Nicolas Ubelmann - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est ouverte du mardi après-midi au samedi soir, de 10h à 12h et de 14h30 à 19h30 ; fermé dimanche, lundi et mardi matin.
Accueil du site > Les auteurs > Nicolas Ubelmann

Nicolas Ubelmann


1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 13,5 19 154 mn La dette T Ubelmann Nicolas et Mitrani Sophie doc dette 2014 30/11/13 3700246906339 Doriane films Divers -DVD 15,00 € 15.00 présent à Plume(s)
AA AA

La crise de la dette publique cache une rivalité ancienne entre les banques et l’État, rivalité que le passage à la monnaie unique n’a fait que renforcer. Qui de la puissance publique ou des banques aura le privilège d’émettre de la monnaie, autrement dit qui détiendra les clefs de la machine à billets ? Car tout est là. L’argent, si rare, n’est qu’un bout de papier reproductible à l’infini mais dont l’émission est pour le moment hors de contrôle. Cette situation ubuesque qui plonge périodiquement les États dans la crise est racontée avec clarté par des intervenants parfois truculents, toujours perspicaces. Une leçon d’économie dense et dynamique qui éclaire l’actualité !

Avec la participation de Bernard Marris, Patrick Viveret, Marie-Louise Duboin, Gérard Foucher, Christian Chavagneux, Pascal Canfin, Benjamin Coriat…

En 2013, avec le montant des intérêts accumulés depuis 30 ans, la dette atteindrait plus de 1900 milliards d’euros. C’est ce que l’État français devrait rembourser pour retrouver des comptes équilibrés. Mais le peut-il vraiment ? Chaque année, l’État rembourse péniblement 50 milliards d’euros d’intérêts.

C’est la totalité de ce que rapporte l’impôt sur le revenu des Français. Cette somme est versée tous les ans aux créanciers de la France. À ce rythme, l’État n’aura pas fini de payer en 2030 en espérant qu’aucune crise ne vienne aggraver les dépenses ni augmenter les taux auxquels la France peut emprunter aujourd’hui. Ce qui est fort probable.

Après la Grèce, l’Irlande, l’Espagne ou l’Italie, la France est sur la liste des victimes de la dette. À moins peut-être que nous comprenions enfin le système qui nous empoisonne...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |