Basketville - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

dans le même rayon Divers-petits livres, Plume(s) présente aussi :
Les ruines de Paris en 4908   Adam et Paulette   Jamais   Crève en chemin   Les bonbons-mots   La paresse   Relation d'un voyage chez les sauvages de Paris   Détruisons les machines  
  rayons: BD | Divers-petits livres | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

5,00 €  
Basketville

Tu peux toujours courir

Auteur Félix Jousserand
Editeur : Au Diable Vauvert
rayon : Divers    -petits livres
support : Livre
type : poésie
ean : 9782846261876
parution : mars 2009
dimensions : 73 pages ; 9,5 × 13,5 cm
prix : 5,00 €
disponibilité : présent à Plume(s)
arrivé à Plume(s) : 17 janvier 2010
réserver

Basketville, c’est la ville où on circule à pieds parce que les voitures reposent sur des parpaings : périmètre périurbain où tout est périssable, sinon périmé.

Tu peux toujours courir, parce que les objets artificiels du désir seront toujours là-bas, plus loin, et que la main qui tient la carotte ne te laissera jamais l’attraper.

À Basketville, les baskets sont artefacts de séduction ou monnaies d’échange, de manière générale elles servent à poursuivre les rêves mis à disposition ou en compétition par l’ordre consumériste. Un moyen pour la périphérie de rejoindre le centre ? Probablement pas, car finalement c’est le centre, dans la personne d’un reporter dépêché sur place, qui vient ramener des témoignages exotiques de cette périphérie qui fait rêver et trembler.

Difficile de figer dans une définition ce texte qui sollicite, dans une langue rythmée et terriblement expressive, tous les outils de l’auteur et tous les sens du lecteur. Fiction, document, poésie et chanson sont des éléments d’un tout qui n’est pas réductible à la somme de ses parties mais qui se caractérise par un sens aigu du verbe et de l’image, la création d’une zone poétique quelque part entre la littérature sociale, le hip hop et les journaux télévisés.

Texte troublant et envoûtant, Basketville est remarquable par son économie, son efficacité et sa puissance d’évocation. Une langue mutante, gravée dans le béton, qui envahit le monde comme les villes gagnent sur la campagne et l’homme sur la nature.




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |