Mireille Court - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Accueil du site > Les auteurs > Mireille Court

Mireille Court

Journaliste indépendante, co-réalisatrice de nombreux documentaires sur les luttes de libération nationale en particulier en Palestine et au Kurdistan, auteure de nombreux articles sue les mêmes sujets.

Voir en ligne : https://blogs.mediapart.fr/mireille...


3 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14 12,5 27 mn Réfugiés palestiniens : ça suffit on rentre
Un reportage dans les camps de réfugiés palestiniens au Liban.
T
Den Hond Chris et Court Mireille enquête Palestine, réfugiés, exil 2012 31/08/12 Hond Court Divers -DVD 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA

Dix millions de Palestiniens. Presque cinq millions sont des réfugiés. Et la moitié vit toujours dans les camps. C’est au Liban que les réfugiés palestiniens survivent dans les pires conditions.

Nous sommes allés dans les camps de Chatila, Borj Al Barajneh, Marelias, Nahr Al Bared, Badawi, Ain El Hilweh et Rachidiya. Partout la même pauvreté, la même surpopulation, les étroites ruelles, les fils électriques branchés les uns sur les autres, les ateliers pour les petits boulots… mais partout aussi la même volonté inébranlable de retourner dans leur pays, la Palestine.

x 14 12,5 25 mn Libres dans la prison de Gaza
Un reportage avec les prisonniers palestiniens libérés
T
Den Hond Chris et Court Mireille enquête Palestine 2012 29/02/12 Hond Court Divers -DVD 6,00 € 6.00 présent à Plume(s)
AA AA

Fin 2011, 1028 prisonniers palestiniens ont été relâchés en échange du soldat israélien Gilad Shalit. Nous avons voulu donner un visage à ces résistants, inconnus dans le monde. Pour les rencontrer, nous avons dû passer par un des tunnels à Rafah. Les ex-prisonniers nous ont raconté leur vie en prison : l’interrogatoire, l’isolement, le manque de soins médicaux, la brutalité des geôliers, l’interdiction de visites familiales, les grèves de la faim et aussi la joie de la libération.

Obeid : On m’a fait du chantage en arrêtant ma mère, ma femme, tous mes frères. Tout cela pour que je passe aux aveux. Ils ont arrêté ma mère, âgée de 70 ans.
Wafa : Il y avait des moments qui m’affaiblissaient, par exemple quand mon geôlier israélien a assassiné le chat que j’élevais dans la prison.
Bassim : J’ai été en isolement plusieurs fois : en 1993 pendant trois ans. En 2004 pendant 3 ans. Également de 2007 à 2010.
Hamza : Ils te font des douches d’eau froide en hiver. Samir : En interrogatoire, le "chabeh" consiste à mettre un sac sur la tête pour isoler le prisonnier.
Loay : Le prisonnier doit constamment s’encourager lui-même et se répéter qu’il doit résister face à l’ennemi sioniste.
Oum-Jaber Wechah : J’ai allaité mes enfants. Tant qu’il y aura des femmes palestiniennes qui donneront naissance à des enfants, elles les allaiteront du lait de la patrie, le lait de la ténacité, le lait de la résistance.

x 15 21 208 p. La commune du Rojava T Den Hond Chris, Court Mireille et Bouquin Stephen doc Kurdistan 2017 06/04/17 9782849505618 Syllepse Utopie Critique International -Moyen Orient 18,00 € 18.00 épuisé
AA AA

À l’été 2014, alors que les pays de la région, l’ONU et l’OTAN assistent impuissants à l’avancée des jihadistes, le monde découvre les combattant·es kurdes qui ont fait reculer Daesh à Kobané, cette petite ville devenue symbole.

Le sacrifice de ces jeunes femmes et de ces jeunes hommes était bien sûr motivé par la nécessaire résistance à la barbarie de l’État islamique, qui s’est déchaînée contre les Kurdes yézidis de la région de Sinjar. Mais cette détermination s’appuyait sur autre chose : la conviction qu’une société libre démocratique et égalitaire pour toutes et tous est possible, au Rojava mais aussi en Turquie.

Autrefois imprégné par le marxisme-léninisme, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a dressé un bilan sévère des régimes bureaucratiques et autoritaires d’Europe de l’Est. Il a également pris ses distances par rapport au nationalisme et a questionné la pertinence de revendiquer un État-nation kurde. Emprisonné depuis 2000 et influencé par le libertaire écologiste américain Murray Bookchin, le fondateur du PKK, Abdullah Öcalan, a appelé à l’élaboration d’un nouveau paradigme qui confère à la démocratie directe un rôle pivot de la transformation sociale. En pleine guerre nourrie par des conflits intercommunautaires et des conflits d’intérêts géopolitiques, l’égalité entre les sexes, l’inclusion des minorités et la démocratie de conseils (quartier/village/canton) donnent corps à une révolution.


L’ouvrage, coordonné par Stephen Bouquin, Mireille Court et Chris Den Hond, est composé de textes de leaders politiques et de militantes féministes kurdes  : Abdullah Öcalan, Reza Altun, Cemil Bayek, Saleh Muslim, Sebahat Tuncel, Dilar Dirik, Nursel Kiliç. Il comporte en outre des réflexions d’auteurs de réputation internationale (Immanuel Wallerstein, John Holloway…), des contributions d’auteurs hexagonaux spécialistes de la question kurde (Michel Verrier) ou spécialistes du Moyen-Orient (Pierre Barbancey, grand reporter à L’Humanité).

Coédition Critica (Bruxelles)/ Syllepse (Paris).

Dans une région dominée par les tribus et les clans, s’est développée au Rojava une pratique d’inclusion et de représentation sur un pied d’égalité de toutes les minorités ethniques ou religieuses. Dans un contexte régional où les femmes sont au mieux privées de toute autonomie, le Rojava a inscrit l’égalité totale entre les genres dans sa charte, tandis qu’en Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP) instaurait le principe d’une double représentation femme-homme dans toutes les fonctions de responsabilité et envoyait au parlement des élu·es gays-lesbiennes, des Arméniens et des Assyriens.

On dit de la poudrière du Moyen-Orient qu’une nouvelle guerre mondiale peut s’y déclencher. Mais on y voit naître aussi des idées et des pratiques qui montrent qu’un autre monde est possible.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |