Gustave Flaubert - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

Plume(s) est une toute jeune petite librairie, qui a ouvert le 1er avril 2008 - non, ce n’était pas un poisson.

Nous voulons proposer des documents qu’on ne trouve habituellement pas à Millau, et proposer aussi un espace de convivialité.

Vous y trouverez des livres, des dvd, des revues sur les thèmes de l’écologie, de l’alter-mondialisme, de la non-violence,... mais aussi des livres maternité et jeunesse, jardinage, cuisine, construction écologique, ou d’autres qui nous ont plu,
ainsi que thé, café, chocolat et jus de fruits bio-équitables,
et aussi un accès internet,
le tout dans la bonne humeur ...

Régulièrement nous organisons des projections vidéo.

Accueil du site > Les auteurs > Gustave Flaubert

Gustave Flaubert


7 articles
tout ouvrir dans de nouveaux onglets par rayon par theme

larg.
?
haut.
?
pages
?
titre +
?
sous-titre
auteur
type
thème
parution +
?
ean
?
éditeur
?
collection
?
rayon
prix
?
disponibilité
?
x 14,5 22 200 p. Voyage à Jérusalem T Chateaubriand , Dumas Alexandre, Flaubert Gustave et Lamartine (de) Alphonse récit Palestine, voyage 2008 22/03/08 9782912789808 Pimientos »» Divers -voyages 19,00 € 19.00 épuisé
AA AA

« Il y a des noms de villes ou des noms d’hommes, qui, lorsqu’on les prononce dans quelque langue que ce soit, éveillent à l’instant même une si grande pensée, un si pieux souvenir, que ceux qui entendent prononcer ce nom, cédant à une puissance surnaturelle et invincible, se sentent tout près de ployer les deux genoux. Jérusalem est un de ces noms saints pour toutes les langues humaines : le nom de Jérusalem est balbutié par les enfants, invoqué par les vieillards, cité par les historiens, chanté par les poètes, adoré par tous. » (Dumas)

Pour les écrivains du XIXe siècle, Jérusalem ouvre les portes d’un Orient sublimé où l’histoire s’entremêle à la puissance du religieux. Voyageurs occidentaux, ils veulent y retrouver les fondements de la religion de leur enfance, ou redevenir le temps d’un voyage, un pèlerin ému franchissant les portes de la ville sainte. Mais la réalité de Jérusalem est tout autre… Par terre et par mer, le voyage à Jérusalem se fait aussi à travers l’acte d’écriture. Ces textes nous font partager les sentiments contrastés face à une ville qui provoque un mélange de fascination et de répulsion.

x 13 20,5 576 p. Madame Bovary T Flaubert Gustave roman 2009 05/11/09 9782810501250 Figaro éditions Littérature 3,00 € 3.00 épuisé
AA AA

C’est un géant.

La taille haute, le corps massif, le regard clair, Flaubert, né la même année que Baudelaire à l’hôtel-Dieu de Rouen où son père est chirurgien, est le Viking de notre littérature. Il consacrera cinq ans à Madame Bovary, rivé à sa table de travail, moine au service de l’art, écrivant quelques lignes par jour, raturant, reprenant, corrigeant inlassablement, se tuant à la tâche. Comme Stendhal ou Baudelaire, Flaubert cherche une issue au romantisme.

Il l’achève, aux deux sens du mot, comme Bonaparte achève la Révolution : il l’accomplit et il y met fin. Madame Bovary se situe à la jonction entre romantisme et naturalisme. Madame Bovary paraît d’abord en 1856 dans la Revue de Paris, fondée par Maxime Du Camp quelques années plus tôt. Du Camp, toujours amical, avait écrit à Flaubert : " Tu as enfoui ton roman sous un tas de choses bien faites, mais inutiles.

On ne le voit pas assez. Il s’agit de le dégager. C’est un travail facile. Nous le ferons faire sous nos yeux par une personne exercée et habile. " Au dos de la lettre de Du Camp, Flaubert écrivit simplement : " Gigantesque ". Dans le rôle inattendu de critique littéraire, Me’ Dupanloup, cité par les Goncourt, crée la surprise en voyant plus juste que Du Camp : " Madame Bovary ? Un chef-d’oeuvre, Monsieur.

Oui, un chef-d’oeuvre pour ceux qui ont confessé en province. " Avec Balzac, le visionnaire, avec Stendhal, le Milanais égoïste et mélomane, Flaubert, le bûcheron, le besogneux qui sent l’huile, diront ses adversaires, le patron, diront ses partisans, est l’un des trois fondateurs de notre roman moderne. Jean d’Ormesson, de l’Académie française.

x 13 20,5 94 p. Trois contes T Flaubert Gustave conte 2003 01/10/03 9782290335352 J’ai lu Librio Littérature 2,00 € 2.00 épuisé
AA AA

Au service de Mme Aubain, Félicité menait une vie paisible.

La voilà qui s’éprend un jour d’un... perroquet ! Alors, dans cette existence en demi-teintes, l’amour devient divin : la vieille servante finit par voir en son perroquet le Saint-Esprit lui-même ! Avec La légende de saint Julien l’Hospitalier surgit un univers légendaire aux couleurs presque irréelles, forêts enchantées et chevauchées fantastiques. Destin tragique d’un farouche guerrier voué à la sainteté ! Sainteté aussi de cette Palestine rouge et or, sensuelle et féroce, où la danse lascive de Salomé se fait sanglante et meurtrière ! Dernières �uvres achevées de Flaubert, ces trois contes scintillent d’une pureté et d’un éclat jamais égalés.

x 12 17 603 p. Par les champs et par les grèves
Un voyage en Bretagne
T
Flaubert Gustave et Du Camp Maxime récit voyage, Bretagne 2010 01/10/10 9782844182142 La Part commune »» Littérature 19,00 € 19.00 sur commande ?
AA AA

Avant de partir pour un voyage en Bretagne qui, à cette époque, reste encore une terra incognita, Gustave Flaubert et Maxime Du Camp se plongèrent dans de nombreux ouvrages traitant de l’histoire de la Bretagne, d’archéologie et de la culture celte.

C’est donc fort de ce bagage savant qu’ils se mirent en route, et le récit qu’ils composèrent porte la trace de ces précieuses lectures. Au terme du voyage, Flaubert écrit à son ami Ernest Chevalier : Sac au dos et souliers, ferrés aux pieds nous avons fait sur les côtes environ 160 lieues à pied, couchant quelquefois tout habillés faute de draps et de lit et ne mangeant guère que des œufs et du pain faute de viande.

Tu vois, vieux, qu’il y a aussi du sauvage sur le continent ", en concluant : " Et puis la mer ! la mer ! le grand air ; les champs, la liberté, j’entends la vraie liberté, celle qui consiste à dire ce qu’on veut, à penser tout haut à deux, et à marcher à l’aventure en laissant derrière vous le temps passé sans plus s’en soucier que de la fumée de votre pipe qui s’envole ".

En proposant le texte complet de Par les champs et par les grèves, non seulement les Éditions La Part Commune offrent la possibilité d’en lire une version non expurgée, dont la valeur littéraire s’en trouve comme rehaussée, mais elles permettent surtout au lecteur de retrouver tout l’esprit de ce livre d’amitié vagabonde.

x 13 20 728 p. Voyages T Flaubert Gustave récit voyage 2007 15/03/07 9782869597686 Arléa Arléa-Poche Littérature 21,50 € 21.50 sur commande ?
AA AA

On trouvera dans ce livre, réunis en un volume, les notes et récits des voyages que Flaubert entreprit en famille, seul ou avec son ami Maxime Du Camp.

Qu’il s’agisse de textes revus et aboutis ou de simples impressions jetées sur ses carnets de voyage, Flaubert apporte ici la démonstration qu’un grand écrivain se reconnaît jusque dans la matière brute de ses écrits. Comme a pu le dire Jean-Paul Sartre : " On voit Flaubert tout entier dans ses notes de voyage. Je conseille à tous ceux qui veulent savoir qui est Flaubert de lire ces notes "

x 11 16,5 541 p. Madame Bovary T Flaubert Gustave roman 1999 21/06/99 9782253004868 LGF/Livre de poche Les Classiques D’aujourd’hui Littérature -poches 3,80 € 3.80 actuellement indisponible
AA AA

Une jeune femme romanesque qui s’était construit un monde romantiquement rêvé tente d’échapper - dans un vertige grandissant - à l’ennui de sa province, la médiocrité de son mariage et la platitude de sa vie. Mais quand Flaubert publie Madame Bovary, en 1857, toute la nouveauté du roman réside dans le contraste entre un art si hautement accompli et la peinture d’un univers si ordinaire. L’écriture transfigure la vie, mais s’y adapte si étroitement qu’elle la fait naître sous nos yeux.

« Ce n’était plus du roman comme l’avaient fait les plus grands », dira Maupassant : « C’était la vie elle-même apparue. On eût dit que les personnages se dressaient sous les yeux en tournant les pages, que les paysages se déroulaient avec leurs tristesses et leur gaieté, leurs odeurs, leur charme, que les objets aussi surgissaient devant le lecteur à mesure que les évoquait une puissance invisible, cachée on ne sait où. »

x 11 18 478 p. Madame Bovary T Flaubert Gustave roman 2006 01/06/06 9782266163767 Pocket Classiques Pocket Littérature -poches 1,99 € 1.99 épuisé, réédité avec l'ean 9782266295512
AA AA
Depuis 150 ans, cette pauvre Emma Bovary souffre et pleure dans cent, dans mille villages et villes de France. Parce qu’elle ne sait pas vivre, ni aimer, elle rêve ses amours et sa vie. Et cependant elle est belle, sensuelle, audacieuse. Mais une imagination déréglée, l’exaltation romanesque, un époux médiocre et obtus, l’absurde goût du luxe et des amants méprisables vont l’entraîner dans la ruine et une mort affreuse. Pour diriger cet " orchestre des instincts et des sentiments féminins ", qu’est selon lui Madame Bovary, Flaubert souffre mort et passion, à la fois grand prêtre et martyr de l’art, du style et de la beauté. Mais derrière la perfection du chef-d’œuvre apparaissent la crudité, la violence et l’érotisme, comme dans un roman d’aujourd’hui.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |