société -histoire 30,33 € 30.33 épuisé
AA AA

Spécialiste reconnu de l’Union Soviétique, Nicolas Werth se penche ici sur les violences exercées par le pouvoir soviétique contre ses paysans entre 1929 et 1934 en se fondant sur des archives inédites, les rapports de la police politique.

Avec son co-auteur, Alexis Berelovitch, il démontre à quel point les années 30 furent celles de la « dékoulakisation », des déportations massives, des réinstallations forcées en Sibérie et de la grande famine qui s’ensuivit.

Après avoir analysé la décomposition de la Nouvelle politique économique (NEP) et étudié les événements et les facteurs qui ont amené le pouvoir à se lancer brusquement fin 1929 dans la collectivisation à outrance de la paysannerie, les auteurs nous décrivent la véritable extermination des koulaks à partir du printemps 1930.

En s’appuyant sur les rapports de la police politique, les auteurs démontrent comment le GPU (la police politique) et l’état soviétique organisèrent cette politique criminelle : déportations massives et aveugles, conditions mortifères de réinstallation des paysans. Au 1er janvier 1932, lorsque l’OGPU effectua un premier pointage général des « déplacés spéciaux », on ne recensa que 1 317 000 personnes sur les 1 803 000 déportés initialement, soit près d’un demi million de disparus.

Combien s’étaient enfuis ? Combien étaient morts ? La tendance ne s’inversera pas jusqu’à 1934. A eux seuls, ces chiffres donnent la mesure de ce que représenta la dékoulakisation pour la société paysanne.

Nicolas Werth et Alexis Berelovitch insistent également sur la responsabilité des autorités soviétiques dans la genèse et l’ampleur de la famine qui fit environ 7 millions de victimes. En effet, l’État ponctionna excessivement la production agricole au profit du secteur industriel et urbain tout en interdisant les paysans d’émigrer vers les villes, les condamnant ainsi, de façon intentionnelle, à la famine.

Un livre saisissant sur la terreur soviétique appliquée à ses paysans.

x 12 19,5 208 p. Les deux révolutions
La Chine au miroir de la Russie
T
Anderson Perry histoire Chine, URSS, communisme 2014 16/09/14 9782748902075 Agone Contre-feux Politique et société 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA
Pourquoi Gorbatchev a dû partir tandis que Deng Xiaoping est resté.

« Au moment de franchir le seuil des réformes, l’URSS semblait présenter des conditions matérielles et culturelles bien plus favorables que la Chine. Son PIB était quatre ou cinq fois supérieur. Sa base industrielle, beaucoup plus large, employait proportionnellement deux fois plus de main-d’œuvre. Elle était mieux pourvue en ressources naturelles (combustibles fossiles, minerais précieux, terre) et beaucoup plus urbanisée. Sa population, mieux nourrie, disposait d’un apport calorique moyen moitié plus important que la population chinoise. Ses infrastructures étaient beaucoup plus développées. Enfin, l’enseignement y était très supérieur : l’alphabétisation était complète, le nombre d’étudiants vingt fois supérieur en données relatives, et le pays possédait un large vivier de scientifiques bien formés. »

Si le XXe siècle fut dominé, plus que par n’importe quel autre événement, par la trajectoire de la révolution russe, le XXIe sera façonné par les conséquences de la révolution chinoise. L’État soviétique, né de la Première Guerre mondiale, vainqueur de la Seconde, vaincu dans une copie refroidie de la Troisième, se décomposa après sept décennies sans grand fracas, aussi rapidement qu’il était jadis apparu. Le contraste avec les résultats de la révolution chinoise est saisissant. Courtisé par ses anciens ennemis tout autant que par ses alliés, l’Empire du milieu est désormais, pour la première fois de son histoire, une puissance mondiale de premier plan.

Pour décrire la chute de l’URSS, aucune formule n’a autant été utilisée que celle d’« effondrement du communisme ». Vingt ans plus tard, cela sonne quelque peu eurocentrique. D’une certaine manière, le communisme n’a pas seulement survécu : il est une véritable réussite. Bien sûr, la nature et l’ampleur de ce tour de force ne manquent pas d’ironie. Mais sur la différence entre le destin des révolutions en Chine et en Russie, il ne peut pas y avoir l’ombre d’un doute. Cet ouvrage développe une analyse comparée des organisations politiques et des leaders, des traditions socio-historiques et des facteurs externes pour expliquer les fortunes diamétralement opposées du communisme en Russie et en Chine après 1989. Car seule une telle analyse peut permettre de comprendre la place qu’occupe désormais la Chine dans l’ordre mondial.

x 15,5 24 448 p. Khrouchtchev a menti T Furr Grover essai URSS, communisme 2014 17/09/14 9782915854688 Delga International -Europe 28,00 € 28.00 présent à Plume(s)
AA AA
Dans son « rapport secret » de février 1956, Nikita Khrouchtchev a accusé Joseph Staline de crimes immenses. Le rapport a porté un coup terrible au mouvement communiste international, il a changé le cours de l’histoire. Grover Furr a passé une décennie à étudier le flot de documents provenant des anciennes archives soviétiques et publiés depuis la fin de l’URSS. Dans cette étude approfondie du rapport Khrouchtchev, il révèle les résultats étonnants de son enquête : pas une seule des « révélations » de Khrouchtchev n’est exacte ! Le discours le plus influent du axe siècle – sinon de tous les temps – s’avère une escroquerie. Les implications pour notre compréhension de l’histoire de la gauche sont immenses. En fondant leurs œuvres sur les mensonges de Khrouchtchev, les historiens soviétiques et occidentaux, notamment les trotskistes et les anticommunistes, ont véritablement falsifié l’histoire soviétique. Presque tout ce que nous croyions savoir sur les années Staline est à revoir. L’histoire de l’URSS et du mouvement communiste est à réécrire complètement. Khrouchtchev a menti est un livre magnifique, un formidable travail de recherche et de raisonnement, clair et précis dans son écriture et palpitant dans ses découvertes et conclusions. En ce qu’elle revisite de vieilles sources et utilise le nouveau matériau des archives soviétiques, l’étude de Grover Furr exige de repenser complètement l’histoire soviétique, l’histoire du socialisme et même l’histoire mondiale du XXe siècle.
x 15 23 409 p. Le dernier crime de Staline
Retour sur le complot des blouses blanches
T
histoire URSS, antisémitisme 2006 22/02/06 Calmann-Lévy Politique et société -histoire 8,00 € 8 sur commande ?
AA AA

Le 13 janvier 1953, la Pravda révèle qu’un complot odieux a été découvert, visant à assassiner plusieurs dirigeants du Kremlin. Le propagandiste Jdanov en aurait déjà été victime. Les coupables ? Les médecins chargés de les soigner... et qui se trouvent être en majorité juifs. Le " complot des blouses blanches " aura un retentissement mondial. Les arrestations vont se succéder, les suspects seront soumis à des interrogatoires musclés. L’Occident se passionnera pour ce feuilleton, les " partis frères " réclameront la tête des félons tandis que les antistaliniens dénonceront un coup monté dans la grande tradition soviétique. Le caractère manifestement antisémite de la campagne gênera cependant bon nombre de communistes. L’affaire, à la différence des précédentes purges, fera long feu. En effet, la mort inopinée de Staline le 5 mars 1953 désamorce la machine infernale, et les inculpés seront relaxés, quoique jamais réhabilités. La signification politique de cette purge n’avait jamais été analysée en profondeur, faute d’informations concrètes sur ses circonstances et ses protagonistes.

C’est chose faite aujourd’hui, grâce à Jonathan Brent et Vladimir P. Naumov. Profitant de l’ouverture des archives soviétiques sous Gorbatchev et Eltsine, ils ont reconstitué de façon détaillée, pour la première fois, le vrai complot des blouses blanches. Ce complot à tiroirs, ourdi par Staline, visait à doter l’Union soviétique d’un " ennemi intérieur " susceptible de remobiliser les ardeurs révolutionnaires. Staline rêvait-il d’une Shoah à la russe ? Les travaux entrepris pour agrandir les camps de concentration du goulag au-delà du cercle polaire, dont les auteurs ont découvert la trace, le laissent penser. Sa mort subite et mystérieuse sept semaines après la " découverte " du complot laisse également planer un doute : ses âmes damnées du politburo ont-elles pris peur ? Ont-elles estimé que cette fois, le " petit père des peuples " allait trop loin ? L’ont-elles, en un mot, empoisonné ?

x 14 21 241 p. Urss vingt ans après
retour de l’Ukraine en guerre
T
Bleitrach Danielle et Dunlop Marianne enquête URSS, Ukraine 2015 29/04/15 9782915854787 Delga International -Europe 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

Qu’est-il advenu de l’Union soviétique, vingt ans après ? Loin de tout discours officiel, de la gloriole des « élites », c’est la parole des petites gens que nous avons recueillie dans toute une série de reportages en Crimée, au moment de son rattachement à la Russie en mai et juin 2014. Puis l’aventure s’est poursuivie à Odessa en octobre et novembre, peu de temps après le massacre dans la Maison des syndicats, puis en Moldavie, en Transnistrie et en Gagaouzie.

Nous voulions connaître l’opinion de ceux dont les seules victoires, provisoirement acquises, se nomment « pain » et « abri pour dormir », étant entendu que tout est remis en cause le matin de chaque jour qui naît, quand la guerre est là, la pire des guerres la guerre civile… Ils ont dit ce que représentait l’Union soviétique pour eux, comment ils avaient vécu le Maïdan, la rébellion dans le Donbass et la catastrophe actuelle. En partageant avec eux le pain et le sel, nous avons commencé à entrevoir une autre réalité que celle rapportée par nos médias…

x 14 21 240 p. Vers l’autre flamme
confession pour vaincus
T
Istrati Panaït témoignage URSS 9782940426294 Entremonde Politique et société -histoire 16,00 € 16.00 à paraître
AA AA
En 1927, compagnon de route du Parti communiste, Istrati visite Moscou et Kiev avec l’écrivain grec Nikos Kazantzakis, puis voyage à nouveau en Union soviétique en 1929. Durant ces séjours, il devine, derrière l’accueil réservé aux hôtes étrangers, la réalité de la dictature stalinienne, qui lui inspire l’écriture de Vers l’autre flamme, confession pour vaincus, dans lequel, sept ans avant le Retour d’URSS d’André Gide, il dénonce sans concession l’arbitraire du régime soviétique. Selon Louis Janover, ’Istrati décrit l’exploitation impitoyable des travailleurs par une bureaucratie prête à tout pour défendre ses privilèges’.
x 14,5 22 416 p. Capital rouge
un conte soviétique
T
Spufford Francis roman URSS 2016 07/10/16 9782815913317 l’Aube Littérature 26,00 € 26.00 sur commande ?
AA AA

Industrie ! Progrès ! Abondance !

Nous sommes en 1959. L’URSS est sur le point de réaliser l’utopie communiste qu’elle défend.

A travers le regard de différents personnages – réels ou fictifs – et de situations à la fois historiques et imaginaires, Francis Spufford donne vie au moment où le rêve soviétique semblait être à même d’éclipser son homologue américain. Abordant avec une intelligence remarquable les domaines politiques, économiques, technologiques et scientifiques, ce texte est servi par une qualité littéraire indéniable, tant dans l’écriture que dans la construction du récit.

Capital rouge a été publié au Royaume-Uni et aux Etats- Unis avant d’être traduit en néerlandais, espagnol, estonien, polonais, allemand, russe, italien et turc.

x 15 21 334 p. Lénine face aux moujiks T Crisenoy (de) Chantal essai histoire, URSS 2017 17/05/17 9791095432043 La Lenteur Politique et société 14,00 € 14.00 très prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Ce livre retrace l’ensemble du parcours intellectuel et politique de Lénine, en s’attachant particulièrement à ses analyses sur (et sa stratégie vis-à-vis de) la paysannerie. La démonstration est implacable : le dirigeant bolchevik a réussi le tour de force de conduire une révolution au nom du peuple, mais contre la composante de loin la plus nombreuse du peuple russe, les paysans. De Crisenoy montre combien il les méprisait et ne souhaitait qu’une chose, leur disparition, parce qu’ils constituaient un obstacle à l’essor du capitalisme et au fumeux projet de société industrielle communiste.
x 1953, Les derniers complots de Staline
L’affaire des blouses blanches
Marie Jean-Jacques histoire URSS, antisémitisme 1993 01/03/93 Complexe La mémoire du siècle Politique et société -histoire 5,00 € 5 sur commande ?
AA AA
x Souvenirs du procès des blouses blanches URSS, antisémitisme 1989 01/01/89 _divers_ Politique et société -histoire 8,00 € 8 sur commande ?
AA AA

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |