Les sentiers de la colère - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : société, Plume(s) présente aussi :
Liberté, égalité, sans papiers   Le pire des mondes possibles   La rue est à nous...tous !   Merci patron   Paroles de détenus   Figures du pensable   Au nom du 11 Septembre   Les héritiers du guarana  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-entreprises, travail, syndicalisme | Pratique

3,00 €  
Les sentiers de la colère

105 472 kilomètres à pied contre le chômage

Auteurs Patrice Spadoni
Bertrand Schmitt
Editeur : L’Esprit frappeur
rayon : Politique et société    -entreprises, travail, syndicalisme
support : Livre
thème : société
ean : 9782844051332
parution : décembre 2000
dimensions : 156 pages ; 10,5 × 17 cm
prix : 3,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 2008
réserver

Depuis 1994, et chaque année depuis, des chômeurs de tous horizons se sont mis à marcher, marcher, marcher…

Préfacée par Pierre Bourdieu, cette chronique des Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions témoigne de la somme d’extraordinaires aventures humaines que recèle ce mouvement.

À l’exemple de leurs aînés des années trente et des "beurs" des années 80, des groupes d’hommes et de femmes se sont mis à sillonner les routes à partir de 1994 : ce sont les "marches", une forme d’intervention originale adoptée par les mouvements de lutte contre le chômage. Après la France, les marches ont gagné toute l’Europe. Elles sont devenues les "Marches européennes contre le chômage, la précarité et les exclusions".

En 1997, tandis que des chômeurs finlandais traversaient le cercle polaire raquettes aux pieds, d’autres, espagnols, français, marocains, partaient de Tanger... Tous se dirigeaient vers Amsterdam, où se tenait un Sommet de l’Union européenne, et où ils avaient rendez-vous avec quatorze autres colonnes de marcheurs venus de toute l’Europe.

Deux ans plus tard un groupe compact de plusieurs centaines d’hommes et de femmes reliaient, à pied, Bruxelles à Cologne.

La prochaine étape est pour cette année, à l’occasion du Sommet de Nice, les 7 et 8 décembre...

La plupart des marcheurs sont des sans-emploi, des sans-revenu, des sans-toit, des sans-papiers, des sans-pouvoir, des sans-voix... des "sans". Marcher sur des centaines de kilomètres, vivre ensemble malgré les différences, mener des actions spectaculaires tout le long du parcours : les marches sont d’abord une extraordinaire aventure humaine.

Au fil des marches et des actions, les uns écrivent leur journal, ou des poèmes, tandis que d’autres filment ou dessinent...

Certains imaginent des objets incroyables : Didier tricote tout le long d’une marche une chaussette géante, Karel fait un journal dadaïste. Jacques, du Comité des sans logis, raconte ses exploits sur le net...

Mettant en écho l’individuel et le collectif, "Les Sentiers de la colère" apporte le témoignage de ces créations personnelles qui ont accompagné l’émergence des mouvements des "sans". Coups de gueule, portraits, séquences dialoguées, pour un livre texto-visuel qui veut contribuer à la "conquête de la visibilité" par celles et ceux que la société tente d’exclure.

Mais ce livre est aussi un document invitant à la réflexion, avec une introduction de Pierre Bourdieu, des contributions de divers acteurs des mouvements sociaux, un dossier sur la politique économique et sociale de l’Union européenne et sur les mouvements de résistance dans les différents pays.

" Me voilà dans la rue
Sans tambour ni trompette
Ce n’est que le début
D’une grande tempête "
Extrait d’un poème de Nani, chômeuse, Albi

" La marche, c’est faire circuler les idées, et les discuter. On allait dans des villes, on rencontrait des gens qui eux ne pouvaient pas marcher, et qui nous donnaient un peu d1eux à emporter, un peu de leurs revendications, un peu de leur misère, un peu de leur colère, dont nous, on se chargeait... "
Témoignage de Carole, chômeuse, Marseille.

n° : 43
Réf. éditeur : EF080




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |