Flannery O’Connor - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Vous trouverez à Plume(s) un choix des produits de Timoun, fabricant Saint-Affricain de jouets en bois.
Accueil du site > Les auteurs > Flannery O’Connor

Flannery O’Connor

(1925 — 1964) Femme de lettres et nouvelliste américaine. O’Connor est une importante voix de la littérature américaine. Elle est l’auteur de deux romans, de trente deux nouvelles, ainsi que de nombreux textes courts (commentaires). On lui doit par ailleurs un important corps de lettres (L’Habitude d’Être) qui, mises bout à bout, finissent par constituer une véritable figure morale et littéraire. Son style, qualifié de Southern Gothic, est intimement lié à sa région, le sud des États-Unis, et à ses personnages grotesques. Les écrits d’O’Connor reflètent aussi sa foi catholique, dans l’examen de questions morales. Ses Histoires Complètes ont remporté le National Book Award catégorie Fiction aux États-Unis en 1972, à titre posthume, huit ans après son décès.

Source : Wikipedia


1 article
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 11 17,5 288 p. Les braves gens ne courent pas les rues T O’Connor Flannery nouvelles 1981 03/02/81 9782070372584 Gallimard »» Folio Littérature -poches 7,25 € 7.25 sur commande ?
AA AA

Dix nouvelles de la grande romancière américaine.

Tout le monde prend vie en quelques secondes, et s’impose à nous : tueurs évadés du bagne, un général de cent quatre ans, une sourde-muette, une jeune docteur en philosophie à la jambe de bois, un polonais que la haine des paysans américains accule à une mort affreuse, et, grouillant à l’arrière-plan, les petits fermiers, les nègres paresseux et finauds.

Les braves gens ne courent pas les rues, telle est la morale assez pessimiste qui se dégage de ces récits. Flannery o’connor possède, comme dickens, le don de la caricature mais aussi un humour implacable, une fantaisie grinçante jusque dans le tragique et l’horreur.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |