pamphlet - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 173 documents de type : pamphlet



173 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 20 348 p. Manifeste des chimpanzés du futur
Contre le transhumanisme
T
Pièces et main d’oeuvre pamphlet technicisme, transhumanisme 2017 14/09/17 9791094229996 Service compris Politique et société 20,00 € 20.00 présent à Plume(s)
AA AA

Frères humains, sœurs humaines,

Vous avez entendu parler du transhumanisme et des transhumanistes ; d’une mystérieuse menace, groupe fanatique, société de savants et d’industriels, discrète et puissante, dont les menées occultes et l’objectif affiché consistent à liquider l’espèce humaine pour lui substituer l’espèce supérieure, « augmentée », des hommes-machines. Une espèce résultant de l’eugénisme et de la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, des neurotechnologies et des immenses progrès de la science.

Vous avez entendu l’ultimatum, cynique et provocant, de ce chercheur en cybernétique : « Il y aura des gens implantés, hybridés, et ceux-ci domineront le monde. Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles gardées au pré. » [3] et encore, « Ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s’améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur. » [4]

Et vous vous êtes demandé s’il fallait prendre ces esbroufes au sérieux, ou s’il ne s’agissait que de science-fiction et de l’expression boursouflée de l’orgueil technocratique.

Hélas, le danger est véritable, et l’Humanité affronte une tentative d’extinction, fomentée par et pour une faction égoïste, implacable et toute-puissante, lasse de partager ce monde résiduel avec des masses de bouches inutiles et toujours plus nombreuses.

Comment en sommes-nous venus là, et que devons-nous faire ?

Au début, il y avait les poètes.

Rimbaud : « J’ai créé toutes les fêtes, tous les triomphes, tous les drames. J’ai essayé d’inventer de nouvelles fleurs, de nouveaux astres, de nouvelles chairs, de nouvelles langues. J’ai cru acquérir des pouvoirs surnaturels. Eh bien ! je dois enterrer mon imagination et mes souvenirs ! Une belle gloire d’artiste et de conteur emportée ! »

Ducasse : « C’est un homme ou une pierre ou un arbre qui va commencer le quatrième chant. »

Puis les artistes futuristes, Français, Italiens, Soviétiques ; Marinetti, Maïakovski, Apollinaire et tant d’autres, chantres de la violence et de la vitesse ; clairons et rescapés de la Grande Guerre industrielle et mondiale, exaltèrent dans la technologie le vrai moyen de « changer la vie » et de « transformer le monde ». Ils firent la guerre aux vieilleries poétiques, au soleil et à la lune ; ils glorifièrent les aéronefs, les barrages, les moteurs, l’électricité, les Titanic, les Métropolis, les armées blindées, les stades gigantesques. Et les robots, les masses mécanisées.

Ils propagèrent les deux grands mouvements de l’époque : la technologie et le totalitarisme. Deux mouvements convergents. Deux aspects d’un même mouvement d’ingénieurs des hommes et des âmes, visant la fabrique de l’homme nouveau, de l’Übermensch nazi à l’Homme d’acier communiste en passant par toutes les variétés de surhommes et de Supermen, pour aboutir au cyborg ; à l’homme bionique des laboratoires transhumanistes, « hybridé » d’implants et d’interfaces.

Dès les années Trente, le national-révolutionnaire Ernst Jünger, critiquait le racisme biologique et grossier des nationaux-socialistes, pour lui opposer l’avènement d’un nouveau type d’humanité : Le Travailleur – en tchèque, le robot.

Ces progressistes au plan technologique sont des régressistes au plan social et humain, des partisans de la pire régression sociale et humaine ; ce qu’en langage commun on nomme des réactionnaires. Le nazisme, le fascisme et le communisme n’ont succombé que face au surcroît de puissance technoscientifique des Etats-Unis. Mais l’essence du mouvement, la volonté de puissance technoscientifique, s’est réincarnée et amplifiée à travers de nouvelles enveloppes politiques. Le laboratoire est florissant d’où s’est enfuie la créature immonde. Dès 1945, Norbert Wiener mettait au point la cybernétique, la « machine à gouverner » et « l’usine automatisée », qu’IBM implante aujourd’hui sous le nom de « planète intelligente ». C’est-à-dire la fourmilière technologique ubiquitaire, avec ses rouages et ses connexions, ses insectes sociaux-mécaniques qui se nommaient eux-mêmes, jadis, des zoon politikon, des animaux politiques.

Pour les transhumanistes et les collabos de la machine, l’humain est l’erreur. L’humain est faible et faillible, l’humain est fini. L’humain leur fait honte. Ils aspirent à la perfection, au fonctionnement infaillible et à l’infinité du système technologique ; à se fondre dans cette totalité autonome.

Les transhumanistes trouvent des soutiens partout. Ils s’expriment dans les émissions de radio et dans les journaux de référence. « L’homme augmenté, c’est déjà demain », proclame l’hebdomadaire citoyen qui se réjouit du fait accompli. « Un autre transhumanisme est possible », déclare l’Association française transhumaniste. On n’arrête pas le progrès et la gauche est pour le progrès. Être de gauche, c’est réclamer le droit et les moyens de l’hybridation homme-machine pour toussétoutes ; d’un service public de l’eugénisme, nouvelle branche de la sécurité sociale.

Cependant, nous les chimpanzés du futur, nous n’avons pas perdu, et la machine n’a pas gagné. L’Humain reste une bataille en cours tant qu’il ne s’abandonne pas, et il ne s’abandonne pas tant qu’il pense les choses et les dit avec des mots. Nommer une chose, c’est former une idée, et les idées ont des conséquences inévitables. Nous devons garder les mots et nommer les choses du mot juste. Nous devons former des idées avec leurs conséquences inévitables.

Les transhumanistes n’ont qu’une idée : la technologie. Nous, chimpanzés du futur, n’avons qu’une technologie : les idées. Cependant les idées sont plus actives, plus rapides, plus performantes que n’importe quelle technologie ; plus véloces et puissantes qu’Internet et l’électricité.

Nous disons : le transhumanisme est un nazisme en milieu scientifique. C’est ce techno-totalitarisme, ce « fascisme » de notre temps que nous combattons, nous, animaux politiques : Et nous vous appelons à l’aide.

Sauvons les mots.

Brisons les machines.

Reproduisez et répandez l’Appel des Chimpanzés du futur.

Grenoble, le 5 novembre 2014

x 14,5 21 175 p. Flatulences politiques T Villeneuve James pamphlet politique 2007 15/10/07 9782354510046 Carrefour du net édition Politique et société 17,00 € 17.00 8,50 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Flatulences : du latin « vent », production de gaz gastro-intestinaux...

On est tout de suite dans le vif du sujet, ou dans le derrière du sujet... Si l’ouvrage ne comptait plus d¹une centaine de on pourrait absolument le ranger dans la case « pamphlet » tant l’écrit est satirique et violent à l’endroit de la politique, dans le sens ouvert du terme, si l’on peut dire.

L¹auteur qui a dû vivre au coeur du pet, ne semble plus (re) sentir pour le pouvoir la moindre sympathie, ni moins encore nourrir d’illusions.

L’histoire se passe dans une municipalité qui vient à terme de son mandat. Sans le sou bien sûr. Et prête à tout pour s’en procurer et présenter dans l’urgence à son conseil un budget équilibré.

Histoire de briguer un nouveau mandat aux échéances qui se profilent. Mais l’argent ne se trouve point sous le sabot d’un cheval. Alors, les élus du peuple - et leurs valets - emploient tous les moyens et vite pour s’en procurer, même les moins avouables, d¹autant qu’une grève des éboueurs vient perturber l’enjeu. Comment se termine l’affaire ?

Étonnement. De rebondissements en anecdotes croustillantes, l’auteur nous mène à la fin de l’histoire par ses chemins détournés. On se laisse porter par l’imagination fertile et débordante présente à chaque page, par les portraits au vitriol et le texte, j’allais dire les dialogues à la Audiard.

Un mode assurément pas anodin. Si le style en effet conduit, il ne peut qu’être celui-là, celui des sans conscience et des voyous... que sont les politiciens !

Extrait : « - Tu diras ce que tu voudras Ange, le bourgeois ne sait plus recevoir. Dans ma vie, j’ai fait quelques bonnes maisons, eh bien tu me croiras si tu veux, on avait du plaisir à fracturer, on pouvait compter sur un accueil délicat, de bons fauteuils, un vieux marc ; on quittait l’endroit avec regret. Aujourd’hui, l’argent se démocratise, les bonnes manières n’y sont plus et on fait le métier sans coeur, à la va-vite, en passant. L’époque est à la production de masse, au marketing uniformisateur, à la dénaturation du goût. On ne prend même plus le temps de s’asseoir chez le client. Tu veux que je te dise pourquoi ? Parce que c’est sale, la vaisselle traîne dans l’évier et la boniche a laissé les savates sur le canapé. Je n’ai rien contre le genre crado, mais on a l’impression de prendre aux pauvres... »

x 11 19 12 p. Matin brun T Pavloff Franck pamphlet racisme 1998 31/12/98 9782841160297 Cheyne Politique et société 2,50 € 2.50 présent à Plume(s)
AA AA
Sait-on assez où risquent de nous mener collectivement les petites lâchetés de chacun d’entre nous ?
x 12 21 95 p. Scientologie
une secte contre la République
T
Ariès Paul pamphlet religion 1999 31/08/99 3798316048003 Golias Les dossiers golias Politique et société -laïcité 3,86 € 3.86 présent à Plume(s)
AA AA
La Scientologie construit une machine de guerre contre l’humanisme et la République : refus de la liberté, de l’égalité, et de la fraternité. Les méthodes et les dogmes scientologues pénètrent pourtant le monde des entreprises et de l’éducation. Tous complices ou manipulés ? Un livre à lire d’urgence au moment ou la France, la Belgique, la Suisse sont confrontées à son expansion.
x 21 15 128 p. Petite histoire du grand Texas T Otto T. et Jarry Grégory pamphlet histoire, humour, international 2005 10/06/05 9782914553438 FLBLB International -Amériques 12,00 € 12.00 6,00 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Pamphlet politique à l’usage des gros capitalistes, Petite Histoire du Grand Texas explique aux générations futures comment s’est constitué le plus fameux des États d’Amérique. Ce livre fait le point sur les guerres indiennes et Fort Alamo, sur la République du Texas et sur la Guerre de Sécession, sur les derricks et les dollars, sur le Vietnam et sur l’Irak, sur l’assassinat de Kennedy et sur l’élection de Georges Bush.

Avec un humour qui vaut bien deux gros biftecks, les auteurs remettent les pendules à l’heure de l’État le plus agressif des États-Unis d’Amérique.

La sortie de cet ouvrage avait été accompagnée d’un évènement à la librairie-galerie Le Feu Rouge : la cérémonie d’annexion au territoire texan et une exposition de Jay Nomabalais...

x 26 20 48 p. Le père Noël est devenu sourd T conte, pamphlet consommation 2004 01/12/04 9782914475662 Golias Jeunesse 15,00 € 15.00 épuisé
AA AA

Un matin en se réveillant, le père Noël se rend compte qu’il est devenu sourd : catastrophe mondiale, on ne parle plus que de ça ! Il déprime à cause de ce nouvel handicap, jusqu’au jour où la lettre d’un enfant malentendant lui redonne goût à la vie.

Un conte destiné aux enfants mais qui plaira aux grands !

x 11,5 21 96 p. Petit manuel anti McDo à l’usage des petits et des grands T Ariès Paul pamphlet décroissance 1999 01/01/99 9782911453540 Golias Politique et société -consommation 7,32 € 7.32 épuisé
AA AA
McDo poursuit sa conquête du monde village après village, maison après maison. Une parie de l’Europe commence à résister face à ces « extra-terrestres » de la table. Contre la « mal-bouffe » et la pensée unique dont McDo est une illustration frappante, un petit manuel qui s’adresse aux parents autant qu’aux enfants, cible privilégiée des « McDollars ».
x 11 18 190 p. L’humanité disparaîtra, bon débarras ! T Paccalet Yves pamphlet écologie 2007 10/09/07 9782290001554 J’ai lu J’ai lu Essai Politique et société 6,40 € 6.40 présent à Plume(s)
AA AA

" Je conçois mal que l’évolution darwinienne, qui ne s’encombre ni de morale, ni de finalité, ni de "dessein intelligent" ait pu favoriser une espèce aussi envahissante, nuisible, mal embouchée et peu durable."

Il n’y a pas d’autre conclusion possible : bientôt fini le règne de l’Homme, cet animal borné qui se prétend intelligent mais qui ne cesse d’anéantir son milieu naturel et massacre ses semblables. Dans cet essai écologique, provoquant et teinté d’humour noir où il imagine treize scénarios catastrophes, le naturaliste Yves Paccalet dresse un véritable réquisitoire contre l’humanité. La conclusion est sans appel.

L’humanité disparaîtra, bon débarras ! a obtenu le prix du Pamphlet 2006.

x 12 21 160 p. Ces ouvriers aux dents de lait T Baffert Sigrid doc, pamphlet travail des enfants 2006 25/09/06 9782748504835 Syros Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 7,70 € 7.70 épuisé
AA AA

A travers trois histoires qui se font écho, ce livre dévoile le quotidien d’enfants mis au travail, dès leur plus jeune âge, dans l’industrie textile.

Song et Chai, qui s’éreintent aujourd’hui dans un atelier clandestin en France, Corentin, le petit apprenti bonnetier de Troyes à l’aube de la révolution de 1848 ou encore Naïla, employée dans une fabrique de tapis à Fez dans les années soixante, sont trois reflets d’une même réalité. Celle de ces ouvriers aux dents de lait contraints de survivre dans un univers d’adultes. Des récits édifiants et bouleversants, suivis d’un dossier complet sur le travail des enfants : les nombreuses formes sous lesquelles il se manifeste dans le monde, les principales causes identifiées, les solutions que l’on peut envisager.

x 13,5 22 1251 p. L’insécurité nucléaire
bientôt un Tchernobyl en France ?
T
Lhomme Stéphane pamphlet nucléaire 2006 10/04/06 9782913492400 Yves Michel Ecologie Politique et société -nucléaire 15,22 € 15.22 présent à Plume(s)
AA AA

Vieillissant et soumis à d’importantes restrictions budgétaires, le parc nucléaire pourrait sous peu causer un véritable "Tchernobyl français".

L’auteur fait un tour d’horizon complet et référencé des risques défaillances diverses, incendies, séismes, négligences, transports, terrorisme, prolifération. Les accidents nucléaires passés et de nombreux incidents récents sont décrits, à l’appui d’extraits de documents officiels dont certains sont classés confidentiels ou secret défense. Avant que le débat annoncé n’ait lieu, le gouvernement français a déjà pris ses décisions, tentant d’imposer ses choix, toujours par la force.

De nouveaux réacteurs sont annoncés alors que les déchets radioactifs restent sans solution. Une passionnante enquête montre comment le lobby atomique et celui de l’agriculture productiviste nous préparent à survivre en zones contaminées en cas de catastrophe nucléaire. Des "stratégies de survie" sont discrètement étudiées et déjà même expérimentées en France. Alors qu’elle impose un risque maximal, l’industrie nucléaire n’a en réalité sur la planète qu’une place marginale et déclinante : l’auteur montre qu’elle est de fait incapable de répondre à la crise énergétique et climatique, contrairement aux économies d’énergies et aux énergies renouvelables qui représentent Ici seule alternative d’avenir.

x 14 22 280 p. Nucléaire : la démocratie bafouée
La Hague au cœur du débat
T
Anger Didier pamphlet nucléaire 2002 07/09/02 9782913492165 Yves Michel Politique et société -nucléaire 5,00 € 5.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le parc nucléaire français « vieillissant » pose la question de son renouvellement dès maintenant. L’État français va-t-il relancer un programme nucléaire ou opter pour des alternatives ? En démocratie, tout citoyen est en droit d’être convié au débat sur la politique énergétique.

Soyons vigilants ! Le dessous des cartes de la mise en place du programme nucléaire en France est mis en lumière dans cet ouvrage : Didier ANGER dénonce la collusion entre l’État et le lobby nucléaire, avec son cortège de mensonges et de choix imposés. L’histoire du centre de retraitement de déchets radioactifs de La Hague a valeur d’exemple. C’est ainsi que la douce France s’est dotée du parc nucléaire le plus dense d’Europe. C’est aussi le seul pays où tant de logements sont chauffés à l’électricité.

Les questions majeures générées par l’industrie nucléaire restent sans réponse depuis 30 ans : déchets radioactifs, retraitement des combustibles irradiés, dangers pour la santé publique et l’environnement, menace terroriste…. Quant au coût officiel du kilowatt/heure nucléaire, son calcul est une imposture !

En Europe, la plupart des pays ont ouvert le débat et ont tourné le dos au nucléaire. Sont-ils ignorants ? Non ! Ils intensifient l’utilisation des énergies renouvelables. Pourquoi pas la France ?

Didier Anger préconise le recours à des alternatives diversifiées et, surtout, décentralisées, qui constitueraient pour la France un gisement d’emplois à exploiter, une garantie d’indépendance et une pérennité énergétique. Beaucoup moins de lignes à haute-tension, aussi !

Ce livre nous implique, en tant que citoyens responsables, dans les choix énergétiques d’aujourd’hui et de demain, et dans un choix de vie pour bien sortir du nucléaire. Instruits du passé, exigeons un débat loyal !

x 13 18 69 p. Commment ils ont volé l’AerTéTé ? T Leterrier Jean-Michel pamphlet travail 2006 31/08/06 9782915640335 Les Points sur les i Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA

L"Aertété" a été volée et le commissaire Martin Bryau est chargé de la retrouver.

Tout ceci étant un prétexte pour l’auteur, qui nous conduit, dans son périple, à la recherche de cette fameuse "Aertété". Il nous emmène dans un monde qu’il connait bien, celui de la littérature, du cinéma, du théâtre, de la musique et des arts plastiques. Ses investigations le mèneront donc de Paris à Marseille, d’Avigon à Béziers, d’Uzeste Musical à Aix en Provence...

Mais aussi dans un certain restaurant, lieu culte où les souvenirs se croisent entre la sortie de livres et la compicité des hôtes de l’estaminet, hélas revendu depuis, notre propriétaire s’étant épris de la femme d’un restaurateur chinois assez jaloux...

Qui a volé l’Aertété ? Et bien, RDV avec ce tout nouveau livre oh combien agréable, sans complaisance et rempli d’anecdotes plus cocasses, les unes que les autres...

Curieusement le Medef et le PMU... (UMP en verlant) ne sont pas loin de l’énigme... Mais comment cela est-il possible ?

Et bien lisez ce livre séance tenante, parole de commissaire Bryau... !


Format Nombre de pages 76

x 13 20 122 p. Terre-Mère, homicide volontaire ? T Rabhi Pierre et Durand Jacques-Olivier pamphlet environnement 2007 13/04/07 9782916517131 Navire en pleine ville Politique et société -écologie 14,00 € 14.00 épuisé
AA AA

« De quoi manque le plus notre monde ? D’humain !... »

Humain, humanisme, humanitaire..., autant de mots qui ont la même racine qu’humus, cette vitamine indispensable à la mince couverture qui, à la surface de notre planète, assure notre survie. Cette terre nourricière qu’on est en train d’épuiser, d’assécher, d’empoisonner... Parce que 20% de la population du globe est prisonnière de l’équation : croissance=production+consommation+profit, jusqu’à l’épuisement des ressources, alors que les 80% qui restent n’ont pas accès aux besoins vitaux les plus élémentaires.

Voilà plus de quarante ans que Pierre Rabhi, agro-écologue et fondateur de « Terre et Humanisme », à la parole et l’engagement mondialement reconnus, dénonce et agit pour que l’on sorte du cycle suicidaire du « toujours plus ».

Il en appelle aux consciences, et particulièrement à celle des plus jeunes, pour que l’homme se réconcilie avec la nature, réapprenne à respecter et à protéger notre « terre-mère ». Pour que chacun cultive, là où il vit, une « oasis d’humain dans ce désert d’humanité ». Tant qu’il est encore temps !

x 10,5 17 110 p. Tchernoblues T Belbéoch Roger pamphlet nucléaire 2001 30/11/00 9782844051806 L’Esprit frappeur Politique et société -nucléaire 4,00 € 4.00 épuisé
AA AA

Le mensonge politique n’a rien de nouveau, mais la perspective de catastrophes nucléaires lui a donné une autre dimension.

Les citoyens sont devenus beaucoup plus exigeants en matière de mensonges et ce sont désormais des experts médecins, scientifiques, associations, syndicats, etc., qui ont pris le relais des politiques et les assomment de mensonges. Mais si les " citoyens " sont de plus en plus exigeants, ce n’est pas pour connaître la vérité mais afin que ces mensonges soient crédibles et leur évitant des problèmes de conscience insolubles.

Il y a donc une conjonction entre la nécessité pour les gestionnaires de mentir et la nécessité pour les " citoyens " que ces mensonges soient crédibles. Jusqu’à présent, les mensonges et la dictature des experts étaient acceptés " volontairement ". Maintenant, cette servitude vis-à-vis des experts est devenue une nécessité pour la meilleure survie des " catastrophés ". On est passé de la servitude volontaire à la nécessité de la servitude.

x 13 20 126 p. La chasse aux enfants
L’effet miroir de l’expulsion des sans-papiers
T
Benasayag Miguel et del Rey Angélique pamphlet éducation, sans papier 2008 31/03/08 9782707154538 la Découverte Sur le vif Politique et société -immigration et précarité 10,00 € 10 7,90 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Cet ouvrage est un signal d’alarme lancé par les philosophes Miguel Benasayag et Angélique del Rey, et des membres du Réseau Éducation sans frontières (RESF), confrontés quotidiennement à la réalité de la traque des sans-papiers et de leurs enfants scolarisés en France. Il montre que la politique discriminatoire dont ces derniers sont l’objet a des conséquences beaucoup plus profondes qu’il n’y paraît, puisque c’est la société tout entière qui est traumatisée quand elle est amputée de certains de ses membres : les violences faites aux migrants étant des atteintes à ce qu’ils sont et non à ce qu’ils font, elles provoquent de profonds chocs psychologiques.

Cela vaut en particulier pour les camarades de classe des « enfants chassés », confrontés à d’insupportables contradictions quand les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité sont bafouées au nom d’une certaine conception de l’ordre et de la tranquillité sociale, lorsque des enseignants, des responsables d’établissements ou des parents doivent s’opposer ouvertement aux agents de la force publique qui procèdent aux arrestations ou aux expulsions, quand l’autorité scolaire ou parentale doit contredire une autorité censée assurer la sécurité de tous.

Nourri de nombreux témoignages sur les violences de la « chasse aux enfants » et l’engagement de militants de RESF, ce livre montre que cet engagement au nom de la solidarité active, maintenant pénalisée, relève, au-delà de la conscience morale, beaucoup plus fondamentalement de la possibilité réelle de vivre ensemble.

x 10,8 15,5 105 p. Puissiez-vous dormir avec des puces
Journal de l’après-génocide au Rwanda
T
Hilbold Albert pamphlet Afrique, Rwanda 2003 31/03/03 9782915129021 Homnisphères International -Afrique 5,00 € 5.00 épuisé
AA AA

Vous êtes allés au Rwanda ? Avez-vous vu des cimetières ? Au Rwanda, il n’y a pas de cimetières ; dans les années 1960 du moins, il n’y en avait pas ! Au Rwanda, on ne parle pas de la mort. Seule la vie compte. « Murare hargiana », « puissiez-vous dormir avec des puces », voilà la salutation la plus raffinée pour vous souhaiter une bonne nuit : que les puces vous réveillent et vous rappellent que vous êtes vivants, que votre sommeil soit en même temps réparateur et vigilant, parce que les vaches ne sont jamais à l’abri des voleurs !

Trente ans plus tard, plus je lisais les journaux pendant et après le génocide, plus la colère, la peine et la honte montaient en moi devant l’incompréhension et l’eurocentrisme de la plupart des journalistes.

Je me mis à écrire pour crier que c’était faux, que ces massacres « ethniques » n’étaient pas si ethniques que ça.

Le génocide des Tutsi et le massacre des Hutu au Rwanda a démarré le 07 avril 1994 et a duré jusqu’en juillet de la même année. L’estimation actuelle des morts est de plus de 1 million de personnes et la guerre civile a provoqué l’exode massif de plus de 2,1 millions de personnes à l’étranger et de plus de 2 millions de déplacés à l’intérieur du pays.

x 14 21 60 p. Lettre au garde des Sceaux pour une dépénalisation du délit d’outrage T Dunand Romain et Reboux Jean-Jacques pamphlet justice, répression 2008 31/05/08 9782352270423 Après la Lune Tous Les Possibles Politique et société -répression 5,00 € 5.00 épuisé
AA AA

Ces dernières années, les délits d’outrage ont connu en France une inflation exponentielle. Un banal contrôle routier, un simple courrier syndical, et la parole d’un citoyen se retrouve traînée devant les tribunaux, avec à la clé de fortes amendes, sanctionnant des délits résultant le plus souvent d’un abus d’autorité. Et des citoyens impuissants qui, de victimes - notamment en ce qui concerne les violences policières -, se retrouvent dans la situation de délinquants.

Forts des enseignements de leurs propres démêlés judiciaires, les auteurs ont choisi d’alerter l’opinion. Ils en viennent évidemment à soumettre aux autorités la nécessaire abrogation de ce délit d’un autre temps, où l’arbitraire le dispute à l’ubuesque. Des affaires à suivre. Une liberté à conquérir. Cette lettre au garde des Sceaux a été envoyée à l’ensemble des parlementaires français.

Pour avoir comparé la politique de l’ex-ministre de l’Intérieur à celle de Vichy, Romain Dunand a été condamné le 14 février 2008 à 800 € d’amende pour outrage à Nicolas Sarkozy. Pour avoir contesté un abus de pouvoir d’un policier, Jean-Jacques Reboux est jugé le 27 juin 2008 pour outrage à agent. Leur rencontre a été rendue possible grâce au site d’information Rue89.

Extrait du livre : PEUT-ON ENCORE PARLER AUX POLICIERS ?

Note liminaire des auteurs

Notre propos, nous le savons, s’inscrit à contre-courant dans le contexte actuel du tout-répressif : lois Perben-Sarkozy, multiplication des manquements à la déontologie de la part de fonctionnaires de police constatés par la Commission nationale de déontologie de la sécurité, multiplication des condamnations pour outrage et rébellion, utilisation de ces délits pour couvrir des violences policières de plus en plus banalisées, instrumentalisation des statistiques de la délinquance, du taux d’élucidation des crimes et délits, culture de résultat imposée aux policiers, insti­tutionnalisation de la chasse aux sans-papiers, répression des militants des associations les défendant, conditions de détention inhumaines dans les centres de rétention, peines-planchers, loi sur la récidive, sans parler du rétablissement du délit ubuesque d’outrage au drapeau - dans un pays où, rappelons-le, il est fortement question de dépénaliser le droit des affaires !

Pour autant, malgré son titre volontairement provocateur, ce « pavé dans la mare » répond à un constat : un nombre croissant de gens ne supportent plus le comportement de policiers dont le respect pour les citoyens et l’observation des règles de déontologie, trop souvent, laissent à désirer, alors que ces mêmes policiers ne supportent pas qu’on leur en fasse la remarque. Dès lors, la question s’impose : peut-on encore parler à un policier ? Autrement dit, est-il encore possible, en France, de parler de son travail à un policier sans risquer l’outrage ?

Signe des temps, le cinéma français, pourtant peu enclin aux clameurs militantes, s’est emparé du problème, avec Très bien, merci, l’excellent film d’Emmanuelle Cuau sorti en 2007.

Nous avons voulu, à partir de deux expériences personnelles, ayant a priori peu à voir, et une rencontre rendue possible grâce au site Rue89, livrer une réflexion sur une problématique, qui, si elle n’est pas nouvelle, est de plus en plus prégnante dans la société française : le délit d’outrage à agent et les scandaleux détournements qu’en font certains policiers, qui portent systématiquement plainte contre leurs victimes afin de se « couvrir » et... d’arrondir leurs fins de mois. Et au-delà, bien évidemment, le délit d’outrage à personne dépositaire de l’autorité publique.

Nous en sommes arrivés à cette conclusion : à cause des abus commis en son nom, et de sa non-réciprocité (un citoyen ordinaire portant plainte contre un policier, malgré l’article 432-5 du Code pénal réprimant les abus d’autorité, a toutes les chances d’être débouté) ; le délit d’outrage est devenu une source d’injustices, dont les victimes sont le plus souvent des citoyens transformés en délinquants par le seul fait d’un arbitraire policier.

Il est surtout devenu un pesant anachronisme, aux relents de crime de lèse-majesté.

C’est pourquoi nous disons au garde des Sceaux : ne serait-il pas grand temps, ainsi que l’ont fait récemment certains pays, de dépénaliser le délit d’outrage ? Ne serait-ce pas là une occasion de ramener un peu de paix civile et sociale -fut-ce au prix d’une baisse des très artificielles statistiques de la délinquance - dans un pays marqué par le doute et la dépression ?

Ce courrier a été envoyé à l’ensemble des parlementaires français, ainsi qu’à un certain nombre de magistrats, avocats, policiers, femmes, hommes politiques et, bien entendu, aux médias.

Nous restons assez circonspects, quant à savoir si l’un(e) d’entre eux aura le courage de déposer une proposition de loi en ce sens sur le bureau de l’Assemblée nationale.

Il suffirait pourtant d’un(e) seul(e) pour que nous ayions le sentiment que cette lettre n’aura pas été écrite en vain.

Romain Dunand
Jean-Jacques Reboux

x 18 18 192 p. Anthologie de la connerie militariste d’expression française vol. 1 T Seroux Lucien pamphlet pacifisme 2003 01/04/03 9782912580146 AAEL Politique et société -pacifisme 10,20 € 10.20 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

L’ambition de cet ouvrage est de recenser les phrases assassines écrites ou proférées en France à propos du militarisme et ses " environs ".

La quantité de conneries nous amènera à publier plusieurs volumes. Les chapitres 1 et 2 de ce premier volume, étant consacrés à la formation du jeune citoyen et du soldat, font appel à de nombreux manuels scolaires : livres de lecture, de morale, d’instruction civique, d’histoire, etc. , et à des poèmes et chansons. D’autres citations sont empruntées à la presse et à divers ouvrages largement répandus dans les familles.

Le troisième, Armons-nous et Partez, montre comment, conditionné, devenu mobilisable, on passe aux actes. Si aujourd’hui, en France, la production des vociférations belliqueuses s’est ralentie, on en entend toujours, aussi bien dans le plus grand état du monde que dans les plus modestes pays. On nous disait encore très récemment que la France est pacifique, mais non pacifiste ; c’est sans doute que les armes tricolores n’ont pas fini d’abreuver nos sillons d’un sang impur.

Ce recueil sera longtemps - toujours hélas - d’actualité, car il est tout empli d’intoxication, de désinformation et de " viol des foules " par les propagandistes intéressés qui se servent du mot patrie, pour faire avancer la barbarie, la misère et la mort.

x 18 18 287 p. Anthologie de la connerie militariste d’expression française vol. 2 T Seroux Lucien pamphlet pacifisme 2006 25/05/06 9782912580207 AAEL Politique et société -pacifisme 13,20 € 13.20 présent à Plume(s)
AA AA

Exerçant, à notre manière, le devoir de mémoire, nous poursuivons cette inquiétante anthologie de citations empruntées à des manuels scolaires, à des poèmes, à des chansons, à la presse et à divers ouvrages.

Le chapitre 4, Le rouge est mis, vous entraîne sur les champs de bataille en justifiant les guerres préventives, légitimes, saintes, justes, etc. Le chapitre 5, La raison du plus blanc, passe en revue les ennemis de l’extérieur et de l’intérieur. Inventaire d’une exaltante xénophobie où la bêtise dangereuse rivalise avec la cruauté et l’horreur. Après avoir répertorié les qualités guerrières de notre race (cocoricons !) ce deuxième volume conclut sur les " bienfaits " de la colonisation ! Aujourd’hui, en France, le bourrage de crâne est pratiqué plus subtilement qu’aux siècles passés : il est perfide et hypocrite, à travers la désinformation et l’intoxication que nous subissons de la part des politiques, économistes et consorts avec le soutien (voire plus lorsqu’affinité) d’une certaine presse écrite, parlée et télévisée, dans laquelle on trouvera encore matière à enrichir cet ouvrage.

Casser la soumission à l’autorité, marginaliser la religion patriotique et ses sanglants sacrifices humains, inciter au refus de tuer, construire une vraie civilisation sans armes et sans armées, autant d’objectifs qu’il est urgent de partager solidairement avec Lucien Seroux, afin de sortir enfin de la barbarie des guerres. Union pacifiste Section française de l’Internationale des résistants à la guerre.

x 18 18 271 p. Anthologie de la connerie militariste d’expression française vol. 3 T Seroux Lucien pamphlet pacifisme 2007 30/10/07 9782912580214 AAEL Politique et société -pacifisme 13,20 € 13.20 présent à Plume(s)
AA AA
Les chapitres 6 et 7 de ce troisième volume sont consacrés ( !) aux élucubrations de caractère divin touchant au père, au fils, à leurs proches et leurs sbires militaires et civils, à la mère patrie et à la sainte haine, au nom de quoi on "marche" à l’ennemi. Dieu est l’alibi des maîtres : la guerre est divine. Le sabre, la bourse et le goupillon s’allient pour donner aux pauvres pécheurs une fin glorieuse et rédemptrice : on sauve son âme en rachetant sur le champ d’honneur le soi-disant péché originel. Le chapitre 8 traite de la guerre considérée comme remède à tous nos maux et excipient définitif. Enfin, le chapitre 9 évoque les salopards qui mouchardent ou trahissent. La connerie militariste s’y épanouit avec la même splendeur. Les paroles et les écrits - d’un cléricalisme primaire ou sophistiqué - rapportés dans ces pages n’engagent que la seule responsabilité de leurs auteurs, civils, militaires et religieux. Puisse cette anthologie aider à décoder les discours actuels. Car si le vocabulaire et la forme évoluent avec le temps, si la langue de bois remplace la langue d’airain et d’encensoir, sur le fond ce sont les mêmes propos qui nous sont tenus ou assénés. Simplement, ici et ailleurs, au prétexte de civilisation et de religion ou d’héritage culturel, la manipulation et l’intoxication gagnent en subtilité et en hypocrisie.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |