Jean-François Draperi - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Accueil du site > Les auteurs > Jean-François Draperi

Jean-François Draperi

Directeur du Centre d’économie sociale du Conservatoire des Arts et métiers (Ceste-Cnam) à Paris et rédacteur en chef de la RECMA (Revue internationale de l’économie sociale). A côté de son activité de chercheur et d’enseignant, il intervient dans de nombreuses manifestations liées à l’économie sociale et solidaire. Il est entre autres l’auteur de « Rendre possible un autre monde » (Presses de l’économie sociale, 2005), de « L’économie sociale. Utopies, pratiques, principes » (Presses de l’économie sociale, 2005) et de « Godin, inventeur de l’économie sociale », éditions Repas

7 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 11 17 74 p. Rendre possible un autre monde
Economie sociale, coopératives et développement durable
T
Draperi Jean-François essai société, travail, alternatives 2005 01/04/05 9782952385404 Presses de l’Economie sociale Politique et société -alternatives 5,00 € 5.00 actuellement indisponible
AA AA

" Un autre monde est possible " affirment les mouvements aller-mondialistes.

Mais quel autre monde ? Et comment le bâtir ? C’est la question qu’aborde ce petit livre rédigé à l’attention de celles et ceux qui veulent changer leur vie et contribuer à changer le monde. Il propose en guise de réponse une hypothèse d’action radicale et non-violente, fondée sur les principes de volontariat, d’égalité et de solidarité. Il plaide en faveur d’une économie qui réponde aux besoins et aux attentes des personnes, une économie qui ne constitue pas sa propre fin mais se donne l’éducation pour finalité : une économie qui permette à la personne humaine de fortifier son identité individuelle et collective et de réaliser son émancipation.

Cette économie est-elle une utopie ? Si c’est le cas, elle est une utopie praticable, ainsi qu’en témoigne sa riche histoire aussi bien européenne qu’africaine, indienne ou latino-américaine. Les entreprises qui la composent -coopératives, mutuelles ou associations- sont des groupements de personnes et non des sociétés de capitaux. En adoptant des règles de fonctionnement démocratique, en limitant le pouvoir du capital, en instaurant une solidarité intergénérationnelle dans l’espace local, elles définissent un autre rapport au travail et constituent les moyens privilégiés du développement territorial et durable. L’ouvrage associe des présentations de pratiques remarquables d’économie sociale, alternative ou solidaire à des analyses puisant dans différentes disciplines des sciences de l’homme.

x 15 21 193 p. Godin, inventeur de l’économie sociale
Mutualiser, coopérer, s’associer
T
Draperi Jean-François doc alternatives, économie sociale et solidaire 2008 30/11/07 9782919272006 Repas Pratiques utopiques Politique et société -alternatives 17,00 € 17.00 présent à Plume(s)
AA AA

Familistère de Guise Fondé par Jean-Baptiste André Godin (1817-1888), le familistère de Guise (1870-1968) apparaît aujourd’hui comme un des modèles les plus aboutis d’une alternative à l’entreprise capitaliste. L’objet de ce livre est de montrer qu’à travers cette formidable aventure, Godin prouve qu’il est possible de permettre à chacun de bien vivre, dans un habitat confortable et par un travail digne, où il est respecté, sans passer par la violence et sans appauvrir quiconque. En concevant cette coopérative d’habitat, de production et de consommation et cet ensemble de mutuelles et d’associations qu’est le familistère, Godin s’inscrit en rupture aussi bien avec le père de l’organisation scientifique du travail, F.W. Taylor, qu’avec la critique du capitalisme formulée par K. Marx. Ce livre démontre qu’on peut considérer Godin comme l’un des fondateurs de l’économie sociale et sans doute le plus moderne d’entre eux.

Godin constitue en effet le principal chaînon entre le premier XIXe siècle, celui de Fourier et des utopies socialistes, et le second XIXe siècle, celui de Marx, de Taylor et de la grande industrie. Son œuvre est irréductible à la fois à la pensée libérale et fonctionnelle, et à la pensée marxiste. Elle est l’une de celles qui contribuent à l’émergence d’une pensée et d’une pratique d’économie sociale. Au sein de cette tradition, Godin occupe une place à part. Ses propositions ne concernent pas seulement les convaincus - les militants recherchant une alternative -, elles s’adressent à tous les hommes.

Le commentaire des éditeurs

Il peut paraître étrange de trouver dans une collection qui rassemble des témoignages directs sur des « pratiques utopiques » contemporaines, un ouvrage comme celui-ci. Que peut nous apprendre en effet une histoire née au XIXe siècle en pleine révolution industrielle, dans un contexte politique, économique, social et culturel a priori si différent du nôtre ? Quel intérêt, autre qu’historique, peut-il apporter à une réflexion sur l’alternative aujourd’hui ? En publiant ce livre, les éditions REPAS prennent le pari que le lecteur du XXIe siècle y trouvera plus d’un écho à ses propres réflexions et pratiques. Godin est un personnage hors du commun, une sorte de génie précurseur qui anticipe sur bien des points, mais c’est avant tout un praticien, c’est-à-dire un individu qui crée, agit, construit.

La classe de Madame Lobjeois à l’école du Familistère de GuiseIl prouve, en ce XIXe siècle industriel, que les chemins du travail et de la production peuvent dès cette époque être balisés autrement que selon les normes qui s’imposent alors et se perfectionneront ensuite avec Taylor, au sein du modèle de la grande entreprise de production de masse. Il démontre que l’alternative est de tous les temps et qu’on peut construire l’histoire par les actes d’abord et pas seulement par la pensée. Il s’affirme expérimentateur, croit en la possibilité des individus de changer leur environnement, de le maîtriser et de se l’approprier. Il ne fige pas l’individu dans une situation bloquée mais mise sur sa capacité à progresser grâce à l’éducation qui seule lui permettra d’accéder au statut de coopérateur. Il privilégie l’association et n’hésite pas à mettre ses idées en pratique avec les hommes (et les femmes - autre anticipation de Godin et non des moindres) avec lesquels il bâtit, bien au-delà du travail, une véritable contre-société coopérative. Pour toutes ces raisons, nous pouvons nous sentir aujourd’hui ses héritiers.

« Les idées, disait-il en 1884, ne reçoivent pas tout d’un coup leur application intégrale ; elles font leur chemin peu à peu et ce n’est qu’en les soumettant à l’examen et à la discussion qu’on ouvre la voie pour l’avenir. » C’est bien là la mission de ce livre.

x 11 17 L’économie sociale
Utopies, pratiques, principes
T
Draperi Jean-François essai économie, société, travail, alternatives, coopératives, utopie 2007 31/05/07 9782952385497 Presses de l’Economie sociale Politique et société -alternatives 5,00 € 5.00 actuellement indisponible
AA AA

L’économie sociale est à la croisée des chemins. Elle poursuit son projet de définition d’une économie originale à travers une histoire presque bicentenaire. Au cours de cette histoire, elle a successivement rêvé d’une communauté alternative, puis d’une république coopérative et enfin d’un développement intégré à l’échelle des territoires. Régulièrement mise en danger par l’économie capitaliste, par l’Etat mais aussi par ses propres insuffisances, elle a dû s’organiser, édifier des principes de référence, susciter l’élaboration d’un droit définissant ses règles de conduite. Face à une idéologie ultra-libérale envahissante, l’économie sociale propose un ensemble coordonné de valeurs et d’actions qui permet de penser différemment le rapport entre l’économie et la personne humaine. Saura-t-elle trouver les forces de résister à la marchandisation croissante de la vie ?

Ce livre revient sur cette histoire en présentant une démarche originale : l’économie sociale résulte de la coordination entre un mouvement de pensée — changer la vie économique et sociale par des moyens non-violents — et un mouvement de pratiques — créer des entreprises au service des hommes. S’adressant aux militants de l’économie sociale et aux étudiants en sciences économiques et sociales, il approfondit la perspective ouverte dans le premier livre de cette collection paru sous le titre Rendre possible un autre monde.

x La République coopérative
Théorie et pratiques coopératives aux XIXe et XXe siècles
T
Draperi Jean-François essai démocratie 2012 25/10/12 9782804453831 Larcier Droit & économie sociale et solidaire Politique et société 36,00 € 36 sur commande ?
AA AA
Réunissant des milliers d’entreprises, le mouvement coopératif français est à l’origine d’une pensée politique originale qui lui permet de concevoir une véritable alternative au libéralisme. Cet ouvrage réalise une lecture critique de ce mouvement.

Présent dans le monde entier, riche d’une histoire bi-séculaire, le mouvement coopératif est d’une grande diversité. Celle-ci se révèle également être une difficulté lorsqu’il s’agit de définir un cap et élaborer une stratégie. Au début du XIXe siècle, les coopérateurs ont cru pouvoir changer le monde en libérant le travail. Au début du XXe siècle, c’est en tant que consommateurs qu’ils pensaient dépasser le capitalisme. En ce début du XXIe siècle, nos sociétés malmenées attendent que de nouvelles relations, plus équitables, soient définies entre travailleurs et consommateurs. Riche de son expérience, le mouvement coopératif est en capacité de répondre à ce besoin. Un double défi l’attend : dépasser les logiques propres aux nombreuses fédérations centrées sur leurs propres objets (le travail, la production agricole, l’artisanat, le crédit, le commerces, l’agroalimentaire, etc.) ; et convaincre non seulement les coopérateurs, mais la société dans son ensemble. Pour y parvenir, le mouvement coopératif n’a d’autre choix que de penser une théorie socio-économique nouvelle, alternative au libéralisme.

L’actualité du propos et une bibliographie inédite intéresseront les membres, cadres et dirigeants, de coopératives et d’associations, les collectivités locales et territoriales, les économistes, mais également les professeurs, les chercheurs et les étudiants en sciences économiques et sociales.

x 11 17 348 p. L’autobiographie raisonnée
Pratiques et usages
T
Draperi Jean-François doc 2017 07/09/17 9782918522058 Presses de l’Economie sociale Réflexion personnelle et action collective Politique et société -alternatives 16,00 € 16.00 sur commande ?
AA AA

L’autobiographie raisonnée est un exercice inventé par Henri Desroche (1914-1994) au cours des années 1970 en vue de soutenir des adultes s’engageant dans un cursus de formation supérieure.

Le succès de cet exercice a incité de nombreux acteurs sociaux à le pratiquer en vue d’autres fins et dans des cadres professionnels multiples.

Une formation spécifique a été conçue par Jean-François Draperi au Centre d’économie sociale (Cestes) du Conservatoire national des arts et métiers (le Cnam). Elle est délivrée chaque année depuis 2005. Des stagiaires qui ont suivi cette formation et initié de nouvelles applications de l’autobiographie raisonnée se rencontrent depuis trois ans au sein de l’association Acte 1 (Acteurs, chercheurs, territoires d’économie sociale).

Cet ouvrage rend compte de ces pratiques à partir de la présentation et de l’analyse de dix expériences. Les usages présentés sont multiples : organisation collective du travail, valorisation des compétences, formation supérieure, réinsertion professionnelle, orientation, réorganisation institutionnelle.

Ces usages ne sont pas sans transformer la pratique originelle. L’ouvrage donne à voir ces transformations et l’intérêt de l’autobiographie raisonnée pour l’accomplissement personnel comme pour fonder une économie humaine.

Cet ouvrage a été publié avec le soutien de l’association Acte I.

x 15 21 84 p. Coopérer pour consommer autrement T Draperi Jean-François doc coopératives 2017 05/09/17 9782918522041 Presses de l’Economie sociale Politique et société -alternatives 8,00 € 8.00 prochainement à Plume(s) ?
AA AA

Notre consommation doit s’adapter, voire changer en profondeur, afin de mieux préserver la santé et l’environnement. Elle ne le fera que si son coût est supportable pour la majorité de la population. L’enjeu central de l’essor d’une production et d’une consommation soutenables peut ainsi être résumé en cette équation : la qualité des produits à un prix raisonnable.

Depuis plus de cent cinquante ans, des hommes et des femmes ont tenté de répondre à ce défi. Leur histoire se déploie en cinq temps : avant 1912, la création des coopératives fondatrices ; dans les années 20, la mise en œuvre d’une organisation qui projette de fonder une République coopérative ; après la Seconde Guerre mondiale, l’essor d’un mouvement d’ampleur internationale au service de l’intérêt général ; dans les années 80, la crise de ce mouvement ; et actuellement, une renaissance des coopératives de consommateurs.

Ce livre présente l’histoire féconde de cette aventure.

x 13 20 206 p. Histoires d’économie sociale et solidaire T Draperi Jean-François doc économie sociale et solidaire 2017 17/08/17 9782363832412 Petits Matins Politique et société -alternatives 14,00 € 14.00 sur commande ?
AA AA

Du Familistère de Jean-Baptiste Godin, au XIXe siècle, aux expériences collaboratives actuelles, l’économie sociale et solidaire (ESS) possède une longue et riche histoire. Et cette histoire, ce sont d’abord « des » histoires : des projets, des utopies, des conquêtes sociales.

Comment les tisserands de Rochdale, en Angleterre, ont-ils créé leur propre magasin coopératif pour s’approvisionner à moindre prix ? Comment, en France, Charles Gide le protestant et Jean Jaurès le socialiste ont-ils posé ensemble les bases de l’éducation populaire ? En quoi le khadi, une étoffe traditionnelle, est-il un facteur de développement en Inde ? Comment sont nées les premières Amap... au Japon ?

Sur tous les continents, ces histoires d’ESS sont portées par des personnalités convaincues du primat de l’humain sur le profit, de la coopération sur la concurrence. Aujourd’hui, le mouvement est confronté à un nouveau et passionnant défi : à l’ère des technologies de la connaissance, il peut redonner vie à la notion de « communs » et dynamiser les territoires - à contre-courant, toujours, de l’économie dominante.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |