Angélique del Rey - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Angélique del Rey

Angélique del Rey

Elle enseigne la philosophie dans un centre de postcure pour adolescents, en banlieue parisienne. Elle est l’auteure, avec Miguel Benasayag, de Plus jamais seuls - le phénomène du téléphone portable (Bayard, 2006) et Éloge du conflit (La Découverte, 2007). Coanimatrice, avec Miguel Benasayag, du collectif Malgré tout, elle a également collaboré, avec des membres du Réseau Éducation sans frontières, à l’écriture de La Chasse aux enfants (La Découverte, 2008).

5 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 13 20 126 p. La chasse aux enfants
L’effet miroir de l’expulsion des sans-papiers
T
Benasayag Miguel et del Rey Angélique pamphlet éducation, sans papier 2008 31/03/08 9782707154538 la Découverte Sur le vif Politique et société -immigration et précarité 10,00 € 10 7,90 € manquant sans date, mais encore disponible à Plume(s)
AA AA

Cet ouvrage est un signal d’alarme lancé par les philosophes Miguel Benasayag et Angélique del Rey, et des membres du Réseau Éducation sans frontières (RESF), confrontés quotidiennement à la réalité de la traque des sans-papiers et de leurs enfants scolarisés en France. Il montre que la politique discriminatoire dont ces derniers sont l’objet a des conséquences beaucoup plus profondes qu’il n’y paraît, puisque c’est la société tout entière qui est traumatisée quand elle est amputée de certains de ses membres : les violences faites aux migrants étant des atteintes à ce qu’ils sont et non à ce qu’ils font, elles provoquent de profonds chocs psychologiques.

Cela vaut en particulier pour les camarades de classe des « enfants chassés », confrontés à d’insupportables contradictions quand les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité sont bafouées au nom d’une certaine conception de l’ordre et de la tranquillité sociale, lorsque des enseignants, des responsables d’établissements ou des parents doivent s’opposer ouvertement aux agents de la force publique qui procèdent aux arrestations ou aux expulsions, quand l’autorité scolaire ou parentale doit contredire une autorité censée assurer la sécurité de tous.

Nourri de nombreux témoignages sur les violences de la « chasse aux enfants » et l’engagement de militants de RESF, ce livre montre que cet engagement au nom de la solidarité active, maintenant pénalisée, relève, au-delà de la conscience morale, beaucoup plus fondamentalement de la possibilité réelle de vivre ensemble.

x 13,5 22 228 p. Eloge du conflit T Benasayag Miguel et del Rey Angélique essai philosophie 2007 31/08/07 9782707152961 la Découverte Politique et société -philosophie 16,30 € 16.30 remplacé >>(2012)
AA AA
Dans les sociétés occidentales hyperformatées, l’idée même du conflit n’a plus de place. Les conceptions de la vie commune tendent vers l’intolérance à toute opposition. Le minoritaire doit se soumettre à la majorité et, de plus en plus, contestataires et dissidents semblent relever de l’« anormal ». Dans cet essai iconoclaste et bienvenu, Miguel Benasayag et Angélique del Rey explorent les racines et les effets délétères de cette idéologie. En refoulant les conflits, nos contemporains se laissent envahir par l’idéal de la transparence : toute opacité dans leurs relations devrait être éradiquée, car elle impliquerait l’altérité et, donc, l’ennemi potentiel. Une illusion dangereuse, à laquelle peuvent aus-si succomber certains contestataires qui critiquent le système avec ses propres catégories : au lieu de s’affirmer comme des « autres », sujets d’une multiplicité subversive, ils s’en tiennent à revendiquer des droits, confortant l’idée que les « valeurs » de l’idéologie dominante sont nécessairement désirables par tous. Analysant les différentes dimensions du conflit – entre nations, dans la société ou au sein même de l’individu –, les auteurs mettent à jour les ressorts profonds de la dérive conservatrice des sociétés postmodernes. Ils démontent aussi bien les illusions de la « tolérance zéro » que celles de la « paix universelle » : nier les conflits nés de la multiplicité, ceux dont la reconnaissance fait société, c’est mettre en danger la vie. Le refoulement du conflit ne peut conduire qu’à la violence généralisée, et l’enjeu auquel nous sommes tous confrontés est bien celui de l’assomption du conflit, « père de toutes choses » selon Héraclite.
x 13 19,5 156 p. De l’engagement dans une époque obscure T Benasayag Miguel et del Rey Angélique essai 2011 22/09/11 9782916952529 Passager clandestin Essais Politique et société 14,00 € 14.00 présent à Plume(s)
AA AA

Une époque obscure : cette époque individualiste et économiste, qui voudrait nous faire croire que chacun de nous est « un petit entrepreneur de soi ».

Et pourtant, le sujet de l’agir est-il vraiment comme on le croit l’individu (homme politique, chef d’entreprise, consommateur…) ? Ni le militant ni l’individu de bonne volonté, ne sont en mesure d’assumer les défis de l’époque. Le sujet de l’agir n’est donc pas l’individu, mais une multiplicité de situations.

Miguel Benasayag et Angélique Del Rey nous invitent à comprendre ce qui peut vraiment changer le monde aujourd’hui. Ce qu’ils nous proposent, c’est l’engagement recherche, l’engagement immanent, expression d’un désir vital, qui revendique la lutte radicale, dans ce monde-ci, sans « machines à espoir ».

Mobilisant des réflexions aussi diverses que celles de La Boétie, Marx, Foucault, Spinoza, Gramsci… ; s’appuyant sur des expériences politiques concrètes comme celle des Tupamaros uruguayens, puisant aussi bien ses métaphores explicatives dans le cinéma de David Lean que dans les « lieux communs » du langage quotidien, ce livre est une invitation stimulante à repenser les fondements de nos aliénations et une définition de l’engagement comme acte créateur en soi.

x 13,5 22 149 p. La tyrannie de l’évaluation
Livres
T
del Rey Angélique essai 2013 31/01/13 9782707170095 la Découverte Politique et société 14,00 € 14.00 actuellement indisponible
AA AA

Être évalué paraît généralement aller de soi, voire être désirable : « On m’évalue, donc je suis. » Or ces évaluations sont tout à fait paradoxales : au nom de la rétribution au mérite, elles dénient le mérite véritable et engendrent un climat délétère de concurrence et de sauve-qui-peut ; au nom de « plus d’efficacité », elles créent une forme inédite d’inefficacité ; au nom de l’objectivité, elles écrasent les différences, standardisent, normalisent.

De cette omniprésence de l’évaluation et de ses méfaits, ce livre propose une analyse originale, qui, au-delà de la critique, réfléchit aussi à des pistes alternatives en résonance avec une intuition largement répandue : la complexité de la vie sociale n’est pas respectée. Les nouvelles évaluations unidimensionalisent une vie multiple, ignorent les conflits qui font le coeur de l’individu comme de la société et, surtout prétendent être justes et efficaces en dehors de toute situation concrète, réelle : en dehors de toute territorialisation.

Une réflexion essentielle pour ne pas se soumettre à cette « évaluation qui tue ».

x 11 17 260 p. De l’engagement dans une époque obscure T Benasayag Miguel et del Rey Angélique essai 2017 01/06/17 9782369350774 Passager clandestin Politique et société 6,00 € 6.00 sur commande ?
AA AA

Une époque obscure, c’est cette époque individualiste et économiste, qui voudrait nous faire croire que chacun de nous est « un petit entrepreneur de soi ». Or, ni le militant ni l’individu de bonne volonté, ne sont en mesure d’assumer les défis de l’époque... Les auteurs nous invitent à abandonner une vision « messianique » de l’engagement, impliquant la promesse d’un monde meilleur à venir, et qui n’a débouché que sur la désillusion et le repli sur soi. Ce qu’ils nous proposent, c’est l’engagement recherche, l’engagement immanent, expression d’un désir vital, qui revendique la lutte radicale, dans ce monde-ci.

Notre société préfère l’enseignement des statistiques et des expertises abstraites aux « savoirs des gens », les décisions politiques aux hypothèses pratiques du terrain... Et c’est ainsi que l’homme, de plus en plus déterritorialisé, se met en danger. Car nous croyons que l’homme n’est rien en soi, mais peut tout devenir (du moment que c’est économiquement utile), et que tout est possible à celui qui saura s’adapter : ces croyances produisent en réalité une grande impuissance !

Il faut donc récupérer les liens qui nous composent, retrouver nos racines et nos affinités, notre « commun » qui fait notre force, et non pas nos petites identités individuelles. Changer le monde, c’est retrouver en quoi nous le co-créons, au lieu de nous y adapter. Mobilisant des réflexions aussi diverses que celles de La Boétie, Marx, Foucault, Spinoza, Gramsci, s’appuyant sur des expériences politiques concrètes comme celle des Tupamaros uruguayens, puisant aussi bien ses métaphores explicatives dans le cinéma de David Lean que dans les « lieux communs » du langage quotidien, ce livre nous rappelle avec énergie et jubilation que nous sommes bel et bien engagés !


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |