Paul Ariès - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
Accueil du site > Les auteurs > Paul Ariès

Paul Ariès

Il est politologue, directeur du journal d’analyse politique Le Sarkophage, rédacteur au mensuel La Décroissance, collaborateur à Politis.

Il est l’auteur d’une vingtaine de livres.


36 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme
0 | 20

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 12 21 95 p. Scientologie
une secte contre la République
T
Ariès Paul pamphlet religion 1999 31/08/99 3798316048003 Golias Les dossiers golias Politique et société -laïcité 3,86 € 3.86 présent à Plume(s)
AA AA
La Scientologie construit une machine de guerre contre l’humanisme et la République : refus de la liberté, de l’égalité, et de la fraternité. Les méthodes et les dogmes scientologues pénètrent pourtant le monde des entreprises et de l’éducation. Tous complices ou manipulés ? Un livre à lire d’urgence au moment ou la France, la Belgique, la Suisse sont confrontées à son expansion.
x 13,5 20 163 p. Décroissance ou barbarie T Ariès Paul essai décroissance 2004 01/10/04 9782914475761 Golias Politique et société -décroissance 15,00 € 15.00 épuisé
AA AA

Dans cet ouvrage, Paul ARIES montre en quoi notre civilisation succombe aujourd’hui à plusieurs aires : un effondrement environnemental, social, politique, humain et symbolique.

La seule alternance crédible passe par l’acceptation des limites physiques de la Terre, mais aussi de nos propres limites humaines.

Il faut en finir avec le culte de la toute-puissance ou de la vitesse. Les chemins de la décroissance sont nombreux : simplicité volontaire, relocalisation généralisée, réapprentissage de la gratuité, de la nature, réinvestissment de nos corps, de l’espace, du temps, etc.

La décroissance est au-delà de l’urgence environnementale un combat pour d’autres valeurs. La décroissance est une nouvelle pensée politique qui bouscule le paysage idéologique actuel.

20% des humains consomment 80% des ressources et il faudrait quatre « Terres » si nous devions tous vivre selon le modèle de consommation occidentale. La question du partage devient donc essentielle. Il ne suffira pas cependant de partager autrement le même gâteau. Il faudra aussi changer de recette...

x 13 20 192 p. Démarque-toi ! Petit manuel anti-Pub T Ariès Paul essai consommation 2004 01/09/04 9782914475600 Golias Politique et société -consommation 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA
La publicité ne sert pas seulement à vendre des lessives, elle transforme nos façons de penser et de vivre et elle pollue nos rêves. La pub contre les femmes, contre la planète, contre les enfants, l’économie, la politique... Autant d’arguments qui changeront votre regard sur la publicité. À dévorer selon sa curiosité et les besoins de son combat.
x 13,5 22 392 p. Harcèlement au travail ou nouveau management T Ariès Paul essai société, travail 2002 25/10/02 9782914475365 Golias Politique et société -entreprises, travail, syndicalisme 22,00 € 22.00 épuisé
AA AA
Avec des pratiques toujours plus uniformisantes et déshumanisantes communes à de multiples grandes entreprises, le nouveau management s’apparente à du harcèlement. L’auteur dresse ici un constat d’échec des nouveaux modes de management. Ce livre né de débats et voué à nourrir des actions, est destiné aux salariés et aux militants qui ne comprennent plus leur entreprise.
x 12 21 148 p. José Bové, le candidat condamné
la décroissance dans la campagne
T
Ariès Paul portrait Bové, paysans 2007 15/03/07 9782914475990 Golias Enquêtes Par chez nous -José Bové 9,00 € 9.00 présent à Plume(s)
AA AA
José Bové : l’homme aime les moustaches, sa pipe et les élections présidentielles. Il se veut le " candidat comdamné " par les tribunaux de la république pour son combat contre les OGM , mais aussi le "candidat commun " de la gauche anti-libérale. Pourra-t’il démonter le système présidentiel comme il a su démonter le Mac Do de Millau ? Saura-t’il faucher Sarkozy et Le Pen aussi facilement qu’il coupe un carré de maïs transgénique ? . José Bové ne se réduit pas pour autant à cette caricature médiatique proche d’Astérix. Derrière le symbole, il y a un homme : toute une vie de fidélité à quelques causes. Il est exclu de son lycée en 1970, il refuse de porter les armes. Il se réfugie en 1973 au Larzac et décide avec sa compagne de " vivre et travailler au pays ". Il y a des racines qui vous donnent des ailes : on croise José Bové sur le Rainbow Warrior de Green Peace, il participe à la fondation de la " Confédération Paysannne " contre les OGM, les farines animales insalubres, le droit à l’eau pour tous... José Bové fait partie de ces grandes gueules qui soufflent le vent de la révolte et prouvent jour après jour qu’un autre projet de société est possible, tel que le résume son slogan de campagne électorale : si " J’osais Bové ". Ce livre invite à redécouvrir derrière la légende, l’homme et le militant .
x 13,5 20 260 p. No conso
Manifeste pour la grève générale de la consomation
T
Ariès Paul essai consommation 2006 01/10/06 9782914475921 Golias Politique et société -consommation 18,00 € 18.00 présent à Plume(s)
AA AA

Paul Ariès, l’un des principaux théoriciens et acteurs du combat contre la malbouffe (la fin des mangeurs, DDB), contre la McDonaldisation (Les Fils de McDo, l’harmattan, Petit Manuel anti-McDo, Golias), contre l’agression publicitaire (Putain de ta marque ! , petit manuel antipub, Golias), en faveur de la décroissance (décroissance ou barbarie, Golias) prolonge dans ce nouveau pamphlet sa critique au vitriol de la société de consommation et sa recherche de nouveaux moyens d’émancipation.

Le politologue lyonais revient sur la victoire idéologique du marxisme au 19e puis au 20e siècle qui a eu pour conséquence de réduire la contestation sociale à la seule sphère de la production et à la seule figure du prolétaire-salarié. Il montre comment les mouvements révolutionnaires (syndicalistes et politiques)faute de disposer d’une théorie critique de la consommation de masse ont vidé cette notion de tout contenu politique contribuant ainsi à la casse des cultures populaires. Il rappelle comment cette victoire du communisme a sonné le glas du mouvement coopératif si cher au vieux mouvement ouvrier. Il revient sur les causes des échecs des expérimentations dans le cadre du catholicisme social ou des milieux libertaires.

Le peuple a donc appris au 20e siècle à devenir tout autant forçats de la consommation que forçats du travail. Il s’est fait à la discipline de la grande distribution comme à celle de la caserne et de l’usine. Les grands mouvements de défense des consommateurs ont ainsi beaucoup plus accompagné que contesté durant tout le 20e siècle le développement de la société de consommation. Les "exclus" et les "déçus" de la consommation sont cependant de plus en plus nombreux et ne cessent d’inventer de nouveaux fronts : commerce équitable, commerce éthique, consom-acteurs, etc.

Le système économique fait cependant la preuve de sa capacité à digérer ces formes nouvelles de rebellion : banalisation de la "Bio" dans la grande distribution, loi de 2006 restreignant le commerce équitable aux seules relations Nord/Sud et refusant d’en faire un instrument pour faire évoluer l’ensemble des filières, etc. Ce courant de l’alter-consommation est donc déjà dépassé par la naissance d’un nouveau mouvement, cette fois ouvertement fondé sur le refus de la consommation. Des boycott ciblés à la "simplicité volontaire", du refus de l’idéologie des prix bas à celui des rituels qui nous font vivre la vie sur le mode du lèche-vitrine, de la volonté de consommer beaucoup moins au projet de lancer une grève générale de la consommation conçue comme un véritable mouvement social (avec ses revendications que l’on oppose aux gouvernements et patronat), "No Conso" est donc bien le bréviaire de l’anti-consommation tout comme "No Logo" fut celui de l’alterconsommation.

x 11,5 21 96 p. Petit manuel anti McDo à l’usage des petits et des grands T Ariès Paul pamphlet décroissance 1999 01/01/99 9782911453540 Golias Politique et société -consommation 7,32 € 7.32 épuisé
AA AA
McDo poursuit sa conquête du monde village après village, maison après maison. Une parie de l’Europe commence à résister face à ces « extra-terrestres » de la table. Contre la « mal-bouffe » et la pensée unique dont McDo est une illustration frappante, un petit manuel qui s’adresse aux parents autant qu’aux enfants, cible privilégiée des « McDollars ».
x 13 20 126 p. Pour une politique de la décroissance T Ariès Paul essai décroissance 2007 01/10/07 9782354720063 Golias Politique et société -décroissance 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Est-il aujourd’hui un seul homme politique qui ne voit dans la croissance économique un objectif politique à part entière, un seul candidat qui ne l’intègre dans son programme de campagne ? Rares sont ceux qui osent en douter, de peur peut-être de s’attirer le courroux de cette divine croissance, ou simplement de susciter l’incompréhension d’électeurs bercés par la ronronnante litanie qui en vante sans cesse les bienfaits.

Certains osent toutefois le blasphème, questionnant, critiquant, réfutant même l’idée insensée d’une croissance infinie. Cet ouvrage rassemble les contributions de ces militants politiques, chercheurs et intellectuels de gauche qui ne se satisfont pas du développement économique actuel, et en formulent une critique radicale. Il est frappant de voir ce foisonnement de courants critiques à l’égard de la croissance, même si l’on peut regretter que cette critique ne soit le fait que de partis groupusculaires, ou de courants minoritaires au sein de partis de gouvernement.

De l’aile gauche du PS au PC en passant par les Verts, du jeune Parti pour la Décroissance aux Alternatifs Rouges et Verts, leurs propos se répondent, s’opposent et se complètent. A travers cette compilation de textes, ce tour d’horizon - qui ne prétend pas être exhaustif - de la critique de la croissance à gauche, transparaît la dynamique actuelle de critique de la croissance économique. Les lignes de fractures idéologiques ou stratégiques entre les différents courants en présence sont mises en lumières, leurs points de rapprochement aussi...

x 13,5 22,5 526 p. Putain de ta marque ! T Ariès Paul essai consommation, société 2003 31/05/03 9782914475396 Golias Politique et société -consommation 23,00 € 23.00 épuisé
AA AA

La pub c’est zéro comme le symbole mathématique elle n’a pas de valeur en soi ni artistique ni économique, mais, placée au service des Marques et de l’idéologie marchande, elle fait des ravages.

La publicité a transformé le monde en quelques décennies beaucoup plus que cela ne s’était fait en huit siècles. Elle voudrait se faire passer pour une distraction futile ou une information des consommateurs. Elle a une lourde responsabilité dans l’évolution des comportements comme le développement de la violence dans les cités, celui de l’obésité qui touche un jeune sur cinq ou la destruction de la planète.

Le refus de l’agression publicitaire est un acte concret qui conduit aussi à refuser ces rituels qui nous font vivre le shopping comme un " flirt " avec les objets, à vivre la vie sur le mode du " lèche-vitrine ", à pénétrer dans les hypermarchés comme dans des Temples de la consommation, à multiplier les rues piétonnes comme lieux de spectacle de la marchandise, à concevoir les soldes contre une nouvelle temporalité.

La publicité annonce une société dans laquelle la part la plus humaine de l’homme serait passée aux oubliettes, elle préfigure une civilisation dans laquelle l’humanité se réduirait à la consommation.

x 11,5 21 95 p. José Bové
la révolte d’un paysan
T
Ariès Paul et Terras Christian essai Bové, paysans 2000 29/02/00 9782911453878 Golias Les grandes gueules républicaines Par chez nous -José Bové 9,90 € 9.90 épuisé, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA
José Bové fait partie de ces grandes gueules républicaines qui prouvent, jour après jour que militer n’est pas triste ; il ne se réduit pas à sa caricature médiatique, derrière le symbole se trouve un homme et toute une vie de fidélité à quelques causes. Représentant de la Confédération paysanne et du mouvement alter-mondialiste, ce portrait de José Bové est à lire d’urgence par tous ceux qui partagent ses combats.
x 14 21 256 p. Misère du sarkozysme
Cette droite qui n’aime pas la France
T
Ariès Paul essai politique, Sarkozy 2005 20/10/05 9782841901449 Parangon Politique et société 13,00 € 13.00 épuisé
AA AA

Le sarkozysme n’est pas que Sarkozy, ni tout Sarkozy. Courant politique largement importé, il est la version française de la contre-révolution néo-conservatrice qui a déjà triomphé dans de nombreux pays. En rupture avec la tradition républicaine, il réalise une synthèse entre la vieille droite orléaniste, ralliée à la république faute de mieux, et le néo-conservatisme, étranger à toutes les traditions politiques et philosophiques libérales françaises : la droite française ne serait jamais assez à droite car notre tradition libérale serait un faux libéralisme. Sorte de revanche par procuration de la France de l’Ancien Régime, le sarkozysme ne cesse de rêver que la nation se brouille avec Marianne pour se jeter dans les bras de Marie. Le jeu dangereux de Sarkozy envers un certain islam n’aurait-il d’autre but que de remplir les églises, d’importer en France la thèse du « choc des civilisations » et de revoir nos alliances stratégiques ? Sarko l’Américain et Sarko l’Israélien ont un seul but : s’en prendre à la « grandeur » de la France. Le sarkozysme n’est pas seulement une « droite décomplexée », mais une droite qui n’aime pas la France telle qu’elle résulte de son histoire. Véritable machine de guerre contre nos valeurs, il n’aurait de cesse, au pouvoir, de virtualiser encore davantage la Liberté, l’Égalité et la Fraternité pour les remplacer par sa propre devise : Travail, Respect, Patrie. Le sarkozysme emportera tout sur son passage : notre modèle social, construit au cours du xxe siècle, mais aussi la République née de 1789 et, avec elle, l’histoire presque millénaire de notre État-nation. La droite française doit se ressaisir pour que Nicolas Sarkozy perde dans son camp. Il faut aussi que la gauche redevienne enfin capable de vivifier ses propres valeurs pour lui opposer, avec une autre mémoire, un autre futur.

Paul Ariès, politologue, spécialiste de la mondialisation, est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages consacrés aux conséquences de la mondialisation : malbouffe, sectes, agression publicitaire…

x 11 21 172 p. Le mésusage
Essai sur l’hypercapitalisme
T
Ariès Paul essai économie 2007 18/01/07 9782841901630 Parangon Politique et société 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA
Partant du constat selon lequel la dégradation de la production est devenue la condition de survie du système capitaliste, Paul Ariès propose une nouvelle théorie critique de l’hypercapitalisme. La junkproduction (junkfood, junkspace, junksexuality, junkscience, junkpolitics. ) repose sur la généralisation du mésusage, caractérisé par le retournement de la valeur marchande contre toute valeur d’usage. Ce tableau extrêmement sombre débouche cependant sur la proposition d’un nouveau paradigme politique. L’auteur propose de partir de l’Interdit majeur qui structure la société hypercapitaliste : celui de la gratuité. II oppose à la vénalisation rampante une politique de la (quasi) gratuité du bon usage et du renchérissement du mésusage : Pourquoi, par exemple, payer l’eau le même prix pour faire son ménage ou remplir sa piscine ? À l’heure où les tenants d’une écologie ralliée à l’hypercapitalisme entendent faire des pauvres la variable d’ajustement pour tenter de résoudre l’effondrement environnemental sans rien changer au système productiviste, " la gratuité de l’usage et le renchérissement du mésusage " constituent une véritable alternative. Ce nouveau paradigme ne repose pas sur une définition objective ou moraliste. Il rend toute sa place au débat politique, aux choix des citoyens et de leurs représentants. Voilà qui aiderait à renouveler la pensée d’une gauche exsangue et d’une écologie perdue, et qui pourrait renouveler les formes et les enjeux de nos mobilisations. Sans doute une première définition sérieuse de ce que serait un projet politique de la décroissance, un ouvrage pour penser et agir.
x 13 20 362 p. La décroissance
Un nouveau projet politique
T
Ariès Paul essai décroissance 2007 01/10/07 9782354720049 Golias Politique et société -décroissance 20,00 € 20.00 épuisé
AA AA

La gauche et la droite partagent le même bilan écologique effroyable.

Les deux idéologies ont fait durant le 20e siècle de l’environnement la variable d’ajustement de leur système au nom de leur foi dans le productivisme et le "toujours plus". Ces deux modèles sont en faillite au regard de l’effondrement environnemental actuel. La droite et les milieux d’affaires entendent profiter d’un nouveau rapport de force qui leur est plus favorable pour payer aux pauvres la facture environnementale.

La gauche est aphone incapable de marier la justice sociale et les contraintes de la nature. Entre ceux qui prônent avec Hulot de "polluer un peu moins pour pouvoir polluer plus longtemps" et ceux qui entendent avec Claude Allègre et Florence Parisot "polluer pour pouvoir dépolluer" en augmentant toujours plus la croissance, la production, la consommation et les emplois l’objection de croissance n’est-elle pas la véritable alternative pour les pays riches ? Un livre qui dépasse le domaine des seuls constats pour faire des propositions concrètes.

Un livre qui envisage la construction d’une nouvelle pensée politique de la décroissance. L’auteur ne cache pas les risques : il fait aussi état des débats et des polémiques parfois vives. Un ouvrage indispensable pour tous ceux qui ne veulent plus "développer en rond".

x 11,5 18,5 211 p. Désobéir et grandir
Vers une société de décroissance
T
Ariès Paul essai décroissance 2009 08/10/09 9782923165479 Écosociété Politique et société -décroissance 14,00 € 14.00 remplacé >>(2018)
AA AA

Et si nous désobéissions, si nous cessions d’être de sages consommateurs ? Dans ces chroniques, Paul Ariès nous invite à suivre les réflexions des objecteurs de croissance.

Égratignant à la fois les donneurs de leçons, les spéculateurs environnementaux et les vendeurs de développement durable, il appelle surtout à la " croissance " de l’imaginaire et des liens sociaux, afin de s’offrir collectivement une vie qui ne soit pas plus opulente, mais plus libre, plus signifiante et, finalement, plus humaine. Il n’hésite pas à s’interroger sur les dérives possibles de la décroissance, qu’il aime décrire comme " un chemin de crête ", dont pourraient découler le pire et le meilleur.

Combien de fois n’ai-je pas entendu des activistes de la décroissance regretter le bon temps où l’on pouvait consommer sans se priver ? Même si une croissance infinie était matériellement possible, nous la refuserions pour rester des humains. Notre combat n’est donc nullement fondé en dernière analyse sur l’imminence de l’épuisement des ressources, mais sur la certitude que l’ensemble des crises qui affectent l’humanité ont une seule et unique cause : la perte du sens des limites.

x 14,2 20,6 188 p. Cohn-Bendit, l’imposture T Ariès Paul et Leray Florence pamphlet politique 2010 04/03/10 9782353410866 Max Milo Essais-Documents Politique et société 17,24 € 17.24 sur commande ?
AA AA

L’homme appartient à la caste de ceux qui entrent dans l’Histoire de leur vivant.

Il parle, dit-on, avec ses tripes, pique des colères noires devant les caméras, gesticule tel un éternel adolescent. En vérité, le nom de Cohn-Bendit représente aujourd’hui une telle disjonction entre le signe et le sens qu’il était devenu urgent de publier cet ouvrage. " Dany le Rouge " a toujours été plus libéral que libertaire. Il est le meilleur avocat du capitalisme vert, l’homme dont le système a besoin pour imposer ses fausses solutions à la crise.

Entré chez les Verts par opportunisme, sa course politique le rapproche peu à peu de la droite décomplexée. Chantre de la mondialisation, enfant chéri des médias, il allie superficialité et supercherie au bénéfice de son hypernarcissisme. Voici une biographie pamphlétaire qui laisse de côté les affres de l’homme pour s’attaquer avec précision à la " pensée DCB " et aux contradictions politiques de ce " fou du roi ".

L’enjeu, c’est une écologie qui ne soit pas qu’un programme de relance capitaliste.

x 12,6 19,2 301 p. La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance T Ariès Paul essai décroissance, simplicité 2010 04/02/10 9782359250022 la Découverte Empêcheurs de penser en rond Politique et société -décroissance 16,00 € 16.00 remplacé >>(2011)
AA AA

Longtemps les gauches se sont crues en pays de cocagne : il fallait toujours faire croître le gâteau (PIB) avant de pouvoir le répartir plus équitablement.

Il est maintenant évident qu’il n’est pas possible d’avoir une croissance infinie dans un monde fini. L’enjeu est donc d’apprendre à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins. Apprenons à devenir des "partageux" ! Paul Ariès pulvérise avec brio les idéologies du progrès et de la croissance qui continuent à coloniser notre imaginaire. À partir d’une (re)lecture systématique de tous les courants des gauches (socialiste utopique, libertaire, chrétien, marxiste officiel et hétérodoxe), il revient sur le combat qui oppose depuis deux siècles gauches productiviste et antiproductiviste.

L’effondrement environnemental peut être une chance pour inventer une gauche antiproductiviste et optimiste. Il montre également comment l’histoire sociale a été truquée : les milieux populaires ont toujours été antiproductivistes. L’enjeu est de réinventer l’avenir autour de l’idée de gratuité. Pourquoi payer son eau le même prix pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer son énergie le même prix pour une consommation normale et un gaspillage ?

x 11 21 200 p. Les mondes d’après T Vivas Maxime, Denhez Frédéric, Testart Jacques, Ariès Paul, Vargas Fred, Bernier Aurélien, Gicquel Michel, Leroy Jérôme et Morel-Darleux Corinne nouvelles 2011 01/01/11 9782354721176 Golias Littérature -poches 12,00 € 12.00 présent à Plume(s)
AA AA

Le grand spectacle du Grenelle de l’environnement avait besoin d’un slogan, d’une phrase accrocheuse, d’un libellé vendeur. Une agence de communication, sans doute grassement payée, a trouvé une idée superbe : « Avec le Grenelle Environnement, entrons dans le monde d’après ». Bien. Très bien. Tellement bien qu’on peut s’en resservir, histoire d’optimiser les dépenses publiques. « Les mondes d’après » sera donc le titre d’une modeste contribution au Grenelle du président Nicolas Sarkozy.

Puisque chaque citoyen doit devenir acteur de cette formidable révolution après laquelle « rien ne sera plus comme avant », pourquoi ne pas plancher sur ce monde, l’imaginer, le rêver, nous y préparer ? A quoi pourrait bien ressembler notre futur proche, une fois repeint en vert ?

Regarderons-nous sur écran plat basse consommation les documentaires d’Arthus-Bertrand dans le nid douillet de nos habitations haute qualité environnementale ? Serons-nous accablés par les tempêtes, les inondations, les températures extrêmes, les reportages télé ou les productions cinématographiques aux allures de film catastrophe ? Devrons-nous subir un totalitarisme « vert » fait de taxes carbones, d’interdictions, de surveillances, de spoliations au nom de la protection de l’environnement ? Une nouvelle déferlante technologique dans la santé ou l’alimentation ? Ou bien la révolution se limitera-t-elle simplement à faire la même chose, en pire ? Le capitalisme, plus les énergies renouvelables, en quelque sorte.

Chacun a son avis sur la question. Ses rêves ou ses peurs. Ses a priori. Voici les nôtres, sous forme de nouvelles, dans lesquelles la fiction se mêle souvent à la réalité. Nous sommes un rassemblement improbable d’auteurs "sérieux", de romanciers, d’environnementalistes, de militants, de journalistes, chacun de nous cumulant souvent plusieurs de ces casquettes. Nous n’avons pas les mêmes origines ni les mêmes appartenances, et tant mieux ! Mais malgré nos différences, au moins trois choses nous rassemblent. Nous croyons que l’écologie est politique. Nous croyons que l’écologie doit être sociale. Et nous croyons à l’intelligence des "vrais gens" contre le discours formaté des grands penseurs et des grands médias. La lutte contre la pensée unique passe par les tribunes, les réseaux alternatifs, les salles de réunions, les manifestations, les livres "sérieux". Mais elle peut aussi prendre des chemins de traverse. En voici un, dans lequel nous nous sommes aventurés. Chacun y trouvera ce qu’il souhaite, mais pour notre part, nous y avons déjà trouvé l’essentiel : du sens et du plaisir. Deux ingrédients sans lesquels l’engagement ne rime à rien.

x 12,5 19 228 p. La simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance T Ariès Paul essai décroissance 2011 25/08/11 9782707169747 la Découverte La Découverte/Poche Politique et société -décroissance 11,00 € 11.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Longtemps les gauches se sont crues en pays de cocagne : il fallait toujours faire croître le gâteau (PIB) avant de pouvoir le répartir plus équitablement.

II est maintenant évident qu’il n’est pas possible d’avoir une croissance infinie dans un monde fini. L’enjeu est donc d’apprendre à vivre beaucoup mieux avec beaucoup moins. La crise est l’occasion de démentir tous ceux qui rêvaient d’une société d’abondance. Apprenons à devenir des " partageux " ! Paul Ariès pulvérise avec brio les Idéologies du progrès et de la croissance qui continuent à coloniser notre imaginaire.

A partir d’une (re)lecture systématique de tous les courants des gauches (socialiste utopique, libertaire, chrétien, marxiste officiel et hétérodoxe), il revient sur le combat qui oppose depuis deux siècles gauches productiviste et antiproductiviste. L’effondrement environnemental peut être une chance pour inventer une gauche antiproductiviste et optimiste. Il montre également comment l’histoire sociale a été truquée : les milieux populaires ont toujours été antiproductivistes.

L’enjeu est de réinventer l’avenir autour de l’idée de gratuité. Pourquoi payer son eau le même prix pour faire son ménage et remplir sa piscine privée ? Pourquoi payer son énergie le même prix pour une consommation normale et un gaspillage ?

x 13 20 128 p. Liberté, égalité, gratuité
Pour la gratuité des services publics
T
Ariès Paul essai économie, services publics 2010 01/11/10 9782354721121 Golias Politique et société 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

La population est massivement attachée à ses services publics.

La crise sociale et écologique se conjuguent pour rendre plus que jamais nécessaire de nouvelles politiques de gestion des biens communs dans le but de satisfaire les besoins fondamentaux de chacun et de retisser du lien social. C’est justement là le rôle premier du service public, qu’il soit local ou national. Enfin, le service public, dont le citoyen est autant usager qu’acteur, contribue à revivifier l’intervention citoyenne.

Nous croyons nécessaire mais aussi possible de marcher progressivement vers la gratuité des services publics locaux, préalable à la construction d’une gratuité pour les services publics nationaux. La gratuité constitue une des valeurs fondamentales de la gauche. Elle est nécessaire sur le plan social, environnemental et politique. La gratuité peut-être une façon de reprendre l’initiative face à la droite.

En premier lieu parce qu’elle pose la question du choix politique, élaboré en lien avec les besoins et les aspirations des citoyens. Ainsi, quelle est la priorité entre rendre le stationnement des voitures gratuit ou la cantine pour les enfants ? Plus loin, faut-il une gratuité d’accompagnement du système ou une gratuité au service de politiques d’émancipation ? A titre d’exemple, l’eau potable devient, à l’échelle de la planète, de plus en plus rare.

Pourquoi payer le même prix pour l’eau destinée à faire son ménage et remplir sa piscine ? Raison de plus pour aller vers la gratuité de son bon usage et renchérir ou interdire son mésusage. Ce qui vaut pour l’eau doit valoir pour l’ensemble des biens communs indispensables à la vie. Encore faut-il identifier ces biens. Cela posé, comment construire économiquement, socialement, culturellement et politiquement cette gratuité ? Le débat n’a cessé, au cours des années, d’agiter les différentes sensibilités de la gauche.

Parmi les principaux arguments qui lui sont opposés, est-il vrai que la gratuité déresponsabilise et prive de toute valeur ?

x 11,5 21 155 p. Décroissance & gratuité
Moins de bien, plus de liens
T
Ariès Paul essai décroissance 2010 30/03/10 9782354720711 Golias Politique et société -décroissance 12,00 € 12.00 actuellement indisponible
AA AA

Paul Aries est l’un des principaux théoriciens de la décroissance.

Il a publié plusieurs ouvrages sur la décroissance qui font autorité. Ce nouvel ouvrage fait la synthèse entre ces divers travaux. Paul Aries explique en quoi la décroissance est indispensable. Alors que 20 % des humains s’approprient 86 % des ressources planétaires, on ne peut espérer faire grossir encore le gâteau (PIB). La solution ne consiste cependant pas à culpabiliser les consommateurs du Nord, ni ceux du Sud.

La seule solution pour en finir avec la domination des uns sur les autres et de tous sur la planète, consiste à inventer un nouveau principe de fonctionnement aussi séduisant que le " toujours plus " et le " encore plus ". Paul Aries propose de faire de la gratuité du bon usage face au renchérissement du mésusage le principe de base de la nouvelle société. Pourquoi payer son eau potable le même prix pour faire son ménage et remplir sa piscine ? L’eau potable va devenir rare, raison de plus de rendre son bon usage gratuit et d’interdire son gaspillage.

Le même raisonnement vaut pour l’ensemble des biens communs. Cet ouvrage présente sous une forme très pédagogique vingt ans de travaux et de combats du chercheur politologue et militant lyonnais. Il est destiné avant tout aux lecteurs novices et à l’honnête homme.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |