exil - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

  rayons :  BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

ca 31 documents sur le thème : exil


Les dernières arrivées à Plume(s) sur le thème exil


31 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 13,5 21 220 p. Etoiles sur Jericho T Badr Liana témoignage Palestine, exil 2001 28/08/01 9782846360135 Esprit des péninsules International -Moyen Orient 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA

" Lorsqu’ils nous enjoignirent de partir, je pris avec moi deux morceaux de savon de Naplouse.
Je pressai le savon à l’huile d’olive parfumé d’herbes aromatiques, sans jamais desserrer mon étreinte. Comme si l’emporter signifiait que nous reviendrions sans faute le lendemain. Il avait la forme carrée et rassurante de la maison, la texture et la densité de notre vie quotidienne. Le pont s’effondra, les ennemis nous interdirent de revenir sur nos pas, mais il était toujours là. Je respirais son parfum, emplie d’un sentiment obscur, l’espoir que le temps ne se refermerait pas sur nous comme les grilles d’une prison.

Voilà. Etc. , etc. , etc. Tu comprends à présent que je suis sans Jéricho, sans ville, sans rue, sans mur où m’adosser quand je suis lasse de rester debout aux portes des villes, quand je n’ai devant moi que la poussière de la maison ou du bureau, sans la maison de mon grand-père au fond de Wadi Attoufah, sans village d’oranges et de prairie. Sans quartier, sans ruelle, sans la petite masure de Katf al Wadi, sans savoir où aller le vendredi.
Sans rien. ".

x 21 29,7 32 p. Dans mon pays T Bellagamba jeunesse émigration, exil 1999 01/01/99 9782841661053 Grandir Jeunesse -albums 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

"Mon pays est très loin, entre le pôle Nord et le grand Sud..."

Un voyage poétique sur le déracinement.

Dès 8-9 ans

x 10 13 58 p. Loin de chez moi...mais jusqu’où ? T Selek Pinar témoignage exil 2012 15/03/12 9791090062115
IXEL100504
iXe Editions La Petite Ixe Politique et société -femmes 5,00 € 5.00 remplacé >>(2018)
AA AA
Cet ouvrage dit la douleur de l’exil non choisi et, au delà, l’espérance et le courage d’une femme libre qui a fait siens ces mots de Virginia Woolf : "Mon pays à moi, femme, c’est le monde entier". S’étant entraînée dès l’enfance à repousser les murs des espaces, réels et imaginaires, qu’elle habitait, l’auteur explore les tensions entre la nostalgie pour là-bas et l’attirance pour l’ailleurs...
x 14 12,5 27 mn Réfugiés palestiniens : ça suffit on rentre
Un reportage dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban.
T
Den Hond Chris et Court Mireille enquête Palestine, réfugiés, exil 2012 31/08/12 Hond Court Divers -DVD 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA

Dix millions de Palestiniens. Presque cinq millions sont des réfugiés. Et la moitié vit toujours dans les camps. C’est au Liban que les réfugiés palestiniens survivent dans les pires conditions.

Nous sommes allés dans les camps de Chatila, Borj Al Barajneh, Marelias, Nahr Al Bared, Badawi, Ain El Hilweh et Rachidiya. Partout la même pauvreté, la même surpopulation, les étroites ruelles, les fils électriques branchés les uns sur les autres, les ateliers pour les petits boulots… mais partout aussi la même volonté inébranlable de retourner dans leur pays, la Palestine.

x 12,5 18 93 p. Les premiers jours T Satrapi Marjane et Errera Eglal jeunesse, roman exil 2002 30/10/02 9782742740703 Actes Sud Les premiers romans Jeunesse -littérature 7,10 € 7.10 remplacé >>(2014)
AA AA
J’ai onze ans et je crois que demain sera le jour le plus important de ma vie. Demain ma vie d’Alexandrie va se terminer et celle de Paris va commencer. Nous quittons l’Egypte, nous partons pour toujours comme l’on fait d’autres avant nous pour Montréal, New York, Milan... " Une vie qui finit, une autre qui démarre ", dit mon père le visage rieur mais avec des yeux tristes. Cette nuit, je répète à voix basse " Je pars pour toujours, je pars pour toujours. " C’est comme une chanson triste et gaie à la fois qui ressemblerait au visage de mon père.
x 24,5 17,5 24 p. Demain, je reviendrai T Epenoy Karine et Blondel Salomon Séverine jeunesse immigration, exil 2013 25/06/13 9782358710480 Poisson soluble Jeunesse -albums 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA

Dans une Europe bunkerisée où les 27 ministres de l’Intérieur choisissent Vichy (ça ne s’invente pas !) pour se réunir et débattre « politiques d’intégration et d’asile », des hommes, des femmes, des enfants, vivent cachés ou sont rejetés.

Intemporel, délicat et juste, ce carnet d’un jeune homme reconduit aux frontières, imaginé par Karine Epenoy témoigne d’une réalité très actuelle et nous invite à poser notre regard sur l’autre.
Les illustrations, réalisées à quatre mains, renforcent le caractère intimiste et tragique du propos.

En partenariat avec le collectif Réseau Education Sans Frontières. Les droits d’auteurs seront intégralement reversés à RESF 25.

x 22 22 14 p. L’arbre graine T Ravaloson Johary et Barbier Jean-Paul jeunesse exil 2010 22/06/10 9782952200455
DOD005
Dodo Vole Jeunesse -éveil 9,00 € 9.00 sur commande ?
AA AA
Quand l’homme transporte la graine, l’arbre est semé loin de ses origines …
Un texte métaphorique et poétique, qui évoque l’exil, l’intégration et notre rapport à la terre, illustré par les chatoyantes peintures de paysages réunionnais de Jean Paul Barbier.
x 13,5 19 128 p. Mon pays n’est pas sûr T Fluhr Simone témoignage exil 2011 30/09/11 9782953449648 Scribest Les contemporains Politique et société -immigration et précarité 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA
"Le rôle d’une préface est toujours ambigu : elle peut aussi bien gêner et encombrer l’accès au livre que l’aménager, ouvrir son accueil. Du reste, rien n’est plus naturel que de la sauter. Ici surtout, quel besoin d’introduire à ce qui vient au devant de nous sans demander qu’on y trouve un intérêt ni qu’on y accorde une curiosité quelconque : ce qu’écrit Simone Fluhr est là, se passe là, sous nos yeux, à nos portes et dans nos rues.
Qu’est-ce donc que cela ? Ce n’est pas seulement le malheur que subissent ceux dont les " pays ", les " peuples ", les provenances et les appartenances sont saccagés, mutilés, pourchassés. Ce malheur est par lui-même insupportable, lancinant, désespérant. On y porte à peine remède, et pourtant cela se fait, modestement, obscurément, avec une ténacité qui même lorsqu’elle est dérisoire ou impuissante se tient à la mesure des acharnements qui perpétuent toutes ces persécutions.
Mais il s’agit encore d’un mal plus insondable. Tout se passe comme si le monde d’aujourd’hui, ce monde dont on dit qu’il se mondialise - ce qui ferait attendre toujours plus d’espace commun et de partage des signes - n’était plus capable d’autre chose que de ravager les espaces et les signes. Tantôt des identités et des frontières (des labels, des clôtures) sont imposées en vertu d’un contrôle et d’une domination.
Tantôt sont au contraire détruites les possibilités de garder ou de trouver les repères et les motifs dont une existence a besoin pour simplement exister. Ce mal appelle autre chose que l’indignation, la compassion et l’assistance. Non pas que celles-ci soient dérisoires, bien au contraire : les récits de Simone Fluhr composent ce qu’on voudrait nommer une chanson de gestes de la solidarité persévérante si le climat épique et héroïque était de mise.
Mais il ne l’est pas : la persévérance, la patience, l’assiduité parfois exposée à sa propre usure ajoutée à l’hostilité tracassière des appareils officiels ne composent pas des chants mais font entendre des voix. Ces voix accablées, irritées, découragées, insistantes, font la rumeur ininterrompue d’un monde privé de chant. Dans l’ordre des destinées errantes dont il s’agit ici, il n’y a plus de malheur qu’on puisse isoler et considérer comme un objet de commisération, ni dont on puisse circonscrire aisément les causes et par conséquent les réparations.
Sans cesse est perceptible l’énormité ultra-complexe des machines qui opèrent - politiques, juridiques, policières, religieuses, économiques, idéologiques. Des jeux - si on peut employer ce mot - de forces empêchent aussi bien d’échapper au réseau de leur domination que de trouver une place et un sens dans ce réseau. Jadis il fut possible, à certains moments en tout cas, aussi bien de trouver " ses marques " comme on dit que de se démarquer des identifications et de glisser le long de marges mal déterminées.
On pouvait être errant, nomade, passager, pèlerin, routard, sans être réfugié, migrant, expatrié. On a souvent dit depuis que Hannah Arendt avait engagé cette réflexion que la condition de réfugié, de migrant, d’apatride ou de sans-papiers connaît une prolifération cancéreuse au beau milieu des sociétés et des Etats qui se réclament du droit. Mais ce n’est pas pour autant le règne du hors-droit ou de l’exception multipliée : c’est aussi bien la croissance exponentielle des dispositifs juridiques nationaux, internationaux, infranationaux.
C’est un droit qui ne cesse de courir vers une improbable maîtrise tout comme nos techniques courent vers l’improbable maîtrise des énergies de tous les types concevables. Dans ce vertige qui ne saisit rien de moins que la racine de notre civilisation dont la fin se dessine au loin sans qu’il nous soit possible de discerner d’autres commencements, il est infiniment précieux d’entendre une voix dont l’accent, la tonalité viennent de plus loin que la " civilisation " ou la " civilité " elles-mêmes.
La voix, les gestes d’une présence tout à la fois discrète, confiante, tendue, inquiète et capable non seulement d’attention et de soutien mais - ce qui est bien plus - de gratitude pour les présences vouées à l’abandon."
Jean-Luc Nancy
x 14 30 49 p. La déesse des vers à soie
D’après un conte traditionnel chinois sur l’exil
T
Lacotte Elza conte Chine, exil, résilience 2014 03/09/14 9791092364125 Le Ver à Soie Minuscules Jeunesse -contes 14,00 € 14.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Cannü vit avec son père dans un village. Ils possèdent un cheval un peu particulier qui comprend le langage des hommes. Un jour, le père de Cannü doit s’absenter pour traiter une affaire, mais les jours passent, et il ne revient pas. Cannü demande au cheval de partir à sa recherche, seulement voilà : le cheval est amoureux de la jeune fille et celle-ci lui fait la promesse de l’épouser s’il parvient à retrouver son père...

La Déesse des vers à soie est une adaptation d’un conte traditionnel chinois sur l’exil et la résilience. On y apprend comment une jeune femme réussit à transformer sa tristesse en apportant la richesse aux petites gens et en créant le plus beau fil qui soit.

x 25 30,5 143 p. Enfants d’ici, parents d’ailleurs
Histoire et mémoire de l’exode rural et de l’immigration
T
Saturno Carole jeunesse exil 2008 25/09/08 9782070622900 Gallimard Jeunesse »» Terre Urbaine Jeunesse -regards sur le monde 14,90 € 14.90 épuisé, réédité avec l'ean 9782075083577
AA AA

Plus d’un Français sur trois compte dans son arbre généalogique un ancêtre d’origine étrangère. Et la majorité des citadins ont des racines paysannes.Juifs, Russes, Arméniens, Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, Algériens, Marocains, Tunisiens, Turcs, Yougoslaves, Maliens, Chinois... mais aussi Bretons, Auvergnats, Savoyards : ils ont quitté leur pays ou leur région pour fuir une guerre, une dictature, un génocide ou la misère, dans l’espoir d’une vie meilleure.

Dans les usines ou dans les mines, sur les champs de bataille, dans les campagnes et dans les villes, ils ont contribué à l’expansion économique, aux combats pour la démocratie, à l’enrichissement de notre culture. Leur histoire est notre histoire.

x 17 24 96 p. Asylum T Isusi (de) Javier BD, roman graphique exil 2016 11/10/16 9782878272024 Rackham Le Signe Noir BD -roman graphique 16,00 € 16.00 sur commande ?
AA AA

Au cours d’une visite de sa petite-fille Maialen, Marina évoque le périple qui - 80 ans plus tôt - l’a portée de l’Espagne ravagée par la Guerre civile jusqu’en France, puis au Venezuela. Ses souvenirs de l’exil se croisent et se fondent avec ceux de Sanza, Aina, Chris, Imelda et les autres qui de nos jours fuient la guerre et la violence, les mariages forcés, l’homophobie, l’esclavage sexuel.
Sous le pinceau de Javier de Isusi se déroulent les histoires de ceux qui, hier comme aujourd’hui, ont été forcés à quitter leur foyer pour sauver leur vie ou préserver leur intégrité. Des femmes et des hommes à la recherche d’un lieu où vivre dans la dignité et qui, pour franchir des frontières militarisées, subissent des traitements discriminatoires, survivent à la mer, au désert, aux barbelés ; leur détermination n’ayant d’égal que leur aspiration à une existence meilleure.

x 13 21 120 p. Une émigration non choisie
Histoires de demandeurs d’asile du Darfour (Soudan)
T
Tubiana Marie-José enquête réfugiés, exil 2017 01/01/17 9782343108988 L’Harmattan Pour mieux connaître le Tchad Politique et société -immigration et précarité 10,00 € 10.00 sur commande ?
AA AA

Je n’ai rencontré que des survivants. Ceux qui ont vu leurs villages attaqués, leurs maisons brûlées. Ceux qui ont enterré leurs morts. Ceux qui ont pu s’échapper de prison. Ceux qui ont traversé le Sahara. Ceux qui ont travaillé clandestinement en Libye pour pouvoir payer leur traversée de la Méditerranée. Ceux qui ont touché terre après un périple épuisant. Ceux qui ne parlent pas la langue des pays où ils abordent.

Qui sont ces hommes et parfois ces femmes qui demandent l’asile en France ?

x 14,5 20 201 p. Marx et la poupée T Madjidi Maryam roman exil 2017 12/01/17 9782371000438 Nouvel Attila Littérature 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, sa mère et elle rejoignent le père en exil à Paris. A travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets donnés aux enfants pauvres de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes, l’effacement progressif du persan sans cesse en opposition avec le français, qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale.

Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, comme rempart, comme moyen de socialisation, et même comme arme de séduction massive.

x 12,5 19 94 p. Migrants et réfugiés
Réponse aux indécis, aux inquiets et aux réticents
T
Rodier Claire doc immigration, réfugiés, exil 2016 12/05/16 9782707189561 la Découverte Cahiers libres Politique et société -immigration et précarité 4,90 € 4.90 présent à Plume(s)
AA AA

L’arrivée continue de familles de réfugiés et de migrants en Europe au bout d’un parcours épuisant, les nombreux morts en Méditerranée, dont celle, très médiatisée, du petit Aylan, leur dénuement et la force de leur désespoir ont fortement ému et « bousculé » la population européenne.Toutefois, aprèsles premiers élans de compassion et de solidarité, des inquiétudes et des réticences se font poindre et de multiples questions émergent : D’où viennent-ils ? Quelle différence entre réfugiés et migrants ? Quelle est leur proportion par rapport à la population européenne ? Ont-ils la capacité de « s’intégrer » ? Sont-ils une concurrence pour « nos » pauvres ? Vont-ils rester ? Quel impact en termes économique et humanitaire ? Les murs sont ils utiles ? Sur quoi l’Europe doit-elle se mettre d’accord ? Quel est l’argent alloué à la surveillance des frontières ? etc. C’est pour répondre sans tabou à toutes ces interrogations, et à bien d’autres, que ce petit livre a été conçu.

Formulé sous forme de questions réponses, très facile d’accès, rapide à lire, peu couteux, il permet de comprendre les enjeux de ce qui se joue dans la prise en charge et le destin de ces personnes qui franchissent à tout prix nos frontières européennes. À destination du grand public, sensible au sort des personnes concernées, mais ne sachant néanmoins pas trop quoi penser face aux fantasmes d’invasion agités de toutes parts, il permet de donner des clés de réflexion et d’apaisement.

x 11,5 19 154 p. Passeur T Krafft Raphaël récit immigration, exil 2017 19/01/17 9782283029572 Buchet-Chastel Essais Et Documents Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Réalisant une enquête sur les réfugiés bloqués à la frontière des Alpes maritimes, entre Vintimille et Menton, un journaliste ressent l’impérieuse nécessité, par un acte de désobéissance civile, d’aider un Iranien et deux Soudanais à franchir la frontière, par une ascension en altitude dans le parc du Mercantour.

Et où à cette occasion, il va écouter les « éléments de langage » d’un sous-préfet, croiser une militante engagée, et accompagner brièvement une avocate spécialisée dans les droits de l’homme. Avec la rencontre haute en couleurs d’Enzo et d’Hubert, de part et d’autre de la frontière.

x 10 17 216 p. Nous ne ferons pas marche arrière !
Luttes contre la frontière franco-italienne à Vintimille
T
Le Maquis Lucia doc immigration, désobéissance, exil 2017 14/09/17 9791096195046 Niet Politique et société -immigration et précarité 7,00 € 7.00 présent à Plume(s)
AA AA
En juin 2015, la France ferme sa frontière avec l’Italie aux personnes arrivées là suite à la traversée de la Méditerranée. À Vintimille, un groupe de migrants menace de se jeter à l’eau depuis les récifs de Balzi Rossi si la frontière n’est pas ouverte et refuse de monter dans les cars de la police italienne venue pour les expulser. Cette résistance et ce blocage sont le point de départ d’une lutte contre la frontière qui ne s’est pas arrêtée depuis. Les paroles de différents acteurs de cette lutte se croisent dans ce petit livre en un récit composite entre mer et montagnes.
x 16 24 256 p. Lampedusa, aller simple T Cesa Jacques doc exil 2017 10/10/17 9782940586592 Aire Politique et société -immigration et précarité 25,00 € 25.00 présent à Plume(s)
AA AA
Peintre gruerien, Jacques Cesa a remonté pendant 15 semaines, à contre courant, comme un oiseau au vol inverse, la route des migrants. De la Gruyère à Lampedusa, c’est l’aventure du migrant qui a ému l’artiste. De l’homme, de la femme et de l’enfant. De celui ou celle qui fuit le mal de son pays pour la lumière d’un accueil au sein de l’Europe. Avec à la main un carnet de voyage, Jacques Cesa est allé à leur rencontre. Et il a dessiné, plein d’empathie, le trajet de leur vie. Le graffiti transpirant sur un mur, la chaussure abandonnée au pied d’une épave, la danse des enfants dans les centres de refugiés. Le peintre s’est fait révélateur du chemin sillonné par les uns et les autres. Cependant il a dessiné aussi l’autour. Comme un témoin en règle avec la vérité. Ainsi le douanier, le travailleur social, le religieux, le bénévole, le militaire, le capitaine, le taximan, le chauffeur de bus ou même le mac sont autant d’acteurs indissociables du phénomène migratoire que les migrants eux-mêmes. Face à ces nombreuses traversées du désert humain, le récit de Jacques Cesa témoigne et ses dessins font naître, sur la pierre des routes, la fleur d’une vraie rencontre. Celle d’un peintre et le tableau de son époque.
x 12 17 176 p. Ibrahim, clandestin de 15 ans T Kalouaz Ahmed roman immigration, exil 2013 11/09/13 9791021400863 Oskar Oskar Poche ; Societe Jeunesse -littérature 9,95 € 9.95 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Le père d’Ibrahim s’est fait tuer par les milices qui sévissent au Soudan. Avec son oncle Boro, ils fuient à travers quelques pays d’Afrique, avant de traverser la Méditerranée sur des bateaux tenus par des passeurs peu scrupuleux. Il leur faudra aussi affronter le sud de l’Europe, clandestinement, cachés sous des bâches de camion, dans des citernes reconverties dans le commerce des hommes. Lorsqu’ils arrivent enfin en France, du côté de Calais, ils se rendent compte que l’Eldorado dont ils rêvaient n’est en fait qu’une souricière dont ils auront du mal à s’extraire. Ibrahim, tout en courant sur les dunes, essayera de trouver une issue heureuse à ce voyage.


à partir de 6 ans

x 12 18 160 p. La mort aux frontières de l’Europe
retrouver, identifier, commémorer
T
Babels enquête immigration, exil 2017 25/04/17 9782369350767 Passager clandestin Bibliothèque des frontières Politique et société -immigration et précarité 10,00 € 10.00 présent à Plume(s)
AA AA
La mort de migrants noyés, asphyxiés, intoxiqués, déshydratés sur les côtes de la Méditerranée, de l’Egée, de l’Atlantique comme aux frontières terrestres de l’Europe est devenue une réalité quotidienne. Aujourd’hui, les tombes d’anonymes sont chaque jour plus nombreuses dans les cimetières de Lampedusa, Lesbos, Tenerife ou Calais. Ces morts interrogent les sociétés où sont découverts les corps des migrants. La prise en charge de ces morts, leur identification, le lien avec la famille au pays d’origine, l’acheminement du corps ou son enterrement sur place, reposent sur une chaîne d’acteurs institutionnels et citoyens. À travers les cérémonies et les commémorations se joue, au sein des différentes sociétés européennes qui les reçoivent, la visibilisation des migrants morts. Les mouvements de solidarité et les prises de conscience politiques des habitants des lieux-frontière érigent ces mobilisations en cause des migrants. Écouter les récits, recueillir les mises en mots de la mort et de la disparition par les personnes qui circulent à travers les frontières, donne accès au vécu et aux représentations d’une migration sur laquelle plane, sans cesse, le spectre de la mort. Cette articulation entre des questions sur le traitement des défunts et des interrogations sur l’imaginaire de la migration permet d’offrir un nouvel éclairage dans le débat actuel sur la « crise migratoire ». Désactivant les lectures misérabilistes faisant des migrants des victimes dépourvues de capacité d’action ou des inconscients prenant des risques inconsidérés pour rejoindre l’Europe, la réflexion fait apparaître la violence dont sont porteuses les frontières européennes. À travers l’exploration de ces grands enjeux administratifs, politiques, affectifs et moraux, cet ouvrage invite à questionner les limites et les effets des politiques migratoires contemporaines.
x 12 18 120 p. Exils syriens
parcours et ancrages (Liban, Turquie, Europe)
T
Collectif enquête exil, Syrie 2018 02/06/18 9782369352112 Passager clandestin Bibliothèque des frontières International -Moyen Orient 10,00 € 10.00 sur commande ?
AA AA
Ce titre se concentre sur l’exil syrien, en premier lieu vers le Liban, mais aussi vers la Turquie et l’Europe. La Syrie est le pays qui a le plus de réfugiés internationaux au monde ; en 2016, 5,5 millions de personnes avaient fui le pays. La crise syrienne actuelle est d’une ampleur sans précédent, et désormais, au Liban, une personne sur quatre est un réfugié syrien. Beyrouth à elle seule accueille près de 30 % du million de Syriens réfugié au Liban. Ce que nous appelons en Europe « crise des réfugiés » est, au Liban, une crise nationale. De plus, l’État libanais ayant refusé d’installer des camps officiels de peur de provoquer une installation permanente, les réfugiés s’installent un peu partout avec les moyens du bord. En décrivant une réalité très différente de la situation européenne par son intensité et ses enjeux, ce livre permet de renouveler notre compréhension de la prétendue crise à laquelle nous serions confrontés. Il revient sur les liens entre Libanais et Syriens, qui constituaient au Liban l’essentiel de la main-d’oeuvre non-qualifiée dans les secteurs de l’agriculture et du bâtiment depuis les années 1960. Il retrace la longue histoire des circulations, des liens sociaux, familiaux et politiques entre les deux pays. Au Liban, la situation de plus en plus tendue pousse de nombreux Syriens à quitter le pays, de façon légale ou illégale, notamment en direction de l’Europe. Le livre étudie donc aussi leurs parcours jusqu’en Turquie, en Allemagne et en France. Le qualificatif et le statut de « réfugié » occultent souvent la diversité des profils, des expériences et des parcours ; face aux discours qui nous parlent des migrants dans leur ensemble, ce livre nous invite à considérer chaque cas comme une histoire unique.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |