philosophie - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 311 documents sur le thème : philosophie


Les dernières arrivées à Plume(s) sur le thème philosophie


311 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 |...

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14,5 22 173 p. La faim dans le monde pour débutants T George Susan essai, jeunesse international, philosophie, faim 2006 30/11/05 9782752602916 l’Aube Monde en cours Jeunesse -philo 16,40 € 16.40 épuisé
AA AA

Des mots simples, des dessins plein d’esprit : Susan George nous raconte une histoire, celle de la production alimentaire, des origines — il y a 10 000 ans — jusqu’aux gigantesques supermarchés actuels. De manière implacable, l’infatigable militante constate que les famines continuent à se produire en Afrique et ailleurs, et que les maladies liées à la malnutrition se développent encore.

Deux décennies après la première parution de cet ouvrage dérangeant, la faim dans le monde demeure atrocement présente et toujours aussi mal comprise. En finir avec la faim n’est ni une question de climat, ni de surpopulation ou d’ignorance technologique, mais relève bien de la politique et du pouvoir, comme de l’éthique de chacun. Pour les entreprises de l’agribusiness, la nourriture dont chacun a besoin quotidiennement n’est qu’une marchandise comme une autre ; quant aux États, leurs intérêts priment. Or, pour manger, il faut avoir accès à la nourriture ! Soit en cultivant — donc avoir accès à la terre, soit en l’achetant — donc avoir de l’argent. Aujourd’hui, ils sont des millions à manquer des deux.

La présentation originale de ce livre n’a pas pris une ride, et démontre — avec un humour subtil teinté d’ironie — que ce fléau des temps modernes n’est en aucun cas une fatalité. Un livre à mettre (aussi) entre les mains des enfants.

x 15,5 23 237 p. La voie de la simplicité T Burch Mark A. essai décroissance, philosophie 2003 22/07/03 9782921561846 Écosociété Politique et société -décroissance 18,60 € 18.60 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Depuis un certain temps, on assiste à l’éveil grandissant de la population quant aux effets pervers du surtravail et de la surconsommation. Pour contrer ces phénomènes, il n’y a pas mille solutions : aussi, les gens sont-ils de plus en plus nombreux à s’engager dans une démarche de simplicité volontaire. La voie de la simplicité s’inscrit dans ce vaste mouvement de société.

Comme l’explique Mark A. Burch, la simplicité volontaire n’est pas une fin, mais un moyen : un moyen pour ramener sa consommation à un niveau plus cohérent avec ses vraies valeurs, pour pouvoir choisir parmi ce qui est offert, dans le sens d’un épanouissement véritable. Un être humain est plus qu’un corps à rassasier et la simplification de sa vie lui permet d’explorer le mystère de sa nature profonde. Dans le tumulte incessant de la société de consommation, les gens sont emportés dans un tourbillon d’obligations, d’influences et de compétition qui accaparent tout leur temps. Or, on a besoin de temps pour se pencher sur les vraies questions et pour donner un sens à sa vie.

Cet ouvrage renseignera les nombreuses personnes intriguées par la simplicité volontaire ; il aidera aussi celles qui ont déjà amorcé une démarche en ce sens à poursuivre leur réflexion et à approfondir leur choix. La simplicité volontaire permet de commencer à agir ici et maintenant, pour améliorer son propre sort, celui de la collectivité et celui de la planète tout entière ; c’est un moyen de reprendre en main le contrôle de sa vie et de retrouver son pouvoir devant ce que les dirigeants présentent comme un futur inévitable.

Mark A. Burch est professeur à l’Université de Winnipeg, au Manitoba. Il possède une longue expérience d’animateur d’ateliers sur la simplicité volontaire, qu’il applique depuis longtemps dans sa vie personnelle.

x 13 20,5 125 p. De l’inégalité parmi les hommes T Rousseau Jean-Jacques essai philosophie, inégalités 2005 01/03/05 9782290348260 Librio Littérature -Librio 2,00 € 2.00 remplacé >>(2018)
AA AA
n° : 14
x 11 18 189 p. Nos amis les humains T Werber Bernard essai philosophie 2005 01/06/05 9782253113546 LGF/Livre de poche Politique et société -philosophie 6,30 € 6.30 sur commande ?
AA AA

Les humains sont-ils intelligents ? Sont-ils dangereux ? Sont-ils comestibles ? Sont-ils digestes ? Peut-on en faire l’élevage ? Peut-on les apprivoiser ? Peut-on discuter avec eux comme avec des égaux ? Telles sont les questions que peuvent se poser les extra-terrestres à notre égard.

Pour en avoir le cœur net, ils kidnappent deux Terriens, un mâle et une femelle, Raoul et Samantha. Ils les installent, pour les étudier tranquillement, dans une cage à humains. Une " humainière ". Ils espèrent ainsi assister à une reproduction en captivité. Le problème, c’est que Raoul est un scientifique misanthrope et Samantha une dompteuse de tigres romantique. Pas simple dans ce cas pour nos deux cobayes de se comprendre et, a fortiori, de s’aimer.

Avec cet ouvrage, rédigé comme un huis clos philosophique, Bernard Werber nous présente une nouvelle facette de son art. Une fois de plus, il nous propose de prendre un peu de recul, d’avoir une perspective différente pour comprendre l’humanité " autrement ".

livre de poche n° 30582

x 11 18 478 p. Nous les dieux
tome 1 L’Ile des sortilèges
T
Werber Bernard roman philosophie 2006 04/10/06 9782253117285 LGF/Livre de poche Littérature -poches 8,40 € 8.40 sur commande ?
AA AA

Quelque part, loin, très loin, se trouve une île que ses habitants appellent Aeden. Là, perchée sur un haut plateau, une ville : Olympie. Dans son cœur, une étrange institution, l’école des Dieux, et ses professeurs : les douze dieux de la mythologie grecque, chargés d’enseigner l’art de gérer les foules d’humains pour leur donner l’envie de survivre, de bâtir des cités, de faire la guerre, d’inventer des religions ou d’élever le niveau de leur conscience. La nouvelle promotion ? Cent quarante-quatre élèves dieux qui vont devoir s’affronter à travers leurs peuples, leurs prophètes, chacun avec son style de divinité.

Mais la vie sur Aeden n’est pas le paradis. Un élève essaie de tuer ses congénères, un autre est tombé fou amoureux du plus séduisant des professeurs, Aphrodite, déesse de l’amour, et tous se demandent quelle est cette lumière là-haut sur la montagne qui semble les surveiller. Après Les Thanatonautes et L’Empire des anges, Bernard Werber nous entraîne encore plus loin dans la découverte des spiritualités et des mythologies.

A la fin de cette extraordinaire saga où se mêlent aventure, suspense et humour, vous vous poserez, vous aussi, la question " Et vous, si vous étiez Dieu, vous feriez quoi ? ".

livre de poche n° 15394

x 11 18 160 p. Un nouveau théologien, B.-H. Lévy T Bensaïd Daniel essai philosophie 2008 07/01/08 9782355260100 Nouvelles éditions Lignes Politique et société 12,70 € 12.70 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Dans « Ce grand cadavre à la renverse », le dernier et très commenté de ses livres, Bernard-Henri Lévy se propose, pour sauver une gauche en perdition, d’habiller philosophiquement le nouveau centre né de la fée Ségolène et de l’enchanteur Bayrou.

Plutôt que de donner le moindre contenu à la rénovation de la gauche qu’il appelle de ses vœux, Bernard-Henri Lévy lui propose une identité par défaut, consistant à pourfendre les « sept péchés capitaux » de ce qui serait une gauche non reniée, une gauche de gauche tout simplement :
- le nationalisme,
- l’anti-libéralisme,
- l’anti-américanisme,
- l’anti-sionisme,
- l’indulgence envers le « fascislamisme »,
- la tentation totalitaire,
- l’historicisme.

Quand la politique est à la baisse, la théologie est à la hausse. Quand le profane recule, le sacré prend sa revanche. Quand l’histoire piétine, l’Éternité s’envole. Après la « nouvelle philosophie », Bernard-Henri Lévy revient avec son dernier livre en pèlerin de la « nouvelle théologie », celle d’une gauche light, du centre, c’est-à-dire allégée de l’embarassante question sociale.Pour que cette gauche frelatée puisse prétendre représenter la continuité de la Gauche majuscule et au singulier, il faut conjurer le spectre d’une autre gauche, fidèle à son histoire. Autrement dit, disqualifier moralement (à défaut de pouvoir la disqualifier politiquement) la gauche désignée dès lors et pour les besoins de la cause de « radicale ».

Un Nouveau théologien : Bernard-Henri Lévy réfute point par point cet acte d’accusation. Si les mots ont encore un sens, si l’on peut encore appeler un chat un chat (et Bernard-Henri Lévy un fripon), la gauche du xxie siècle ne sera pas nationaliste, mais internationaliste ; pas anti-américaine, mais antiimpérialiste ; pas anti-libérale, mais anti-capitaliste ; pas antisémite mais antisioniste, au sens où le sionisme est un projet d’État fondé sur le droit du sang et non sur le droit du sol.

Le présent ouvrage fait également le point sur les usages multiples de la notion de totalitarisme et règle les comptes avec la philosophie de l’Histoire universelle et du Progrès à sens unique, qui a servi d’idéologie dominante à la gauche républicaine positiviste. La gauche libérale dont Bernard-Henri Lévy s’institue, en s’expliquant sur son soutien à Ségolène Royal, l’idéologue organique, s’annonce comme une gauche qui n’engage à rien, une gauche d’opinion, autrement dit une gauche de marché ajustée à la démocratie de marché et à l’opinion de marché, à laquelle un philosophe de marché va comme un gant. Visant la gauche radicale, cet exercice d’exorcisme (dans le style théologique du temps) de Bernard-Henri Lévy constitue en réalité un argumentaire contre ce que fut historiquement le projet d’émancipation sociale.

x 14 22,5 252 p. Les philosophes et l’amour T Lancelin Aude et Lemonnier Marie essai philosophie, amour 2008 27/03/08 9782259206228 Plon Politique et société -philosophie 27,00 € 27.00 sur commande ?
AA AA

Un lieu commun solidement établi veut qu’amour et philosophie fassent mauvais ménage. Etrangement, aucun livre n’avait jusqu’ici réuni les différents regards des grands philosophes sur ce sujet majeur. Cet essai se propose de le faire en exposant leur pensée de façon vivante et accessible.

Ouverture à l’éternité pour Platon, l’amour est un leurre mortel chez Lucrèce. Défi de toute une existence pour Kierkegaard, il est chez Schopenhauer une simple ruse de l’instinct sexuel. Quant à Rousseau, l’inventeur du romantisme, difficile de trouver système philosophique plus étroitement lié aux névroses de son auteur.

Car ce livre dévoilera aussi certains aspects de leur vie amoureuse, parfois très méconnus. Le donjuanisme forcené de Sartre, l’absence légendaire de toute libido chez Kant, les ratages de Nietzsche avec les jeunes filles, autant d’épisodes graves ou drôles dont chacun pourra tirer les leçons dans sa propre vie.

x 10 16 59 p. L’homme est-il au centre de l’univers ? T Vannucci François philosophie 2004 03/06/04 9782746501843 Le Pommier Petites pommes du savoir Jeunesse -sciences 4,99 € 4.99 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Collection : Petites pommes du savoir n° : 51
x 13,5 20 112 p. Le mal propre : Polluer pour s’approprier ? T Serres Michel essai philosophie, société 2008 01/02/08 9782746503601 Le Pommier Manifestes Politique et société -philosophie 10,90 € 10.90 présent à Plume(s)
AA AA

Les tigres pissent pour délimiter leur niche. Ainsi font sangliers et chamois. Mimons-nous ces animaux ? Je le crains, je le vois, je le sens. Quiconque crache dans la soupe ou la salade s’en assure la propriété. Vous ne couchez pas dans des draps salis par un autre ; ils sont désormais à lui. Pour pouvoir recevoir ses clients, un hôtel, un restaurant, inversement, nettoient lit et serviettes. L’éthologie, science des conduites animales, comme les pratiques hospitalières – mais aussi l’histoire des religions, les techniques agricoles, même la sexologie… - montrent le rapport étrange et répulsif entre le sale et la propriété.

Oui, notre propre, c’est notre sale.

Poursuivant une méditation, commencée avec le Contrat Naturel, sur les risques d’aujourd’hui, ce livre dit que les pollueurs salissent le monde pour se l’approprier. Rien de changé depuis les chiens et les tigres ! Comment pollue-t-on ? Nous commençons à le comprendre. Mais pourquoi polluer ? Ce livre répond à la question. Attachées seulement aux questions de chimie et de médecine, les études actuelles sur l’environnement négligent ces projets, simplement humains, d’expansion et d’emprise.

Nos volontés d’appropriation sont dangereuses. Mais nous pouvons changer nos intentions.
Michel Serres

x 15 20 146 p. Les philo-fables T Piquemal Michel jeunesse philosophie 2003 28/02/03 9782226140203 Albin Michel Jeunesse 13,70 € 13.70 remplacé >>(2008)
AA AA

A travers 60 courtes histoires, fables, paraboles ou contes, les enfants sont invités à se forger une opinion réfléchie. En fait, les enfants ont soif de questionner en grand, de « philosopher », de réagir à des notions essentielles qu’ils connaissent sans pouvoir toujours les nommer.

Nous avons délaissé les textes classique européens qui ne racontent pratiquement pas d’histoires mais qui définissent des concepts ou des notions pour puiser dans les traditions du monde entier. Nous y avons trouvé des histoires qui amusent, étonnent et donnent à réfléchir sur l’amitié, le bonheur, la justice, le droit, le destin, la mort, la vérité, le détachement, la pauvreté ...

x 15 20 144 p. Philo-fables tome 2
Pour vivre ensemble
T
Piquemal Michel et Lagautrière Philippe jeunesse philosophie 2007 28/02/07 9782226173973 Albin Michel Jeunesse 13,70 € 13.70 remplacé >>(2009)
AA AA

Le 2e tome des Philofables réunit 52 histoires courtes adaptées de récits et traditions du monde entier : contes africains ou chinois, mythes antiques ou fables de La Fontaine.

Chaque histoire est introduite par les notions-clé qu’elle aborde et est suivie d’un commentaire interrogatif, « dans l’atelier du philosophe ». Le jeune lecteur est amené à réfléchir sur la vie en société, l’entraide, le respect, le racisme, le langage, le devoir… et à questionner ses propres certitudes et comportements.

x 14,5 22 304 p. Noam Chomsky
une voix discordante
T
Barsky Robert biographie philosophie 1998 06/07/98 9782738105479 Odile Jacob Politique et société -philosophie 23,90 € 23.90 sur commande ?
AA AA
Noam Chomsky est l’un des plus grands linguistes de ce siècle : sa grammaire générative a renouvelé la discipline, ses études sur l’apprentissage des langues par les enfants sont l’une des sources des sciences cognitives, il est aussi un intellectuel engagé dans le mouvement anarchiste. Cette biographie, issue d’une longue correspondance de l’auteur avec Chomsky et des témoignages de ses contemporains, le fait apparaître comme un mélange détonnant d’élitisme universitaire et d’anarchisme libertaire.
x 14 21 68 p. Déraisons du monde
Variations critiques autour de quelques rengaines : croissance, développement, productivisme, etc.
T
Christin Rodolphe essai philosophie 2005 31/05/05 9782351040041
127
Atelier de création libertaire (ACL) Politique et société 5,00 € 5.00 présent à Plume(s)
AA AA
Le système qui fait de la consommation un mode de vie cherche toujours à se répandre, porté par la bonne conscience de ceux qui le véhiculent. À défaut de pouvoir partout se concrétiser, il accroche au moins les esprits, attise les désirs, en vantant un soi-disant bonheur au bout du chemin. Si l’on n’y prend garde, une logique missionnaire et conquérante infiltre le désir de développer le monde, soutenue par la volonté d’une maîtrise généralisée des espaces, des échanges, des pensées et des cultures.
Comme cette tendance concerne aujourd’hui le monde entier, on parle de mondialisation pour désigner son expansion. Personne, ni l’homme des villes européennes, ni l’homme des jungles de Nouvelle Guinée, n’existe sans être, d’une manière ou d’une autre., confronté aux exigences ou aux conséquences du développement.
x 14 21 488 p. Philosophies d’ailleurs - Tome 1, Les pensées indiennes, chinoises et tibétaines T Droit Roger-Pol anthologie philosophie 2009 19/08/09 9782705665562 Hermann Politique et société -philosophie 37,00 € 37.00 sur commande ?
AA AA

Son nom vient du grec ancien, mais la philosophie n’est pas l’apanage des cultures issues de la Grèce antique.

Au contraire, les Grecs eux-mêmes considéraient souvent que la philosophia venait d’ailleurs, et qu’ils n’en étaient pas les inventeurs. Tout au long de l’histoire occidentale s’est maintenue cette conviction : les autres aussi sont philosophes. C’est seulement à la fin du XIXe siècle que la pensée occidentale s’est refermée sur elle-même, délaissant toutes les perspectives théoriques autres au profit de la seule tradition gréco-latine.

Le premier volume de cette anthologie rassemble des textes philosophiques essentiels des civilisations indienne, chinoise et tibétaine. Ces textes, presque tous traduits pour la première fois en français et regroupés selon leur langue d’origine, permettent de découvrir les lignes de force de ces philosophies d’ailleurs tout en révélant leur tonalité particulière. Présentés par d’éminents spécialistes internationaux réunis spécialement sous la direction de Roger-Pol Droit, ces corpus sont éclairés par des études de synthèse et accompagnés de notes, glossaires et références mettant à la disposition du lecteur les moyens d’approfondir les sujets de son choix.

x 14 21 448 p. Philosophies d’ailleurs - Tome 2, Les pensées hébraïques, arabes, persanes et égyptiennes T Droit Roger-Pol anthologie philosophie 2009 19/08/09 9782705666668 Hermann Politique et société -philosophie 37,00 € 37.00 sur commande ?
AA AA

Son nom vient du grec ancien, mais la philosophie n’est pas l’apanage des cultures issues de la Grèce antique.

Au contraire, les Grecs eux-mêmes considéraient souvent que la philosophia venait d’ailleurs, et qu’ils n’en étaient pas les inventeurs. Tout au long de l’histoire occidentale s’est maintenue cette conviction : les autres aussi sont philosophes. C’est seulement à la fin du XIXe siècle que la pensée occidentale s’est refermée sur elle-même, délaissant toutes les perspectives théoriques autres au profit de la seule tradition gréco-latine.

Le second volume de cette anthologie rassemble des extraits de textes philosophiques essentiels des civilisations hébraïque, arabe, persane et égyptienne. Ces passages, dont la plupart sont traduits pour la première fois en français, et regroupés selon leur langue d’origine, permettent de découvrir les lignes de force de ces philosophies étrangères tout en révélant leur tonalité particulière. Présentés par d’éminents spécialistes internationaux réunis spécialement sous la direction de Roger-Pol Droit, ces corpus sont éclairés par des études de synthèse et accompagnés de notes, glossaires et références mettant à la disposition du lecteur les moyens d’approfondir les sujets de son choix.

x 13 17 240 p. Chemins de Marx T Touboul Hervé essai philosophie 2010 02/04/10 9782840662402 Presses du Réel »» Relectures Politique et société -philosophie 9,00 € 9.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Malgré ce qu’il faut bien voir comme l’échec des expériences marxistes, l’œuvre de Marx est vivante, et même jamais sans doute elle ne l’a plus été. Elle vaut donc d’être encore interrogée. Sa lecture dessine ici divers horizons sans vouloir indiquer le chemin vrai. Y a t-il une philosophie marxiste ? Une écologie marxiste ? Qu’est l’individu pour Marx ? Quels rapports ce dernier a t-il entretenu à Proudhon et à Fourier ? Autant de problèmes dont l’examen peut peut-être participer à ouvrir des «  chemins de Marx  ».
x 12 20,5 246 p. L’esprit de solitude T Kelen Jacqueline essai philosophie 2005 04/05/05 9782226139061 Albin Michel spiritualités Politique et société -philosophie 15,20 € 15.20 sur commande ?
AA AA
Pour la plupart des contemporains, la solitude est ressentie de façon négative : on la confond avec l’isolement, le manque, l’abandon. Et la société veille à empêcher que l’être humain ne se retrouve seul, face à lui-même. Or la solitude choisie est loin d’être un enfermement, une pauvreté : c’est un état d’heureuse plénitude. Non seulement parce qu’elle offre la clef de la vie intérieure et créative, mais parce qu’elle est disponibilité et chemin d’apprentissage de l’amour. Il n’est pas de liberté de l’individu sans ce recueillement de la pensée, sans cet ermitage du coeur. Pourquoi tant de philosophes, d’artistes, de saints et de mystiques furent-ils de grands solitaires ? Quelle force, quelle inspiration puisèrent-ils dans une vie d’austère apparence ? Et pourquoi notre monde lutte-t-il avec tant d’ardeur contre un état propice à la connaissance de soi ? Jacqueline Kelen invite ici chacun à découvrir son immense liberté.
x 14 22 360 p. L’obsolescence de l’homme
Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle (1956)
T
Anders Günther essai philosophie 2002 18/04/02 9782910386146 Encyclopédie des nuisances Politique et société 25,00 € 25.00 présent à Plume(s)
AA AA

" Tout le monde est d’une certaine manière occupé et employé comme travailleur à domicile.

Un travailleur à domicile d’un genre pourtant très particulier. Car c’est en consommant la marchandise de masse - c’est-à-dire grâce à ses loisirs - qu’il accomplit sa tâche, qui consiste à se transformer lui-même en homme de masse. Alors que le travailleur à domicile classique fabriquait des produits pour s’assurer un minimum de biens de consommation et de loisirs, celui d’aujourd’hui consomme au cours de ses loisirs un maximum de produits pour, ce faisant, collaborer à la production des hommes de masse.

Le processus tourne même résolument au paradoxe puisque le travailleur à domicile, au lieu d’être rémunéré pour sa collaboration, doit au contraire lui-même la payer, c’est-à-dire payer les moyens de production dont l’usage fait de lui un homme de masse (l’appareil et, le cas échéant, dans de nombreux pays, les émissions elles-mêmes). Il paie donc pour se vendre. Sa propre servitude, celle-là même qu’il contribue à produire, il doit l’acquérir en l’achetant puisqu’elle est, elle aussi, devenue une marchandise.

" " Le monde comme fantôme et comme matrice "

x 11 18 801 p. La République T Platon essai philosophie, politique 2002 12/02/02 9782080706539 Flammarion »» GF Politique et société -philosophie 8,00 € 8.00 épuisé
AA AA

" La scène est au Pirée, qu’éclairent les flambeaux nocturnes de la procession en l’honneur de la déesse Bendis.

Attablés dans la maison du vieux Céphale, Socrate et quelques amis entreprennent de discuter des récompenses promises au juste dans l’au-delà. Qui peut le mieux cerner l’essence de la justice ? La sagesse traditionnelle, les mythes anciens semblent impuissants et Socrate a vite raison des prétentions du sophiste Thrasymaque. Alors s’amorce avec Glaucon et Adimante, les frères de Platon placés en position d’interlocuteurs philosophes, un long entretien qui, de la justice dans la cité, remonte vers la justice de l’âme.

L’histoire d’Athènes traverse sans cesse ce dialogue puissant, où la proposition d’une cité parfaite et de la royauté des philosophes est à la fois la réponse à la tourmente politique de la démocratie grecque et la recherche métaphysique des vertus de l’âme et des objets de la raison. Dans la traduction et le commentaire que je présente ici, j’ai cherché à construire l’équilibre le plus rigoureux possible entre une lecture centrée sur l’histoire et une autre qui prend la métaphysique comme foyer principal.

Un des effets de cette perspective est d’éviter une position trop courante aujourd’hui, la dépolitisation de l’oeuvre. L’inquiétude de celui qui aspire à la justice, Platon ne cesse de le rappeler, n’est-elle pas indissociablement éthique et politique ? " Georges Leroux

x 13 20,5 124 p. L’Utopie T More Thomas essai philosophie, politique 2007 26/09/07 9782290337684 Librio Librio Philosophie Politique et société -philosophie 2,00 € 2.00 épuisé
AA AA

" Malheur au pays où l’avarice et les affections privées siègent sur le banc des magistrats ! " Ce cri aux résonances si modernes, c’est en 1516 que le lance Thomas More, juriste au service de la couronne d’Angleterre alors portée par Henri VIII.

Triste sire, triste règne... Abus, corruption, racket, injustices, iniquité des lois... La société féodale offre un tableau d’une violence révoltante aux âmes éprises d’humanité. More rêve alors d’un autre monde... Une république exemplaire où la propriété individuelle et l’argent seraient abolis, une république de citoyens vertueux, amoureux de sagesse et de paix. Ce pays merveilleux, c’est l’Utopie.

Seuls les philosophes, hélas, ou les fous, sont capables d’y croire...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |