masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Jack London

Jack London

Né à San Francisco en 1876, il est issu d’un milieu misérable et marginal. Il parvient au succès après des années de pauvreté, de vagabondage et d’aventures en écrivant L’Appel de la forêt. Ses nouvelles et ses romans sont souvent des récits de voyage où la nature représente un idéal de pureté face à l’injustice de la société. London a aussi été un militant socialiste très actif et nombre de ses textes, comme Le Peuple de l’abîme, Le Talon de fer, ou Révolution et autres essais sont de féroces critiques sociales. Jack London meurt en 1916 à Glen Ellen.

20 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
IAD
disponibilité
?
x 10,5 15 Construire un feu T London Jack roman 1997 01/01/97 9782842051259 Mille et une nuits Littérature 2,60 € 2.60 épuisé
AA AA

Accroupi dans la neige, il tirait des branchettes du fouillis de bois mort et les posait directement sur la flamme.

Il savait qu’il ne pouvait risquer un échec. Quand il fait soixante-quinze degrés au-dessous de zéro, on ne peut pas échouer dans sa première tentative de construire un feu.

Construire un feu, l’un des "récits du Klondike" écrits par Jack London (1876-1916) an tournant du siècle, fut, dit-on, le livre de chevet de Lénine.

x 10 19 39 p. Construire un feu T London Jack roman 2001 26/04/01 9782742706471 Actes Sud Littérature -poches 5,90 € 5.90 sur commande ?
AA AA

Accroupi dans la neige, il tirait des branchettes du fouillis de bois mort et les posait directement sur la flamme.

Il savait qu’il ne pouvait risquer un échec. Quand il fait soixante-quinze degrés au-dessous de zéro, on ne peut pas échouer dans sa première tentative de construire un feu.

Construire un feu, l’un des "récits du Klondike" écrits par Jack London (1876-1916) an tournant du siècle, fut, dit-on, le livre de chevet de Lénine.

x 12 18 364 p. Révolution - Suivi de Guerre des classes T London Jack essai politique 2008 09/10/08 9782752903570 Phébus Libretto Politique et société 10,00 € 10.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Voici réunis pour la première fois un ensemble de textes politiques dans lesquels on retrouve le militant socialiste, le théoricien révolutionnaire et l’ardent polémiste du Talon de fer et du Peuple d’en bas.

Ces vingt et un essais expriment tout l’idéal de London : beaucoup d’inspiration marxiste, critiquent violemment la loi du profit et prônent L’avènement d’une société égalitaire et réconciliée ; quelques uns plus personnels, expliquent le sens et l’origine de l’engagement de l’auteur, permettant ainsi de relier sa vie et son ?uvre. Admirables professions de foi humanistes, ces ouvrages de combat, enfin présentés tels que les avait voulus London, constitueront pour le lecteur français une passionnante redécouverte.

x 10,5 15 48 p. Quiconque nourrit un homme est son maître T London Jack essai philosophie 2009 07/03/09 9782916136158 du Sonneur La petite collection Divers -petits livres 5,00 € 5.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

On connaît le Jack London aventurier du grand Nord, marin des mers du Sud, chercheur d’or, vagabond du rail. On connaît aussi le London chantre de la nature sauvage, militant politique, défenseur des déshérités. Mais on ignore souvent le London polémiste qui, prenant ici prétexte de la condition de l’écrivain obligé de prostituer son talent pour vivre, fustige une société où l’argent est roi.

La Petite Collectioned

x 12,5 19,5 46 p. Ce que la vie signifie pour moi T London Jack biographie politique 2006 01/05/06 9782916136035 du Sonneur Littérature -poches 6,10 € 6.10 présent à Plume(s)
AA AA

Cette brève " autobiographie ", parue en 1906, est l’un des textes politiques de Jack London (1876-1916) les plus marquants.

Dans ce récit personnel, il retrace le chemin qui le mena à devenir socialiste. Crieur de journaux, pilleurs d’huîtres, ouvrier dans une conserverie, employé d’une teinture, électricien, vagabond... il nous livre ici les voies qui firent de lui un auteur engagé si longtemps méconnus.

" Je suis né dans la classe ouvrière. Très tôt, j ai découvert l’enthousiasme, l’ambition, les idéaux ; et les satisfaire devint le problème de mon enfance.
Mon environnement était primitif, dur et fruste. Je ne voyais nul horizon, seulement de bas en haut. Ma place dans la société était tout en bas. Là, la vie n’offrait que laideur et misère, aussi bien pour la chair que pour l’esprit. Car la chair et l’esprit y étaient pareillement affamés et tourmentés. Au-dessus de moi s’élevait l’édifice colossal de la société, et à mes yeux la seule façon de m’en sortir était par le haut.
Alors, j’ai résolu très tôt d’escalader cet édifice. Aux étages supérieurs, les hommes portaient des costumes noirs et des chemises impeccables, les femmes étaient habillées de robes somptueuses. Et il y avait des bonnes choses à manger, et beaucoup. Ça, c’était pour la chair. Et puis il y avait les choses de l’esprit. Loin au-dessus de moi, je le savais, régnaient la générosité de l’esprit, la pureté et la noblesse de la pensée, l’éclat de la vie intellectuelle.
Je savais tout cela parce que j’avais lu les romans de la bibliothèque Seaside. A l’exception des voyous et des aventurières, tous les hommes et les femmes y avaient de belles pensées, s’exprimaient avec élégance, accomplissaient des actions glorieuses. Bref, le fait que loin au-dessus de moi se trouvait tout ce qui était délicat, noble et gracieux, tout ce qui donne décence et dignité à la vie, tout ce qui la rend digne d être vécue, tout ce qui récompense chacun de son labeur et de sa souffrance, me paraissait aussi incontestable que la course du soleil dans le ciel."

x 12 18 99 p. Grève générale ! T London Jack pamphlet syndicalisme 2008 01/04/08 9782952829229 Libertalia A boulets rouges Littérature -poches 8,20 € 8.20 remplacé >>(2013)
AA AA

Dans ces deux nouvelles publiées en 1909, l’auteur du Talon de fer et de L’Appel de la forêt, alors au sommet de sa gloire, exprime en un style direct et incisif son dégoût des possédants et son adhésion au socialisme.

Toute ressemblance avec le présent ne saurait être fortuite.

x 12,5 17,5 159 p. L’appel de la forêt T London Jack roman nature, loup, chien 2010 25/08/10 9782081238138 Flammarion »» GF Etonnants classiques Jeunesse -littérature 3,80 € 3.80 épuisé
AA AA

Né dans le confort d’une belle propriété californienne, le chien Buck en est violemment arraché.

Enlevé par des trafiquants et envoyé dans le Grand Nord, il doit bientôt affronter des difficultés qu’il n’avait jamais imaginées : la brutalité des hommes, le froid polaire, la faim dévorante, le travail exténuant d’un chien de traîneau... Comment réagira-t-il ? Saura-t-il s’adapter, lui que rien ne préparait à de telles épreuves ?

Histoire d’une déchéance, ce roman palpitant est aussi celle d’une renaissance : plongé dans la vie sauvage, Buck le chien sent progressivement retentir en lui la voix des loups ses ancêtres...


Avec un dossier sur la ruée vers l’or

x 12 18 320 p. Le talon de fer T London Jack roman syndicalisme 2003 18/01/03 9782859408763 Phébus Libretto Littérature 9,70 € 9.70 épuisé, réédité avec l'ean 9782369145103
AA AA

Trotski considérait Le Talon de fer (1908) comme le seul roman politique réussi de la littérature.

Un roman d’anticipation politique, pour être précis : qui prévoit une guerre mondiale mettant aux prises l’Allemagne et les États-Unis, une révolution d’octobre 1917 (mais à Chicago)... et l’avènement d’une dictature d’un genre nouveau (disons fasciste, pour simplifier) appelée à durer quelque trois siècles... Une lecture, on l’aura compris, qui n’est pas de tout repos. Avec cet ouvrage, la collection " Libretto " poursuit la publication - pour la première fois dans des traductions entièrement revues et complétées, parfois dans des traductions nouvelles - de l’essentiel de l’œuvre de Jack London : où l’on découvre enfin le vrai visage d’un écrivain qui reste, mieux que jamais, à la source de notre modernité.

x 12 18 189 p. Les tortues de Tasmanie
éditions 2011
T
London Jack nouvelles 2011 06/01/11 9782752905482 Phébus Libretto Littérature -poches 10,00 € 10.00 épuisé
AA AA

Ce recueil de 1916, inédit en France, est le dernier livre paru du vivant de London. Dans ses huit nouvelles, on trouve des hommages à des écrivains français qu’il admirait (Maupassant. Hugo). La rencontre avec des êtres différents est ici le thème essentiel : tantôt destructrice, tantôt positive, elle attise les conflits intérieurs. Mais dans cet univers sombre, peuplé de fous, de marginaux et même de criminels, la rédemption par l’amour ou par le sacrifice demeure toujours possible.

Entre pessimisme tragique et foi en l’humanité, une sorte de testament littéraire, enfin publié tel que l’avait voulu l’auteur, dont il résume les contradictions intimes.

x 12 18 66 p. Un steak T London Jack nouvelles sport 2010 01/10/10 9782918059141 Libertalia Littérature -poches 6,10 € 6.10 actuellement indisponible
AA AA

Un steak est la plus réussie des quatre nouvelles de Jack London évoquant le " noble art " : le texte dépouillé au ton clinique et à la précision millimétrique donne au lecteur le sentiment de pénétrer au coeur même de l’agir pugilistique.

Cet effet de réel doit beaucoup à la longue expérience de praticien et d’observateur de la boxe de l’auteur de Martin Eden.

x 12,5 18 252 p. Le peuple d’en bas T London Jack 1999 30/10/99 9782859405991 Phébus Libretto Littérature -poches 9,10 € 9.10 épuisé, réédité avec l'ean 9782369144823
AA AA
Réédition (en collection « Libretto ») de l’un de ses plus grands textes de Jack London, dans une version enfin fidèle (scrupuleusement revue et complétée).

1902, London accepte la proposition d’un éditeur new-yorkais qui l’envoie comme reporter en Europe. Lui a une autre idée derrière la tête : se déguiser en clochard pour aller explorer les quartiers interdits de Londres – la face cachée, soigneusement cachée, du plus puissant empire de la terre. Nippé de hardes, méconnaissable, il s’immerge dans les bas-fonds de l’East End et mène plusieurs semaines durant la vie d’un sans-logis, nourri de soupe, dans les jours fastes, par l’Armée du Salut, marchant toute la nuit d’un trou d’ombre à l’autre, car il est interdit de dormir dans les lieux publics… Le livre qu’il en rapporte (1903) est terrifiant. Ce n’est certes pas la première fois qu’un écrivain évoque la misère crasse de la capitale du monde, l’exploitation des enfants, la mendicité et la crapulerie organisées, la prostitution au rabais, le tord-boyaux des assommoirs qui vous tue comme à bout portant… Jamais pourtant avant lui on n’avait donné cela à toucher du doigt – et le lecteur d’aujourd’hui, le souffle coupé, peine à imaginer que toute cette horreur est à moins d’un siècle de nous. Voyant ses compagnons de rue se baisser sans cesse, London découvre que c’est ainsi qu’ils se nourrissent : de miettes, de pépins de fruits, de trognons de chou noirs de suie échappés au balai de l’éboueur. Quant à ceux qui ont un chez soi où l’on s’entasse à douze dans une chambre sans fenêtre, leur sort n’est pas forcément plus enviable (hallucinant épisode de cette famille logée dans une pièce unique et qui trimballe plusieurs jours durant un enfant mort du lit à la table et de la table au lit, selon les heures, en attendant de pouvoir trouver l’argent des obsèques)…

L’auteur est un militant, certes, mais d’abord un homme qui a vécu, qui sait que les idées générales et généreuses ne valent rien au regard de la crudité des faits. Il se borne à dire ce qu’il voit, sans pathos inutile : observateur impitoyable – et raconteur hors de pair. Sa marche d’un cercle à l’autre de l’enfer est ponctuée de portraits fouillés avec rage, sordides ou touchants, inoubliables. Pour ceux qui connaissent bien son œuvre, Les Gens d’en bas (souvent traduit par Le Peuple de l’Abîme – alors que la référence biblique du titre original se perd en français) est, sans conteste possible, l’un de ses plus forts récits.

x 11 18 313 p. Croc-Blanc T London Jack roman 1995 01/11/95 9782253001492 LGF/Livre de poche Classiques de Poche Littérature -poches 4,69 € 4.69 sur commande ?
AA AA

" Tout n’est pas liberté dans le monde ", et quand ce monde est le Wild, pays farouche et terre glacée, même le loup se sent prisonnier.

Jack London, dans ce décor sauvage et cette nature hostile, nous conte l’histoire d’un louveteau qui vient petit à petit à la civilisation et se fait chien.

La vie âpre des animaux sauvages et des chasseurs indiens ou blancs de l’Alaska a rarement été peinte avec autant de force et de vérité.

Pour écrire ce récit, qui est devenu un classique de la littérature, Jack London s’est inspiré des souvenirs de son séjour dans le Grand Nord.

x 12 18,5 98 p. Le Mexicain T London Jack Mexique 2007 14/02/07 9782952829205 Libertalia Littérature -poches 6,10 € 6.10 présent à Plume(s)
AA AA
1910, les paysans crèvent de faim, le Mexique est en ébullition.
La dictature de Porfirio Diaz, s’appuyant sur les grands propriétaires et les militaires, étouffe toute contestation par le fer et par le feu. Mais le règne de plus de trente ans touche à sa fin. A 2000 kilomètres au nord, les révolutionnaires en exil préparent la conquête du pouvoir. Un matin, Felipe Rivera, jeune Mexicain chétif, surgit dans les locaux de l’organisation. Nul ne sait d’où il vient. Il souhaite servir la révolution et se montre efficace. On ne lui connaît aucune activité, pourtant il remplit les caisses. Il fascine, il fait peur. Cet être est un mystère...
x 12 18 116 p. Grève générale ! T London Jack roman 2013 31/10/13 9782918059400 Libertalia Littérature -poches 8,00 € 8.00 sur commande ?
AA AA

"Vous me rebattez les oreilles avec votre liberté de travailler. Tel est votre leitmotiv depuis des années. Les travailleurs ne commettent aucun crime en organisant cette grève générale. Ils ne violent aucune loi. Cessez de geindre, Hanover. Depuis trop longtemps, vous trompez le peuple. Vous avez opprimé la classe ouvrière en serrant la vis. Maintenant, c’est elle qui vous tient, elle serre à son tour, et vous poussez de grands cris [...].Combien de grèves avez-vous gagnées en réduisant les ouvriers à la famine ? Eh bien, les ouvriers ont trouvé le moyen de vous soumettre à leur tour. Et s’ils ne peuvent y arriver qu’en vous affamant, vous crèverez de faim, voilà tout !"

Dans ces deux nouvelles publiées en 1909, l’auteur du Talon de fer et de L’Appel de la forêt, alors au sommet de sa gloire, exprime en un style direct et incisif son dégoût des possédants et son adhésion au socialisme.
Toute ressemblance avec le présent ne saurait être fortuite.

x 11 17,5 447 p. Martin Eden T London Jack roman 1997 01/02/97 9782264024848 10/18 domaine étranger Littérature -poches 7,50 € 7.50 sur commande ?
AA AA
Martin Eden, le chef-d’œuvre de Jack London passe pour son autobiographie romancée. Il s’en est défendu, disant que Martin n’était pas socialiste mais individualiste et que son histoire avait été écrite en protestation contre la philosophie de Nietzsche. Il y a plus d’une ressemblance entre l’auteur et le héros : ouvrier devenu romancier célèbre, invité dans les salons, amoureux d’une riche jeune fille qui ne le comprend pas, ex-prolétaire ne se reconnaissant pas dans le prolétariat et qui n’aura jamais sa place chez les bourgeois. Ressemblance poursuivie jusque dans leur échec et dans leur fin prématurée. Imitant Martin Eden, Jack London s’est suicidé en 1916.
x 12 18 80 p. Coup pour coup
Les spadassins de Midas
T
London Jack roman 2015 21/10/15 9782918059714 Libertalia Littérature -poches 7,00 € 7.00 sur commande ?
AA AA

" Les trusts et les grandes firmes commerciales (dont la vôtre) nous interdisent d’accéder aux situations pour lesquelles notre intelligence nous qualifie. Pourquoi ? Parce que nous sommes dépourvus de capital. Nous appartenons à la plèbe, mais avec cette différence : nos cerveaux comptent parmi les meilleurs de ce temps et nous ne nourrissons aucun scrupule imbécile, qu’il soit moral ou social [...J.

Nous entrons en lice et lançons un défi au capital mondial. Qu’il k veuille ou non, il lui faudra combattre. " Dans ce bref et singulier récit, Jack London (1876-1916) se fait fabuliste pour critiquer l’avidité capitaliste et la manière dont elle rabougrit le sens moral du corps social tout entier.

x 14 21 400 p. Le talon de fer T London Jack roman 2016 18/11/16 9782918059943 Libertalia Littérature 16,00 € 16.00 actuellement indisponible
AA AA
La première traduction intégrale et non fautive depuis 1923 (le manuscrit a été vérifié page par page à la Huntington Library, Los Angeles).

Le Talon de fer (The Iron Heel, 1907) appartient au patrimoine littéraire mondial. Francis Lacassin le désignait comme un « classique de la révolte ». Dans ce récit d’anticipation publié durant la période la plus créative de sa vie (soit juste avant Martin Eden), Jack London imagine la société américaine future : révolte ouvrière, grève générale et impitoyable répression. Récit socialiste à thèse, récit d’amour (la narratrice Avis Everhard relate la geste de son compagnon Ernest Everhard, un double de Jack London), ce texte a été lu comme la préfiguration de la société capitaliste poussée jusqu’à sa forme extrême : le fascisme.


- Un appareil critique exhaustif qui reprend l’ensemble des préfaces existantes en français, de 1923 à nos jours, et analyse les lectures successives du Talon de fer en fonction du contexte (entre-deux-guerres, guerre froide, époque contemporaine).
- Plusieurs pages du manuscrit original sont reproduites en fac-similé.

x 13 19,5 368 p. White Fang T London Jack roman, anglais loup, vie sauvage 2006 30/11/05 9781416914143 Simon & Schuster »» Aladdin classics Jeunesse -littérature 8,95 € 8.95 épuisé
AA AA

In the desolate, frozen wilds of northwest Canada, White Fang, a part-dog, part-wolf cub soon finds himself the sole survivor of a litter of five. In his lonely world, he soon learned to follow the harsh law of the North—kill or be killed.

But nothing in his young life prepared him for the cruelty of the bully Beauty Smith, who buys White Fang from his Indian master and turns him into a vicious killer—a pit dog forced to fight for money.

Will White Fang ever know the kindness of a gentle master or will he die a fierce deadly killer ?

A classic adventure novel detailing the savagery of life in the northern wilds. Its central character is a ferocious and magnificent creature, through whose experiences we feel the harsh rhythms and patterns of wilderness life among animals and men.

x 11 17 80 p. L’apostat T London Jack nouvelles travail des enfants 2018 01/02/18 9782377290239 Libertalia La Petite Littéraire Littérature -poches 3,00 € 3.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA
Une parabole sur la main-d’œuvre infantile.

« Quand il avait six ans, il tenait lieu de père et de mère à Will et aux autres enfants en bas âge de la maisonnée. À l’âge de sept ans, il entrait à l’usine pour y enrouler des bobines. À huit ans, il était embauché dans une autre usine. Son nouvel emploi était d’une simplicité merveilleuse : assis sur une chaise, il n’avait qu’à guider, à l’aide d’un petit bâton, le flot d’étoffe que déversaient les métiers à tisser. L’étoffe passait ensuite sur un rouleau chaud avant de poursuivre son chemin ailleurs dans l’usine. Privé de la lumière du jour et rivé sur sa chaise sous un brûleur à gaz flamboyant, Johnny était devenu lui-même un rouage de la machine. »

Dans L’Apostat (initialement publiée sous le titre Le Renégat), Jack London (1876-1916) dénonce le travail des enfants. Il conte l’histoire de Johnny, qui s’échine à l’usine depuis son plus jeune âge pour faire vivre sa famille. Mais un matin, son corps ne répond plus. Prématurément usé, il décide de déserter l’armée du travail.

Une révolte rimbaldienne teintée de naturalisme ; une nouvelle saisissante, insuffisamment connue, mêlée d’éléments autobiographiques.
— - Traduction de Philippe Mortimer

x 11 18 496 p. Le talon de fer T London Jack roman 2018 03/05/18 9782377290413 Libertalia La petite littéraire Littérature -poches 8,50 € 8.50 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

« Quelques secondes plus tard, l’avant-garde de la colonne est passée devant nous. Ce n’était pas, à proprement parler, une colonne… C’était la populace qui déferlait dans la rue comme un fleuve de boue. C’était le peuple de l’abîme, enragé par la gnôle et les mauvais traitements, qui s’était enfin dressé d’un bloc et poussait son rugissement, assoiffé du sang de ses maîtres. »

Le Talon de fer (The Iron Heel, 1908) appartient au patrimoine littéraire mondial.

Francis Lacassin le désignait comme un « classique de la révolte ». Dans ce récit d’anticipation publié durant la période la plus créative de sa vie (soit juste avant Martin Eden), Jack London imagine la société future : révolte ouvrière, grève générale et... impitoyable répression.

Roman socialiste à thèse, récit d’amour (la narratrice Avis Everhard relate la geste de son compagnon Ernest Everhard, un double de Jack London), ce texte a été lu comme une préfiguration de la société capitaliste poussée à sa forme extrême : le fascisme.


Ce livre est aussi disponible en grand format complété d’un cahier couleur.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |