Sylvain Tesson - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Quelques sites qui méritent le voyage ...

  • Petites perspectives illustrées : Bibliothèque collective de critique sociale, 1 rue Pasteur 12100 Millau ; ouvert le vendredi de 10h30 à 13h.
  • la boutique en ligne d’EnVies EnJeux
  • 36 rue des Lilas : chambres et tables d’hôtes à Millau, chez Eveline et Jean-Michel.
  • La libraithèque ’le droit à la paresse’, librairie et bibliothèque associative et militante, une adresse indispensable dans le Lot.
  • Le pas de côté une librairie - bistrot à Béziers a dû fermer, hélas ...
  • Naturellement Simples Produits naturels à base de plantes
  • Le Lieu-Dit à Saint Affrique, librairie-café-resto-..., lieu de rencontres incontournable, n’a pas (encore) de site internet : 5 rue de l’industrie / 05 65 99 38 42 ; voir aussi sur le site de Plume(s) : Le Lieu-Dit.
  • L’essentiel librairie — épicerie bio — tartinerie à Marciac (Gers)
  • Construire un monde solidaire
  • Radio-Larzac celle que vous entendez fréquemment à Plume(s) - à moins que ce ne soit :
  • Radio Saint-Affrique
  • Association E.V.E. : écomobilité et voyage écologique.
  • Plume(s) est affiliée au site Place des Libraires ,
  • et aussi au site lalibrairie.com (réseau de 2500 — début 2017 — points libraires sur le territoire français), sur lequel vous pouvez commander un livre et le régler en ligne, puis le récupérer à Plume(s).
  • EnVies EnJeux est la continuité d’Alter’Educ, dans son approche comme dans sa volonté de fonctionner collectivement. Cette équipe, constituée de bénévoles passionné-e-s, dispose depuis septembre 2012 de deux antennes : une à Millau et l’autre à Aubagne.
  • Enercoop, notre fournisseur d’électricité réellement écolo.
Accueil du site > Les auteurs > Sylvain Tesson

Sylvain Tesson

(Paris 1972 — ) Écrivain et aventurier français, fils du journaliste Philippe Tesson.
C’est au lycée qu’il fait la connaissance d’Alexandre Poussin. Les deux compères commencent à escalader des monuments la nuit avec quelques camarades. En 1993, ils partent avec un budget très restreint pour un tour du monde à bicyclette qu’ils relatent dans On a roulé sur la terre (1996). En 1997, un DEA de géographie en poche, Sylvain part (toujours avec Alexandre) faire un pèlerinage de six mois en Himalaya. L’année suivante, le duo présente et anime un magazine mensuel sur France 3, Montagne . En 2001, c’est à cheval et avec la photographe Priscilla Telmon que Sylvain Tesson repart pour un périple dans les steppes d’Asie centrale. Inspiré par le récit de Slawomir Rawicz - La Longue Marche -, il marche (de mai 2003 à janvier 2004) sur les traces des évadés du Goulag, de Iakoutsk en Sibérie jusqu’à Calcutta. Aventurier renommé, son ouvrage Dans les forêts de Sibérie, récit de son expérience d’ermite pendant six mois dans une cabane au bord du lac Baïkal, est couronné du prix Médicis essai. En mai 2013, le globe-trotter publie - avec le photographe Thomas Goisque -, un album sur la guerre en Afghanistan, D’ombre et de poussière, témoignage sur le quotidien des soldats français sur place et réflexion plus large sur ce conflit qui s’enlise depuis de nombreuses années.

Source : France inter


12 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 14 20,5 196 p. Une vie à coucher dehors
(Prix Goncourt De La Nouvelle 2009)
T
Tesson Sylvain nouvelles 2009 12/03/09 9782070124664 Gallimard Jeunesse »» Blanche Littérature 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA

En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l’Egée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances.

Rien ne sert à l’homme de trop s’agiter dans la toile de l’existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu’une fin insignifiante.

x 11 18 279 p. L’axe du loup T Tesson Sylvain roman Asie, marche 2006 31/10/06 9782266157186 Pocket Pocket Divers -voyages 6,50 € 6.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pendant huit mois, Sylvain Tesson a refait le long voyage de la Sibérie au golfe du Bengale qu’effectuaient naguère les évadés du goulag. Pour rendre hommage à ceux dont la soif de liberté a triomphé des obstacles les plus grands, seul, il a franchi les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les Hauts Plateaux tibétains, la chaîne himalayenne, la forêt humide jusqu’à la montagne de Darjeeling. À pied, à cheval, à vélo, sur six mille kilomètres, il a connu ce qu’il a cherché de plein gré : le froid, la faim, la solitude extrême. La splendeur de la haute Asie l’a récompensé, comme les mots d’une très ancienne déportée heureuse de se confier à lui : « On a le droit de se souvenir. »

Extrait du livre :
De nouveau, le train à destination de Nieroungri, Sibérie. Le trajet dure une semaine, via Novossibirsk. Je reste couché dans ma cabine la majeure partie de la journée. Par la fenêtre, je regarde défiler les bouleaux : ils sont le signal d’alerte du début des terres slaves. Un bouleau en cache toujours un autre et ce drôle de petit jeu se prolonge jusqu’au Pacifique.
Le Transsibérien, ce sont deux rails parallèles posés devant soi sur des milliers de kilomètres par décision du Tsar à une époque où rien ne justifiait qu’on fît un détour pour contourner une isba ou un village qui se seraient trouvés sur le tracé. Donc, ça va tout droit. La plaine passe et chaque minute est fidèle à la précédente. Von Paulus un jour que son panzer rendait l’âme, embourbé dans une fondrière, sortit la tête par la tourelle et, retirant son casque, soupira : « En Russie il n’y a pas de routes, il n’y a que des directions. »
Un soir, la nuit ne tombe même plus car nous sommes à la fin de mai et abordons les hautes latitudes. Un demi-jour laiteux fait la soudure entre le crépuscule et l’aube.
Lors d’une halte, deux Russes montent dans mon compartiment, Nina et Sergueï : ils reviennent de trois semaines de repos dans un sanatorium du Kazakhstan. Ils grimpent dans le train en traînant un sac militaire rempli de vivres. Ils mangent sans repos. Ils engloutissent les saucisses. Ils se ruent sur le saindoux. Ils avalent tout ce qu’ils peuvent. Ils boivent une bière tiède dans des bouteilles à l’étiquette frappée de cette promesse : « pas moins de 6° d’alcool ». Ils m’invitent à les aider : le sac est gros et ils ont l’air de vouloir le vider avant le terminus - dans trois jours. Ils se réjouissent de me gaver. Je n’ose plus descendre de ma couchette de peur de me retrouver coincé entre eux, forcé à bâfrer. Parfois je trouve refuge au wagon-restaurant où Loudmila-la-blonde, grosse et soûle comme une barrique, s’acharne à me servir des verres de vodka au lait, aussitôt que j’ai fini le bortsch. Et quand, repu et un peu gris, je pousse la porte de la cabine pour regagner ma couchette, Nina et Sergueï sont là, assis devant une gamelle de purée fumante, intacte :
- On vous attendait pour commencer !

x 10 17,8 166 p. Petit traité sur l’immensité du monde T Tesson Sylvain essai nomades 2008 31/12/07 9782266167598 Pocket Divers -voyages 6,50 € 6.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Pour ralentir la fuite du temps, Sylvain Tesson parcourt le monde à pied, à cheval, à vélo ou en canot. Dans les steppes d’Asie centrale, au Tibet, dans les forêts françaises ou à Paris, il marche, chevauche, escalade aussi les monuments à mains nues. Pour mieux embrasser la terre, il passe une nuit au sommet de Notre-Dame de Paris, bivouaque dans un arbre ou sous un pont, construit des cabanes.

Cet amoureux des reliefs poursuit le merveilleux et l’enchantement. Dans nos sociétés de communication, il en appelle à un nouveau nomadisme, à un vagabondage joyeux. Ce Petit traité sur l’immensité du monde est un précis de désobéissance naturaliste, une philosophie de poche buissonnière, un récit romantique contre l’ordre établi.

Extrait du livre :
Les internautes naviguent dans les corridors virtuels du cyberworld, des hordes en rollers transhument dans les couloirs de bus. Des millions de têtes sont traversées par les particules ondulatoires des SMS. Des tribus de vacanciers pareils aux gnous d’Afrique migrent sur les autoroutes vers le soleil, le nouveau dieu !
C’est en vogue : on court, on vaque. On se tatoue, on se mondialise. On se troue de piercings pour avoir l’air tribal. Un touriste s’envoie dans l’espace pour vingt millions de dollars. « Bougez-vous ! » hurle la pub. « À fond la forme ! » On se connecte, on est joignable en permanence. On s’appelle pour faire un jogging. L’État étend le réseau de routes : la pieuvre de goudron gagne. Le ciel devient petit : il y a des collisions d’avions.
Pendant que les TGV rusent, les paysans disparaissent. « Tout fout le camp », disent les vieux qui ne comprennent rien. En fait, rien ne fout le camp, ce sont les gens qui ne tiennent plus en place. Mais ce nomadisme-là n’est qu’une danse de Saint-Guy.

C’est la revanche d’Abel. Selon la Bible, Caïn, le paysan, a tué son frère Abel, le berger, d’un coup de pierre à la tête. Ce geste fut à l’origine de l’hostilité entre les cultivateurs et les nomades. Depuis, l’ordre du monde reposait sur la puissance des premiers : la charrue était supérieure au bâton du pâtre. Mais les temps du néo-nomadisme sont arrivés !
Le nomadisme historique, lui, est une malédiction de peuples éleveurs poussant leurs bêtes hors de la nuit des temps et divaguant dans les territoires désolés du monde, à la recherche de pâturages pour leur camp. Ces vrais nomades sont des errants qui rêveraient de s’installer. Il ne faut pas confondre leurs lentes transhumances, inquiètes et tragiques, avec les tarentelles que dansent les néo-agités du XXIe siècle, au rythme des tendances urbaines.

x 11 18 227 p. Eloge de l’énergie vagabonde T Tesson Sylvain récit voyage 2009 08/01/09 9782266178747 Pocket Divers -voyages 6,95 € 6.95 sur commande ?
AA AA
" J’irai de l’Aral à la Caspienne. Je gagnerai l’Azerbaïdjan à bord d’un ferry. De Bakou, je cheminerai vers la Turquie par la Géorgie. A pied, à vélo, je ne sais pas encore, mais loyalement, sans propulsion motorisée. Au bout de ma route, j’aurai relié trois mers, abattant le même trajet que celui d’une larme d’or noir de la haute Asie convoyée à travers steppes et monts pour que le monde poursuive sa marche telle. Profitant de cette traversée de terres à haute valeur pétrolifère, je consacrerai mon temps d’avancée solitaire à réfléchir au mystère de l’énergie. Pétrole et force vitale procèdent du même principe : l’être humain recèle un gisement d’énergie que des forages propices peuvent faire jaillir. " Sylvain Tesson
x 11 18 397 p. La marche dans le ciel
5 000 Kilomètres à pied à travers l’Himalaya
T
Tesson Sylvain et Poussin Alexandre récit marche 2006 05/10/06 9782266159685 Pocket Pocket Littérature -poches 7,60 € 7.60 sur commande ?
AA AA
Partis du Bhoutan, ils se sont sentis tout petits devant l’immensité des montagnes. Six mois et 5 000 kilomètres plus tard, Alexandre Poussin et Sylvain Tesson entraient au Tadjikistan, après avoir accompli la traversée intégrale de l’Himalaya, à pied, d’est en ouest. Les deux jeunes gens se sont lancés dans ce pari sans préjugés ni certitudes. Ils se sont refusé les tentes, les vivres, les porteurs. Ainsi, dans cette région très peu peuplée, n’ont-ils pu compter que sur des rencontres, sur ce rapport d’échange oublié entre l’étranger et ses hôtes, pour se nourrir et s’abriter. Ensemble, ils ont franchi des frontières, clandestines ou non, géographiques ou spirituelles, et nous livrent un récit enthousiaste, un regard sur les autres et sur le monde profondément sympathique.
x 11 18 289 p. Dans les forêts de Sibérie
Février-juillet 2010
T
Tesson Sylvain 2013 26/04/13 9782070451500 Gallimard »» Folio Divers -voyages 8,00 € 8 épuisé, réédité avec l'ean 9782072836800
AA AA
Assez tôt, j’ai compris que je n’allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m’installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie. J’ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j’ai tâché de vivre dans la lenteur et la simplicité.
Je crois y être parvenu. Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à l’existence. Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si la richesse revenait à disposer de solitude, d’espace et de silence - toutes choses dont manqueront les générations futures ? Tant qu’il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.
x 11 18 144 p. Anagrammes à la folie T Perry-Salkow Jacques et Tesson Sylvain anagrammes 2015 05/11/15 9782266250825 Pocket Littérature -poches 5,95 € 5.95 épuisé, réédité avec l'ean 9782266299237
AA AA

Il arrive que deux folies se rencontrent pour le meilleur. L’écrivain Sylvain Tesson a ouvert grand ses horizons à Jacques Perry-Salkow, « faiseur d’anagrammes » comme il y a des « faiseurs de pluie ». L’anagramme consiste à mélanger les lettres d’un mot pour en former un autre. Elle opère une lecture secrète, fait surgir un sens tapi dans le repli des mots et des noms. C’est ainsi qu’un canoë peut contenir tout l’océan et que mille rêves recèlent autant de merveilles.

Avec Perry-Salkow et Tesson, les préliminaires savent inspirer l’ami(e), la Divine Comédie de Dante promet une vie de damnation, de délice, la force des antigels provoque la fonte des glaciers, Paul Marie Verlaine rêve aviné par la lumière et, dans les forêts de Sibérie, au bord du lac Baïkal, la vie n’est plus qu’une pluie de lentes braises froides. En leur compagnie, nous survolons l’Arctique et ses dernières baleines, chassons le tigre avec Dersou Ouzala, embarquons sur la goëlette de Christophe Colomb, escaladons Notre-Dame de Paris et la face nord des Grandes Jorasses, plongeons dans le décolleté de la Marquise des Anges, pestons avec Céline, chantons la Marseillaise avec Bashung, combattons au côté de Napoléon et, à la nuit tombée, nous hésitons entre le Caveau du Chat Noir et un abri de girafes bleues.

x 14 20,5 144 p. Sur les chemins noirs T Tesson Sylvain récit France 2016 13/10/16 9782070146376 Gallimard »» Blanche Littérature 15,00 € 15.00 sur commande ?
AA AA

2014. "L’année avait été rude. Je m’étais cassé la gueule d’un toit où je faisais le pitre. J’étais tombé du rebord de la nuit, m’étais écrasé sur la Terre. Il avait suffit de huit mètres pour me briser les côtes, les vertèbres, le crâne. J’étais tombé sur un tas d’os. Je regretterais longtemps cette chute parce que je disposais jusqu’alors d’une machine physique qui m’autorisait à vivre en surchauffe.

Pour moi, une noble existence ressemblait aux écrans de contrôle des camions sibériens : tous les voyants d’alerte sont au rouge mais la machine taille sa route. La grande santé ? Elle menait au désastre, j’avais pris cinquante ans en dix mètres. A l’hôpital, tout m’avait souri. Le système de santé français a ceci de merveilleux qu’il ne vous place jamais devant vos responsabilités. On ne m’avait rien reproché, on m’avait sauvé.

La médecine de fine pointe, la sollicitude des infirmières, l’amour de mes proches, la lecture de Villon-le-punk, tout cela m’avait soigné. Un arbre par la fenêtre m’avait insufflé sa joie vibrante et quatre mois plus tard j’étais dehors, bancal, le corps en peine, avec le sang d’un autre dans les veines, le crâne enfoncé, le ventre paralysé, les poumons cicatrisés, la colonne cloutée de vis et le visage difforme.

La vie allait moins swinguer. Il fallait à présent me montrer fidèle au serment de mes nuits de pitié. Corseté dans un lit étroit, je m’étais dit à voix presque haute : "si je m’en sors, je traverse la France à pied". Je m’étais vu sur les chemins de pierre ! Je voulais m’en aller par les chemins cachés, flanqués de haies, par les sous-bois de ronces et les pistes à ornières reliant les villages abandonnés.

Il existait encore une géographie de traverse pour peu que l’on lise les cartes, que l’on accepte le détour et force les passages. Loin des routes, il existait une France ombreuse protégée du vacarme, épargnée par l’aménagement qui est la pollution du mystère. Une campagne du silence, du sorbier et de la chouette effraie. Des motifs pour courir la campagne, j’aurais pu en aligner des dizaines. Me seriner par exemple que j’avais passé vingt ans à courir le monde entre Oulan- Bator et Valparaiso et qu’il était absurde de connaître Samarcande alors qu’il y avait l’Indre- et-Loire.

Mais la vraie raison de cette fuite à travers champs, je la tenais serrée sous la forme d’un papier froissé, au fond de mon sac..." Avec cette traversée à pied de la France réalisée entre août et novembre 2015, Sylvain Tesson part à la rencontre d’un pays sauvage, bizarre et méconnu. C’est aussi l’occasion d’une reconquête intérieure après le terrible accident qui a failli lui coûter la vie en août 2014.

Le voici donc en route, par les petits chemins que plus personne n’emprunte, en route vers ces vastes territoires non connectés, qui ont miraculeusement échappé aux assauts de l’urbanisme et de la technologie, mais qui apparaissent sous sa plume habités par une vie ardente, turbulente et fascinante.

x 14 20,5 230 p. Une très légère oscillation
Journal 2014-2017
T
Tesson Sylvain 2017 04/05/17 9782849904954 des Équateurs Littérature 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

La géographie de Sylvain Tesson est vaste. Elle couvre Paris, les toits de Notre-Dame, les calanques de Cassis, les montagnes de Chamonix, l’Irak, l’Ukraine, la Russie. Il y a les expéditions et les voyages intérieurs, les bivouacs d’un soir et les méditations d’un jour, mais aussi les escalades des parois et les descentes au fond des livres. Entre les mots se dessine l’écriture d’un destin. Alors que son dernier livre Sur les chemins noirs raconte son voyage du sud de la France au Cotentin, Une très légère oscillation est un miroir le long d’autres chemins.

Le journal de Sylvain Tesson oscille entre le Manuel d’Epictète et les pensées de Jules Renard. Il nous incite à jouir de l’instant, à ne rien attendre du lendemain et à s’extasier des manifestations du vivant : une branche dans le vent, le reflet de la lune. C’est la chose la plus difficile au monde que de reconnaître le bien-être dans ses expressions les plus humbles, de le nommer, le saisir, le chérir.

Savoir qu’on est en vie, que cela ne durera pas, car tout passe et tout s’écoule. Tout intéresse Sylvain Tesson. Sa panoplie littéraire enveloppe l’actualité la plus brûlante : Daech, les attentats, l’islam, le pape, la politique française mais aussi l’intemporel, la poésie, le spirituel. Humour et poésie sont les deux lignes de vie de Sylvain Tesson même quand il chute d’une toit et se retrouve hospitalisé pendant de longs mois à la Salpetrière : " Un fleuve bordé de saules pleureurs, est-ce une rivière de larmes ? "

x 11 18 205 p. Une vie à coucher dehors T Tesson Sylvain nouvelles 2010 14/10/10 9782070437917 Gallimard »» Folio Littérature -poches 6,90 € 6.9 épuisé, réédité avec l'ean 9782072836756
AA AA
En Sibérie, dans les glens écossais, les criques de l’Egée ou les montagnes de Géorgie, les héros de ces quinze nouvelles ne devraient jamais oublier que les lois du destin et les forces de la nature sont plus puissantes que les désirs et les espérances. Rien ne sert à l’homme de trop s’agiter dans la toile de l’existence, car la vie, même quand elle ne commence pas très bien, finit toujours mal. Et puis une mauvaise chute vaut mieux qu’une fin insignifiante.
x 11 18 176 p. Sur les chemins noirs T Tesson Sylvain récit 2019 07/02/19 9782072823428 Gallimard »» Folio Littérature -poches 6,90 € 6.9 sur commande ?
AA AA
Avec cette traversée à pied de la France réalisée entre août et novembre 2015, Sylvain Tesson part à la rencontre d’un pays isolé, sauvage et méconnu. C’est aussi l’occasion d’une reconquête intérieure après la terrible chute qui a failli lui coûter la vie en août 2014. Le voici donc en route , par les petits chemins que plus personne n’emprunte, en route vers ces vastes territoires non connectés, qui ont miraculeusement échappé aux assauts de l’urbanisme et de la technologie, mais qui apparaissent sous sa plume habités par une vie ardente, turbulente et fascinante.
x 14 20,5 176 p. La panthère des neiges T Tesson Sylvain roman octobre 2019 10/10/19 9782072822322 Gallimard »» Blanche Littérature 18,00 € 18.00 sur commande ?
AA AA

« – Tesson ! Je poursuis une bête depuis six ans, dit Munier. Elle se cache sur les plateaux du Tibet. J’y retourne cet hiver, je t’emmène.
– Qui est-ce ?
– La panthère des neiges. Une ombre magique !
– Je pensais qu’elle avait disparu, dis-je.
– C’est ce qu’elle fait croire. »


prix Renaudot 2019


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |