technologies - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 22 documents sur le thème : technologies



22 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 23 27,5 216 p. L’art des ponts T Serres Michel beaux livres technologies 2006 01/11/06 9782746503052 Le Pommier Divers 39,00 € 39.00 manquant sans date
AA AA

« Je n’ai jamais rêvé que de ponts, écrit que d’eux, pensé que sur ou sous eux ; je n’ai jamais aimé qu’eux. Ce livre sur les ponts finit comme le livre de tous mes livres. » Michel Serres

Ce livre est un hommage très personnel aux ponts de toutes natures, aussi bien matériels qu’immatériels, qui relient les hommes les uns aux autres. Un superbe cri d’amour, tant par la richesse kaléidoscopique du propos que par la beauté des images qui l’épousent. Tantôt amoureux transi, tantôt amant passionné, Michel Serres déclare sa flamme aux ponts et nous entraîne sur leurs tabliers, qu’ils soient de chair ou de métal, de pierre ou de paroles. Une ode virevoltante, profonde et aérienne, qui nous émerveille autant qu’elle nous enrichit.

x 19 15 38 p. Sur le chantier T Barton Byron jeunesse technologies 2000 01/12/00 9782211033558 Ecole des loisirs Lutin Poche Jeunesse -livres souples 5,00 € 5.00 sur commande ?
AA AA

Hé, les gars ! Mettons-nous au travail. Démolissons cet immeuble. Creusons cette route. Chargeons ce camion. Déchargeons ces gravats. Mélangeons ce ciment. Quelle journée...


2 à 4 ans
Première édition France : 1987

x 10 16 127 p. Les nano-technologies doivent-elles nous faire peur ? T Petit Jean-Claude et Laurent Louis essai nano, société, technologies 2005 10/03/05 9782746502192 Le Pommier Petites pommes du savoir Jeunesse -sciences 4,99 € 4.99 présent à Plume(s)
AA AA

Des nanomachines capables de s’autoorganiser, de mimer le vivant, voire de le mécaniser, des puces électroniques remettant au goût du jour la tyrannie de Big Brother, des nanoparticules perturbant les écosystèmes et pénétrant même dans notre cerveau… ces scénarios catastrophe sont-ils irréalistes ou visionnaires ? Qu’attendre des nanotechnologies dont le grand public sait encore peu de choses mais dont on dit déjà et le plus grand mal et le plus grand bien ? Quels enjeux leur sont associés ? Quels risques ont d’ores et déjà été identifiés ? Quelles mesures conviendrait-il de prendre pour y parer, le cas échéant ?

Louis Laurent est chef du Département « Matière et Information » à l’Agence nationale de la recherche (ANR). Jean-Claude Petit est le directeur des programmes du Commissariat à l’énergie atomique (CEA).


Collection : Petites pommes du savoir n° : 64

x 13 18 135 p. De la ville au technocosme T Bonnaud Xavier essai sciences, société, technologies 2008 02/07/08 9782841724000 L’Atalante Politique et société 10,90 € 10.90 épuisé
AA AA

De la ville au technocosme n’est pas un essai ordinaire. Son auteur, Xavier Bonnaud, est un architecte qui a exercé pendant plus de vingt ans en région parisienne. C’est fort de cette expérience et de ses lectures qu’il s’est plongé dans ce monde, le nôtre, constamment renouvelé par la technologie. En interrogeant ce nouvel environnement –un assemblage de réseaux, de fonctions et de lieux qui équipent notre existence et servent notre quête de performance-, Xavier Bonnaud nous propose de réfléchir à l’impact de la technicité croissante de nos existences. Une question domine du reste sa réflexion : pourquoi, à travers son génie technique, l’homme construit pour lui-même des cités qui lui paraissent soudain inhospitalières ?

Ouvrage « de société », au sens où il est ancré dans le réel, et de philosophie de l’urbain, De la ville au technocosme questionne finalement le devenir de l’homme : puisqu’il n’y a pas d’alternative au monde urbain, est-ce que l’homme saura y mettre de l’espérance ?

x 26 21 10 p. Voiture : comment ça marche ? T livre animé jeunesse, technologies 2008 01/10/08 9782733810002 Auzou Jeunesse -éveil 12,90 € 12.90 épuisé
AA AA

Les enfants veulent tout savoir des entrailles d’une voiture ? Et vous ne savez jamais répondre à leurs questions ? Qu’est-ce qu’un alternateur ? À quoi sert une turbine ? À présent tout ce qui concerne les voitures n’aura plus de secrets pour vos enfants !! Ce sont eux qui vous donneront des explications....

Les atouts :

  • Une fabrication de haute qualité
  • Des schémas et dessins à la fois très précis, très simples et très didactiques.
  • Le vocabulaire est clairement expliqué, comme le sont les mécanismes
  • Les mots expliqués sont en gras
  • Des illustrations rigolotes très attrayantes

L’idée :

  • La curiosité des enfants et leur goût du détail font de cette collection une approche idéale pour répondre à leurs attentes.
  • Cette collection leur donne la possibilité à l’enfant d’apprendre par l’illustration,le vocabulaire explicité et surtout les éléments d’infographie, à actionner ou non.
  • Une multitude de schémas, de croquis, des éléments à tirer pour mieux comprendre l’avant / après sont là pour montrer comment tout fonctionne.
x 13,5 21,5 288 p. Le choix du feu
aux origines de la crise climatique
T
Gras Alain essai énergies, technologies 2007 30/09/07 9782213625317 Fayard Essais Politique et société -écologie 20,90 € 20.90 présent à Plume(s)
AA AA

Comment a-t-on pu négliger à ce point l’énergie de l’eau, du vent ou de la terre ? Des quatre éléments, notre civilisation n’en a retenu qu’un pour produire son énergie : le feu. Le pétrole, le charbon ou les grandes chaudières que sont les centrales nucléaires fournissent ainsi aujourd’hui l’essentiel de notre énergie.

Alain Gras, après avoir décrit l’omniprésence du pouvoir de la chaleur dans la vie quotidienne, remonte aux mythes et aux représentations collectives du feu et réinterprète l’histoire de façon entièrement nouvelle, en particulier celle de la révolution industrielle. Il montre comment le choix du feu s’est effectué et de quelle manière il a entraîné une coupure radicale avec le monde des énergies renouvelables, qui nous empêche encore aujourd’hui de penser à une voie alternative qui nous permettrait de sortir de la crise climatique. L’auteur suggère d’autres trajectoires et propose de faire appel à nos capacités créatrices en décolonisant notre imaginaire. Car ce n’est pas le progrès technologique qui nous sauvera du malheur engendré par lui-même, c’est en reconnaissant que le règne du feu n’est qu’une contingence historique que l’on pourra se libérer de tout déterminisme fataliste.

Il est urgent d’échapper à la chaleur technicienne et au moteur thermique, qu’aucun biocarburant ne rendra jamais propre, et de s’orienter vers d’autres technologies, synonymes de nouveaux modes de vie et rapports sociaux.

Un ouvrage riche de nombreux exemples, original, stimulant et optimiste.

x 13,5 21,5 320 p. Fragilité de la puissance
se libérer de l’emprise technologique
T
Gras Alain essai société, technologies 2003 30/04/03 9782213615356 Fayard Documents Politique et société 20,90 € 20.90 sur commande ?
AA AA

La guerre en Irak a mis brutalement en lumière notre extraordinaire dépendance au pétrole et notre extraordinaire incapacité à imaginer des voies qui n’utiliseraient pas cette ressource limitée. D’autres innovations technologiques aujourd’hui suivent un modèle analogue, nous enfermant dans des rails techniques, nous privant de tout choix, construisant une civilisation de la puissance et de la fragilité. Comment en sommes-nous arrivés là ? Le « progrès technique » n’est-il pas une illusion qui nous empêcherait de voir la pluralité des lendemains possibles, et donc nous priverait d’une dimension essentielle de la liberté humaine : la possibilité même de choisir ? Car les techniques ne sont pas neutres : elles façonnent la société.

Optimiste, Alain Gras montre ici que d’autres choix, collectifs, sont pensables et par là même possibles. A l’aide de nombreux exemples, il propose une passionnante relecture de l’histoire des techniques et redonne toute sa place à la diversité des sociétés et des cultures. Briser la porte de la prison imaginaire dans laquelle nous nous sommes enfermés, comprendre que le progressisme technologique est devenu la figure centrale du nihilisme contemporain, voilà l’objet de cet ouvrage.

x 12 18 80 p. Critique du bio-pouvoir T Ferenczi Thomas essai politique, technologies 2002 31/12/01 9782870279052 Complexe Politique et société 5,50 € 5.50 épuisé
AA AA
Informatique, biologie et mondialisation sont les trois piliers de la mutation et de la métamorphose que le monde vit aujourd’hui. Mais ceux-ci suscitent autant d’inquiétudes que d’espoirs. Où nous emportent ces techniques alors que nous sommes tentés de leur confier une grande partie de notre destin ? Ont notamment collaboré à ces ouvrages : Dominique Bourg, François Guéry, Axel Kahn, Catherine Perret, Joël de Rosnay, Lucien Sfez, Jacques Testard, Monette Vacquin…
x 12 18,5 93 p. Le téléphone portable
gadget de destruction massive
T
Pièces et main d’oeuvre essai technologies, portable, technicisme 2008 01/05/08 9782915830170 L’Echappée Pratique -santé 7,10 € 7.10 actuellement indisponible
AA AA

C’est le plus foudroyant développement technologique de l’Histoire. En dix ans le téléphone portable a colonisé nos vies, avec l’active participation du public, et pour le bénéfice de l’industrie. Ce déferlement signe la victoire du marketing technologique contre les évidences. Non seulement les ravages - écologiques, sanitaires, sociaux, psychologiques - du portable sont niés, mais il n’est pas exclu que sa possession devienne obligatoire pour survivre à Technopolis.

À l’échelle planétaire (déchets électroniques, massacres de populations et d’espèces menacées), nationale (surveillance, technification des rapports sociaux, bombardement publicitaire), locale (pollutions, pillage des ressources et des fonds publics) et individuelle (addiction, détérioration de la santé et autisme social), découvrons ce gadget devenu fléau absolu.

x 14 20,5 183 p. Un iceberg dans mon whisky
Quand la technologie dérape
T
Chevassus-au-Louis Nicolas essai technologies 2009 10/09/09 9782020976671 Seuil Science ouverte Divers -sciences 17,20 € 17.20 présent à Plume(s)
AA AA

On n’arrête pas le progrès, dit le proverbe.

L’histoire de la technologie, elle, tient un autre discours : le progrès connaît des coups de frein et parfois de spectaculaires échecs dont les ruines hantent encore nos paysages. Qui n’a vu le rail de béton du défunt aérotrain, entre Paris et Orléans, ou la carcasse de la raffinerie de Lavéra, censée fabriquer des « steaks de pétrole » à l’époque où ce dernier était bon marché ? Qui n’a jamais entendu parler du glorieux projet de remorquer des icebergs jusqu’en Arabie Saoudite, des promesses de la voiture à propulsion nucléaire, des richesses des nodules de manganèse des grands fonds ou des mirages de l’énergie thermique des océans ? Autant de sujets passionnants pour ce livre truffé d’anecdotes qui analyse les causes — souvent complexes — qui mènent au succès ou à l’échec d’une technologie.

x 15,5 24 312 p. L’apocalypse joyeuse
Une histoire du risque technologique
T
Fressoz Jean-Baptiste essai technologies 2012 23/02/12 9782021056983 Seuil L’Univers historique Politique et société 23,30 € 23.30 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pour certains analystes, nous serions entrés, depuis peu, dans une modernité enfin réflexive, succédant à une modernité simple de la révolution scientifique puis de la révolution industrielle qui aurait été aveugles aux risques et aux effets secondaires de la civilisation technicienne sur l’environnement. Mais sommes-nous les premiers à distinguer dans les lumières éblouissantes du progrès technique, l’ombre de ses dangers ? En occultant la réflexivité environnementale des sociétés passées, ce schéma simpliste dépolitise l’histoire longue de la destruction des environnements et altère notre possibilité d’appréhender lucidement la crise environnementale actuelle.

Pour éviter cette amnésie, une histoire politique du risque technologique et de sa régulation sur la longue durée était nécessaire. L’Apocalypse joyeuse expose l’entrée de la France et de la Grande-Bretagne dans la modernité industrielle (fin XVIIIe -XIXe siècle), celle des vaccins, des machines, des usines chimiques et des locomotives. Elle nous plonge au cœur des controverses vives qui surgirent autour des risques et des nuisances de ces innovations, et montre comment les critiques et les contestations furent réduites ou surmontées pour qu’advienne la société industrielle.

L’histoire du risque ici racontée n’est pas celle d’une prise de conscience, mais celle de la construction d’une certaine inconscience modernisatrice.

x 12 18,5 192 p. L’emprise numérique
 Comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies
T
Biagini Cédric essai technologies 2012 15/11/12 9782915830675 L’Echappée Pour En Finir Avec Politique et société 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Cartable électronique, cloud, e-book, Twitter, tablette tactile, Facebook, smartphone, big data… Le déferlement technologique bouleverse notre rapport au monde, aux autres et à nous-mêmes. Les nouvelles technologies donnent l’illusion de la toute puissance : transparence, accès immédiat à une infinité de connaissances et de produits culturels, démultiplication des contacts et des échanges, accélération, etc.

Multinationales du high tech, start-up ou hacktivistes, tous prétendent construire un monde sans conflits dans lequel les humains communieraient ensemble grâce à leurs machines magiques, affranchis de toutes contraintes et limites (temporelles, spatiales, relationnelles, corporelles), dans une société fondée sur la fluidité et l’instantanéité des échanges, organisée sur le modèle du réseau informatique : une forme de marché idéal. L’utopie libérale se réalise grâce à la révolution numérique en cours.

Les nouvelles technologies recomposent le monde selon leur propre logique, celle de la performance et de l’efficacité. Elles renforcent le règne de la compétition et l’exigence d’aller toujours plus vite, de se mobiliser intégralement pour son entreprise et sur les « réseaux sociaux », d’être capable de s’adapter à toutes les évolutions technoculturelles, sous peine d’être exclu. L’Homme numérique croit avoir trouvé l’autonomie en se débarrassant des pesanteurs du vieux monde matériel. « Enfin libre ! », dit-il, alors qu’au contraire, il dépend de plus en plus de dispositifs technoscientifiques. Pour rester dans la course et tenter de maîtriser un réel qui lui échappe, il multiplie les machines. Mais ce sont elles qui désormais le possèdent.

x 12 18,5 254 p. La Tyrannie technologique
Critique de la société numérique
T
Pièces et main d’oeuvre , Biagini Cédric, Carnino Guillaume et Izoard Célia essai technologies, technicisme 2007 16/05/07 9782915830064 L’Echappée Pour en finir avec Politique et société 12,20 € 12.20 actuellement indisponible
AA AA

Après le travail et le sommeil, la troisième activité des Occidentaux est de regarder la télévision. 80% de la population française possède un téléphone portable contre moins de 5% dix ans plus tôt. Créée en 1998 dans un garage, la société Google est aujourd’hui cotée en bourse et valorisée à plusieurs milliards de dollars. Au cours des dix dernières années, les ventes d’antidépresseurs ont doublé.

Les nouvelles technologies, fer de lance et alibi d’une industrie obsédée par la rentabilité, participent chaque jour un peu plus à la destruction du lien social et à la disparition des formes anciennes de sociabilité, d’organisation du travail et de la pensée. Leur diffusion massive et leur omniprésence posent les bases d’une véritable mutation anthropologique comparable à l’apparition de l’écriture. Si l’alphabétisation fut bien souvent la compagne de l’émancipation, les technologies contemporaines préparent et organisent un monde fondé sur la vitesse, l’immédiateté, la superficialité, le profit et la mort.

Écrit par plusieurs auteurs tirant leurs réflexions de leurs travaux militants ou universitaires, La Tyrannie technologique dresse un panorama lucide et percutant de l’emprise des nouvelles technologies sur notre vie quotidienne.

x 11 18 470 p. Le principe responsabilité -
Une éthique pour la civilisation technologique
T
Jonas Hans société, technologies 2008 04/04/08 9782081213005 Flammarion »» Champs Essais Politique et société 13,20 € 13.20 épuisé
AA AA
Les morales traditionnelles sont devenues inopérantes en particulier pour les décideurs politiques. Hans Jonas propose une reformulation de l’éthique autour de l’idée de responsabilité, sous ses différents aspects (naturelle et contractuelle), et voit dans les parents et les hommes d’État deux modèles essentiels ; il discute les idéaux de progrès et les utopies (d’où le titre qui rappelle Le Principe espérance d’Ernst Bloch) et dessine une philosophie de l’" espérance responsable" fondée sur le respect. L’accueil réservé à cette grande œuvre - des philosophes aux décideurs politiques et des pédagogues aux scientifiques - témoigne de l’actualité d’une telle réflexion.
x 12 18,5 160 p. L’enfer vert
Un projet pavé de bonnes intentions.
T
Tomjo pamphlet technologies 2013 13/04/13 9782915830736 L’Echappée Négatif Politique et société 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA
Critique de la planification écologique

Tandis que la technocratie verdit, la verdure se technocratise. Le constat officiel de l’effondrement écologique et social proclamé à tous les échelons de l’autorité, du local au global, accélère la fusion entre la classe experte (scientifiques, ingénieurs, techniciens) et la politique écologiste (associations, partis, appareils). Fusion d’autant plus naturelle que nombre d’écotechniciens incarnent ce double visage, à la fois Bac+5, csp+, cadres urbains du public ou du privé, et voraces prétendants à la direction de ce Green New Deal, de ce capitalisme reverdi dont ils représentent l’ultime chance.

Ce qui est décrit ici, à partir du cas de Lille Métropole, c’est l’ascension et l’extrémisme de l’écolo-technocratie, des années 1970 à nos jours. Destruction et artificialisation des derniers lambeaux de nature, construction de gigantesques infrastructures, police électronique et informatique via les puces RFID.

Suivi de Critique de la planification écologique.

x 15 23 264 p. Enseigner avec les technologies
Favoriser les apprentissages, développer des compétences
T
Depover Christian, Karsenti Thierry et Komis Vassilis guide pédagogie, technologies 2007 25/07/07 9782760514898 PU Québec Education Politique et société -école 25,00 € 25 14,00 € présent à Plume(s)
AA AA
A partir d’un fil conducteur articulé sur la notion d’outil à potentiel cognitif, les auteurs tentent de revisiter la vision trop classique que les éducateurs se sont souvent construite des technologies. Leur réflexion s’inscrit dans un large mouvement qui conduit à revoir de manière fondamentale les buts de l’action éducative. Dans un contexte de renouveau pédagogique global, ils espèrent montrer comment les technologies peuvent contribuer à rencontrer les ambitions de l’école d’aujourd’hui, qui ne prône plus uniquement la connaissance des faits ou des principes, mais bien la capacité à retrouver ces faits à partir d’une ressource pertinente ou à mettre en œuvre certains principes pour résoudre de vrais problèmes dans des contextes signifiants. Tout en s’inscrivant dans les perspectives dégagées par de nombreux auteurs reconnus, la vision proposée ici fait une large place aux contextes humains dans lesquels les technologies doivent prendre place.
x 12 18,5 128 p. La face cachée du numérique T Flipo Fabrice, Dobré Michelle et Michot Marion enquête technologies 2013 12/10/13 9782915830774 L’Echappée Pour en finir avec Politique et société 12,00 € 12.00 épuisé
AA AA
L’impact environnemental des nouvelles technologies.
Les nouvelles technologies, en dématérialisant les activités humaines, permettraient de réduire l’impact de la croissance sur la biosphère, voire, pour les plus enthousiastes, pourraient résoudre la crise environnementale.
Si le monde numérique semble virtuel, les nuisances, elles, sont pourtant bien réelles : que ce soit sur le plan énergétique (la consommation des centres de données dépasse celle du trafic aérien, une recherche sur Google produit autant de CO2 que de porter à ébullition de l’eau avec une bouilloire électrique, etc.) ; par l’utilisation d’une quantité considérable de matières premières pour la fabrication des appareils électroniques, notamment des minerais précieux dont l’extraction provoque des conflits armés ; ou encore par l’accroissement permanent de la masse de déchets d’équipements électroniques particulièrement polluants. Dans ce travail précis et informé, les auteurs montrent l’impact environnemental réel du numérique en s’appuyant sur de nombreuses études. Ils démontent de manière implacable le mythe d’une nouvelle économie propre et écologique.
x 14 20,5 167 p. ADN superstar ou superflic ?
Les citoyens face à une molécule envahissante
T
Bourgain Catherine et Darlu Pierre essai technologies, fichage, science 2013 10/01/13 9782021093650 Seuil science ouverte Politique et société 19,00 € 19.00 présent à Plume(s)
AA AA

En soixante ans d’existence, l’ADN s’est échappé des laboratoires de génétique pour devenir un acteur essentiel des séries télévisées de police scientifique. Il est désormais présent au premier plan dans nombre de questions de société. L’ADN est là pour parler d’identité, de liberté individuelle, de sécurité et de gestion de populations par le fichage. L’ADN est encore là pour promettre une nouvelle médecine personnalisée, pour proposer ses réponses aux interrogations sur les origines familiales et sur les mouvements migratoires.

En illustrant par de nombreux cas les enjeux sociaux, économiques et politiques qui entourent ces usages, les auteurs, tous deux chercheurs en génétique humaine, souhaitent remettre l’ADN à sa place, pour mieux libérer l’espace démocratique des débats.

x 16 24 350 p. Impacts écologiques des Technologies de l’Information et de la Communication
Les faces cachées de l’immatérialité
T
EcoInfo enquête environnement, technologies, internet 2012 30/11/12 9782759807611 EDP Sciences QuinteSciences Politique et société -écologie 21,00 € 21.00 présent à Plume(s)
AA AA

Ce premier livre en langue française, qui traite tous les impacts environnementaux causés par l’usage des technologies de l’information et de la communication (TIC), vient à point nommé combler un déficit éditorial qui existe aussi, dans une moindre mesure, en langue anglaise. Tous les enjeux environnementaux y sont abordés, de même que chaque étape de la vie de ces technologies, de leur réalisation à leur fin de vie, qui soutiennent le développement d’économies soi-disant « dématérialisées ».

Il puise pour cela dans des informations chiffrées publiées essentiellement dans des revues académiques, et n’omet pas d’offrir une présentation critique des différents outils de mesure des impacts écologiques des TIC afin d’en comprendre les limites et la portée parfois limitée de leurs résultats.

x 16 24 Entre techno et eco, quelle logique pour l’avenir
Réfractions n°32 printemps 2014
T
magazine technologies, anarchisme 2014 30/11/13 Réfractions Politique et société 15,00 € 15.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

La transformation de nos modes de vie semble bien inéluctable en raison des limites écologiques et économiques que nous avons atteintes, voire déjà dépassées. Industriels et gouvernements proposent des solutions reposant toujours plus sur l’innovation technologique, alors même que celle-ci dégrade déjà certaines de nos manières d’être et de penser, tout en dévastant la planète au service d’un système à bout de souffle. En opposition à ce modèle, des mouvements recommandent une transition vers des formes de production, d’habitation, de consommation qui permettent la survie de l’humanité par un nouvel équilibre écologique et une répartition équitable des ressources.

Il n’y a pas un discours anarchiste qui s’imposerait unanimement sur ces questions, sans doute parce que plusieurs attitudes sont compatibles avec nos principes de refus de toute domination et de prise en main directe de nos propres conditions de vie.Aucun de nous n’est dupe des illusions du capitalisme prétendument vert, qui en réalité s’autodétruirait s’il procédait à un véritable tournant écologique. Aucun de nous n’a envie de voir s’installer une domination étatique de plus en plus forte destinée à gérer la rareté croissante des ressources indispensables à la vie et à maintenir leur répartition de plus en plus inégalitaire.

Les avis divergent cependant quant à savoir si la détérioration de la situation peut servir de stimulant à une prise de conscience et à une réorientation forcée, à défaut d’être choisie, des modes de vie. Ils divergent également concernant le rôle que les techniques devraient pouvoir jouer dans cette orientation, en particulier sur la question de savoir si tout développement technique est par lui-même destructeur de la nature et des relations humaines, ou si certaines techniques peuvent être récupérées et adaptées à un projet de vie compatible avec ces équilibres. La première impulsion de ce numéro vient d’un désaccord entre deux d’entre nous sur les projections qui nous sont offertes concernant le futur proche : l’épuisement des ressources énergétiques va-t-il faire s’effondrer tout le modèle civilisationnel que nous connaissons actuellement, ou bien les puissances alliées de l’argent, de la recherche et de la domination vont-elles trouver de quoi s’assurer la poursuite de leur modèle ? On ne sait ce qu’on doit le plus craindre ou espérer...

Aussi, plutôt que de rester paralysés sur des prospectives difficiles à évaluer, nous nous sommes tournés vers l’interrogation des alternatives possibles. Non pour répertorier les initiatives débutantes, sujet certes important mais qui est réalisé par d’autres, par exemple autour de revues comme Silence. Plutôt pour attirer l’attention sur ce qui, dans une telle perspective de changement, doit être exigé et mis en place pour constituer une avancée de type anarchiste.

En tant qu’anarchistes, en effet, nous écartons toute proposition qui maintienne ou renforce les relations de domination, que ce soit sous ses formes les plus brutales ou sous la forme plus insidieuse de la technocratie, de l’expertise et de la déresponsabilisation en général ; c’est pourquoi, nos analyses insistent sur l’importance des conditions de la décision politique.

Du côté des technologies de l’information, il est plus difficile encore d’adopter une position tranchée. D’un côté, les moyens d’asservissement n’ont jamais été aussi puissants : les jugements, les désirs, les relations sont modelés par des machines qui à la fois augmentent considérablement la puissance des aliénations déjà existantes (celle, par exemple, de la publicité ou du discours de valeurs dominant), et en introduisent de nouvelles (l’addiction à la connexion permanente, la dépendance par rapport aux services constamment disponibles en ligne, etc.). D’un autre côté cependant, ces techniques possèdent des potentiels qui pourraient être favorisés et développés dans une visée libertaire : mobilisation rapide d’un grand nombre de personnes pour un rassemblement urgent (comme on l’a vu, dans une certaine mesure, lors d’insurrections récentes), mise à la portée de tous d’une créativité partagée, échanges de documents et même prise de certaines décisions collectives qui permette d’éviter les nuisances des déplacements motorisés. Est-il raisonnable de considérer que certains de ces objets demandent une évaluation non pas absolue mais en fonction des acteurs et des circonstances de leur production, du type de société et de ressources qu’ils nécessitent, de la spécialisation et de l’échelle des opérations de maintenance qu’ils impliquent, ou encore de la convivialité et de la créativité qu’ils éveillent ?

Entre analyses critiques et exploration d’alternatives, nous tentons de contribuer à l’esquisse d’un autre futur.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |