Il n’y a pas d’identité culturelle - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : identité, Plume(s) présente aussi :
Nous sommes tous la France !   Superman n'est pas juif (...et moi un peu)   L'arabe du futur - Tome 3   « C'est quand il y en a beaucoup... »   L'arabe du futur - Tome 4   Voyages en France   Poussière rouge   L'arabe du futur  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société | Pratique

7,50 €  
Il n’y a pas d’identité culturelle

Auteur François Jullien
Editeur : L’Herne »»
collection : Folio Essais
rayon : Politique et société
support : Livre
type : essai
thème : identité
ean : 9782851978295
parution : octobre 2016
dimensions : 104 pages ; 11 × 17 cm
imprimé en Europe
prix : 7,50 €
disponibilité : sur commande ?
arrivé à Plume(s) : 11 octobre 2017
commander

La prochaine campagne électorale en France, nous annonce-t-on, tournera autour de l’identité culturelle. Autour de ces questions : ne faut-il pas défendre l’ « identité culturelle » de la France contre la menace des communautarismes ? Où placer le curseur entre la tolérance et l’intégration, l’acceptation des différences et la revendication identitaire ?

Ce débat traverse l’Europe entière ; il concerne, plus généralement, le rapport des cultures entre elles en régime de mondialisation. Or on se trompe ici de concepts : il ne peut être question de « différences », isolant les cultures, mais d’écarts maintenant en regard et promouvant entre eux du commun ; ni non plus d’ « identité », puisque le propre de la culture est de muter et de se transformer, mais de fécondités ou ce que j’appellerai des ressources. L’auteur ne défends donc pas une identité culturelle française impossible à identifier, mais des ressources culturelles françaises (européennes) - « défendre » signifiant alors non pas tant les protéger que les exploiter. Car s’il est entendu que de telles ressources naissent en un milieu et dans un paysage, elles sont ensuite disponibles à tous et n’appartiennent pas. Elles ne sont pas exclusives, comme le sont des « valeurs » ; elles ne se prônent pas, ne se « prêchent » pas, mais on les déploie ou l’on ne les déploie pas, et de cela chacun est responsable. Un tel déplacement conceptuel obligeait, en amont, à redéfinir ces trois termes rivaux : l’universel, l’uniforme, le commun, pour les sortir de leur équivoque. En aval, à repenser le « dia-logue » des cultures : dia de l’écart et du cheminement ; logos du commun de l’intelligible.

À se tromper de concepts, on s’enlisera dans un faux débat, donc qui d’avance est sans issue.


l’auteur :
François Jullien : +


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |