Liban - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Occasions | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 20 documents sur le thème : Liban



20 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 16 24 192 p. Mourir partir revenir le jeu des hirondelles T Abirached Zeina BD international, Liban 2007 22/10/07 9782916589039 Cambourakis BD -roman graphique 20,00 € 20.00 sur commande ?
AA AA

Le projet de Zeina Abirached

« En avril dernier, sur le site de l’INA, qui venait de mettre ses archives en ligne, je suis tombée sur un reportage sur Beyrouth en 1984. Les journalistes interviewaient les habitants d’une rue située sur la ligne de démarcation. Bloquée à cause des bombardements dans l’entrée de son appartement – l’entrée était souvent la pièce la plus sûre car la moins exposée –, une femme au regard angoissé dit une phrase qui m’a donné la chair de poule. Cette femme, c’était ma grand-mère. J’étais à Paris et tout d’un coup, sur l’écran de mon ordinateur, ma grand-mère faisait irruption et m’offrait un bout de notre mémoire. Ça m’a bouleversée, je me suis dit que c’était peut-être le moment d’écrire enfin le récit qui me travaillait depuis un moment déjà.
“Je pense, qu’on est quand même, peut-être, plus ou moins, en sécurité ici”
C’est la phrase qu’a dit ma grand-mère en 1984.
C’est une phrase qui s’interroge sur la notion d’espace et de territorialité.
C’est une phrase qui résume la raison pour laquelle beaucoup d’habitants sont restés « chez eux » malgré le danger.
C’est aussi la première phrase mon futur album.

Nous sommes à Beyrouth, dans les années 80, au 38 de la rue Youssef Semaani, et plus précisément, dans l’entrée de l’appartement du premier étage.
Comme c’est la pièce la plus sûre de la maison – et donc de l’immeuble, puisque l’appartement est au premier étage – tous les voisins sont là aussi.
Dans cette entrée il y a l’histoire de chacun des personnages, l’histoire qu’ils ont en commun, celle du microcosme qu’ils forment et l’histoire de la moitié de ville que Beyrouth était devenue.
Dans cette entrée, il y a aussi une tenture.
Dans cet intérieur exigu où elle est présente d’abord en toile de fond, elle matérialise petit à petit la guerre qui fait rage à l’extérieur.
Cette tenture est le fil conducteur de l’histoire que je raconte. »

x 13 20 208 p. De Beyrouth à Jénine
témoignages de soldats israéliens sur la guerre du Liban
T
Gal Irit et Hammerman Ilana témoignage guerre, Liban, Israël 2003 07/11/03 9782913372306 La Fabrique International -Moyen Orient 14,20 € 14.20 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Intellectuels et officiers de carrière, garagiste, chanteur de rock, architecte urbaniste - servants de chars, pilotes de chasse, parachutistes - quatorze acteurs israéliens de la guerre du Liban de 1982 témoignent, vingt ans après. Ils racontent, d’une manière étonnamment convergente dans la diversité, les événements qui font désormais partie de l’histoire : les combats confus et meurtiers autour des camps de réfugiés de Tyr, le siège et le bombardement de Beyrouth, l’entrée dans Beyrouth ouest, le massacre de Sabra et Chatila. Et c’est l’un des intérêts du livre que de nous rafraîchir la mémoire sur ces horreurs.

Mais ce qui rend ces témoignages poignants, c’est ce que chacun exprime comme doute et comme angoisse morale, après toutes ces années. L’un est hanté par l’image d’une petite fille blonde qui apparaît derrière la porte qu’il vient de défoncer à coups de crosse ; l’autre se souvient que, de son avion, il a lancé toute la nuit des fusées éclairantes sans savoir qu’il illuminait le massacre de Sabra et Chatila ; un autre encore ne peut oublier le jour où le général commandant la division lui a dit en face : " Vous n’avez pas compris, ce sont des Arabes qui tuent des Arabes, on ne s’en mêle pas. "

Ce qui émerge, c’est l’image de soldats disciplinés - aucun n’a refusé d’obéir - mais torturés par le doute sur une armée qu’ils pensaient moralement irréprochable. Et ils sont plusieurs à penser que " tout a commencé là ", et en particulier la guerre au milieu de populations civiles : " Il y a une ligne directe qui mène de Beyrouth à Jénine. "

x 24,5 31 25 p. L’attrapeur de mots Dumont Jean-François jeunesse Liban 2006 05/09/06 9782081633834 Flammarion »» Père castor Jeunesse -albums 13,50 € 13.50 manquant sans date
AA AA
x 14 20,5 267 p. De Niro’s game T Hage Rawi roman Liban 2008 04/09/08 9782207259528 Denoël »» Littérature 20,30 € 20.30 10,10 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Le quotidien de deux amis d’enfance, Bassam et Georges, à Beyrouth-Ouest, dans la tourmente de la guerre civile libanaise. Ensemble, ils tuent l’ennui en commettant de petits larcins, en acceptant du travail mal payé, et rêvent d’une vie meilleure. Tandis que Bassam pense fuir à Rome, Georges est attiré par les discours nationalistes de la milice chrétienne.
x 13,5 18,5 96 p. Je me souviens T Abirached Zeina BD Liban 2008 03/12/08 9782916589251 Cambourakis BD -roman graphique 13,10 € 13.10 sur commande ?
AA AA

À la manière du Je me souviens de Perec, Zeina Abirached évoque des scènes de son enfance et de son adolescence à Beyrouth, dans un Liban en guerre, jusqu’à son départ pour Paris en 2006.

Si, dans cette mosaïque de souvenirs, la mémoire est marquée par la peur constante, les privations et la dureté de la vie, elle est aussi celle des moments heureux où l’on arrive à oublier la guerre. Par un constant décalage du regard vers ce qui permet de continuer à vivre, Zeina Abirached mêle au récit des difficultés du quotidien celui des jeux de l’enfance, évoquant avec humour la cueillette d’éclats d’obus par son petit frère, ou le sadisme d’un coiffeur qui l’amocha durant toute son adolescence. On retrouve dans Je me souviens la tension, caractéristique de l’œuvre de Zeina Abirached, entre un dehors hostile où la guerre fait rage et l’espace familier d’une intimité protectrice. Ce quatrième opus est sans doute celui qui s’ouvre le plus vers le monde extérieur, la distance et l’humour créant de salutaires espaces de liberté.

x 14 19 86 mn Valse avec Bachir T Folman Ari Liban 2009 04/03/09 3346030020067
MO948
Montparnasse Divers -DVD 14,95 € 14.95 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
N’ayant aucun souvenir de son expérience lors de la première guerre du Liban au début des années 80, Ari Folman décide de partir à la rencontre de ses anciens camarades de guerre maintenant éparpillés dans le monde entier. Au fur et à mesure de ses rencontres, Ari plonge dans le mystère et sa mémoire commence à être parasitée par des images de plus en plus surréalistes…
x 17,5 24 150 p. Valse avec Bachir T Folman Ari BD Liban 2009 14/01/09 9782203020269 Casterman BD -manga 15,00 € 15.00 épuisé
AA AA
N’ayant aucun souvenir de son expérience lors de la première guerre du Liban au début des années 80, Ari Folman décide de partir à la rencontre de ses anciens camarades de guerre maintenant éparpillés dans le monde entier. Au fur et à mesure de ses rencontres, Ari plonge dans le mystère et sa mémoire commence à être parasitée par des images de plus en plus surréalistes…
x 14 12,5 Récits de vie en temps de guerre - CD audio T Darwiche Jihad et Torgue Henry jeunesse guerre, Liban 2009 01/10/09 9782917333082 Oui’dire édition »» Divers -CD 17,90 € 17.90 8,90 € épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Dans ces récits, Jihad Darwiche, rapporte avec une paradoxale tendresse, toute la violence de conflits inhumains, avec un recul qui se nomme tout simplement humanité. Il sait faire mouche en ne versant jamais dans la sensiblerie et parvient en toute pudeur à trouver le lien infime entre la larme et le sourire. II nous conte non seulement des moments tragiques, mais aussi les souvenirs de personnes aux destins oubliés qui constituent le tissu humain libanais. Délicatement enveloppé par le piano d’Henry Torgue, ces histoires nous rappellent que la guerre et la déraison ne sont pas que des images ou des mots médiatiques, mais des vies chamboulées.
x 12 21 112 p. Le grand Joseph T Kochka jeunesse Liban 2010 17/02/10 9782844208057 Thierry Magnier Jeunesse -littérature 8,70 € 8.70 présent à Plume(s)
AA AA
Cette histoire commence il y a longtemps, à la fin des années soixante, quand j’étais petite, au Liban. Là-bas, de mon temps, deux filles valaient un garçon... Ou trois filles, les gens n’étaient pas tout à fait d’accord sur les chiffres. De mon côté, j’étais une enfant unique, mais j’avais quatre cousins un peu plus âgés que moi.
Joumana est une petite fille qui vit à Beyrouth, sa mère Noura a épousé un Français, Pierre. Ils vivent non loin des parents de Noura, Geddo Joseph et Téta Soraya. Ce grand-père est une personnalité qui règne avec une bonhomie lointaine sur la famille. Immense, il mesure près de deux mètres, il impressionne sa petite fille. Teta Soraya, surnommée Teta souris, est une petite femme vive et autoritaire qui s’agite sans cesse. La vie s’écoule ainsi, douce et joyeuse, quand survient la guerre. Beyrouth n’est plus une ville sûre, et Pierre expédie sa femme et sa fille à Paris. Exilée, Joumana va tout faire pour oublier d’où elle vient, pour se fondre dans la cour de récréation. Des années plus tard, adulte, elle se souvient de ce temps-là.
x 14,7 24,1 311 p. Pluie de juin T Douaihy Jabbour roman Liban 2010 14/04/10 9782742789993 Actes Sud Mondes arabes Littérature 23,40 € 23.40 présent à Plume(s)
AA AA

En 1957, dans une église à Méziara, petit village du Nord du Liban, un massacre fut perpétré, faisant une centaine de victimes.

C’était une vendetta entre familles chrétiennes, comme celles qui ont lieu ailleurs en Méditerranée, en Sicile ou en Corse. Jabbour Douaihy s’empare de cet événement pour explorer les sources de la violence qui ensanglante le Liban depuis des siècles. Son personnage principal, Iliyya Kfouri, était un enfant en bas âge quand son père a trouvé la mort au cours d’une tuerie commise à Bourj al-Hawa, village qui ressemble fort à Méziara.

Afin de le protéger des rumeurs et des quolibets, sa mère l’envoie chez ses proches, émigrés aux Etats-Unis, et se cloître chez elle. Loin de son pays, considéré par les autres et se considérant lui-même comme un bâtard, Iliyya passe son temps à inventer des histoires sur ses origines avant de se décider, quelques années plus tard, à rentrer au Liban à la recherche de son identité. Plusieurs personnes lui racontent alors le massacre, chacun sous un angle différent.

Le narrateur lui-même intervient parfois pour expliquer le contexte social ou pour préciser un fait historique... Doté d’une construction rigoureuse, Pluie de juin réussit le pari de recueillir les angoisses de toute une société sans jamais tomber dans la complaisance. Il a été unanimement salué à sa parution et nominé en 2008 pour le Prix international du roman arabe.

x 17 24 96 p. Ismahane tome 1 T Girard Christophe et Sasha BD guerre, Liban 2011 19/05/11 9782354190477 Enfants rouges BD -roman graphique 16,30 € 16.30 présent à Plume(s)
AA AA

1975 : la guerre civile vient d’éclater au Liban.

Ismahane a 5 ans. Seule fille d’une fratrie de 4, elle passe le plus clair de son temps à jouer avec ses frères et son cousin Malek, 9 ans. Elle est élevée par sa tante Amira. Son père, Abou Ali, n’est pas très présent et fait figure de chef de clan. La famille est musulmane, mais pas vraiment pratiquante. Le tome 1 suit le parcours d’Ismahane, depuis son adolescence jusqu’à son arrivée à Paris, où son idylle avec son cousin Malek se concrétisera, en violation totale avec les traditions du clan familial.

A Paris, la relation passionnelle entre les deux amants est ternie par un sentiment de culpabilité. Leur histoire démarre à peine, que le retour se profile déjà. Au pays, le père d’Ismahane meurt. Elle doit rentrer au Liban pour les funérailles, avec Malek.

x 12,5 19 144 p. Le déplacé T Langlois Denis roman Liban 2012 05/01/12 9782815903554 l’Aube Regards croisés International -Moyen Orient 16,75 € 16.75 présent à Plume(s)
AA AA

Un avocat français, militant révolutionnaire déçu, est chargé d’une étrange mission au Liban. Il s’agit de retrouver la trace d’un nommé Élias Kassem, disparu au cours de la Guerre de la montagne entre les Druzes et les Chrétiens.

Le silence, la gêne de ses interlocuteurs, les obstacles rencontrés, lui font vite comprendre que cette disparition, ce « déplacement », est beaucoup plus mystérieuse qu’il n’y paraît.

D’un monastère au-dessus de la baie de Jounieh jusqu’aux montagnes du Chouf, en passant par un Beyrouth en reconstruction, il découvrira la réalité de la guerre, ses atrocités et la difficulté pour les différentes communautés à revivre ensemble après s’être massacrées. Récit contre la guerre porté par une belle écriture, ce livre est aussi une quête initiatique.

x 13,5 21,5 122 p. Guerre du Liban, un Israélien accuse T Avnery Uri témoignage Liban, Israël 2007 02/01/07 9782296023413 L’Harmattan Les cahiers de Confluences International -Moyen Orient 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

La guerre lancée par l’État d’Israël contre le Liban après la capture de deux soldats israéliens par le Hezbollah a crevé les écrans du monde entier en juillet-août 2006.

Le bombardement systématique de quartiers résidentiels et d’infrastructures vitales n’a pas réussi à venir à bout de l’adversaire et s’est soldé par beaucoup de destructions civiles sans atteindre aucun des résultats escomptés.

Dans quelles conditions le pouvoir israélien — le gouvernement et l’état-major militaire — a-t-il mené cette guerre dévastatrice ? Pourquoi et comment la grande majorité des Israéliens, même " de gauche " ont ils apporté leur soutien à cette entreprise destructrice ? Comment ont-ils réagi face à son " échec " ?

Pendant les 33 jours de guerre, Uri Avnery, chroniqueur, combattant infatigable de la paix, a écrit deux articles par semaine. Il raconte, analyse, décrypte, pour les Israéliens. A travers ces chroniques, nous pouvons mieux percevoir la réalité du pouvoir israélien et de la société israélienne.

x 11,5 21,5 220 p. Acouphène T Pinto Emmanuel roman guerre, Liban, Israël 2012 04/02/12 9782330002237 Actes Sud Lettres hébraïques Littérature 22,40 € 22.40 présent à Plume(s)
AA AA

En 1981, pendant la première guerre du Liban, Pini, diminutif de Pinto, était soldat.

A un carrefour, il s’est trouvé nez à nez avec un enfant qui pointait sur lui son rpg, il a tiré, l’enfant est mort. Mais nous n’en sommes pas sûrs. En chacun de nous est enterré un enfant mort. Celui que les adultes tuent en chacun de nous, par temps de paix ou de guerre. Accablé d’un sifflement dans les oreilles, Pini part à sa recherche, mais le souvenir est trompeur, erratique. Nous le suivons au Liban, en 1981, lors de l’opération Litani et des massacres de Sabra et Chatila.

Jean Genet y était présent comme témoin visuel. Il était malade, amoureux d’un jeune Palestinien et logé à Beirut par Léïla Shahid. Comment pouvait-il prendre parti ? Que croyait-il savoir de la guerre ? Emmanuel Pinto est aussi metteur en scène, il admire Genet. Mais en quelque sorte, il écrit ce livre en dialogue avec Genet. Et sa démarche, toute en tâtonnements irrésolus, est à contre-courant de celle du film Valse avec Bachir, d’Ari Folman où de puzzle en puzzle, l’auteur recréait le souvenir et l’horreur de la guerre, et la réminiscence de la Shoah, et la grossièreté des soldats israéliens.

Chez Pinto, tout est intérieur, délicat, et dans le brouillard. Dans le vacarme de la guerre, la mémoire se brouille, nous dit-il, et il démonte et met en scène ce brouillage. C’est en cela que ce livre est magistral et nous fait entendre une autre voix et une détresse qu’aucune recherche mémorielle ne peut apaiser. Le livre se déploie sur une deuxième partie et un deuxième registre, tout aussi fort que le premier : le mère de Pini, rendue folle par le départ de ses fils au front, s’enferme sur sa terrasse et écrit des lettres à ses fils.

Elle les supplie de revenir à la maison sans héroïsme ni bravoure. A mesure qu’elle leur écrit, elle invente et s’approprie un hébreu flamboyant qu’elle ne possédait pas : elle est algérienne et ne sait que l’arabe et le français. Et Pinto bascule avec elle dans la douleur et la folie qui lui rendent la parole dans une langue étrangère. Superbe. Acouphène est un texte d’une écriture magnifique, variée, souple, tantôt lyrique, tantôt urgente, où l’argot côtoie une poésie héritée de la Bible, du Talmud ; le monologue intérieur y est porté à des sommets.

C’est un livre brûlant qui fera débat, qui choquera et qui bouleversera, qui donnera à penser.

x 14 19 202 p. La vallée des fleurs T Oberlin Christophe doc Liban 2013 20/06/13 9782367600215 Erick Bonnier International -Moyen Orient 18,00 € 18.00 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
Marj El Zouhour, la vallée des fleurs, désigne un hameau situé au Liban Sud devenu célèbre quand, en 1992, les 417 Palestiniens du Hamas et du Jihad islamique, capturés par les Israéliens et déportés, ont décidé d’y rester et de refuser leur statut de réfugiés palestiniens. Pendant une année l’évènement est relayé par la presse, l’ONU, l’Europe et les USA, qui condamnent l’expulsion.
x 21 29,5 240 p. Le matruf, le madras et le bequf, la fabrication de l’huile d’olive au Liban - Essai d’anthropologie des techniques
La fabrication de l’huile d’olive au Liban. Essai d’anthropologie des techniques
T
Chanesaz Moheb monographie Liban 2006 15/09/06 9782903264673 Maison de l’Orient et de la Méditerranée »» Divers 25,00 € 25.00 sur commande ?
AA AA

Traditionnellement, depuis le Moyen Age, le Liban a connu deux techniques principales de fabrication de l’huile d’olive.

La première, originale et peu connue, était la marque des « grands » propriétaires (shaykhs, émirs, couvents). Elle utilisait le mécanisme hydraulique des moulins à blé (mathané) pour faire tourner dans une cuve en pierre un jeu de lames en bois, puis en métal, pour déchiqueter les olives sans écraser les noyaux. C’est le matruf.

La seconde, répandue dans tout le monde méditerranéen depuis l’Antiquité et plutôt réservée à l’usage familial ou aux « petits » propriétaires, consistait à faire tourner une meule verticale en pierre dans une cuve, elle aussi en pierre, pour écraser les olives. C’est le madras.

Dans les deux cas, la seconde opération, le pressurage, avait lieu dans un pressoir à levier, parfois à vis, en bois, en pierre ou en métal. C’est le bequf.

Ces deux filières de transformation, concomitantes depuis le Moyen Age, sont replacées dans le contexte historique, archéologique et ethnologique global de la Méditerranée. C’est l’occasion de passer en revue l’ensemble des techniques de fabrication de l’huile d’olive, hier et aujourd’hui.

Mais, comme d’autres régions, le Liban a connu au 20 ème siècle « l’intrusion de la modernité », avec l’arrivée des chaînes de traitement intégrées et automatiques importées d’Europe, où l’olive entre à une extrémité pour sortir sous forme d’huile à l’autre, sans subir aucune manutention. Comme ailleurs aussi, dans un souci d’authenticité, s’organise aujourd’hui un mouvement de « résistance à la modernité », qui grâce à d’ingénieux « bricolages » adapte les anciennes machines aux énergies nouvelles (moteurs électriques ou à explosion). Les critères de choix sont de nature plus qualitative (le goût de l’huile) que quantitative.

C’est, en fin de compte, toute l’histoire de l’huile d’olive au Liban qui se trouve ainsi retracée.

x 17 24 95 p. Ismahane Tome 2 T Girard Christophe et Sasha BD, roman graphique guerre, Liban 2012 16/05/12 9782354190552 Enfants rouges Isturiale BD -roman graphique 16,00 € 16.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le 9 avril 1985 Sanaa Mhaidely, 18 ans, fait exploses sa voiture piégée près d’un convoi militaire israélien à Jézzine, dans le Sud du Liban, tuant 2 soldats. Membre du Parti Social- Nationaliste Syrien (PSNS), une formation politique laïque, c’est la première femme à commettre un attentat-suicide. Ces attaques étaient jusqu’alors le fait d’hommes. Que ce soit le PKK kurde, les LTTE tamouls, ou bien les groupes palestiniens des Brigades des martyrs Al-Agsa, du Ha-mas ou du Djihad Islamique, toutes ces formations ont compté des femmes kamikazes dans leur rang.

D’ordre politique, social, psychologique ou religieux (même si la majorité des revendications des attentats-suicides, au Proche Orient comme ailleurs, émane d’organisations laïques), les motivations de ces femmes sont multiples et complexes. Les attentats-suicides sont aussi parfois l’ouvre de femmes "coupables" d’avoir enfreint les traditions, qui voient dans ce geste une façon de se racheter.

Il n’y a pas un profil unique des "candidates au martyr". Il n’y a pas une motivation unique à leur passage à l’acte.

x 19,5 27 176 p. La guerre des autres T Boulad Bernard, Bona Paul et Henry Gaël BD, roman graphique, autobiographie Liban 2018 05/09/18 9782849533154 Boîte à bulles Hors champ BD -roman graphique 24,00 € 24.00 présent à Plume(s)
AA AA

Famille d’Egyptiens, expatriée au Liban depuis près de 10 ans, façonnée par la culture occidentale, les Naggar coulent des jours heureux. Entre une mère baba cool amoureuse de son meilleur ami gay, un père libraire, coureur de jupons fan de l’Écho des savanes et trois ados mordus de cinéma, cette véritable "famille formidable" se tient à l’écart des conflits politico-religieux qui minent le pays. Au cocktail explosif formé par les oppositions entre sunnites, chiites, druzes, maronites, catholique et arméniens, vont venir s’ajouter les tensions entre réfugiés palestiniens et État d’Israël.

En avril 1975, la guerre éclate. Une guerre qui n’est pas celle des Naggar mais qui tardera pas à les rattraper.

x 13,5 19 77 mn Wardi T Grorud Mats animation Liban, Palestine, réfugiés 2019 01/10/19 3545020066270
J2F080
Jour2Fete Divers -DVD 19,99 € 19.99 présent à Plume(s)
AA AA

Beyrouth, Liban, aujourd’hui. Wardi, une jeune Palestinienne de onze ans, vit avec toute sa famille dans le camp de réfugiés où elle est née. Sidi, son arrière-grand-père adoré, fut l’un des premiers à s’y installer après avoir été chassé de son village en 1948. Le jour où Sidi lui confie la clé de son ancienne maison en Galilée, Wardi craint qu’il ait perdu l’espoir d’y retourner un jour. Mais comment chaque membre de la famille peut-il aider à sa façon la petite fille à renouer avec cet espoir ?

Bonus : Interview de Mats Grorud (réalisateur) - Making of par Pierre-Luc Granjon (assitant réalisateur de l’animation en volume) - Documentaire autour de la projection du film à Beyrouth - Livre pédagogique

x 13,5 19 150 mn Nahla
ou la ville qui sombre
T
Beloufa Farouk fiction Liban 2016 09/02/16 3770001117300
MUT022
Les Mutins de Pangée Divers -DVD 18,10 € 18.100 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Liban, 1975
Début de la guerre civile

Larbi, jeune journaliste algérien en reportage au Liban, est emporté dans le tourbillon des évènements qui annoncent la guerre civile des années 80. Tout en essayant de saisir la complexité libanaise, Larbi rencontre une jeune chanteuse, Nahla. Sur la scène du théâtre Picadilly, Nahla perd la voix en pleine représentation tandis que Beyrouth sombre dans le chaos et que Larbi perd pied...

Nahla est une référence cinématographique incontournable du monde arabe. Le film de Farouk Beloufa a été unanimement salué par la critique internationale. Invisible pendant 35 ans, il sort enfin en DVD avec plein de compléments. La virtuosité de la mise en scène et la complexité des personnages face à l’imminence de la guerre civile ont conféré à l’oeuvre la stature d’un mythe.

Compléments du Dvd

- Le silence du Sphinx (2010 - 13 min)
Un court-métrage de Farouk Beloufa
Slim, journaliste algérien, partage quelques bières dans un café parisien avec Lily. Entre les paraboles de Lily, l’évocation des menaces islamistes contre le Sphinx égyptien et l’irruption d’un ex-enfant soldat rencontré en Sierra Leone lors d’un précédent reportage, le spectateur est entraîné dans un récit déroutant où se mêlent simulacre du réel et vraisemblance de la fiction.

- Sur le tournage de Nahla - 27 min
Jocelyne Saab, jeune journaliste et réalisatrice libanaise, interviewe le réalisateur et l’équipe du film pendant le tournage de Nahla, à Beyrouth.
Lire Jocelyne Saab, la liberté coûte cher, un article de Nicole Brenez

- Entretien avec Farouk Beloufa
Un échange autour de l’écriture et de la réalisation du court-métrage Le silence du sphinx illustré par quelques séquences du making-off du film.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |