Perse - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 4 documents sur le thème : Perse



4 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 9 14 90 p. Les quatrains T Khayyam Omar poésie Perse 2008 28/08/08 9782844852816 Allia Littérature Divers-petits livres 3,10 € 3.10 sur commande ?
AA AA

A la mort d’Omar Khayyam, quelques centaines de quatrains sont retrouvées. Lui qui haïssait plus que tout l’esclavage de la pensée nous a légué ces poèmes qui, aujourd’hui encore, s’élèvent contre l’imposture religieuse et politique.

Eminent savant, être épris de liberté, il s’éloigne, vers trente ans, du pouvoir et de tout risque de compromission. Mathé­maticien et astronome, ses calculs sur l’infiniment grand l’ont rendu proche de l’infiniment petit. A force de sonder le ciel, il a mesuré la durée dérisoire des hommes. Et ce point zéro où apparaît et s’abîme fatalement tout ce qui vit, a inspiré en lui le poète. Il rédige les Rubaï’yat, Quatrains dans lesquels il célèbre les femmes et la beauté, l’ivresse et la poussière du néant. La forme de ces vers lui permet de dire l’usage du monde et sa mesure.

Préférant les jouissances de l’éphémère aux vérités érigées en dogmes, il ne souhaite à l’humanité qu’ivresse et amour. Mystique en apparence, débauché en réalité, mêlant le rire à l’incré­dulité, Khayyam est l’homme le plus curieux à étudier pour comprendre ce qu’est devenu le libre génie de la Perse dans l’étreinte du dogmatisme musulman. Le manteau des explications mystiques couvre, dans ses poèmes, toutes les hardiesses.

Qu’un pareil livre ait pu circuler libre­ment dans un pays musulman, est un sujet de surprise : la littérature européenne peut-elle citer un ouvrage où toute croyance soit niée avec une ironie si fine et si amère ?

x 14 21 104 p. Al-Biruni
un génie de l’an mil
T
Herz Laurent biographie histoire, philosophie, sciences, Perse 2007 31/08/07 9782849240533 Cygne Divers -sciences 13,00 € 13.00 présent à Plume(s)
AA AA

Al-Biruni (973 - v. 1050), l’Aliboron du Moyen Âge, a été bien moins connu, et beaucoup plus tardivement, que son contemporain et compatriote Avicenne (980-1037). C’est pourtant un autre de ces très grands savants persans d’Asie centrale qui ont donné tout son éclat à la science arabo-musulmane médiévale, à une époque où sa filiation intellectuelle avec la science grecque était reconnue et revendiquée.

Il apparaît comme un savant encyclopédiste : au-delà de ses deux spécialités de base, les mathématiques et l’astronomie, il a été historien, ethnologue, minéralogiste, pharmacologue, traducteur et poète. Son Livre de l’Inde, réalisé entre 1027 et 1032, est un incomparable témoignage de première main sur les divers aspects de la civilisation indienne. Il avait traduit un poème malheureusement disparu sur les deux Bouddhas de Bamiyan.

Musulman croyant, d’une insatiable curiosité intellectuelle, il a su porter un regard bienveillant et scientifique sur les autres religions et civilisations de son temps. De ses 180 écrits, seuls 40 sont parvenus jusqu’à nous, beaucoup étant encore inédits dans les langues européennes. Il reste beaucoup à faire pour exploiter ses travaux, et ce petit ouvrage vise à servir d’introduction dans cet esprit.

x 11 18 105 p. La conférence des oiseaux T Carrière Jean-Claude théâtre philosophie, Perse, oiseau 2008 31/05/08 9782226182920 Albin Michel Espaces Libres Littérature -théâtre 6,40 € 6.40 épuisé
AA AA

La Conférence des oiseaux est un des plus célèbres contes soufis, qui a beaucoup influencé le grand Rûmî, et dont le persan Farid al-Din Attar (1142-1220) fit l’un des plus beaux récits poétiques de tous les temps.
Il raconte comment les oiseaux se mirent en quête d’un oiseau mythique, le Simorgh, afin de le prendre comme roi. Au terme d’une épopée mystique et existentielle, ils découvrent que le Simorgh n’est autre qu’eux-mêmes : « Le soleil de ma majesté est un miroir. Celui qui se voit dans ce miroir, y voit son âme et son corps ».

De cette allégorie de la rencontre entre l’âme et son vrai roi, Jean-Claude Carrière a tiré une œuvre théâtrale, mise en scène par Peter Brook en Avignon en 1979.

Longtemps épuisé, ce classique contemporain, par lequel un trésor du patrimoine spirituel mondial retrouve son oralité première, est enfin rendu à son public.

x 10 17,8 296 p. La conférence des oiseaux T Attar Farid-ud-Din’ recueil, nouvelles philosophie, Perse, oiseau 2010 31/03/10 9782757817872 Points Points Sagesses Littérature -poches 8,10 € 8.10 épuisé, réédité avec l'ean 9782757840245
AA AA

Farid-ud-Din’ Attar fut l’un des plus grands poètes mystiques de cette époque glorieuse du soufisme où la quête divine atteignit des sommets inégalés. Rûmi, Hallaj, Saadi furent ses pairs. Il écrivit beaucoup. Le Mémorial des saints, Le Livre divin sont de ses œuvres majeures. La Conférence des oiseaux est assurément la plus accomplie. Elle relate le voyage de la huppe et d’une trentaine de ses compagnons en quête de Simorgh, leur roi. D’innombrables contes, anecdotes, paroles de saints et de fous les accompagnent. "

Lis ce livre, chercheur, tu sauras où aller, dit le prophète. Savoure-le longtemps et tu seras nourri. Car il a de quoi t’étonner. Tu le lis une fois et tu crois le connaître, mais non ! Lis-le cent fois, cent merveilles nouvelles ébahiront ton œil. "

La Conférence des oiseaux est un de ces livres qui se savourent et se fréquentent comme des amis nourriciers.

Adapté par Henri Gougaud


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |