El Ejido, terre de non droit - Librairie Plume(s)
masquer rechercher un article par :   ?  

présent :  dans texte :  titre seul :  exacte :
éditeur: tous
Contacts|Qui sommes-nous|Liens|Agenda|soldes
recherche avancée

sur le thème : immigration, Plume(s) présente aussi :
Entre les frontières   L'invention de l'immigration   Paris-paradis   Hortefeux, acte 1   La révolte d'Albi   Haut les coeurs !   Hitzemana   Le voyage a été long  
  rayons: BD | Divers | International | Jeunesse | Littérature | Par chez nous | Politique et société-entreprises, travail, syndicalisme | Pratique

12,04 €  
El Ejido, terre de non droit

Auteur Forum civique européen
Editeur : Golias
rayon : Politique et société    -entreprises, travail, syndicalisme
support : Livre
type : reportage
thèmes : immigration | international
ean : 9782914475211
parution : décembre 2000
dimensions : 144 pages ; 11,5 × 21 cm
prix : 12,04 €
disponibilité : épuisé
arrivé à Plume(s) : 2008
Souvenez-vous, les 5,6 et 7 février 2000, la population de la ville andalouse d’El Ejido se livre à un véritable pogrom à l’encontre de la communauté immigrée : chasse à l’étranger provoquant une soixantaine de blessés, destructions de logements et de locaux, des organisations civiques attaquées. La police ne réagit qu’après trois jours, pour éviter des morts qui auraient fait scandale. Les réactions au niveau européen n’ont pas l’ampleur du cri d’alarme suscité par l’arrivée au pouvoir, peu avant, d’un parti d’extrême-droite en Autriche. Depuis, aucune arrestation, aucune excuse. Pas un seul avocat de la région n’accepte de détendre les plaignants. C’est l’Omerta. Ces émeutes racistes se sont produites dans une zone d’agriculture hyper-intensive qui a transformé un lieu quasi désertique en premier centre européen d’exportation de primeurs, aux énormes besoins de main d’œuvre. Autour d’El Ejido, il y a 30.000 hectares de serres plastiques ; dans la ville, 49 banques et une librairie ! El Ejido est considéré comme un miracle économique par les adeptes du néolibéralisme. La politique de fermeture des frontières de l’Union Européenne et l’obligation pour la plupart des étrangers - hors forteresse Europe - d’obtenir un visa fait exploser le marché juteux de l’immigration clandestine. C’est à ce prix que nous mangeons des poivrons en février. Une commission internationale du Forum Civique Européen s’est rendue sur place et tente d’élucider les inquiétantes synergies qui ont mené à cette flambée de haine. Un an après les faits, l’ouvrage "El Ejido, terre de non droit", éclaire d’une manière nouvelle ces événements tragiques commis à nos portes, dans l’indifférence générale.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Nous écrire | Espace privé | SPIP | squelette |